Acteur majeur dans le lynchage de l’ophtalmo « raciste », Chloé Leprince est promue à France Infos !

Publié le 6 juin 2011 - par - 2 159 vues
Share

L’affaire du lynchage médiatique dite « de l’ophtalmo raciste » avait fait grand bruit durant quelques jours en octobre dernier avant de retomber tout aussi vite car elle était entièrement fausse. La quasi-totalité des médias avait alors affirmé, sur la base d’une dénonciation purement mensongère, qu’un praticien d’Aix-en-Provence avait refusé de soigner une petite fille arabe. Comme ses confrères, Chloé Leprince, de Rue 89 avait repris « l’information » sans la vérifier, et de plus elle lui avait, la première ou parmi les premiers, donné une dimension supplémentaire en diffusant le nom et l’adresse du praticien, sans prendre la peine de lui téléphoner pour connaître sa version de l’affaire. Cet exploit l’avait rendue lauréate du Cafard d’Or 2011.

Cette absence de déontologie, cette impulsivité, cette paresse, ne pouvaient manquer d’être récompensés. Chloé Leprince a maintenant son émission sur France Info, intitulée Carte d’électeur :

Un résumé de l’affaire dite de « l’ophtalmo raciste » est en ligne sur Daily Motion :

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xf8dv2_le-lynchage-mediatique-de-l-ophtalm_news#from=embed[/dailymotion]

On en résumera les grandes lignes :

1 un patient, lassé d’attendre dans la salle d’attente avec sa fillette, fait irruption dans le cabinet de l’ophtalmo, qui reçoit un autre malade ; il est mis à la porte ;

2 ce patient, qui est arabe, accuse l’ophtalmo de racisme et se plaint partout, en particulier à RTL, qui relaie sa plainte et la présente comme attestée par plusieurs témoins ; en réalité, sur les deux supposés témoins, l’un est le plaignant et l’autre est un médecin du même cabinet qui n’a pas vu les faits et qui se contente de dénoncer le racisme en termes généraux ;

3 les médias reprennent l’affaire en choeur ; France bleu et RTL se disputent l’honneur d’avoir eu le scoop ;

4 Rue 89 donne nom et adresse ;

5 L’ophtalmo est condamné médiatiquement partout ; la ministre Bachelot est saisie, de même que le conseil de l’ordre et la justice ;

6 SOS Racisme poste plainte ; de simples vérifications de base conduisent le Parquet à classer l’affaire le jour même ; aucun des témoins auditionnés n’a confirmé les propos racistes ;

7 SOS racisme persiste à accuser l’ophtalmo : les témoins qui ont nié avoir entendu les propos racistes auraient craint de témoigner ; quand on est dans le camp des saints, ce n’est pas un vulgaire classement de plainte qui va vous empêcher de cafarder à tort et à travers ;

8 Rue 89 se plaint des protestations que son article a déclenchées, et qu’il attribue à la « fachosphère » ; il s’excuse a minima et à cette occasion -c’est l’essentiel- il reconnait avoir donné le nom de médecin :

« Au-delà de la question des attaques d’extrême droite : écrire le nom du médecin dans l’article sur l’affaire d’Aix était une erreur que nous assumons collectivement et qui n’est pas du fait de la journaliste ayant écrit l’article.

Nous avons utilisé des sources sonores radio qui citaient le cabinet et, maladroitement, nous avons pensé qu’il était préférable de ne pas incriminer les autres médecins du cabinet.

Le nom a été retiré au cours de la journée de Rue89, il ne l’a pas été des supports papiers (Le Parisien par exemple) et si vous faites une recherche Google, vous constaterez que ce n’est pas Rue89 qui sort en premier. »

Léonidas

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.