Adama Traoré : activistes gauchistes et diaspora africaine en meute !

Publié le 3 juin 2020 - par - 29 commentaires - 1 687 vues

Atlantico.fr : Mais qui sont ceux qui jettent discrètement de l’huile sur le feu des rapports entre police et minorités ? Le week-end dernier une équipe de tournage mettant en scène une fausse bavure policière raciste a été arrêtée. Mais qui sont ces personnes qui tentent d’exploiter la vague des violences policières à leur profit ? Ces derniers jours, de multiples vidéos présentant des agressions de policiers simulées sur des civils ont été mises en ligne. Ces vidéos sont fausses. Trois faux policiers ont été arrêtés : ils s’apprêtaient à procéder à une fausse interpellation raciste pour un tournage sauvage. Qui est derrière ce genre de vidéos ?

Vincent Tournier : Beaucoup de gens ont intérêt à jeter de huile sur le feu, depuis les délinquants qui veulent discréditer la police jusqu’aux militants anti-police, en passant par ceux qui rêvent d’un monde idéal anar (sans) police. Après la crise des Gilets Jaunes et le mouvement contre la réforme des retraites, les vidéos anti-police bénéficient d’un climat favorable. La police est désormais un bouc émissaire. Elle polarise tous les mécontentements. On voit des sites où chacun met en ligne ses vidéos sur le mode dénonce ton flic.

Il existe un courant anti-police très puissant en France, fruit d’une histoire conflictuelle entre l’État et les mouvements sociaux, auquel s’ajoute la question des minorités ethno-religieuses. Ce courant anti-police bénéficie du soutien d’une grande partie des médias et artistes gauchisants, comme Camélia Jordana qui a pu sans difficulté parler de massacres sur une chaîne du service public sans être contredite, et sans que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), pourtant si prompt à réagir, ne trouve rien à redire.

Bien sûr, la critique de la police est légitime dans une démocratie, mais on est aujourd’hui très au-delà d’une critique raisonnable et constructive. Les motivations doivent être recherchées du côté de l’ultra-gauche, et de considérations intéressées de la part de gens qui ont pour objectif d’empêcher la police de faire son travail. Ce qui jette un doute sur la sincérité de la cause anar-anti-police : qu’est-ce qui est dénoncé ?

Quelles sont les solutions proposées, si ce n’est la suppression pure et simple de la police ?

Les promoteurs de cette haine anti-flics sont clairement des activistes d’extrême gauche encouragés par toute la publicité qui leur est faite par tous les médias en majorité partisans de la gauche bien-pensante.

Frédéric Mas : Donald Trump a décidé de jouer la carte de la loi et l’ordre face aux protestations et aux émeutes sur le sol américain. Dissocier l’extrême-gauche de l’ensemble du mouvement de protestation suffira-t-il à calmer la rue et les démocrates qui se tiennent en embuscade ? Le président des États-Unis a déclaré qu’il n’hésitera pas à envoyer l’armée et la garde nationale pour rétablir l’ordre face à des émeutes infiltrées par le mouvement de l’ultragauche antifas qu’il a désigné comme mouvement terroriste rappelant l’ennemi anarcho-communiste. Les Antifas ne sont pas un mouvement unifié ni une organisation cohérente mais un agrégat de militants d’ultragauche violents qui se sont surtout illustrés par des bagarres sur les campus. Certains des représentants démocrates se sont agrégés au mouvement et soufflent sur les braises de la discorde civile pour avancer leur agenda politique électoral anti-Trump. Politiquement, Donald Trump est en campagne et juge qu’une stratégie autoritaire permettra de rassembler la droite conservatrice.

La politique identitaire est au centre du jeu électoral américain. Après les images de chaos devant la Maison-Blanche, il est possible que l’électorat républicain traditionnel s’indigne et se mobilise pour faire cesser le désordre public contre les démocrates qui soufflent sur les braises et se tiennent en embuscade.

