Accord Verts-PS et droit de veto : l’anti-impérialisme des imbéciles

Publié le 28 novembre 2011 - par - 481 vues
Share

La proposition du Parti socialiste et des Verts de «supprimer le droit de veto» à l’ONU ne traduit pas seulement une méconnaissance profonde de la marche du monde et de l’ONU, c’est un symptôme inquiétant de cette haine « bobocratique » pour tous ce qui n’entre pas dans ses choix idéologiques.

D’ailleurs cet élargissement de la fonction onusienne nous l’avons vu à l’œuvre quand prenant acte de la déclaration politique et stratégique de renforcer la paix et la sécurité internationales, adoptée lors de la conférence des ministres des Affaires étrangères des pays non-alignés. Elle s’est tenue à Lima, du 25 au 30 août 1975, a très sévèrement condamné le sionisme comme une menace pour la paix et la sécurité du monde, et a appelé tous les pays à s’opposer à cette idéologie raciste et impérialiste, décrétant que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale. Cela, au nom de sa résolution 1904 du 20 novembre 1963, promulguant la Déclaration des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, et en particulier son affirmation que « toute doctrine de différenciation ou de supériorité raciales est toujours scientifiquement fausse, moralement condamnable, socialement injuste et dangereuse ». Ajoutons son cri d’alarme face aux « manifestations de discrimination raciale qui ont encore lieu dans quelques régions du monde, et dont certaines sont imposées par des gouvernements par le biais de mesures législatives, administratives ou autres ». Elle fut certes révoquée le 16 décembre 1991, mais le mal était fait, les pays arabes et les mouvements terroristes du monde entier avaient enfin un règlement sur lequel s’appuyer afin de justifier leur seul ciment idéologique ; l’antisémitisme et de faire croire aux peuples du monde entier que l’ONU avait mis Israël au ban de l’humanité.
Dans cette résolution Israël était en bonne compagnie, car la même résolution 3379, prenant acte en outre de la résolution 77, adoptée par l’assemblée des chefs d’États et de gouvernements des organisations de l’unité africaine, lors de sa douzième session ordinaire, tenue à Kampala, du 28 juillet au 1er août 1975, qui a estimé « que le régime raciste en Palestine occupée et le régime raciste au Zimbabwe et en Afrique du Sud ont une origine impérialiste commune, qu’ils forment un tout et ont la même structure raciste, et qu’ils sont organiquement liés dans leur politique destinée à opprimer la dignité et l’intégrité de l’être d’humain »,
Et la même résolution, prenant au sérieux les divers comités « Théodule » issue de l’imagination débordante de la structure du NKVD attachée au ministère des affaires étrangères de l’union des républiques socialistes dite union soviétique, acte la Déclaration de Mexico sur l’égalité des femmes et leur contribution au développement et à la paix, en 1975, proclamée par la conférence mondiale de l’année internationale des femmes, qui s’est tenue à Mexico du 19 juin au 2 juillet 1975, et qui a promulgué le principe selon lequel « la coopération et la paix internationales requièrent la réalisation de la libération et de l’indépendance nationale, l’élimination du colonialisme et du néo-colonialisme, de l’occupation étrangère, du sionisme, de la ségrégation et de la discrimination raciale sous toutes ses formes, ainsi que la reconnaissance de la dignité des peuples et de leur droit à l’autodétermination « .

En réalité, ce que veulent les Verts et le Parti socialiste, c’est arriver à la dictature des ONG, en supprimant toute légitimité au conseil de sécurité qui freine les ardeurs des dictatures pour imposer leur ordre en remettant à l’assemblée générale le rôle dévolue au conseil de sécurité.
Une assemblée générale de 193 pays dont la majorité est composée de pays du tiers monde serait évidemment plus perméable à « l’anti-impérialisme des imbéciles » que les 15 membres du conseil de sécurité qui ont le droit de véto dont les 5 membres permanents dont il faut rappeler qu’il s’agit des 5 pays ayant vaincu le nazisme.
D’ailleurs le système du veto a été établi pour protéger les intérêts des membres fondateurs des Nations unies qui étaient sortis victorieux de la Seconde Guerre mondiale. A la Conférence de Dumbarton Oaks en 1944, il a été décidé que les représentants de la République de Chine, des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Union soviétique, et de la France seraient des membres permanents de l’ONU.
Même battue et occupée par l’Allemagne nazie, la France avait joué un rôle primordial en tant que membre permanent de la Société des Nations, et gagné sa place par les activités militaires des Forces françaises libres aux côtés des Alliés (avec bien sur la politique étrangère du Général De Gaulle) qui lui avait donner le droit de s’assoir à la même table que les Quatre Grands
En réalité, droit de véto du conseil de sécurité est, selon l’expression d’un diplomate, une «assurance tous risques » permettant à l’un de ces États de bloquer toute décision qu’il jugerait contraire à ses intérêts. Madame Cécile Duflot le juge «anachronique», mais elle trouve normale de défiler avec les pro-palestiniens qui hurlent, mort à Israël et morts aux juifs.
Ainsi apparaissent les véritables intentions de cette « gauche verte», créer des dizaines de conférence de Durban chaque année, sous l’autorité et payé par l’ONU, afin de peser sur la marche du monde en commençant par justifier « juridiquement » avec les sois disant non-alignés de l’ONU, la fin d’Israël et l’élimination de toute présence juive en commençant par le Moyen-Orient et en finissant peut-être à Berlin avec les amis de nos amis les verts ; les verts allemands.
Ainsi la parenthèse de la Shoah sera refermée, par l’élimination juridique de la question juive qui sera suivi par une élimination moins juridique mais plus efficace.
Les imbéciles et idiots utiles de l’islamisme n’ont même plus besoin des conseils avisés des organes de sécurité de l’union soviétique, désormais ils font le travail tout seul.
C’est « la conjuration des imbéciles » unis pour le pire, pour le meilleur, nous verrons avec Allah.

Michel Ciardi

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.