Acted, une ONG colonialiste et mondialiste

Ainsi commencèrent ce qu’on appellera les évènements des métiers de l’action humanitaire au Niger !

Le dimanche 09 août 2020 eut lieu un nouvel attentat au Niger qui coûta la vie à de jeunes Français envoyés par Acted comme travailleurs humanitaires, en quelque sorte une Colonie apprenante au Niger !

Ils furent abattus froidement de plusieurs balles. Cet attentat a ému la France et inquiété les Français.

Le gouvernement de Macron envisagea de protéger les jeunes Français envoyés par Acted comme travailleurs humanitaires et de dépêcher des troupes pour contrôler les foyers d’insurrection pendant quelques semaines, mais finalement ces décisions ne seront jamais vraiment appliquées durablement.

Le parisien : Attentat au Niger contre Acted, une ONG employant des travailleurs humanitaires.

Marie-Pierre Caley, la directrice générale dénonce l’attaque terroriste au Niger dans laquelle ont été tués six humanitaires de l’ONG et leurs deux guides nigériens : « C’est un drame sans précédent pour Acted. C’est un acte barbare, révoltant ! Les humanitaires ne devraient jamais être une cible !  » Ben voyons !

Comme toujours, l’ONG a réagi dans l’émotion mais surtout sans jamais s’interroger sur les causes des meurtres insensés et barbares de ses collègues travailleurs humanitaires et de leur guide !

Le parisien : Cet acte sanglant, pour lequel le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête, rappelle d’autres moments tragiques dans le passé de l’association Acted. L’organisation humanitaire a déjà perdu des salariés (envoyés à la mort) dans des attentats à l’étranger. Un employé en Syrie a été enlevé par l’État islamique en mars 2013 et assassiné en septembre 2014, décapité par ses ravisseurs djihadistes.

Début septembre 2013, deux employés centrafricains avaient été tués par des hommes armés dans le nord-ouest de la République centrafricaine alors qu’ils tentaient d’évacuer la zone. Fin novembre 2013, six Afghans travaillant pour l’ONG ont été abattus dans une embuscade dans le nord-ouest de l’Afghanistan.

Frédéric Roussel, directeur du développement d’Acted, s’est indigné : « Les humanitaires, qui étaient autrefois des personnes inviolables et sacrées, sont devenues au fil des ans des victimes collatérales, puis des victimes prioritaires. » À plusieurs reprises, des membres d’Acted ont été pris en otage avant de recouvrer la liberté, comme son directeur financier Charles Billard, enlevé en 2013 à Kaboul et détenu 71 jours.

Le drame de ce dimanche met en lumière le rôle de la deuxième ONG la plus importante en France.

Créée à Paris en 1993, Acted a développé une entreprise qui emploie maintenant 6000 personnes dans le monde dont 158 au Niger et l’ONG a dépensé en 2019 plus de 300 millions d’euros de budget !

« Nous sommes l’ONG du dernier kilomètre », a résumé lundi Frédéric de Saint-Sernin, son directeur général délégué : « Au Niger, nous travaillons dans des zones dites rouges (où il est fortement déconseillé de se rendre NDLR) (en employant des jeunes humanitaires), mais si nous n’y allons pas, qui y va ? »

L’ONG est déployée dans 37 pays au total, en Afrique et au Moyen-Orient et en Asie centrale. Elle mobilise plus de 2000 salariés dans trois pays en guerre, l’Afghanistan, la Syrie et le Soudan du Sud.

Le Monde titre : Les violences contre les travailleurs humanitaires en hausse !

Le Monde montre la photo de la carcasse calcinée du véhicule 4×4 dans lequel voyageaient les six Français de l’ONG Acted, tués le 9 août au Niger. Les violences contre des travailleurs humanitaires n’ont jamais été aussi nombreuses a annoncé l’ONU. En 2019, ces attaques ont frappé au total, 483 travailleurs humanitaires attaqués, 125 tués, 234 blessés et 124 kidnappés lors de 277 incidents distincts.

