Accommodements raisonnables à la Française : le quiz

Comme promis dans notre dernier article où nous expliquions comment faire des « accommodements raisonnables » sans le dire pour ne pas fâcher ces laïcards de Français républicains http://www.ripostelaique.com/Accommodements-raisonnables-comme.html, voici le quiz pédagogique à l’attention des élus municipaux, départementaux, régionaux ou nationaux.
Bien entendu, il ne s’agit que d’un exercice d’école. Toute ressemblance avec des faits ou des personnes ayant existé ne serait que pure coïncidence.
Les demandes de régimes alimentaires religieux divers se font de plus en plus nombreux et divers dans les cantines scolaires de votre ville. Comment gérer la situation sans paraître communautariste ?
– 1. Vous rappelez les principes laïques de la République française et vous ne changez rien.
– 2. Vous multipliez les menus pour satisfaire chaque religion.
– 3. Vous réunissez tous les représentants des cultes ainsi que des associations antiracistes, vous proposez des menus de remplacement sans viande, et vous saluez cette décision collégiale comme « une victoire de la tolérance et de la laïcité ».

Pour une réception clientéliste de la communauté musulmane, le conseil général que vous présidez a lancé un appel d’offres public à destination des traiteurs pour fournir des centaines de « repas hallal ». Un obscur site internet publie le fac-similé de l’appel d’offre.
– 1. Vous prétextez une erreur de frappe de la part d’une secrétaire.
– 2. Pour donner le change, vous publiez un appel d’offres pour des centaines de « repas cachères », et un autre pour des centaines de « repas végétariens bouddhistes », et un autre pour des centaines de « petits déjeuner de l’Avent ».
– 3. Vous espérez que ce site sera peu lu et que l’affaire ne s’ébruitera pas.
Cet appel d’offre est évidemment une gaffe, que vos collègues d’un autre département ont su éviter. Comment ?
– 1. Ils ont passé l’appel d’offres sans la mention « hallal », et n’ont retenu que les devis proposés par des établissements « hallal » (la liste est disponible au CRCM).
– 2. Ils ont fait faire les repas hallal par le personnel des cantines scolaires, déjà rompu à cette gastronomie.
– 3. Ils se sont fait inviter, ainsi que les autres convives, par une association culturelle arabo-musulmane qui a réglé la note hallal, et dont ils ont augmenté la subvention à cette association en conséquence.
Votre municipalité a vendu un terrain à très bas prix à une association cultuelle qui doit y édifier une mosquée. Mais le responsable de cette association vous dit que pendant la construction, ses fidèles ne savent pas où prier.
– 1. Vous lui dites qu’il ne faut pas pousser le bouchon trop loin.
– 2. Vous mettez à sa disposition un gymnase.
– 3. La mairie fait construire et entretenir à ses frais une mosquée provisoire en préfabriqué sur un parking de supermarché, pendant toute la durée des travaux.
Dans votre ville, les conseillers municipaux ont voté à l’unanimité (sauf une voix) une subvention d’un million d’euros pour recevoir pendant trois jours un mouvement italien qui affiche comme combat principal la paix dans le monde et l’amitié entre les peuples. Mais ce mouvement catholique a multiplié les processions et les prières dans la ville, aux frais du contribuable. Qu’en pensez-vous ?
– 1. Du moment que c’est des processions pour la paix et l’amitié entre les peuples, il n’y a rien à redire.
– 2. Nous n’avons subventionné que les activités culturelles. Les processions et les prières sont restées aux frais des participants.
– 3. Depuis quand on voudrait enfreindre la liberté de vote des élus dans notre démocratie ?
Vous êtes maire et vous recevez une lettre d’un principal de collège qui se plaint de nombreux problèmes posés par le jeûne du ramadan dans son établissement.
– 1. Vous ne répondez pas.
– 2. Vous répondez que vous prenez cette affaire en main personnellement.
– 3. Vous répondez que les collèges sont du ressort du département et vous invitez ce principal à s’adresser au conseil général.
Votre mairie prête une salle municipale pour les conférences d’un célèbre prêcheur islamiste. Cela indigne des associations locales. Que répondez-vous ?
– 1. Vous bottez en touche en rejetant la responsabilité sur le maire d’arrondissement.
– 2. Vous dites que vous n’avez pas connaissance de tous les plannings de toutes les salles, et que cette affaire a échappé à votre vigilance mais que ça ne se reproduira plus.
– 3. Vous dites que dans le cadre d’un débat démocratique, tout le monde peut s’exprimer, et que vous rappelez que vous avez accueilli dans le même esprit un congrès du Front National qui pourtant vous fait horreur.
Dans une autre ville, lors de visites de ce même prédicateur, c’est la mairie qui réglait la note d’hôtel de l’individu, de ses épouses et de ses gardes du corps. Mais hélas, des employés de l’hôtel répandent l’information en ville. Quel serait votre réaction ?
