Abdelhakim Dekhar a gâché la fête !

TIREUR FOU 1En écoutant Julien Dray, dans l’émission de Zemmour & Naulleau sur Paris-Première, j’ai été atterré par son déni de la réalité. Non content de défendre son acolyte Harlem Désir nous rejouant ses partitions de jeunesse contre le racisme, Dray a énoncé une énormité : selon lui, la parole libérée sur Internet serait une parole lâche car anonyme. Lui qui a le sens de la précision horlogère – étant donné son amour immodéré des belles montres ! –, je m’étonne !

Parce qu’aujourd’hui, sur Internet, ce qui ébranle la propagande d’Etat ce ne sont pas les commentaires plus minables les uns que les autres que l’on peut lire à loisir sur Youtube, Facebook, etc. La plupart des internautes les prennent pour ce qu’ils sont : un déversoir de haine frustrée, incohérente et – langue française : langue mourante ! – souvent illisible.

Non ! Ce qui chauffe le derrière de nos gouvernants sur la toile, comme l’ingestion déraisonnable d’une grande quantité de piments, ce sont des sites tels que Riposte laïque où les intervenants – dont votre humble serviteur ! – signent de leur nom d’état-civil. Et si certains ne le font pas c’est peut-être qu’ils craignent les représailles de vos « potes », Monsieur Dray !

Toutefois, on CRAINT de moins en moins d’afficher son attachement « décomplexé » à la Nation réelle ; pas celle fantasmée par les mondialistes qui rêvent, en nouvelle Pénélope, de détisser chaque nuit l’identité des peuples pour que ceux-ci se réveillent sans repères et prêts à tous les esclavages.

Et puisqu’on parle de visibilité, que les médias – notamment du Service public que nous finançons – aient le courage d’inviter Pierre Cassen à une heure de grande écoute : il ne se cachera pas derrière un masque pour vous faire croire qu’il s’appelle Batman ou Zorro ! Le hic c’est que si lui ou un autre représentant de la contre-parole identitaire intervenait au grand jour, on risquerait de l’écouter le bougre ! Il faut donc entretenir le feu d’une nébuleuse d’extrême-droite entourant en un clair-obscur caravagesque l’immaculée-conception socialiste !

« Extrême-droite ! Extrême-droite ! Extrême-droite !

Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine. »

Pardon Victor, tu ne m’en voudras pas, j’espère, de torturer deux de tes fameux vers !

« Extrême-droite, voici encore que tu trahis nos attentes », gémit à son tour Nicolas Demorand, rédacteur en chef de Libération. Il avait déjà sa une prête pour les rotatives : « L’extrême-droite décomplexée assassine la presse ! » Diantre, c’était l’extrême-gauche mâtinée d’un islamisme fait-maison…Comme le cassoulet, c’est toujours le meilleur ! Il a donc fallu rameuter les psychiatres pour secourir le vide informatif des journalistes ; « tenter » d’expliquer « un geste fou » perpétré par « un déséquilibré », etc. Même si, une fois n’est pas coutume, dans ce cas le type semble être vraiment dérangé. Patientons : ce sera bientôt la faute du climat « délétère et raciste » qui règne dans notre pays. Ce pauvre garçon aura seulement exprimé son désarroi d’être un « mal-aimé de la République » !

Imaginez qu’il ait été un autochtone de droite ! Plus de geste fou : il aurait incarné le mal génétiquement inscrit dans son idéologie !

Le seul reproche « fondé » que l’on pourrait officiellement formuler à charge contre Abdelhakim Dekhar c’est : pourquoi tu « nous » as infligé ça en pleine communion footballistique ? Rends-toi compte : une bande de joyeux drilles – qui aiment autant la France que moi les épinards à la crème ! – nous permet d’accéder au rêve paroxystique d’aller disputer une coupe du monde et toi, tu te fais remarquer ! Même que pour l’occasion, « notre » équipe a promis de ne pas faire de grève-surprise…Et ce sera sans doute la seule surprise !

Remarquez, gagner au Brésil serait un lot de consolation pour Hollande si les élections municipales et européennes tournent – comme je le subodore – au vinaigre pour l’aigre Gauche !

Revenons à nos cochons ! Or donc, l’extrémisme de droite, qui jouit en ce moment d’une couverture médiatique digne d’un mariage princier, ne fait plus recette. C’est un peu comme le stalinisme de grand-papa : on nous racontait qu’il était un rempart sûr au fascisme. Sauf que, avec le temps, on s’est rendu compte qu’il était coulé dans le même moule. Et voilà qu’un angelot de la diversité en rajoute une couche !

Dekhar n’est qu’un exemple de plus de l’échec de l’intégration et du succès de la désintégration de notre identité. Sauf que la colère des Français de conscience va crescendo et risque de se muer en une rage vengeresse. Seul un changement radical permettrait d’éviter le pire. La dissolution de l’Assemblée serait la solution. Mais la Gauche est accrochée au pouvoir comme une tique à la peau !

Charles Demassieux

image_pdf
0
0