Lors des dernières semaines, des attaques ont coûté la vie à des travailleurs humanitaires au Niger et au Cameroun. Le 9 août au Niger, six humanitaires de l’ONG française Acted ont été assassinés, avec leur chauffeur et leur guide nigériens, par des hommes armés à moto alors qu’ils visitaient la réserve de girafes de Kouré, à 60 kilomètres au sud-est de la capitale Niamey, où ils étaient basés. « Aux travailleurs humanitaires du monde entier qui accomplissent un travail important et courageux en première ligne, nous disons : Merci ! » a déclaré le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l’ONU, Mark Lowcock.

Près de 5 000 humanitaires ont été tués, blessés ou enlevés depuis 2003, la décennie 2010-2019 ayant connu une augmentation de 117 % des attaques par rapport à la période 2000-2009, selon l’ONU.

Investment Banking : L’ONG humanitaire Acted réalise une levée de fonds innovante ! La deuxième ONG française de solidarité internationale a émis 4 millions d’euros de titres auprès d’investisseurs qualifiés à la recherche d’impacts sociaux et environnementaux pour mieux contribuer aux Objectifs de développement durable (ODD). Pour accompagner son plan de développement stratégique Acted emploiera l’ensemble des 4 millions d’euros de quasi-fonds propres supplémentaires pour renforcer sa capacité de préfinancement de ses actions humanitaires et gagner encore davantage en agilité en investissant dans sa transformation digitale !

Next Finance : Fin 2019, Mirova, BNP Paribas Asset Management, Ecofi Investissements, la CFJ et l’UECM ont souscrit à 4 millions d’euros de titres associatifs supplémentaires pour au moins 7 ans !

Acted, la Genèse coloniale des métiers de l’action humanitaire imprévisible, dangereuse et hors-sol !

À quoi peut-on s’attendre du fait de cette dérive coloniale des métiers de l’action humanitaire ? Les responsables d’Acted répondront qu’ils n’en savent rien : C’est sûr, nous voyons moins clair que d’habitude car les terroristes n’émettent que des signaux ponctuels et tardifs. Le 9 août au Niger, quand six humanitaires de l’ONG française ont été assassinés, Acted s’est fait peur. D’habitude, on a une idée de ce qu’il en est !

« Il convient de préserver la chaîne des métiers de l’action humanitaire en Afrique et dans le monde. »

Comme ça se fait toujours à l’ombre des attentats, il faut réunir les moyens et susciter l’envie pour proposer des découvertes aux jeunes Français envoyés par Acted comme travailleurs humanitaires. Mue par ces préoccupations, alors que ses programmes ont déjà été établis, Acted a, en conséquence, pris des dispositions d’allégement de ses activités risquées ou même considérées comme dangereuses.

Histoire du monde : La Coloniale : L’arme de tous les héroïsmes et de toutes les abnégations !

20minutes.fr, Stephane Lemouton : Humanitaires tués au Niger. Au lendemain de l’attaque qui a fait huit morts, dont six Français, au Niger, le porte-parole du Rassemblement national a jugé inopportun d’aller se balader au Niger, y compris pour des humanitaires. Une version contredite par des ONG sur place.

Tant que la situation n’est pas rétablie et plus sûre en matière de sécurité, c’est difficile d’y envoyer les nôtres, y compris en mission humanitaire. Faut-il faire rentrer ceux qui sont dans la région ? Quand ils sont dans des zones où leur vie est en danger, ça paraît évident, pour ne pas revivre une telle situation.

Dimanche, huit personnes, deux Nigériens et six Français comprenant des salariés de l’ONG Acted, ont été tuées par des hommes armés arrivés à moto dans la zone de Kouré lors d’une excursion touristique.

Un terreau fertile pour l’implantation de groupes djihadistes. Les djihadistes peuvent facilement se baser sur cette zone pour recruter. Ils le font d’autant plus facilement que le manque d’éducation dans les campagnes facilite l’adhésion à ce discours. Selon le journaliste Nigérien Sedik Abba, auteur du livre Voyage au cœur de Boko Haram : Enquête sur le djihad en Afrique Subsaharienne : Le sous-développement alimente le terrorisme, pour 100 dollars, 150 euros, on recrute un jeune qui n’a pas de perspective. Dans la région de Diffa, des jeunes pouvaient adhérer à Boko Haram non par idéologie mais pour y trouver un employeur.

On peut comprendre une défiance face à des populations perçues comme néocoloniales, même si elles interviennent avec la meilleure volonté du monde, comme c’est le cas pour les humanitaires d’Acted.

