Abdelaziz Baraka Sakin, La Princesse de Zanzibar : l’esclavage sous Léopold II

Quand, à l’époque de Léopold II, le fils d’un chef africain, sexe coupé, est destiné à frotter le dos de la Princesse musulmane de Zanzibar, quand d’autres Noirs esclaves castrés se tuent au travail ou sont emmenés, nus, dans une prison souterraine où ils vont mourir de faim, de soif, de saleté, des Français, des Anglais tentaient d’occuper cette région, des Belges ont perdu la vie pour avoir voulu mettre fin à cette indignité.

À l’école ou dans les médias, on ne nous parle plus de cet esclavage, on n’aborde que le rôle négatif des colonisateurs, on a oublié les chefs traditionnels qui, au Congo par exemple, ne voulaient pas de l’indépendance en 1960 parce qu’ils connaissaient l’histoire grâce à la tradition…

Je pense à ce passé horrible pour l’Est de l’Afrique quand je lis que des centaines d’« ouvriers » noirs et bruns sont morts récemment au Qatar pour la construction d’un stade de football climatisé de très grand luxe et je suggère à ceux qui n’ont que critiques pour les colonisations, pour Léopold II, de se renseigner sur le passé – La Princesse de Zanzibar est un livre intéressant – et on peut aussi se renseigner sur le monde actuel, la vie des Congolais travaillant dans les mines par exemple… Et s’il est bien vrai que les esclaves ne sont plus  castrés, que chaque pays d’Afrique a pu bénéficier des progrès de la civilisation – voyez les écoles, les routes, les hôpitaux, les industries, les centres de recherche agricole en 1960 – que nous avons la chance infinie de ne plus vivre à l’époque de la Princesse de Zanzibar, une question me  vient : sommes-nous tous capables de profiter de cette chance ?

À leur époque, les esclaves libérés de Zanzibar n’en étaient pas capables : à peine libérés par le colonisateur anglais, ils ont cessé de travailler, ils se sont mis à détruire, ont erré sans but dans l’île et étaient bien malheureux. L’auteur ne nous cache pas cette réalité et on lui pardonnera volontiers quelques erreurs ne concernant pas Zanzibar mais qui ont du succès. (1)

Ce livre est une belle introduction, agréable et facile à lire, pour ceux qui aiment connaître l’histoire. Il montre une situation réelle de manière romancée… et donnera envie d’en savoir plus !

Un petit extrait :

Il faut d’abord remercier Dieu, puis les esprits de nos ancêtres, et aussi la bénédiction des mères du village, les sorciers qui ont protégé nos jeunes, les maîtres du savoir qui leur ont appris la vraie vie, celle du labeur, de l’obéissance et de la connaissance, je remercie aussi le chef de ces courageux jeunes hommes, Mwana wa Mbwa. C’est un tout jeune garçon mais l’âme de son ancêtre est entrée dans son corps, elle est aussi ancienne que le baobab, merci aux courageux jeunes hommes du village. Un jour, mes fils, ce sera vous qui dirigerez le pays, le corbeau ne cède pas le nid à la cigogne, car il est plus gros et plus noir qu’elle, sa voix est plus forte et son bec plus puissant, il n’a de cesse de la combattre jusqu’à ce qu’elle s’en aille. Tant que tu ne te courbes pas, on ne montera jamais sur ton dos, et si tu veux profiter de la lumière du soleil, il faut quitter ta hutte, or désormais nous la voulons, la lumière du soleil. (p.176)

Mia Vossen

(1) Comme tant d’autres, l’auteur du livre a pris pour argent comptant le livre d’Adam Hochschild qui parle de 10 millions de Congolais tués sous le règne de Léopold II. Il ignore qu’à l’époque seuls 1 700 Européens travaillaient au Congo, que le Congo de Léopold II – l’EIC – bien peuplé près du fleuve, comptait peut-être 5 millions d’habitants à l’intérieur du pays, chiffre invérifiable, avancé par des explorateurs qui ont traversé cet intérieur (Théodore Luyckx par exemple). Hochschild cherchait le succès, il l’a obtenu et même des professeurs d’Université lui font confiance….

