ADN : Sopo utilise des arguments dignes du docteur Mengele

Publié le 19 décembre 2011 - par - 1 053 vues
Share

Suite à l’action musclée de milices gaucho-fascistes à l’Université Dauphine pour empêcher une réunion avec Marine Le Pen, Laurent Joffrin se fend d’un édito dans le Nouvel Obs : « Laissez parler Marine Le Pen ! »

http://tempsreel.nouvelobs.com/laurent-joffrin/20111207.OBS6212/laissez-parler-marine-le-pen.html

Joffrin-Mouchard, le compagnon de vacances des Le Pen, a compris que « la censure physique exercée par des organisations étudiantes est tout à fait maladroite car elle confère à la candidate du Front National un statut de victime. »

Mais cet aveu lui vaut une réaction de Dominique Sopo, président de SOS-Racisme : « Laissez parler Marine Le Pen ? Hors de question d’être complice du FN »

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/223598;laissez-parler-marine-le-pen-hors-de-question-d-etre-complice-du-fn.html

Sopo nie totalement la violence des gauchistes qu’il soutient dans ce coup de force. « De contrainte physique, il n’y en a eu point », et selon Sopo, ce serait Marine Le Pen elle-même qui se serait débinée.

Cette version des faits est totalement invalidée par les articles de presse, les témoignages, les vidéos, les photos. Les organisations appelant à manifester ont reçu une autorisation pour se rassembler en dehors de l’université et aucunement à l’intérieur. C’est un groupe de nervis qui est entré par effractions dans l’enceinte de l’université, puis dans la salle où devait se produire la réunion en forçant une porte. Ces apprentis-fachos ont alors molesté au moins l’un des étudiants qui organisaient le débat, puis ils ont détruit volontairement du matériel d’enregistrement audio et vidéo. Ils ont occupé manu militari les lieux jusqu’à ce qu’on leur annonce la non-venue de Marine Le Pen, qu’ils ont saluée par des cris de joie.Selon les dires de Marine Le Pen, c’est le recteur de l’université qui aurait annulé la réunion, sous prétexte qu’il serait incapable d’assurer la sécurité physique des participants. Il avait interdit la présence de personnes étrangères à l’université, en vain : les militants de gauche qui ont occupé la salle n’avaient rien d’étudiants de Dauphine.

Par conséquent, Dominique Sopo ment ouvertement en disant qu’on n’aurait pas empêché Marine Le Pen de s’exprimer au sein de cette université. Oui, la contrainte physique est manifeste, et il reste à savoir si SOS-Racisme et consorts se solidarisent de méthodes fascistes ou les dénoncent.

Dominique Sopo reproche ensuite à Marine Le Pen d’appeler à couper les subventions publiques à SOS-Racisme. Or le coup de force à Dauphine, applaudi par le groupuscule dirigé par Dominique Sopo, entre clairement dans les lois des années 30 contre les milices fascistes. Raison de plus pour leur couper les vivres aux frais du contribuable.

Dominique Sopo évoque un meeting de Marine Le Pen : « Meeting à Metz où les noms de Georges-Marc Benamou et Bernard-Henri Lévy ont été sifflés par l’action du verbe de Madame Le Pen. Attaques en piqué contre les étrangers et leurs enfants. »

Benamou et BHL apprendront donc avec surprise que selon Dominique Sopo, ils ne seraient pas Français mais feraient partie des « étrangers et leurs enfants » ! On verra plus loin comment le patron de SOS-Racisme essentialise génétiquement les gens, mais là c’est très fort de considérer deux Juifs dont les familles sont franco-françaises comme des étrangers…

Et le pire est à venir : pour Dominique Sopo, « Madame Le Pen s’est engouffrée dans le chemin qu’elle connaît le mieux et qui, malgré toutes ses grossières et piteuses tentatives de « banalisation » de son image et de son parti, reste décidément le chemin de la haine raciste, antisémite et xénophobe. C’est parce que ce chemin est dans l’ADN de ce parti qu’il n’est décidément pas un parti comme les autres et que le rappeler à chaque fois que cela sera nécessaire restera pour nous une boussole de notre action. »

Ainsi pour Dominique Sopo, il y a une « ADN » commune à tous les adhérents du FN ! C’est tout de même incroyable de lire de telles inepties, alors que chacun peut constater qu’au sein de ce parti, on rencontre des Français «de souche», des Européens de différentes origines, et aussi des Juifs, des noirs et des Arabes ! Des sionistes et des antisionistes, des gens de gauche et d’autres de droite, des libéraux et des Jacobins, etc. Je n’ai jamais connu un tel éclectisme ailleurs qu’au FN !  Et c’est justement la force de Jean-Marie Le Pen puis de sa fille que d’avoir su fédérer tous ces gens, tout comme Mitterrand parrain de SOS-Racisme l’a fait au sein de la gauche. Y a-t-il un ADN commun entre Bérégovoy et Groussouvre ? Sinon peut-être dans la mort douteuse…

Comme directeur d’un groupuscule qui se prétend « antiraciste » et qui a lutté contre les tests ADN sur les migrants étrangers et clandestins, Dominique Sopo vient de commettre une bévue racialiste extraordinaire : ce serait l’ADN des militants du FN qui déterminerait leur idéologie ! Je ne suis pas sûr que les théoriciens nazis de la supériorité raciale soient allés aussi loin… tout simplement parce qu’ils ne connaissaient pas l’ADN. Ils nous expliquaient cependant que telle ou telle caractéristique des Juifs étaient inscrites dans leur hérédité mentale, ce qui revient au même.

Et c’est ce que vient de reproduire Dominique Sopo en parlant d’« ADN » du Front National ! Il rejoint ainsi le travail de propagande de Caroline Fourest, qui nous explique à longueur d’articles et d’interventions télévisées que Marine Le Pen  serait totalement identique à son père sur le plan idéologique parce qu’elle en est sa fille.

Personne n’ira chercher querelle à Dominique Sopo sur son « ADN » paternel togolais. Et à juste titre ! Et justement, ce libre-arbitre prôné par notre civilisation occidentale (depuis les philosophes grecs jusqu’à Jésus en passant par les Lumières) ne lui permet aucunement de cracher sur l’«ADN» de 20% des Français et de les réduire à un héritage pseudo-génétique qui nierait leur autonomie de pensée et d’action.

Ou alors il faudrait «diaboliser» plusieurs compagnons de route de Dominique Sopo à raison de leurs origines génétiques :
– Mohamed Sifaoui, journaliste algérien, hérite-t-il de l’«ADN» de son peuple qui vota en masse pour les islamistes ?
– Bernard-Henri Lévy est-il coupable de son père qui dirigeait une société d’importation de bois africains qui a fait « suer le burnous » à plus d’un noir exploité et qui a fondé la fortune personnelle de BHL ?
– Caroline Fourest porte-t-elle la moindre responsabilité envers ses parents cathos qui l’ont mise en pension chez les bonnes sœurs ?
– Ayaan Hirsi Ali partage-t-elle l’« ADN » de ses parents qui l’ont excisée, obligée à un mariage forcé et soumise à l’islam ?

Mais au fond, Dominique Sopo nous révèle le fond de sa pensée. On sait combien il nie totalement le racisme anti-blanc de la part de noirs et d’Arabes. Le « racisme » serait donc pour lui inscrit à jamais dans l’ADN des blancs, des Français de souche, des occidentaux. Tout comme la cupidité et le mensonge étaient inscrits dans les gènes juifs pour les idéologues nazis et les Docteur Mengele.

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.