Jean Rouxel, les 4 Vérités : Donald Trump vient de prendre deux décisions fort intéressantes et fort mal comprises par les médias français. La première a été de publier un executive order (c’est-à-dire un décret présidentiel) relatif à la liberté d’expression (contre) les médias dominants et les grandes plateformes du net très favorables à la gauche bobo. Avec la (censure de la) lutte contre les Fake News (fausses nouvelles en français) : toute opinion suspectée de ne pas être dans la norme peut être censurée sans justification.

Donald Trump qui doit largement son élection de 2016 à sa magistrale utilisation des réseaux sociaux a vu l’un de ses tweets noté d’un mot de Twitter laissant entendre qu’il s’agissait d’une fausse nouvelle. Le président américain a publié son décret et rappelle l’importance de la liberté d’expression pour la démocratie et où il envisage des mesures pour imposer le respect de cette liberté, contre Twitter ou Facebook.

Quand des émeutes raciales consécutives à la mort d’un jeune Noir après une interpellation policière sont encouragées par les dirigeants de gauche qui y jouent leur va-tout, loin de se laisser impressionner, Trump a menacé de mettre la ville de Minneapolis sous tutelle en envoyant la garde nationale. Et surtout, il a annoncé sa décision de mettre les Antifas (les anti-fascistes) sur la liste des organisations terroristes. Ce réseau d’extrême gauche très violent est très actif dans les émeutes raciales. Les Français doivent comparer la complaisance du pouvoir macronien avec les Antifas et autres Black Blocks impunis en France.

Jean Rouxel : L’enjeu de l’élection de 2020 aux États-Unis dépasse la rivalité entre une gauche et une droite démocratiques : il s’agit d’une guerre générale entre l’oligarchie financière et médiatique alliée à l’extrême gauche et les peuples d’Occident qui ne veulent pas mourir, alliés aux dirigeants populistes.

Michel Janva, le Salon beige : Nicolas Dupont-Aignan : Pourquoi Castaner a-t-il refusé la Commission d’Enquête sur le saccage de l’Arc de Triomphe ? Lors d’une conférence de presse, Nicolas Dupont-Aignan a répondu à Castaner qui porte plainte contre le député : “Castaner veut menacer un adversaire politique et faire taire l’opposition. Je ne me tairai pas. Car ce n’est pas mon cas personnel mais la liberté d’expression.

“J’ai demandé une Commission d’enquête parlementaire. Castaner n’a pas à contrôler la liberté d’expression du Parlement, c’est au Parlement de contrôler l’action du Gouvernement.

“Ministre d’un gouvernement aux abois, incapable de garantir l’ordre public, mettant en danger les Gilets Jaunes pacifiques et les forces de l’ordre, Castaner ne supporte pas de devoir rendre des comptes à la Nation. Entendons toute la chaîne de commandement, les ordres qu’ils ont reçus ou pas reçus de Castaner. Entendons les policiers sur le terrain. Entendons les témoins, ces Gilets Jaunes pacifiques, mères de famille, retraités qui ont vu de leurs yeux ce qui s’est passé. Je n’ai pas peur de la vérité. Mon devoir est de porter la parole des Français qui veulent la vérité, toute la vérité. Je ne renoncerai jamais. Castaner m’accuse de porter honneur aux forces de l’ordre, moi qui ai toujours soutenu les policiers et les gendarmes.

“C’est justement pour défendre l’honneur des forces de l’ordre que je veux établir la vérité.

“J’ai dit que personne n’était dupe que Castaner, par incompétence ou par inconscience, avait laissé faire les casseurs. Depuis le début, le gouvernement a cru que les violences des casseurs ou des racailles étrangers aux Gilets Jaunes décrédibiliseraient ce mouvement populaire des Gilets Jaunes. Il s’est passé quelque chose de profondément anormal à l’Arc de Triomphe : Castaner n’a pas appréhendé les casseurs qui ont pu sévir impunément. Ce faisant, ces casseurs sont des complices politiques du gouvernement. Castaner devrait s’occuper des casseurs en train d’affluer de toute l’Europe pour commettre des violences à Paris. Ces casseurs n’ont rien à voir avec l’immense majorité des Gilets Jaunes qui manifestent pacifiquement.”

