1

Abdulakh Anzorov : assassin de Samuel Paty et héros de Tchétchénie

L’enterrement de l’égorgeur de Samuel Paty n’en finit pas de générer des célébrations diverses en Tchétchénie où Abdulakh Anzorov est maintenant considéré comme un véritable héros. Certes, rien d’officiel, mais si le Président tchétchène Kadyrov a bien « condamné » ce crime, il a toutefois trouvé quelques excuses à Anzorov.

C’est toute l’ambiguïté de la situation en Tchétchénie : une république islamique « dure » au sein d’une fédération majoritairement chrétienne. Il est évident que Kadyrov ne reste à la tête de la Tchétchénie que faute d’autre candidat, ce n’est plus un secret que le FSB ne rêve que de se débarrasser de lui. Mais pour le moment, il n’y a personne d’autre capable d’empêcher les groupes terroristes de se reconstituer, et il est vrai que dès qu’un « extrémiste » montre des velléités à passer à l’acte, les milices de Kadyrov interviennent sans grand respect des « droits de l’homme ». C’est là le marché passé entre le Kremlin et Kadyrov : empêchez tout attentat en Russie et faites ce que vous voulez dans votre république.

Kadyrov ne manque d’ailleurs pas une occasion de mettre en avant sa « foi musulmane »… tout en se gardant bien de provoquer la Russie. Mais dans le cas présent, puisque cela concerne un pays tiers, aucun problème et donc Kadyrov laisse faire sans se mettre en avant. Il faut tout de même bien dire que la plus grande responsabilité de cet assassinat revient à la France qui a accueilli sur son territoire des malades mentaux en tous genres, et qui les laisse non seulement proliférer mais également développer leurs appels au meurtre dans des mosquées inaugurées par les politiciens français ! Nos services de renseignement sont plusieurs fois intervenus pour mettre en garde les Français envers certains individus, il n’y a *jamais* eu la moindre « réponse » concrète !

Je ne ferai pas de remarque sur la personnalité de la victime, même s’il est notoire que la majorité des enseignants en France considèrent – ou tout au moins considéraient ! – avec bienveillance ces « pauvres réfugiés ». Mais enfin, si l’on ajoute tous ces éléments, il est clair que les responsables sont l’ensemble des Français, citoyens ayant élu et réélu les politiques qui ont permis cette situation. Ce n’est d’ailleurs ni la première ni la dernière fois qu’un « réfugié » assassine ceux qui lui ont ouvert la porte…

Voyez d’ailleurs comment vit en France cette famille de « pauvres réfugiés », mieux sans doute que bien des Français !

En Russie, la Tchétchénie est considérée comme une place que l’on oublie. Les deux guerres sont encore dans les mémoires de beaucoup, et on se dit que « ce qui se passe chez eux, ma foi, c’est leur problème ». Il y a des Tchétchènes à Moscou bien sûr, mais ils s’y comportent généralement correctement et l’insécurité est plutôt le fait des ressortissants des pays d’Asie Centrale (Tadzhikistan Ouzbekistan Khirgyzie Azerbaidzan). Et dans plusieurs cas les Tchétchènes sont intervenus pour défendre des personnes attaquées par des ressortissants de ces pays. Il n’en reste pas moins que nous les considérons comme des… Si j’écris ça ici, Riposte Laïque sera une fois encore poursuivie, mais vous m’avez compris !

En France il semble que les Tchétchènes ne se comportent pas aussi « convenablement », peut-être est-ce parce que certaines personnes ne respectent que la force, notion inconnue en France où tous se couchent devant l’envahisseur ? Il est en quelque sorte compréhensible que certains profitent des faiblesses des autres…

Une question va se poser vu le départ très proche de Vladimir Poutine. Son remplaçant laissera-t-il carte blanche à Kadyrov ? Rien n’est moins sûr, et si le nouveau dirigeant de la Russie est un « silovik » (homme des services secrets) il y a fort à parier qu’il s’en débarrassera à la première occasion. Ce qui ne sera pas une raison de pleurer pour la majorité des Russes.

Boris Guenadevitch Karpov
https://boriskarpov.tvs24.ru