Abdeslam a dit la vérité, il a tué au nom d’Allah

Les journaleux qui ont rendu compte de la première séance du procès des attentats du 13 novembre 2015 l’ont résumée d’un seul et même mot, écrit ou oral, répété par tous, de quelque chaîne qu’ils soient, quelque opinion qu’ils expriment : provocations. Non pas provocation, mais provocations, avec un s final. Pas singulier, pluriel (comme la gauche du même nom ?). Évidemment, ces journaleux désignent l’auteur de ces provocations par son prénom et son patronyme, bien que ce prénom et ce patronyme aient des significations puantes en arabe, comme si cet Abdel chéri était de leur famille, un proche ou un homme digne d’intérêt.

Ils tiennent pour des provocations les deux phrases qu’il a prononcées pour décliner son identité (comme ils disent), à savoir : la chouhada ou profession de foi musulmane (il n’y a de dieu qu’Allah et Mahomet est son messager) et son activité (combattant de l’État islamique). Il n’a fait qu’affirmer la vérité ; il a dit, devant les juges, les avocats, le public, la vérité toute simple, que personne ne veut entendre. Alors, les journaleux ont crié provocations, pour masquer leur ignorance ou le déni de réalité qui les définit. Dans leur petite tête de soumis, de vaincus ou de collabos, la vérité devient une provocation. Savent-ils seulement que, dans la Rome antique, quand Rome était une république, la provocation valait appel au peuple, pour que le peuple se défende, prenne les armes, rétablisse son pouvoir ?

Le dénommé Abdeslam parle vrai. Il a parlé vrai, ce qui a été pendant près de trente ans l’idéal que Rocard a cherché vainement à atteindre, sauf le jour où il est mort : enfin, il disait vrai. Abdeslam a parlé vrai. C’est un combattant de l’État islamique ; il fait la guerre, pas du terrorisme ; il n’assassine pas, il tue les ennemis qui lui ont été désignés comme cibles. Il y a un siècle ou plus, il aurait été pris au mot. Il fait partie des troupes qui font la guerre à la France et aux Français. Tout gouvernement français digne de ce nom aurait mobilisé l’armée, déclaré la conscription générale et chassé de France tous les soldats du djihad, qu’ils soient en armes ou dormants, prêts à tuer. Rien de cela n’a été fait. La guerre est déclarée à la France et aux Français et les autorités organisent une manif et des processions pour crier Paix, Paix, Paix, à tout prix ou quel qu’en soit le prix.

Abdeslam a parlé vrai aussi quand il a cité le nom de ceux qui lui ont donné l’ordre de tuer : Allah et son messager Mahomet. Tout président d’un tribunal dans un pays normal, entendant cela, aurait immédiatement ordonné d’arrêter ces deux sinistres individus ou tous ceux qui vendent, diffusent, lisent le livre d’Allah et de Mahomet, et il aurait fait comparaître devant le tribunal les complices des crimes contre l’humanité perpétrés depuis mars 2012.

Or, silence. On n’a rien entendu. On ne veut rien entendre. On n’a rien compris. On ne veut rien comprendre. Abdeslam n’est qu’un bouffon : on ne veut surtout pas le prendre au sérieux.

Etienne Dolet

 

image_pdf
0
0

26 Commentaires

  1. 💥 Bravo! Vous avez très bien résumé la problématique de la conquête islamique contre l’Occident depuis près de 14 siècles ! Cette secte mortifère et ses soldats d’Allah ne poursuivent qu’un but; la domination de notre civilisation! Abdelslam l’a avoué tout simplement! Je fais le djihâd au nom d’Allah! C’est dans le Coran. Réveillons nous! 🇫🇷

  2. et il l’a fait pour une raison :
    8: 18 aussi ça n’est pas vous qui les avez tué mais Allah

  3. Dans le coran le purgatoire n’existe pas ? Désolé mais il existe ! Quand tu prends des vies tu vas au purgatoire et tu y reste ! Pensez qu’on reste fidèle au prophète nous pardonne de nos fautes, il n’y a que les imbéciles qui pensent cela ! 😇

  4. Mila met ses doigts dans le cul d’Allah. quant à Abdeslam-le-Téméraire, c’est sa langue qu’il enfonce de plusieurs centimètres dans les sphincters d’Allah le sourd-muet qu’il prie 5 fois par jour et qui ne lui répond jamais. Quand il arrivera au Paradis, il sucera aussi la bite de l’illettré Mahomet puis il aura affaire à ses 72 vierges qui lui donneront un avant-goût de l’Enfer… 72 vierges, Abdeslam! Crois-moi, avec elles, tu vas comprendre ta douleur!

  5. Donner la parole au diable !!
    l ont ils donner a leurs victimes? nada
    BIEN GENTIL ce proces il meriterait qu on lui fasse ce que eux ont fait oeuil pour oeuil

  6. En France, la discrimination positive est « perçue » depuis les années 1990 comme un moyen d’intégration des populations issues de l’immigration. Faisant débat, elle est cependant limitée et n’a pas de caractère ethnique.
    Sauf pour les blancos bien sûr !!!
    CAF…CAF…CAF…CAF…CAF…CAF….CAF…CAF….CAF
    Allez Jean Pierre et Sandrine.. au boulot et au SMIC horaire siouplait!!! Sans APL enfoirés de blanc antisémites racistes heineux……Et vous jolie blonde faudrait offrir votre derrière à Fatoumata afin de prouver que vous n’est pas waciste hein ?!.
    Non, mais je plaisante. Je suis espiègle.