Mediapart : Un CRS parle des ordres de laisser casser pour que le mouvement devienne impopulaire “avec des groupes de casseurs violents et bien identifiés en face de nous. Le mouvement des Gilets Jaunes ébranle les forces de police. Il y a la volonté que les collègues se lâchent ! Je ne me voyais pas taper sur des gens qui n’ont rien fait. L’usage de la force est censé être proportionné. Même si ce terme est subjectif, ça veut dire qu’on n’a pas le droit de tout faire. Or, quand on nous dit de gazer sans sommation des gens qui manifestent pacifiquement, c’est un ordre illégal. Le mouvement des Gilets Jaunes, c’est le peuple, c’est des gens qui ont un réel combat ou qui se retrouvent en situation de légitime défense face à la police.

“Il y a une réelle volonté politique de jeter de l’huile sur le feu. Quand on voit dans les comptes rendus opérationnels le nombre de lacrymos ou de Flash-Ball utilisés, on est à des niveaux exceptionnels, alors qu’on a vécu des manifestations plus dangereuses pour nous où on avait interdiction d’utiliser les lanceurs de balles de défense (Flash-Ball). Et ça, ce sont des décisions qui viennent du ministère de l’Intérieur !

“C’est le cas lors les manifestations du 1er Mai : on nous donne l’ordre de laisser casser pour que le mouvement soit impopulaire. Après, il y a la volonté que les collègues se lâchent contre les Gilets Jaunes. Et aucune consigne de retenue n’est donnée contrairement aux manifestations où on nous met la pression !”

Marc le Stahler, L’Imprécateur : L’extrême gauche tente de profiter du conflit pour déclencher la guerre civile ! Antifas et black blocs ont souillé l’Arc de Triomphe, que les Gilets Jaunes ont tenté de protéger. L’extrême gauche souffle sur les braises pour déclencher une guerre civile. Le 24 novembre, il y avait eu des témoignages des journalistes, dont une journaliste du Monde à C dans l’air et un dénommé Nicolas Lévine.

Devant faire des reportages sur l’ambiance sur les Champs Élysées, ils avaient vu que des CRS lançaient sans avertissement des fumigènes sur des groupes parfaitement calmes de Gilets Jaunes pour les disperser. Et ils laissaient passer sans les fouiller des Black Bloc ou Antifas aisément identifiables à leur tenue, que ce soit à leur entrée sur le Champs où à leur sortie, au carrefour avec la rue de Tilsitt.

Le 1er décembre, il n’y a pas eu que les black blocs cagoulés de noir à franchir les barrages sans problèmes, les antifas en gants noirs pour ne pas laisser d’empreintes, baskets à lacets de couleur, sac sur le dos avec leurs outils (cocktails Molotov, bombes de peinture, etc.) et souvent le A de Anarchie au feutre noir sur leur gilet jaune ont aussi franchi les barrages sans difficultés.

À l’Arc de Triomphe, black blocs et antifascistes : À l’Arc de Triomphe, black blocs et antifascistes en action ! Des journalistes, qui ont demandé pourquoi cela aux chefs des CRS, s’étaient entendu répondre qu’ils avaient reçu des ordres. Ils dépendent du ministère de l’Intérieur qui préfère laisser casser. Il semble qu’il y ait eu aussi des policiers en civil comme le montrent des vidéos. L’une est prise par deux filles qui filment des policiers en train de se déguiser en Gilets jaunes derrière le fourgon dont ils viennent de descendre. La vidéo est trop floue et seul leur dialogue est intéressant. https://www.youtube.com/watch?v=5flXy7KF8A8