De plus, la présence de plus en plus forte de l’armée française dans la région du Sahel et au Niger accentue ce sentiment de défiance. Cette présence militaire française est contestée et jugée contestable !

France-tv-info.fr, Jacques Deveaux : Acted, une ONG très active au Niger et dans les régions les plus dangereuses du pays. Acted est la seconde ONG de France derrière Médecins sans Frontières. Elle mène des actions avec les jeunes Français envoyés par Acted comme travailleurs humanitaires dans des zones très dangereuses en Afrique. Sept de ses membres ont été assassinés ce dimanche 9 août.

Moralité : l’ONG Acted rappelle que « les humanitaires ne devraient jamais être une cible ! » (???)

La croix, Marie Verdier : « Si les salariés d’Acted sont amenés à intervenir dans les zones classées rouge du pays, les jeunes qu’ils soient en service civique ou volontaires de solidarité internationale ont interdiction de sortir de la capitale, Niamey« . « On pensait que la situation allait mieux au Niger, nous espérions une levée des restrictions, notamment autour de Niamey », soupire Michel De March de France volontaires.

L’assassinat le 9 août de six jeunes français de l’association Acted et de deux Nigériens, à Kouré, aux portes de Niamey, risque fort de mettre à mal la présence des ONG françaises dans le pays. Alors même que France volontaires se félicitait de la reprise du déploiement du volontariat français depuis 2018 dans ce pays.

Il faut des jeunes très engagés : l’ONG continue à travailler dans la perspective que des volontaires puissent venir en septembre. Denise Bousquet doit préparer la venue de sept volontaires à Niamey.

Karim Doumbia : « Le danger est d’abandonner le territoire, après il est très difficile de le reconquérir. Notre processus de recrutement est adapté au contexte sécuritaire très contraignant. Seuls des jeunes ayant les compétences, et surtout un parcours de vie, gage d’une solidité psychologique, sont présélectionnés. Les missions ne sont autorisées que dans la ville de Niamey par l’ambassade de France. L’interdiction de sortir de Niamey pendant un an est une contrainte énorme, il faut des jeunes très engagés pour le supporter. »

La dépêche : Pour Acted, « pas question de quitter le pays » ! L’ONG Acted va suspendre ses activités au Niger temporairement après l’attaque meurtrière contre son personnel dimanche mais n’a aucune intention de quitter le pays, a déclaré hier son président. L’ONG avait jugé « déplorable » lundi, au lendemain de l’attaque meurtrière contre ses employés au Niger, que la communauté internationale ne garantisse pas davantage la sécurité des travailleurs humanitaires déployés dans les pays à risques.

La Vie : Après le meurtre de six humanitaires français de l’association Acted et de deux nigériens, le 9 août dernier, dans une zone touristique du Niger, un retrait des associations d’aide au développement serait catastrophique pour le pays. Huit personnes ont été assassinées le 9 août dans la zone touristique de Kouré, à une heure de route de Niamey, dont six jeunes humanitaires français de l’association Acted, leur chauffeur nigérien et le président de l’Association des guides de la réserve de Kouré qui les accompagnait.

Sani Ayouba : « Les autorités ont fermé la zone de Kouré jusqu’à nouvel ordre. Nos jeunes ne peuvent plus faire de sorties. La proximité avec Niamey amplifie la peur : ces bandits ont agi aux portes de la capitale. On a le sentiment de ne pas être à l’abri. Nous espérons que la haine ne va pas l’emporter sur le rôle que les humanitaires jouent au service des communautés. Si la situation s’envenime, les hôtes internationaux risquent de quitter la zone et de laisser la gestion aux locaux. L’assistance est nécessaire. Nous ne voulons pas que les communautés rurales soient délaissées au profit des terroristes« . (C’est donc la guerre ?)

Un sentiment anti-français s’est développé dans l’opinion en raison de la présence militaire française.

L’objectif des associations (à 300 millions d’euros) est de trouver toujours de nouvelles recrues contre les difficultés de recrutement, un défi difficile à relever au cœur de l’imaginaire colonial pour les associations françaises. L’assistance humanitaire aux couleurs de l’imaginaire colonial ! Remobiliser l’imaginaire colonial !

lexpress.fr : Attaque au Niger : l’armée traque les assaillants. Kouré : « Les forces armées nigériennes traquaient lundi les auteurs de l’attaque, dénoncée comme « terroriste » par Niamey et Paris. Ces meurtres qui n’ont pas été revendiqués ont été perpétrés dans la région Kouré, non loin de Niamey, dans un pays, le Niger, régulièrement frappé par les groupes djihadistes sahéliens, dont l’État islamique au Grand Sahara (EIGS).

