1

Abstention record, vers l’annulation des élections municipales ?

Résultat de recherche d'images pour "photos elections municipales"

C’est donc dans une atmosphère de Stade 3 que s’est déroulé le 1er tour des municipales. Un scrutin maintenu malgré tout, mais  qui  laissait entrevoir une abstention record, malgré une excellente organisation des bureaux de vote, qui ont pris toutes les mesures pour éviter toute contamination.

Et en effet, cette abstention atteint 56 %, soit 20 points de plus qu’en 2014. Les personnes âgées ont été très sensibles au discours du Premier ministre sur les précautions sanitaires. Ajoutons que la campagne électorale a été sévèrement  dominée par la crise sanitaire.

26 millions d’électeurs ont boudé le scrutin. Ce qui est un paradoxe car les municipales sont les élections préférées des Français.

35 000 communes sont donc concernées par l’élection de leur maire et 48 000 électeurs sont invités à s’exprimer, dont 300 000 Européens inscrits, mais sans les 46 000 Britanniques exclus du vote depuis le Brexit.

Deux remarques sur cette élection à très forte abstention.

1. Quel que soit la niveau de la participation, les résultats seront validés. Il n’existe aucun seuil minimal de participation. Il faut obtenir 10 % pour se maintenir au 2e tour.

2. En cas d’annulation du 2e tour pour des raisons d’aggravation de la crise sanitaire, le 1er tour serait annulé et  c’est  l’ensemble de l’élection qui serait reportée.

Les enjeux du scrutin.

Pour LREM, il s’agit de planter quelques drapeaux au niveau local. Mais pour limiter la débâcle annoncée, la majorité a investi 136 maires sortants issus d’autres partis sur 288 investitures.

Pour les Républicains et le PS, il s’agit de se refaire une santé après des revers multiples depuis la présidentielle de 2017.

Pour les Verts, confortés par des sondages au top, il s’agit de devenir la première force de gauche.

Pour le RN, l’enjeu est de conserver ses 12 municipalités et d’élargir le maillage territorial.

20 h Premières estimations.

Il est évident que la soirée électorale est  plombée par le Covid-19 qui domine l’actualité et les débats. Avec 5 400 cas et 120 morts, 900 contaminés de plus en 24 heures, l’heure est à la mobilisation générale contre le virus.

Va-t-on vers un confinement drastique avec contrôle des frontières ? C’est le souhait de Marine Le Pen. Le 2e tour a du plomb dans l’aile.

Mais globalement, c’est un vote sanction qui ressort des urnes.

Les Républicains et le PS bénéficient du bon score des maires sortants.

On note une indéniable poussée des Verts, bien placés dans quelques grandes villes.

Le RN obtient des résultats mitigés, inférieurs à ses attentes. Il mise sur une victoire à Perpignan, ce qui serait un joli coup.

À Paris, c’est  l’Espagnole qui caracole en tête, avec 30 % des voix, devant  Rachida Dati  à  22 % et  Agnès Buzyn à 18 %.

Mais il est clair que c’est la crise sanitaire qui domine l’actualité et que ce 1er tour a peu de chances de céder la place à un 2e tour, tant  l’aggravation de la pandémie est inquiétante.

La plupart des partis se montrent favorables à une annulation de sélections.

L’heure est à l’union sacrée face à l’ennemi commun, le Covid-19, qui ne laisse aucun répit à nos équipes médicales et gagne du terrain de jour en jour.

On se dirige vers le confinement total et la fermeture des frontières, des mesures efficaces, dont Macron a toujours nié l’efficacité.

Mais avec la décision d’Angela Merkel de fermer la frontière allemande avec tous ses voisins, le bon sens va s’imposer.

Tous ceux qui nous rabâchaient que le virus n’avait pas de passeport et que fermer les frontières n’avait pas de sens ont l’air malin !

À suivre

Jacques Guillemain