Une autre est plus explicite, les deux filles ayant prévenu des copains avec leurs portables, ils ont démasqué les policiers en civil. Ils avaient mission d’infiltrer le groupe de Gilets Jaunes et ils ont été accusés de jeter de l’huile sur le feu sur ordre de Castaner. https://www.youtube.com/watch?v=5_fp_5pwqJo

L’ultra-centre LREM incrimine la droite et les Gilets Jaunes : À l’Arc de Triomphe, le Ministère et l’AFP ont incriminé l’extrême droite, l’extrême gauche et des Gilets Jaunes radicalisés. La responsabilité des dégâts infligés est ainsi répartie entre les trois ennemis de l’ultra-centre LREM. La dégradation de l’Arc de Triomphe ayant une grande portée symbolique, il est nécessaire de rétablir la vérité. D’abord avec le témoignage de l’un des journalistes de BFMTV présents sur les Champs Élysées : “Nous étions en train de filmer un groupe de Gilets Jaunes à genoux et chantant la Marseillaise devant le tombeau du soldat inconnu… Arrive un groupe d’antifas avec leur A sur le dos qui commence à forcer la porte permettant d’accéder à l’intérieur de l’Arc.

Le journaliste dit avoir appelé les CRS en haut de l’Avenue de la Grande Armée, à une centaine de mètres, pour les prévenir. Réponse : “Nous avons l’ordre de ne pas bouger”. À ce moment là, les antifas sont à l’intérieur de l’Arc de Triomphe. Le journaliste est interpellé par un type, le co-ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez : Ce n’est pas ceux-là (les Gilets Jaunes chantant la Marseillaise) qu’il faut montrer, filmez ceux qui viennent d’arriver : “Castaner, le Préfet de Paris Michel Delpuech et Laurent Nuñez à l’Arc de Triomphe !”

Si le Secrétaire d’État à la Sécurité L. Nuñez était là, pourquoi n’a-t-il pas lui-même donné l’ordre aux CRS d’intervenir ? Le journaliste de BFMTV obtempère mais observe que pendant ce temps-là les vrais Gilets Jaunes se sont mis en carré autour des barrières qui protègent le cercueil et la flamme pour empêcher les antifas de les dégrader. L’un d’eux ayant réussi à passer est rattrapé et copieusement bousculé, grâce à quoi le tombeau et la flamme n’ont eu à subir aucun dégât. Les antifas taguent l’extérieur de l’Arc de Triomphe.

L’ultra-gauche signe son crime avec ses tags : Avec leurs tags sur l’Arc de Triomphe, ils signent leur appartenance à l’extrême gauche, qu’elle soit Antifas ou Black bloc : on a trouvé le A de Anarchie entouré d’un cercle, nik l’État, classe contre classe, pas de guerre entre les peuples et pas de paix entre les classes, gilets jaunes antifas, vive les enfants de Cayenne, ou encore comme aujourd’hui : justice pour Adama !

Adama Traoré c’est le narcotrafiquant que Hollande vint consoler après qu’il ait prétendu avoir été sodomisé par un bâton de policier, avant qu’il soit arrêté pour avoir escroqué 680 000 € à la Sécurité sociale. On connait la coloration politique de ces slogans à la Bastille le 1er mai lors de la manif dominée par les Black blocs qui tentèrent de griller les poulets en incendiant une voiture de police avec deux policiers à l’intérieur.

Ensuite on a droit au mensonge du Point : “L’ultra-droite est parvenue à signaler sa présence sur le monument” ! Mais que voulez-vous, Le Point est subventionné et obéit au doigt et à l’œil aux instructions d’en haut comme les CRS. Les inscriptions faites, les CRS sont arrivés et ont arrêté des Gilets Jaunes (dixit l’ensemble de la presse aux ordres). Personne ne sait où était passé le Secrétaire d’État pendant ce temps-là. Comme il a dû s’expliquer devant une Commission parlementaire, espérons qu’ils lui auront posé la question :

“Pourquoi les CRS stationnés à 100 m de là ont-ils attendu que les antifas aient fini leurs destructions et leurs tags pour intervenir ? Là est la question quand on sait que BFMTV n’a montré que la seconde partie du reportage (le saccage de l’Arc par les antifas), et la première sur Boulevard Voltaire ou Le Salon beige.