Les humanitaires d’Acted, leur chauffeur et un guide touristique, tous deux Nigériens, ont été tués par des hommes armés lors d’une excursion touristique dans un parc, qui abrite les derniers troupeaux de girafes d’Afrique de l’ouest Parmi les victimes françaises figurent quatre femmes salariées de l’ONG et un volontaire international basé à Niamey. L’attaque a eu lieu dans ce pays en proie à des violences djihadistes croissantes dans la seule zone classée « jaune » où les déplacements touristiques sont possibles. Ben voyons !

Le ministère français des Armées a indiqué appuyer les recherches nigériennes dans cette zone en déployant deux Mirage 2000 relevés par un drone, et au sol, des techniciens en identification criminelle. Le parquet national antiterroriste français a annoncé avoir ouvert une enquête pour « assassinats en relation avec une entreprise terroriste« . « A priori, c’était une attaque d’opportunité » pour tuer des Occidentaux, a déclaré M. Roussel, ajoutant qu’Acted n’avait pas fait l’objet de menaces.

Macron a officiellement dénoncé cette « attaque meurtrière qui a lâchement frappé un groupe de travailleurs humanitaires« . Le président Mahamadou Issoufou a condamné cette « attaque terroriste, lâche et barbare » dans une « paisible localité » Avec le président nigérien Macron a affirmé que « leur détermination à poursuivre la lutte en commun contre les groupes terroristes au Sahel » demeurait « intacte« . Et Le Drian a prévenu que  » les responsables de cette attaque abjecte devront répondre de leurs actes« . Ben voyons !

La plupart des victimes ont été abattues par balle et une femme qui a réussi à s’enfuir a été rattrapée et égorgée. Sur place, on a trouvé un chargeur vidé de ses cartouches. Les assaillants « sont venus à moto à travers la brousse et ont attendu l’arrivée des touristes », qui circulaient à bord d’un véhicule d’Acted.

lexpress.fr : Attaque au Niger : « Tous les regards se tournent vers l’État islamique au Grand Sahara« .

Mathieu Pellerin, chercheur associé au Centre Afrique Subsaharienne de L’IFRI, rappelle que « tous les Occidentaux sont des cibles recherchées » par les djihadistes dans une région difficile à contrôler.

Charity business : Le grand marché de l’aide humanitaire. ONU : Le système international chargé du développement est devenu un monstre déformé par sa bureaucratie et dépassé par la complexité de son fonctionnement. Aurait ainsi été oubliée la vision de sa mission initiale. Pis, les exigences humanitaires s’opposeraient, parfois, aux objectifs de développement propre des pays humanitairanisés. Il ne s’agit plus de partager, et moins de cultiver l’empathie, que de changer les mœurs propres des pays humanitairanisés.

À première vue, il parait impensable d’émettre des critiques à l’encontre de ces opérations !

cairn.info : Du développement à l’humanitaire, ou le triomphe de la com’. Les ONG humanitaires de solidarité internationale sont aujourd’hui les principaux producteurs de discours sur le développement.

L’humanitaire, tel qu’il s’est construit dans les années 1970-1980, a d’abord été réduit à sa dimension urgentiste et on lui a dénié toute vocation à faire du développement. Les débats de l’époque ont opposé les tiers-mondistes aux sans-frontiéristes en se nourrissant de désaccords anciens sur les mérites de la solidarité ou de la charité, de la mutualité ou de l’assistance. Ces débats avaient déjà une forte connotation politique.

Aujourd’hui, il est admis que l’humanitaire ne peut pas et ne doit pas s’arrêter au moment d’une crise. Les secours de première urgence et le développement politique durable ne se conçoivent plus sans l’autre !

En France, les dérives du charity business de l’humanitaire contemporain à 300 millions d’euros montre les ambiguïtés des relations entre les ONG, les gouvernements occidentaux, et les dictatures locales.

