ABC de déglingologie pour la propagande transgenre !

Transsexuelle.jpg

« Non, non, je ne sais pas ce qui vous fait dire que je suis un homme ! Je ne suis pas un homme ! Il ne faut pas confondre identité de genre et expression de genre, sinon, on va déjà mal partir ! Je suis non-binaire, ni masculin, ni féminin et je refuse qu’on me voie comme un homme ! » (a-droite-fierement.fr)

Les activistes transgenres font pression pour que les discussions sur le changement de sexe des enfants soient censurées (dreuz.info) Des militants transgenres ont accusé des utilisateurs de Tik Tok et de Twitter de se livrer au terrorisme dans le but de les faire interdire pour avoir critiqué les procédures de changement de sexe chez les enfants. Le commentateur Matt Walsh, Chris Rufo, membre senior de l’Institut Manhattan, et le militant Billboard Chris ont partagé plusieurs documents et vidéos accessibles au public, montrant que l’hôpital pour enfants de Boston pratiquait des changements de sexe sur des mineurs, ainsi qu’une vidéo faisant la promotion d’hystérectomies d’affirmation du genre.

Les militants ont accusé les comptes de terrorisme stochastique et ont exigé que Twitter prenne des mesures pour censurer la conversation et supprimer leurs comptes. « Au cours des cinq derniers jours, Libs of Tiktok a tweeté et retweeté 14 messages concernant l’hôpital pour enfants de Boston. En conséquence, les prestataires du BCH sont inondés de menaces de mort, d’appels et d’emails de harcèlement, écrit Alejandra Caraballo. Cela affecte maintenant leurs services. C’est du terrorisme stochastique, point final. »

Le message a été retweeté par Ari Drennen, directeur du programme LGBT de l’organisation militante d’extrême gauche financée par George Soros Media Matters. « Je demande une fois de plus : quand Twitter va-t-il faire quelque chose à propos de ce compte et de sa capacité à susciter des campagnes de harcèlement massif contre ses cibles ? La dernière fois, c’était des nazis lors d’événements gay et de drague. Cette fois, ce sont des pédiatres qui sont menacés », écrit Caraballo. Caraballo a déclaré qu’il y avait un lien entre les tweets de Libs of TikTok et la violence dans le monde réel contre les personnes LGBT, mais que Twitter ignorait le compte en raison des politiques liées à la tentative d’Elon Musk de racheter la société.

« Matt Walsh, LOTT, Christopher Ruffo et Billboard Chris continuent de mener une campagne de terreur stochastique contre l’hôpital pour enfants de Boston et l’hôpital pour enfants de Pittsburgh. En conséquence, le service est interrompu et les travailleurs sont menacés. Twitter doit mettre fin à cela », a écrit Erin Reed, une militante transgenre. Le 5 août, Twitter a suspendu le commentateur James Lindsay après que Drennen, Caraballo et d’autres militants transgenres se soient engagés dans une campagne similaire à propos de l’utilisation par Lindsay du mot groomer qui décrit les adultes qui nouent des amitiés inappropriées avec des enfants afin de les préparer à des abus sexuels, mais qui a également été utilisé pour désigner ceux qui exposent de jeunes enfants à des contenus sexuels concernant l’identité de genre et la sexualité.

Source : Christian Larnet pour Dreuz.info.

Un centre britannique pour enfants transsexuels poursuivi pour transition agressive et cela va bien au-delà de l’Angleterre (Jean-Patrick Grumberg pour dreuz.info).

La seule clinique d’identité de genre pour enfants au Royaume-Uni va faire l’objet d’une action en justice suite à des allégations selon lesquelles elle a précipité certains jeunes enfants dans un traitement, y compris l’utilisation de médicaments bloquant la puberté. Le service national de Santé d’Angleterre a ordonné au centre Tavistock, connu sous le nom de Gender Identity Development Service (Service de développement de l’identité de genre, GIDS) de mettre fin à ses activités, après qu’un examen indépendant a révélé que changer de sexe n’est pas une option sûre ou viable à long terme, vu les dégâts humains constatés.

Un cabinet d’avocats intente une action collective pour négligence clinique contre le centre, sur fond d’allégations selon lesquelles le service aurait mal diagnostiqué certains jeunes qui se débattaient avec leur identité de genre. S’adressant à Sky News, Tom Goodhead, associé directeur général de Pogust Goodhead, a déclaré : « Nous pensons qu’il y a des centaines de cas de négligence clinique. Nous pensons qu’il y a des centaines de jeunes adultes qui ont été affectés par des défaillances dans les soins au cours de la dernière décennie au Centre Tavistock, et nous voulons être en mesure de leur donner une voix au tribunal. »

Il affirme que « les enfants et les jeunes adolescents ont été précipités dans un traitement sans la thérapie appropriée et sans l’implication des bons cliniciens, ce qui signifie qu’ils ont été mal diagnostiqués« .

Depuis son ouverture en 1989, le centre Tavistock a « travaillé » environ 9 000 enfants de 17 ans ou moins. Certains qui présentaient une dysphorie de genre, une détresse rarissime due à une inadéquation entre leur sexe biologique et ce qu’ils ressentent, ont été traités par hormonothérapie, connue sous le nom de bloqueurs de puberté, qui peut aider à retarder les changements physiques du corps de l’enfant, autrement dit, qui permet de détraquer le corps, mais pas de supprimer ou changer le sexe.