Moralité : Qui a livré l’Arc de Triomphe aux casseurs ? Rien de tel pour effrayer le téléspectateur et susciter l’indignation du bourgeois que de repasser en boucle l’image de l’Arc de Triomphe occupé par des Gilets Jaunes (protégeant la flamme du Soldat inconnu et chantant la Marseillaise) et surtout vandalisé par des antifas irresponsables. Qui sont ils ? Il faut se poser la question comme E. Todd l’a fait sur France 2 !

Réponse :

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
saurer

La famille traoré est trop stupide pour prendre l’initiative de relancer l’affaire et mobiliser tous les boucaques et leurs collabos. En réalité c’est la Licrasse qui actionne les marionnettes de la diversité, et jette de l’huile sur le feu ! …

Jill

On avait déjà connu cela il y a 36 ans ;un muzz sous dialyse, Oussekine, avait soit-disant Été tué par des policiers… quand on est malade à ce point, la bousculade la plus anodine peut finir en catastrophe. Mitterrand s’était rendu dans la famille pour affirmer son hypocrisie attristée ;et on nous a bassine pendant des années avec cette affaire.

Jill

Cette famille de repris de justice gagnerait à fermer sa gueule, et les islamos- gauchos-
collabos qui l’accompagnent aussi.

Non conforme

Le truc c’est que si ce n’est déjà fait, l’image de ce Traore vous aller l’avoir dans vos familles à force de laisser faire.

antidote

Aux états unis tout est clair .Le pourcentage des prisonniers de toutes les races est divulgué dans toute la presse .En France tout est camouflé ,la vérité ne doit en aucun cas être communiquée .Lors d’une arrestation le visage aux USA est en clair en France il est flouté .A croire que le délinquant est plus protégé que l’agressé .Les socialistes ont infiltré
toute le magistrature qui oeuvre sans vergogne pour une justice en trompe l’œil …

Rems

En meute……..j’aurai dit en rut aussi vues leurs sales gueules d’abrutis manipulés. Ils n’arrivent même pas à la cheville des noirs américains……..

Eric des Monteils

Une merde infâme, une saloperie en moins, au contraire : on devrait défiler dans les rue pour fêter la disparition de cette saloperie de Traoré.
Mais il est vrai que le gang des malfaisants Traoré est quand même important quantitativement. Les ordures ont la faculté de se reproduire en quantité, comme les virus bien dégueulasses !

Non conforme

Demain vous aurez un président comme ça et vous êtes content.

Cran

Bientôt tous ces enfants d’Afrique sortiront leur coupe-coupe pour trancher du blanc lequel n’aura bientôt plus sa place en France. Pour l’instant le blanc n’est toléré qu’à hauteur de sa contribution à nourrir les enfants d’immigrés.

Theodore

Activistes gauchistes et diaspora africaine en meute, défendant une famille criminelle, OH OUI !…

voici le palmarès sympathique de la famille de crapules d’Adama Traoré ! que les journalopes “oublient” de vous dire…

http://www.contre-info.com/le-palmares-de-la-famille-dadama-traore ( a lire, ça vaut le coup ! )

p.g BORDES

Je sais qu’il est interdit à la police de faire grève. Mais je vous pose la question comment serions-nous si la police comme la SNCF ou la RATP faisait grève pour agression, insulte, tentative de meurtre ?Personnellement si la police me demande mes papiers je leur montre sens les insulter

philpat

ceux qui doutent du grandremplacement avec la complicité des islamogauchistes et de la macronie, peuvent ouvrir yeux et oreilles

BobbyFR94

C’est le dénommé “théo luhaka” le trou du cul de théo, l’encxxx devrais-je écrire !!! qui a pris, soit disant, un bâton dans le fion !!! et que le hollande est allé voir à l’hôpital – gros tas est allé voir grosEtron !!

