Adieu à la reine, Adieu à une belle époque

توییتر \ Paris Match در توییتر: «Le couronnement de la reine Elizabeth II, il y a 65 ans, en 5 anecdotes et 15 photos https://t.co/nWcB03hT52 https://t.co/QwdXmbPbFp»

Je n’étais qu’une enfant de 6 ou sept ans, lorsque je vis pour la première fois, la photo sur le front du magazine ParisMatch que mes oncles avaient acheté en soulignant « Journal historique » qu’il va falloir conserver précieusement. Marquez bien la date ajouta-t-il : le 6 février 1952.

À vrai dire, cela m’avait instinctivement plongée dans l’histoire des rois de France, des princes, des carrosses, celui surtout d’une cendrillon éblouie par ces images d’une reine et de son couronnement. Comme je l’enviais, comme je voulais vivre ces moments extraordinaires et uniques, n’être une mouche agaçante pour voir cette scène historique de plus près ; ressentir cette extase ineffable d’appartenir à ce monde vêtu de ses apparats les plus resplendissants. Je m’étais alors demandé si les couronnements des rois d’Israël étaient semblables. Le roi David, mon préféré avait-il fait le même parcours ?

Mon imagination prit l’envol. Puis, j’entendis mon oncle qui lisait à haute voix l’article de ParisMatch, soulignant la phrase balbutiée par la toute fraîche reine, lors de la remise du sceptre… « Il semblait être plus lourd que jamais !».

Comment ne le serait-il pas étant chamarré de tant de diamants et d’or ? Riais-je en moi-même.

Je m’étais dit qu’il fallait bien qu’un jour ou l’autre j’assiste à un couronnement pour de vrai. Il n’y avait plus de rois en France et on ne mentionnait jamais ceux du Maroc surtout en présence des français.

Quelle fut ma déception en 1955 lors de la restauration de son trône au feu le roi Mohammed V, et les cérémonies qui s’en suivirent ! Je mourrai d’envie de le voir dans son carrosse, avec sa couronne sertie de pierres précieuses énormes et brillantes… Il n’y eut rien de tout cela. Le roi vint à dos de cheval, habillé d’un burnous blanc qui le couvrait de la tête aux pieds. Aucun bijou, aucun pendentif endiamanté. À peine une bague à son doigt. Que du blanc immaculé… Image féerique et sobre, tant par sa luminosité que par son choix de modestie.

Rien d’éclaboussant, rien de légendaire… Un être humain comme tous le souhaitaient qu’il soit et qui, en dépit de sa déconfiture, la fillette que j’étais y avait reconnu une noblesse indéniable.

Les rois, les princes, les châteaux et les carrosses, leur temps est révolu en dépit de l’acharnement des anglais et d’une Europe vieillissante et écaillée qui s’y accrochent, vaille que vaille. D’ailleurs, les premiers signes de leur inévitable disparition sont disséminés sur notre chemin.

Si nous devons regretter quelque chose, c’est que ce que la nouvelle ère qui se profile, n’a rien de reluisant. Au contraire ! C’est vers un abîme noir que nous nous dirigeons comme un bolide, ayant dilapidé toutes les belles ressources que nous possédions et qui sont aujourd’hui remplacées par la vulgarité tant vocale que littéraire, la bassesse, l’ignorance, la violence, la cruauté, la bêtise et l’absurde…

Où es-tu France du Cid, où es-tu Europe d’Ulysse, Europe d’Hélène de Troie ? Où êtes-vous attendrissants troubadours d’une musique éthérée et envoûtante…

Je vous hais pour ce que vous avez fait de notre quotidien…

Je déplore ce manque de considération, ces vrombissements assourdissants de voiture, ces chants qui n’ont rien de mélodieux… On hurle, on ne chante plus ! La poésie, peu en écrivent et si peu la lisent encore. L’habit, les couleurs, les cheveux, la nature ont pris la poudre d’escampette… Silence on tue celui qui nous déplait, celui qui s’est malheureusement trouvé sur notre chemin et dérange… On ne s’arrête pas pour secourir le blessé… Plus de morale, plus de Dieu… pour beaucoup d’entre nous.

La justice, on la façonne pour en tirer les plus gros profits.

Le rance pue, mais nous l’aspergeons de parfum pour tromper ses relents nauséabonds.