La politique de l’aide humanitaire agit pour la défense politique des droits de l’homme !

Comme toute entreprise de propagande des droits de l’homme, le charity business fonctionne sur la recherche du profit en exploitant la mauvaise conscience occidentale et l’aspiration de jeunes à se dévouer au profit d’une cause généreuse et à courir le monde en quête d’exotisme. Cette entreprise de propagande des droits de l’homme du charity business ramène tous les malheurs des peuples en Afrique au manque d’argent et écarte toutes les analyses géo-politiques nécessaires. Les donateurs privés et publics, qui prisent d’être déresponsabilisés, laissent faire l’aide humanitaire pour changer les façons de vivre des peuples en Afrique !

Sur le terrain, les dépenses des équipes de volontaires, salariés et bénévoles, sont comprimées au maximum en vue d’améliorer la marge bénéficiaire de l’organisation.

Mission civilisatrice : colonisation hier et l’aide humanitaire aujourd’hui ! Les jeunes Français sont invités à donner un sens à leur vie, allant éduquer et civiliser les populations démunies, noires de préférence.

Le plus grave tient au rôle équivoque des ONG dans les régions troublées. Surtout quand les acteurs politiques corrompus font en sorte d’aggraver la famine de leur peuple pour accroître l’émotion des Européens et obtenir de leur part (et de Macron) un soutien diplomatique et financier toujours plus consistant !

Rien n’a changé. Une invasion historique des équipes de volontaires, salariés et bénévoles, menace la sécurité des jeunes Français humanitaires en Afrique aujourd’hui ! Quelles sont les causes de cette invasion ? Réponse : Voir en France, les dérives du charity business de l’humanitaire à 300 millions d’euros !

lexpress.fr : Français tués au Niger : des précédents au Sahel depuis dix ans. Niamey : Des Français ont été pris en otages ou tués au Sahel, pays confronté à une forte poussée djihadiste et à une dégradation sécuritaire, à l’instar des Français tués dimanche par des hommes armés dans la zone de Kouré au Niger.

tv5monde : Colère à Niamey après le classement du Niger en « zone rouge » par Paris. « Je suis furieux contre la France », crie Mahamane Rabiou Bachir : à Niamey, la colère et l’indignation ne retombent pas, une semaine après la décision de Paris plaçant en zone rouge l’ensemble du Niger à l’exception de la capitale Niamey. « Si la France va jusqu’à classer le Niger en zone rouge, alors c’est très simple : qu’ils (les Français) ferment leur ambassade et leur base militaire » qui abrite la force Barkhane près de Niamey, lance-t-il.

La région de Tillabéri, riveraine des « trois frontières » entre Niger, Burkina Faso et Mali, devenue un repaire des djihadistes sahéliens, dont l’État islamique au Grand Sahara (EIGS), est plus que déconseillée.

« Tout Nigérien soucieux de la dignité de ce pays s’est senti humilié dans sa chair. Le Niger en rouge ! Ils n’ont qu’à partir bon sang, ils n’ont qu’à partir« , martèle Alahé Tahirou. Enseignant à l’université de Niamey, Amadou Hassane Boubacar, dénonce « une sanction de Paris », l’ancienne puissance coloniale ! « La décision est scélérate à l’encontre de l’ensemble des Nigériens ». « J’exhorte le gouvernement nigérien à protester. »

« C’est totalement arbitraire et c’est du mépris à l’endroit du peuple nigérien ». « C’est une décision injuste, précipitée, provocante et irrespectueuse de la France », prise « sous le coup de l’émotion et de la panique », qui décourage tous les efforts fournis depuis plus de cinq ans par les autorités et les Forces de défense et de sécurité pour préserver l’intégrité du territoire entouré de nombreux foyers de tension ».

Moralité 1 : La situation de la France de Macron au Niger est potentiellement explosive !

Moralité 2 : Acted demande que les meurtres des jeunes soient reconnus crimes contre l’humanitaire !

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

17 Commentaires

  1. Nous avons de plus en plus d’ONG, de Ligues, d’associations en tous genres subventionnées par les français. Au final la France est devenue un déversoir de tous ceux qui la haïssent et veulent la voir à terre. Et dire qu’on supporte tout ça !