  7. Excellent article M. Dolet.
    Abdeslam est un soldat d’Allah-Sheitan mais c’est surtout un lâche qui est toujours vivant alors qu’il avait pour mission de se faire péter la tronche.
    Je trouve qu’on insiste pas beaucoup sur cet aspect des choses. Mettons que sa ceinture explosive ait été défectueuse. Il pouvait alors prendre une voiture et foncer dans les rues de Paris en tuant des gens. Or, il ne l’a pas fait ! Salah Abdeslam est une couille molle qui n’aura droit qu’à 72 verges au lieu de vierges. Mais c’est peut’être ce qu’il veut le baiseur de chèvres.

    • une couille molle qui n’a pas fait sauter sa ceinture d’explosifs !
      ça s’appelle un lâche, un peureux, un pleutre

    • Dans toutes les sectes, et l’islamisme en est une, il y a les manipulateurs et les manipulés. Abdeslam était désigné par les chefs de Daesh comme le meneur de cette opération. Abdeslam savait que sa ceinture ne comportait pas de détonnateur et il a laissé exploser ses comparses, dont son frère faisait partie, et maintenant il joue au héro dans le but d’être admiré par certains jeunes couillons de banlieue pour qu’ils essaient de passer à l’acte eux aussi.

  8. Il faudrait au contraire le laisser parler, lui donner toute liberté pour exprimer ses convictions, ses objectifs et sa vision du monde. Je suis certain qu’il parlerait d’abondance et ainsi on pourrait faire au grand jour le procès du vrai coupable qui inspire ces barbares depuis 14 siècles: l’islam.

  9. « Le malheur pour la société musulmane est qu’elle croit à la pérennité de la guerre. La guerre, c’est toute sa pensée active, et non pas la guerre savante et intelligente, mais la guerre seulement brutale. Tout est dans ces quelques mots : être musulman et tuer ; ne pas être musulman et être esclave ou tué. Sans ce principe, pas d’islamisme. La guerre est à très peu près l’unique travail social que l’islamie [= la oumma] se croit imposé. C’est à cette pensée qu’elle est demeurée le plus fidèle et le plus dévouée ; le reste n’est qu’éphémère. »

    (Dr Nicolas Perron, “Femmes arabes avant et depuis l’islamisme”, Quelques réflexions ; Librairie nouvelle, Paris, et Tissier libraire-éditeur, Alger, 1858, page 603.)

  10. c’est une tribune magnifique pour lui….il disculpe avec grandeur ses complices : « laissez les gars, je vais tout prendre pour moi » (rire)
    même s’il ne l’imaginait pas quelques mois auparavant, le voici nouveau mohamed , presque chef du djihad.
    presque déifié…et surtout il va induire des vocations de martyrs.
    On imagine mieux le choix américain pour le « jugement » de ben laden en y réfléchissant longuement.

  11. Ce procès est une honte !!!!
    « Ce pays est ,pour eux,un endroit où le vaincu,le terroriste…vaut mieux qu’un patriote. »

    Je veux pas dire mais selon ce que nous pouvons tous observer ce pays qui ne voulait pas de l’Algérie française se prépare à devenir la France algérienne.

    • vous avez tout dit, un combattant se bat contre un autre homme ou groupe d’hommes, qui sont aussi des combattants armés, des civils, genre, familles, jeunes, musiciens, chanteurs, n’ont rien à faire dans cette histoire, ces barbares ont choisi le « bataclan » car il y avait des réunions d’israêliens tout les mois, donc pourquoi n’avoir pas attaqué les hommes de cette réunion, mais des innocents qui eux ne sont pas au courant de ces faits, cela prouve que des musulmans d’autres pays règle leurs compte dans notre pays, en massacrant, la population française, donc qu’ils viennent pas pleuré pour leurs jeunes manifestant en Palestine……

  12. Ce musulman est notre ennemi et il a tué en toute conscience si nous étions des humains cohérents nous le tuerions de deux balles dans le ventre pour que son agonie soit longue et très douloureuse
    au lieu de cela nous le logeons le nourrissons au frais de la France
    À vomir

    • Monsieur Abdeslam n’est que le balai d’Israël !!! Ce qui n’enlève rien à sa responsabilité bien entendu ! Mais il reste néanmoins que le résultat d’une politique républicaine elle même sous domination sémite. Et je reste poli.

  13. Si c’est Allah qui a donné l’ordre à cette bête sauvage de massacrer des civils innocents et désarmés c’est bien que c’est un fieffé connard doublé d’un gros lâche que seuls des Primaires moins futées que les limaces peuvent entendre et croire !

    • Beaucoup de religions, plutôt sectes, se recommande de la Bible , même le Coran,ont commis énormément de crimes au nom de Dieu, mais que dit le Créateur dans la Bible justement ?
      Voici :  » Dis-​leur : “Aussi vrai que je suis vivant, déclare le Souverain Seigneur Yahweh , la mort de quelqu’un de méchant ne me fait jamais plaisir ; je préfère que le méchant change de conduite et reste en vie. Revenez et abandonnez votre mauvaise conduite ! En effet, pourquoi devriez-​vous mourir, ô peuple  » Cela est écrit dans la Bible , l’ancien testament, dans la prophétie d’Ézéchiel, 10 : 33. Ainsi par une connaissance de la Bible nous constatons que toutes ces religions ont tous tuées en leur nom mais surement pas au Nom du Dieu de la Bible , tout est mensonges , hypocrisies , assassinats,sataniques !

Les commentaires sont fermés.