Abdennour Bidar a résolu le problème : "Le musulman n'existe pas" !

Ce vendredi 18 novembre 2011, l’émission de télévision intitulée «2012 : Les grandes questions» était consacrée à l’immigration. Qu’en est-il sorti ? Rien, hormis l’assassinat programmé du réel ! On se demande même pourquoi le thème de l’immigration a pu faire son entrée dans cette émission, alors qu’on n’a pas cessé de nous expliquer qu’il n’y a point d’immigration qui pourrait justifier quelque question que ce soit. Et il n’y en a point parce que les immigrés sont parfaitement intégrés : «Citez-moi un seul musulman (1) qui ne respecte pas les lois de la République» a rétorqué Malek Chebel à Christine Tasin !

Mais on a eu droit à plus fort que cela, en particulier à cette affirmation d’Abdennour Bidar selon laquelle «le musulman n’existe pas» !

Si «le musulman n’existe pas», il n’y a pas de musulman par essence, et s’il n’y a pas de musulman par essence, il n’y a pas non plus d’islam par essence. En conséquence, on ne peut rien dire du musulman ou de l’islam qui puisse correspondre au musulman ou à l’islam, et ceux qui prétendent le contraire s’égarent !

Le problème, c’est que le réel tient un tout autre discours, le musulman authentique s’essentialisant dans la lecture littérale du Coran, lequel s’essentialise à son tour en tant que Parole de Dieu. 

L’islam n’existe pas, mais il est une «grande religion» (2) ! «Le musulman n’existe pas», mais de nombreux immigrés musulmans se disent musulmans d’abord ! L’islam n’existe pas, mais l’on construit des mosquées-cathédrales ! «Le musulman n’existe pas», mais les carrés musulmans communautarisent les musulmans jusque dans la mort ! L’islam n’existe pas, mais la laïcité ne serait pas en danger si l’islam ne faisait pas l’actualité de la laïcité ! «Le musulman n’existe pas», mais les zones de non-droit se multiplient ! L’islam n’existe pas, mais il voile les femmes ! «Le musulman n’existe pas», mais le politiquement correct ou l’historiquement correct tiennent le haut du pavé ! L’islam n’existe pas, mais Malek Chebel souhaite que le thème de l’islam ne soit pas abordé lors de la prochaine campagne présidentielle ! 

Si «le musulman n’existe pas», pourquoi Abdennour Bidar propose-t-il la création d’un «ministère de la fraternité» ? Lorsqu’une musulmane refuse d’être examinée par un médecin homme, qui est le frère de qui ? Qui refuse l’autre : le citoyen français accueillant sur son sol quelque étranger que ce soit, ou le musulman ne prenant pour alter ego que le musulman ?

Abdennour Bidar a le défaut de ses qualités : il est si élevé dans ses propos que la réalité s’amenuise sous ses yeux au point de disparaître. C’est un dangereux magicien, capable de voir dans la Tour Eiffel «le plus beau des minarets de France» (3) !

Au fond, l’émission de Franz-Olivier Giesbert n’a eu pour mérite que de mettre en valeur des vendeurs de masques et d‘œillères, face auxquels Christine Tasin s’efforçait d’agiter des faits. C’est pourtant elle qui a dit l’essentiel, en particulier lorsqu’elle a précisé qu’elle aimerait «avoir tort» ! Mais elle n’avait pas tort, hélas, car ses propos s’enracinaient dans l’islamisation de notre pays et non dans je ne sais quelle falsification à finalité politique !

Ne soyons donc pas étonnés qu’elle ait été sans cesse interrompue – y compris de façon cavalière (4) – par ceux-là mêmes qui n’ont que le mot de «respect» ou de «démocratie» à la bouche et qui, cependant, ne permettent pas l’expression d’une pensée différente de la leur, surtout si elle les arrache de leur sommeil dogmatique !

Le 18 novembre dernier, sur le petit écran, le consensuel et le sirupeux régnaient en maîtres absolus : nous n’étions pas chez Franz-Olivier Giesbert, mais chez Michel Drucker !

Maurice Vidal

(1) Notons ici que Malek Chebel lui-même associe «immigration» et «islam» !

(2) Jean Sévillia.

(3) «C dans l’air», 1-12-2009.

(4) Notamment par Emmanuel Todd.


image_pdfimage_print