– 1. Vous vous réfugiez dans votre cabanon, et priez la Bonne Mère que ces rumeurs cessent.
– 2. Vous menacez le patron de l’hôtel de cesser toute affaire avec lui.
– 3. Vous trouvez un terrain d’entente avec ce patron : le silence des employés contre les faveurs de la municipalité.
Ces factures d’hôtel sont évidemment une épée de Damoclès que vous auriez pu éviter. Ailleurs en France, l’un de vos collègues a lui aussi financé le gîte et le couvert de ce prêcheur et de sa suite, mais plus habilement.
– 1. Il a subventionné une association d’étudiants musulmans, qui a porté l’argent sur un compte genevois du prédicateur.
– 2. Il les a hébergés dans son grand logement de fonction.
– 3. Il a subventionné une radio locale, qui a invité officiellement ce prédicateur ainsi que d’autres.
Cette radio locale diffuse essentiellement des émissions à destination des musulmans, y compris les cinq prières quotidiennes et les prêches du vendredi. Comment faire pour que les subventions municipales n’apparaissent pas trop communautaristes et cultuelles ?
– 1. La station insère quelques causeries sans rapport avec la religion, comme par exemple le massacre des amérindiens par les conquistadors espagnols, les bienfaits des 35 heures pour la croissance française ou la toxicomanie dans l’armée des Etats-Unis.
– 2. Les prêches du vendredi sont traduits en dialecte chti local.
– 3. La station se présente comme « plurielle » et elle réserve 10% de son temps d’audience aux communautés immigrées non-musulmanes : portugais, polonais, africains, etc.
Vous êtes inspecteur de l’Education Nationale. Une directrice d’école maternelle vous informe qu’une mère d’élève voilée jusqu’aux yeux entre dans l’établissement plusieurs fois par jours pour accompagner et pour venir chercher son enfant dans la classe.
– 1. Vous dites à la directrice de l’école de ne pas laisser entrer cette mère d’élève si elle n’enlève pas le voile qui masque son visage.
– 2. Vous lui conseillez de vérifier, à chaque fois qu’elle veut entrer dans l’école, l’identité de cette mère d’élève en lui demandant d’enlever sa voilette à l’abri des regards masculins.
– 3. Vous expliquez à la directrice de l’école qu’il suffit de demander à cette mère d’élève masquée de porter un signe distinctif sur son vêtement pour qu’elle puisse être identifiée par tout le monde et qu’elle puisse ainsi circuler librement dans l’établissement.
Votre mairie a prêté discrètement un local municipal à une école hébraïque intégriste. Les responsables de cet établissement décident de l’agrandir illégalement en construisant un préau sur une cour commune de l’immeuble. Vous portez l’affaire en justice, ce qui vous vaut d’être comparé aux nazis déportant des Juifs.
– 1. Vous portez plainte pour diffamation publique.
– 2. Vous faites état de votre antifascisme.
– 3. Vous annulez votre recours en justice.
Vous êtes président d’un conseil général et vous recevez une lettre d’un principal de collège qui se plaint de nombreux problèmes posés par le jeûne du ramadan dans son établissement.
– 1. Vous répondez que vous prenez cette affaire en main personnellement.
– 2. Vous ne répondez pas.
– 3. Vous répondez que vous êtes très sensible à ces problèmes, et que vous transmettez immédiatement le dossier au rectorat, avec copie au ministre de l’Education Nationale.
Alors que vous êtes tête de la liste d’opposition aux élections municipales, une rue de votre ville est squattée tous les vendredis par des centaines de personnes qui bloquent la circulation et prient publiquement. Comment communiquez-vous là-dessus ?
– 1. « Voilà le résultat d’une politique d’immigration incontrôlée ! »
– 2. « C’est scandaleux ! Pourquoi l’équipe en place laisse-t-elle perdurer cette gêne pour les usagers, cet usage privé de la voie publique et cette atteinte à la laïcité ? »
– 3. « C’est scandaleux ! L’équipe en place n’a rien fait pour que ces citoyens aient un lieu de culte décent, et les met dans la rue ! »
La presse révèle qu’une crèche municipale de votre commune héberge une mosquée dans son sous-sol.
– 1. Vous licenciez la directrice de la crèche.
– 2. Vous demandez l’expulsion de l’imam, en indélicatesse avec la justice.
– 3. Toutes affaires cessantes, vous parcourez votre commune à la recherche d’un terrain pour y construire un lieu de culte musulman.
Vous vous présentez comme tête de liste aux élections municipales. Contrairement au maire en place qui est du même parti que vous, vous êtes favorable à l’implantation de lieux de cultes musulmans. Un groupuscule d’Identitaires sabote toutes vos tournées électorales en rappelant aux badauds cette prise de position.
– 1. Vous leur répondez en dénonçant leur xénophobie.
– 2. Vous leur répondez en expliquant vos arguments.