Le genre est un point d’interrogation… L’éducation est remise en question. La famille, le respect, les droits moraux, personne n’en veut. Personne ne veut s’arrêter, faire une halte bienfaitrice dans l’oasis de la nature, sous son palmier qui ploie sous le poids de ses dattes douces et séculaires.

Dans la moiteur de la corruption, ne résonne enfin, que le bruissement des billets de banque qu’on se passe en douceur et dans la complicité.

Bonjour tristesse.

Thérèse Zrihen-Dvir

image_pdfimage_print
5
3

18 Commentaires

  1. La défunte reine a accompagné notre jeunesse par médias interposés. Je me souviens aussi de certains Paris-Match et autres périodiques.
    J’ai en mémoire sa visite à l’usine Renault de Flins (1957 ?) où il se dit qu’une Dauphine (dernier modèle produit) lui fut offerte.
    Mais ce n’est qu’une anecdote, il y a longtemps que je suis devenu indifférent à cette souveraine d’apparat.

    En conclusion, je me dis que ceux qui pleurent sur sa mort ne pleurent que leur propre jeunesse enfuie.

    • « Mauvais souvenirs, soyez pourtant les bienvenus, vous êtes ma jeunesse lointaine… »
      (Georges Courteline)
      La nostalgie est un droit de l’Homme, un droit inaliénable !

      • Celle qui nous attend malheureusement n’a rien de bon, sinon des conflits, la famine, les guerres et la désolation…

    • Mantalo. Ils pleurent sur leur jeunesse enfuie mais pas que … Ils pleurent aussi sur les valeurs – également enfuies – que cette reine incarnait. La classe et la dignité, le sens de l’honneur, le respect de son pays, entre autres, totalement méprisées par nos dirigeants actuels.

  2. Adieu à la reine, bonjour la tirelire ! Charles III hérite de 425M plus le reste … Harry venu avec Meghan pour un petit chèque ? Le système royal anglais n’est pas parfait mais par habitant il est dérisoire au notre ! Thérèse est pessimiste mais chez nous qui tient les manettes avec des mauvaises décisions ? Antisémite ? Ça va pas non !

    • argon . Charles hérite …. Vous avez eu connaissance du testament de la reine ? Elle a 4 enfants, petits enfants etc elle a donc pu faire bénéficier d’autres membres de sa familles surtout que Charles est loin d’être son préféré. Lui héritera surtout de ce qu’elle ne pouvait pas lui enlever de droits de succession royale !

  3. Eh oui toute une époque de grandeur, dignité, devoir, dont à fait preuve la reine jusqu’au bout, pas comme aujourd’hui son petit fils qui vend son linge sale pour 10 millions de $ et qui parlemente avec son frère pendant une heure pour une question de photo ou autre. « UN PETIT BOUTIQUIER  » beaucoup trop gâté qui a visiblement manqué d’une bonne fessée dans sa jeunesse. Il n’a rien appris de son devoir de réserve et de charge dû à son rang et ça n’est pas sa femme qui n’a aucun point commun avec ce milieu qui risque d’arranger la situation, tt au contraire les deux étant âpres aux gains. A l’invers de son frère et de sa femme dont la reine s’était beaucoup rapprochée ces dernières années. Une chance pour les anglais qu’il ne soit pas à la place de son frère et ne soit pas le prince consort, les anglais auraient risqués d’avoir un second Edward XIII !

  4. Malheureusement Charles 3 est sur le trône et il va diriger l’Angleterre droit dans le mur. Elisabeth 2 va beaucoup manquer au peuple anglais.

  5. Ce soir sur CNews Dimitri Pavlenko a parlé avec raison du multiculruralisme raté chez les British.
    Il a déclaré que la monarchie avait masqué les communautarismes qui pourrissent le pays avec sa « royale hermine ». Très joli. Merci Dimitri.

    PS: les phrases de Dimitri sont approximativement reproduites mais l’idée est bien là.

  6. Je pense aux obsèques du Général de Gaulle empreintes de vraie grandeur par leur simplicité. C’est ce qu’il avait voulu, à Colombey les deux Eglises. Madame de Gaulle a voulu le renoncement, et a quitté Colombey les deux églises pour une modeste maison de retraite chez les Sœurs à Paris, près de sa fille. Elle est partie avec une valise contenant ce qu’il fallait pour l’ensevelir.
    Mes pensées vont à Colombey les deux églises, la forêt des Dhuits, leur belle austérité qui convenait au grand homme et à Madame de Gaulle.

Les commentaires sont fermés.