Le adama traoré, une autre ordure, qui lui au moins, ne nuira plus à personne !!!

Je sais, je suis impoli, mais je suis d’une colère noire !!!

Eric des Monteils

Soyez pardonné pour votre sainte colère . . . amen.

Non conforme

Bientôt à force de vous laissez faire vous ne direz plus…amen.

Thierry Michaud-Nérard

Désolé ! Mais vous avez raison !

EPONINE

Vous confondez le CPF Théo(dore?) blessé au fondement soi-disant par les vilains flics, et bien vivant celui-là, avec le CPF Adama Traoré, de famille brillante, dont la mort attribuée aux vilains flics indigne toute la clique habituelle qui n’a aucune compassion pour les vraies victimes :
Évidemment les autres CPF, toujours à chouiner sur le racisme et la discrimination dont ils omettent malhonnêtement de préciser qu’elle est positive ( pour eux), les “Z-artistes” toujours prêts à se mettre en avant et
les idiots utiles qui creusent leur propre tombe.
Un vrai suicide civilisationnel.
On s’indigne de la mort d’un délinquant, s’il nest pas blanc c’est carrément l-NAC-CEPTABLE, c’est I-NAD-MISSIBLE !
Si c’est un citoyen lambda, jeune ou vieux, torturé ou égorgé ce n’est pas grave…

zéphyrin

on s’auto flagelle avec une constance qui force l’admiration.
c’est le syndrome du crucifié…pardon au monde entier, fouette encore, le monde est vaste.
une seule solution, virer tous les blancs (ou presque) de la police et les remplacer par des noirs.
ce ne serait pas plus choquant que notre équipe de foot après tout (sourire)

Thierry Michaud-Nérard

Désolé ! Mais vous avez raison !

FCC Cercle Légitimiste de France

Non, Adama Traoré n’ a rien à voir avec la prétendue sodomisation par un tonfa de policier: c’ est Théo Luhaka, neveu d’ un ministre africain, qui a prétendu avoir été ainsi sodomisé, certainement le rectum comblé de diverses substances et rouleaux de billets, et a reçu la visite de flamby pays très bas à l’ hôpital.

Thierry Michaud-Nérard

Désolé ! Mais vous avez raison !

zéphyrin

tout comme les syndicats défendaient leur branche, les africains s’organisent et défendent leur branche….avant qu’ils ne la scient avec le “trop c’est trop”.
on peut mieux se défendre des méchants dans des pays où la “branche est commune”

🇫🇷 ANCIEN COMBATTANT AFN 🇫🇷

Le gauchisme, une maladie mentale, une hypocrisie, une lâcheté, une trahison, notamment avec la gauche caviar bobo du remplacement populationnel, a conditionné le franchouillard à se courber devant les chameaux et les groins sans-vergognes et racistes anti-Blancs. Les belges, les polonais, les italiens, les portugais, etc. qui migré en France et leurs descendants ne font pas parler d’eux ou très très peu à côté de ces chameaux et de ces groins, ce qui contribue à prouver que ceux-ci sont incompatibles, inintégrables, etc. donc à remigrer, avec déchéance de nationalité pour leurs complices.

PIstou

Le gauchisme une maladie mortelle pire que le coronavirus.

François BLANC

“Ultra gauche Extrême gauche”‘ ? en réalité parlons plutôt de gens de même idéologie marxiste, des verts au LFI, ou crypto marxiste, de LREM aux juppéistes, appelés démocrates aux USA

R2D25

Adama traoré,une racaille de moins!.

Non conforme

Réveillez vous, au lieu de faire semblant.

Le Blob

De l’idéologie de (((Marx)))…
Écrit comme ça c’est tout de suite plus clair.

Paskal

Dans le Manifeste, Marx parle des “nations barbares”. Aujourd’hui il se ferait traiter de raciste et de facho, les “antifas” provoqueraient des bagarres s’il s’avisait de donner des conférences !

Lire Aussi