– 3. Vous demandez à votre ami, ministre de l’Intérieur, de s’occuper personnellement de ces Identitaires pour qu’ils ne vous embêtent plus.
Vous êtes ministre de l’Education Nationale et vous recevez une lettre d’un principal de collège qui se plaint de nombreux problèmes posés par le jeûne du ramadan dans son établissement.
– 1. Vous répondez que vous êtes fort surpris par cette affaire qui revêt heureusement un caractère rare, et vous chargez le rectorat de mener une enquête sur le terrain.
– 2. Vous répondez que vous prenez cette affaire en main personnellement.
– 3. Vous ne répondez pas.
Vous avez prêté un gymnase à une association communautaire, pour un tournoi de basket féminin inter-mosquées interdit aux hommes. La presse révèle l’affaire. Quelle est votre réaction ?
– 1. Une commission de sécurité vient de découvrir qu’un extincteur du gymnase est périmé, et qu’il ne pourra pas être remplacé avant le tournoi.
– 2. Vous contre-attaquez en dénonçant l’« islamophobie » des « intégristes de la laïcité ».
– 3. Ca alors, vous veniez juste de découvrir le tract annonçant le tournoi. Il s’agit d’une erreur de communication de la part de l’association, et vous annulez le prêt pour calmer les esprits.
Pour donner le change de votre complaisance clientéliste avec le culte musulman, votre mairie finance quelques écoles loubavitch fondamentalistes. Lors d’une réunion électorale d’opposition, un journaliste fait état de ces subventions.
– 1. Vous déclarez solennellement : « J’ai donné 4 millions d’euros pour un centre culturel arabo-musulman, et on me reproche quelques dizaines de milliers d’euros pour des écoles hébraïques ? C’est grotesque ! »
– 2. Vous demandez au journal de virer ce journaliste.
– 3. Vous faites diversion, en accusant un politicien notoire présent à la réunion d’avoir entendu des propos antisémites de la bouche de ce journaliste sans réagir.
Dans un quartier « sensible » de votre ville, vous tenez une réunion publique pour faire le point sur la construction d’un lieu de culte musulman. Vous opposez bien entendu les « mosquées républicaines » avec l’« islam des caves ». Dans le public, un trublion fait remarquer que ce sont les pratiquants de cet « islam des caves » qui font pression sur vous pour la mosquée, et donc qui en seront les bénéficiaires.
– 1. Vous faites semblant de n’avoir pas entendu et vous passez à la question suivante.
– 2. Vous faites expulser l’intrus par le service d’ordre.
– 3. Vous désignez le responsable UOIF du CRCM local, en costume trois pièces, et lancez d’un ton goguenard : « Est-ce que Monsieur X a l’air d’un taliban ? »
Vous êtes Président de la République et vous recevez une lettre d’un principal de collège qui se plaint de nombreux problèmes posés par le jeûne du ramadan dans son établissement.
– 1. Vous répondez que vous vous rendrez sur place dès que votre agenda vous le permettra.
– 2. Vous ne répondez pas.
– 3. Vous faites répondre par votre conseillère pour les questions d’intégration, que vous prenez cette affaire en main personnellement et qu’elle transmet le dossier au ministre de l’Education Nationale.
Une association laïque révèle que dans une école municipale de votre ville, une salle de classe que vous aviez louée à une association pour des cours d’arabe et de soutien scolaire sert de mosquée clandestine.
– 1. Vous arrêtez de prêter cette salle à cette association.
– 2. Vous lui trouvez un local municipal plus discret.
– 3. Vous niez tout : puisque cette salle de classe sert à des cours de langue et au soutien scolaire, elle ne peut pas servir de mosquée, et d’ailleurs ce serait contraire à vos principes laïques.
Dans la ville dont vous êtes maire, vous vous apprêtez à inaugurer une place Jean-Paul II. Mais des associations « gays et lesbiennes » menacent de troubler la fête en manifestant contre les positions de l’Eglise catholique anti-homosexualité et anti-préservatifs.
– 1. Vous demandez au préfet d’interdire cette manifestation.
– 2. Vous décidez de vous faire porter pâle le jour de l’inauguration.
– 3. Vous augmentez les subventions à ces associations, qui déplacent leur manifestation un autre jour et dans un autre lieu.
Dans un collège de votre circonscription, une jeune fille d’origine musulmane mange un sandwich pendant le ramadan, et est tabassée par d’autres jeunes d’origine musulmane. Un journaliste régional de France 3 vous demande votre réaction.
– 1. « C’est un épiphénomène isolé et il ne faut pas stigmatiser une communauté. »
– 2. « C’est inadmissible ! »
– 3. « Le motif que vous indiquez, le sandwich, n’est pas le motif de la rixe, sinon ce serait inconcevable. Le motif de la rixe est fondé sur d’autres critères. La polémique est close. »
Roger Heurtebise

image_pdf
0
0