1

Accueil des Ukrainiens : Z, le seul non charitable

« Il ne faut jamais céder à une indignation morale. »

Karl Marx, fureur des Siths rouges.

Quand la vieille bobo milliardaire, sur son yacht en Méditerranée, jette des biberons au zodiac rempli de la traite négrière des mafias islamiques de Libye, elle mouille pour trois raisons :

– Elle assure-vie sa classe dominante de super-riches par la division multiculturelle du troupeau d’esclaves prolétaires. Elle a lu Karl Marx, mais elle ne sait pas que c’est un suicide en réalité : elle n’a pas lu Charles Maurras ;

– Elle espère évidemment se faire sauter pas un bien monté, comme une Sissy célèbre aux Caraïbes ;

– Elle flatte un instinct primaire animal, la charité, et son ego aussi.

« Déjà les sociétés de singes les plus élevées dans l’échelle animale nous offrent une pratique de la solidarité des plus frappantes.
Le sens moral est en nous une faculté naturelle, tout comme le sens de l’odorat et le sens du toucher. »

Piotr Kropotkine, La morale anarchiste.

Fort connue expérience d’éthologie, où le rat préfère d’abord délivrer le copain enfermé dans une cage, plutôt qu’aller se goinfrer à côté. La vidéo de l’hippopotame qui sauve l’impala choppé par un crocodile (mais plus certainement la haine de l’espèce crocodile en fait, autre instinct de base, la méfiance de l’altérité…).

Une autre expérience animale récente a vu une grosse gogochonne rose, repeinte en brune par son père borgne, se masturber allègrement à la charité instinctive ukrainienne.
Alors que le Z, l’impitoyable esprit, ne descend pas à ce niveau de niaiserie infra-politique : il refuse le migrant blanc, chrétien… et fasciste comme lui en plus ! Un comble pour un youpin nazi pense le gôôôcho incrédule.

Sur CNews il a expliqué à un maire, qui se propose d’en accueillir, que c’était très bien d’être pétri de chrétienté sirupeuse pour un individu, par là fort sympathique, mais que ce n’était pas une vertu pour un État.

Kant lui irait encore plus loin : la charité n’est pas une vertu non plus pour l’individu, c’est juste un instinct, comme le dira donc plus tard l’anarchiste Kropotkine, et le suivre n’a ainsi rien de grandiosement humain et difficile. Pour Kant c’est suivre imperturbablement la loi conçue par l’homme qui est la contrainte, et ne pas mentir, même si la loi ou dire la vérité est immoral en apparence (exemple de la Gestapo qui cherche le résistant et interroge celui qui le cache).
Socrate, qui refuse de se débiner et avale la ciguë, symbolise cette vertu de suivre une loi commune inventée, même individuellement et moralement injuste.

Pour Marx où Hegel, la vérité du bien de l’individu n’est tout simplement pas la vérité du bien collectif. La vérité n’est pas « universelle », elle dépend de l’essence de la chose à laquelle elle s’applique. Z affirme ça en refusant l’immigration au nom de l’intérêt supérieur de la France (le cadavre sur lequel pousse Boobaland, la startup colony sans frontière, qui admire dorénavant le nationalisme ukrainien…).
Pour info, la vérité dépend du « tout », mais aussi de l’époque, dit Hegel. Une base du marxisme ou du révolutionnaire-conservateur.

Évidement le gôôôcho, privilégiant l’individu au-dessus du collectif, ça ne le concerne pas. Détruire un pays par le gland remplacement importe peu tant qu’on se masturbe à la charité individuelle immédiate, un « jouir sans entrave » comme un autre, comme avec un gode-bébé-GPA sorti d’une usine à poules pondeuses ukrainiennes par exemple.

De même il ne faut pas tuer le taureau de corrida, même si, en supprimant la corrida on supprime toute existence possible de ces taureaux (on ne les élèvera pas pour leurs beaux yeux). Pas de steak, pas de petit veau qui naît. Pas d’arbre de Noël vivisectionné, pas de sapin planté ni de forestier etc.
Ainsi la boboblonde étale sa nullité politique comme un écolo, un no-border où un antispéciste. Et le reste des mimes politiques font de la même démagogie simplette. Pas le Z, l’humain du concept, l’occidental, le sith halluciné par une Idée du Passé.

Et il y voit intelligemment aussi le piège. La charité couvre la domination de la classe mondialiste ; le diviser pour régner des super-riches dans le purin tranquille de l’Archipel de Fourquet dirait Marx. Et Kropotkine sent aussi l’arnaque derrière cette sainteté gôôôcho apparente :

« Quant à la Loi, à la piété [antiraciste] et à la Religion, qui elles aussi ont prêché ce principe de solidarité, nous savons qu’elles l’ont simplement escamoté pour en couvrir leur marchandise – leur prescription à l’avantage du conquérant, de l’exploiteur, [du Seigneur Mondialiste], et du prêtre [le prébendier du Capital négrier, payé par lui à coté de la journalope…] »

Bref, même si son concept est ancien, la Nation, Z en connaît les subtilités par ses lectures des grands adeptes, comme de Gaulle ou Napoléon, pas l’ignare. Et MMLP ne s’y est pas trompée.

« La Vérité est le Tout. »
« Le résultat n’est rien sans son devenir. » Hegel

Joh Fredersen