  2. Ecrivez un livre carrément mais de grâce écourtez vos commentaires, cela est fatigant !

    • Un record ! Depuis des mois que je le lui dis ! Je suis parti voir ailleurs !
      Pédo quoi ? Auto suggestion ?

  3. Pourquoi nous préoccupons nous de l’Afrique? Il n’y a qu’à les laisser s’entretuer et il y en aura moins. Le problème, ce sont les pillards en col blancs, qu’ils soient français ou américains ou israélien ou anglais. Ceux là sont apatrides. Leur seule appartenance, c’est à l’argent. Le Rwanda, c’était ça et tous les autres conflits. Et tous ces jeunes crétins qui ont l’illusion de transcender leur destin en allant « aider » les populations! C’est du même genre que les fumeurs de pétards qui lisent en boucle « le Seigneur des Anneaux », au demeurant passionnant, mais sans vouloir voir que la même épopée leur est offerte en « live ». Mais cela, c’est trop dangeureux. Ils ont perdu pied avec la réalité.

  4. Il est urgent que la France s’occupe d’elle-même et qu’elle laisse le continent africain se débrouiller seul et qu’il assume ses choix. Il faut qu’ils grandissent enfin s’il se peut.

  5. Les dirigeants d’acted n’hésitent pas à envoyer de jeunes idéalistes au charbon et à engranger du fric leurs postérieurs bien calés et bien au chaud dans leurs bureaux. Ils sont les premiers responsables de tous ces drames.

  6. quel boulot font ce humanitaires ? on ne le précise jamais ! ils creusent des puits? ils livrent des paniers repas à domicile, ils leur cirent les pompes? …. avec l’argent de nos impots !

    • Ben on les voit tous les jours se balader en 4×4, vivent dans de grandes villes avec piscine, squatter les grands restaurants les clubs a palabre et de temps en temps vont distribuer quelques repas accompagnés par la presse et se la jouent en.mode survival. Faut le voir c’est honteux. Mon ex qui y bossait me disait que 90% du budget était pour le fonctionnement, seul 10% pour l’action. Donnez et donnez à ces parasites du soi disant humanitaire.

      • j approuves votre commentaire, j ai vu , et connu cela au Cambodge en 1998; il n y avait q un hotel americain a l époque, qui servait a 80/100 aux occidentaux des différents organisation ong. ces connards prenaient des chambre dans cet hotel, a 130 us $ la nuit minimum. il existait pourtant des hôtels plus modestes, très propres, climatisés, a 25 $ la nuit. déplacement en helico, repas et fêtes fastueuses, mais sur le terrain qu y faisaient ils en réel? beaucoup de papys dans ces associations, de mamy, venus au soleil passer leur retraite, a ne pas faire grand chose….

  7. plus d ong subventionnes par l OCCIDENT . ils ont VOULU l independance alors maintenant ils l ont et ils se demerdent comme des adulyes intelligents , conscients , responsables et honnetes ! qu ils virent leurs rois negres qui leur pompent leurs richesses et qu ils arretent leurs conneries avec leurs guerres echhhniques . ca ira tout de suite mieux ; mais pas d ingerence alors : ils se demmerdent !

    • D’accord avec vous sauf que pour empêcher les conflits ethniques qui perdurent depuis des siècles chez les africains, je crains que ce ne soit mission impossible. Hélas……

    • Droit de réponse virée alors que tout est clean. (Courtoisie, politesse, question intelligente de ma part etc….) J’abandonne réception et lecture de ce média.

    • Entièrement d’accord avec vous. L’indépendance? ils l’ont voulue et l’ont depuis plus de 60 ans, avec beaucoup de pognon de dingue. Eh bien, qu’ils se débrouillent comme des grands, basta!

    • les ONG ne sont que des paravents pour engraisser les petits copains du pouvoir ou de certains partis.

      • Rappelez-vous la ferrari flashée pour excès de vitesse (normal pour une ferrari), la carte grise était au nom de Médecins Sans Frontières (MSF, vous savez le petit sac de riz porté par un docteur) et le conducteur… devinez… Kouchner ! Et je doute que ce véhicule de « fonction » était à la disposition du premier grouillot étudiant pour effectuer des transports d’urgences de blessés graves en Ethiopie.

        • Avez-vous les références ? Et La photo !
          Car ça mériterait un article au vitriol !

Les commentaires sont fermés.