« Les avocats cherchent à réunir des enfants engagés dans un traitement qui ne leur convenait pas« , selon M. Goodhead, en appelant toute personne qui aurait été affectée à se manifester. Au début de l’année, la Cass Review, soutenue par le NHS et dirigée par le Dr Hilary Cass, pédiatre, a publié un rapport qui a révélé que certains membres du personnel de santé du Tavistock Centre s’étaient sentis sous pression pour adopter une approche affirmative inconditionnelle envers les enfants présentant une dysphorie de genre.

Le rapport indique que la clinique subit une pression insoutenable en raison de l’augmentation des listes d’attente et qu’elle a du mal à conserver des données de routine et cohérentes sur les enfants.

Le centre londonien devant fermer ses portes au printemps prochain, de nouveaux centres régionaux seront créés à sa place pour garantir que les besoins holistiques des enfants soient pleinement satisfaits, a déclaré le NHS. Le problème, c’est la très forte influence des médias qui font croire que le changement de sexe, les problèmes de sexe, sont un phénomène normal, banal, auquel des solutions simples existent.

Pourquoi ? Parce que les journalistes sont de gauche ou d’extrême gauche et que leur idéologie consiste à faire table rase de l’histoire de l’homme, de sa nature profonde, pour créer l’homme nouveau, une civilisation nouvelle calquée sur leur fantaisie, la révolution culturelle de Mao en est un exemple.

En France, le livre de Martine Aubry, Changer de civilisation, en était un bon indicateur.

Avec Éric Zemmour : Nous devons reprendre le contrôle de notre pays !

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

13 Commentaires

  1. Ce n’est pas la civilisation qu’il faut changer mais toute cette nomenklatura LGBT qui s’est introduit dans tous les rouages de l’administration et qui dicte sa loi au peuple Français qui je l’espere vas se reveiller à la rentrée et foutre le boxon dans ce pays qui va à vau-l’eau

  2. Rien à foutre de ces connards s’ils veulent se mutiler eux et leurs enfants !

  3. Une claque sur les fesses de son gamin, c’est peut-être la case prison s’il va se plaindre, mais l’accompagner à la clinique pour une opération de changement de sexe (ou de mise en place d’un troisième ou quatrième, je préfère rester prudent), là tout est OK

    Ce monde devient de plus en plus naze.

  4. « une opération si je veux  » mais il manque une deuxième partie : et je paye de ma poche!

  5. Ces faits prouvent une chose : le transgenrisme relève d’une psychose collective et pas de la raison raisonnable. Toutefois, il convient de ne pas mélanger cela avec l’homosexualité, comme je peux le constater souvent dans les commentaires. Les LGBT sont une secte fanatique qui se moque des choix sexuels des uns et des autres : ils veulent juste exterminer l’espèce humaine naturelle. On appelle ça un crime contre l’humanité…

    • à Charles D. Exact. Je me demande même si cette secte ne fait pas plus de tort que de bien aux homosexuels en les incluant dans leur gloubi boulga sexuel. Les couples homosexuels sont parfaitement admis et n’avaient nul besoin de cette secte très inquiétante. Que des adultes viennent parler sexualité et genre à des enfants est extrêmement pervers et malsain.

  6. Mon dieu! Pauvres gosses. Ils ne savent plus qui ils sont tantôt féminin tantôt masculin alors que la nature,elle, a fait son choix.Que cela leur plaise ou non ils sont soit une fille soit un garçon.
    Je ne parle pas de ces enfants pour qui il est vital de changer de sexe pour leur bien être pyschologique au risque d’en souffrir toute leur vie, je les comprends mais de là à induire en erreur des milliers d’ados qui à l’âge de la puberté se cherchent c’est le reste de leur vie qui sera gâchée surtout s’ils ont subi une opération irréversible
    Laissez les donc grandir et faire leurs expériences et arrêtez de culpabiliser les parents qui ne savent plus à quel saint se vouer

    • Minisini. Pourquoi serait-il vital pour un enfant de changer de sexe ? Comment un enfant qui ne connaît rien à la vie peut-il en juger ? Ce sont des idées malsaines que des adultes dégénérés leur mettent dans la tête de façon directe ou par des insinuations. Ce n’est pas un changement de sexe qui aidera les ados mal dans leur peau. Les regrets de l’avoir fait peuvent être terribles. Un changement aussi définitif ne doit être entrepris qu’à l’âge adulte, quand on sait – en principe – ce qu’on fait et qu’on est vraiment sûr de son choix et de l’assumer définitivement.

  7. Qu’ils s’opèrent, qu’ils se castrent et se dotent de prothèses s’ils veulent et ne ressemblent plus à rien d’humain, ces cinglés – tant pis pour pour eux – mais qu’ils foutent la paix aux enfants !

  8. J’avais un trans dans ma clientèle. Ma guichetière avait demandé une pièce d’identité pour un retrait d’espèces à une madame ex-monsieur. Comme la transformation était récente, elle lui balance du monsieur comme précédemment. Scandale de la part du mons. euh de la madame. Je vais baisser ma culotte et vous montrer que je suis une vraie femme, qu’elle criait.La Guichetière : excusez-moi Mons.euh madame. Crise d’hystérie, Laurent devenu Laura a failli en avoir une attaque. J’aurais bien aimé qu’il euh qu’elle baisse son slibard : j’aurais dit, zut! Ça a repoussé…

  9. Les héritiers du Docteur Mengele sont donc réels.
    Ce n’était donc pas un canular.

Les commentaires sont fermés.