image_pdfimage_print
16
1

7 Commentaires

  1. La lecture du « Premier voyage » de Vasco de Gama 1497 – 1499, publié par les Editions Chandeigne, nous en apprend beaucoup sur les moeurs des musulmans de la côte orientale de l’Afrique et des abords du sous-continent indien, sur leur stratégie pour alimenter leur trafic, en chair fraiche, sans distinction de couleur. Pour un peu Vasco de Gama et ses compagnons ne seraient jamais rentrés au Portugal.
    Autre lecture, celle d’un roman de Jules Verne, « Un capitaine de quinze ans » dont toute une partie se déroule en Afrique équatoriale, détaille très largement la chasse aux esclaves noirs par les trafiquants arabes, pour les marchés d’ Afrique orientale, dont sont victimes un groupe de citoyens US, d’origine africaine. C’est un roman certes mais, comme toute l’oeuvre de Jules Verne, très inspiré par la réalité.

  2. Votre style est trop ampoulé… On n’y comprend plus rien.
    Si vous voulez attirer des lecteurs, il faudrait écrire simplement et appeler un chat, un chat.
    Personnellement, je sens qu’il y a du fond, mais je n’ai rien compris à plusieurs phrases. Ceci est dit sans aucune méchanceté : je ne vous connais pas !

  3. (suite ) Eh bien, on se rend compte que nos « amis » les « Boches » sont vraiment des « petits bras » en comparaison aux qlq milliers (maximum) de colons ( Blancs, évidemment !) qui seraient (paraît-il !) parvenus à exterminer des dizaines de millions de Noirs (sans laisser de traces, sans chemin de fer, sans route, sans technologies d’exterminations, sans camps d’extermination, sans aviation, sans napalm, sans bombe atomique … et cela sans laisser de traces ! Vraiment, nos « amis » les « Boches » sont des « petits bras » à côté des (très) méchants ( et très très organisés) colons ….. à moins …. à moins ….

  4. suite de ma démonstration : L’Etat Indépendant du Congo a vécu 23 ans (1885-1908), d’après les (mauvais) historiens plusieurs millions de Noirs furent exterminés durant cette période (certains « ânes-iversitaires » ont parlé (sans rire) de plusieurs dizaines de millions ! ) Le nazisme en allemagne a régné de 1933 à 1945 soit 12 ans et en 12 années avec des chemins de fer, des millions de soldats, des camps d’exterminations industriels ( chambres à gaz, incinérateurs, mitrailleuses lourdes, exactions massives) sont « parvenus » a tuer 6 millions de Juifs ! ( suite prochain commentaire)

  5. Remarquable article ! La création de l’Etat Indépendant du Congo visait (entre autres) la cessation des incursions des esclavagistes arabo-zanzibarites (la zone Est de l’Afrique étant quasi désertifiée en habitants suite à l’esclavagisation massive des populations locales depuis plus de mille ans par nos « amis » les musulmans !)(certaines régions ne comptaient (à l’époque !) plus que qlq habitants au km carré !!!!) La réalité : la création de l’état indépendant du Congo ne plaisait pas aux britanniques qui voulaient une continuité territoriale depuis le Caire jusqu’au Cap de Bonne Espérance … AUSSI ils n’ont pas hésité à répandre des fakes news à propos des (soi-disant) exactions des colons (Blancs) …. qui comme vous l’indiquiez fort justement, n’étaient que qlq centaines durant les premières années ! (suite prochain commentaire)

    • MERCI pour votre bon sens…. vos connaissances (que beaucoup d' »historiens » n’ont pas!)

    • Ca sert à quoi de remuer toute cette 💩💩?????

      Il faut accuser QUI de QUOI ???
      Vous trouvez qu’il n’y a pas assez le foutoir en France ???

      De toute façon, la moitié de votre texte est incompréhensible.
      Che tempo perso….

Les commentaires sont fermés.