Affichez vos drapeaux, mais laissez-les en place, la guerre n’est pas finie

Publié le 26 novembre 2015 - par - 13 commentaires - 2 083 vues
Share

drapeau-franceAprès la tuerie de vendredi dernier nos chers politiques démunis d’arguments pour les exonérer de leurs multiples erreurs, après les fleurs et les bougies qui se multiplient à chaque fois et la naïveté des Français qui croient béatement que cela va cesser, après les mesures inapplicables faute de moyens, voici venir le temps de pavoiser et de sortir les drapeaux bleu blanc rouge à vos fenêtres.

Notre hymne national entonné dans le monde entier fut rapidement étouffé par la chanson « Imagine », véritable cantique des utopistes qui croient encore en un monde de paix.

Mais l’imagination s’arrête là face au réel de la barbarie qui assassine et tue sur notre territoire.

Hommage par l’affichage du drapeau, nous disent ces responsables en mal de reconnaissance de la nation et qui veulent faire croire que cela effacera leurs erreurs criminelles et leur lâcheté passée.

Cette affichage aux fenêtres aurait dû être fait depuis des mois que notre pays subit cette guerre qui ne disait pas son nom, et qui de la bouche même des politiques soudainement éclate.

Après s’être affiché en seigneurs de guerre dans des pays où la France n’avait rien à y faire, nous payons leurs errements avec le prix du sang ici dans notre pays.

Les flux massifs de hordes barbares qui submergent toute l’Europe et notre pays ne font que développer cette folie d’imposer par la force des populations totalement incompatibles avec nos lois, notre manière de vivre et qui au nom de je ne sais qu’elle utopie saccage notre patrimoine, ruine nos finances déjà bien épuisées, et insère par la contrainte partout sur notre territoire des personnes nommées pudiquement migrants ou réfugiés selon l’humeur du jour et qui sont en réalité des clandestins hors la loi qui entrent et restent et resteront, et que la population devra supporter de gré ou de force car aidées par les politiques et associations subventionnées au nom bien pompeux des droits de l’homme qui endort la population.

Alors oui, mettez des drapeaux français à vos fenêtres, mais soyez fiers de votre pays et non pour redorer le blason bien sombre des responsables qui salissent ce même drapeau et qui par tous les subterfuges essayent de vous culpabiliser de leurs propres errements et faiblesses.

Cet affichage temporaire n’effacera en rien la terrible image ensanglantée des attentats d’hier et qui se renouvelleront hélas encore demain. Combien faudra-t-il de morts d’innocents civils pour que cette folie cesse ?

Alors oui, affichez vos drapeaux mais laissez les en place encore et encore car nous sommes en guerre et c’est l’ennemi qui décide quand, où, et qui va mourir demain.

Ce sera le sursaut et la prise de conscience qui nous évitera de sombrer encore plus demain.

Messieurs les responsables politiques agissez au lieu de faire larmoyer la France, et soyez certains que ce ne sont pas nos pavois qui stopperont la folie barbare mais la force et la détermination du peuple de France.

Vive la FRANCE.

Christian VERCOUTERE

Print Friendly, PDF & Email
Share

13 réponses à “Affichez vos drapeaux, mais laissez-les en place, la guerre n’est pas finie”

  1. Anonyme dit :

    « Un drapeau flottant à l’envers peut signifier que la base ou les bâtiments où il flotte sont passés aux mains de l’ennemi. C’est également un signe de détresse. »
    Vous savez ce qu’il vous reste à faire. Le notre est accroché à l’envers depuis un certain temps.

  2. laureano dit :

    Ce n’est pas une minute de silence mais un cri de colère qui unira les français et le drapeau doit être mis en berne pour honorer ces victimes des collabos au pouvoir quand au Panthéon réservons le à la nos soldats. A trop en faire on se ridiculise aux yeux de nos ennemis qui finiront par mourir mais de rire.

  3. Respectvaleurs dit :

    Pour ma part, j’ai mis le drapeau devant ma fenêtre, non pour tous les collabos au pouvoir, mais pour les victimes, rien que pour elles. Il faut aussi partager au maximum les articles des familles de victimes en rage et qui boycottent les hommages.

  4. gutofsalins dit :

    je n’ai pas attendu les drames qui nous ont frappés depuis des décennies pour mettre mon drapeau Français en évidence sur le bas de ma porte d’entrée et l’avoir mis en berne dès le 14/11 comme le font les Américains qui sont fiers de l’afficher ce qui hélas ne semble pas le cas en France ! ! !

  5. France Offrensée dit :

    Je recommence mon commentaire car il y a une faute.
    Ces drapeaux n’auront aucun effet.
    Pas plus que du parfum Chanel pour se débarrasser d’une mouche à merde.

  6. France Offrensée dit :

    Ces drapeaux n’auront aucun effet. Pas plus que du parfum Chanel pour se débarrasser d’une mouche à mère.

  7. patriote dit :

    j’ai enlever hier mon drapeau qui flotte devant chez-moi depuis pas mal de temps pourquoi ?
    simplement je ne suis pas un mouton , je n’ai pas attendu que ces sinistres personnages politiques actuels demandent aux gens plutôt « aux moutons » de mettre un drapeau français , à croire qu’il y a depuis quelques jours une génération spontanée de patriotes ….!
    tout ceci est de la récupération politique , et le « gros mou » nous refait le remake de  » charlie » !
    non seulement il est responsable mais aussi coupable avec ces sbires , valls , caznoissettes , la taubira et bien d’autres , envers les VRAIS FRANÇAIS et de LA FRANCE , de ces évènements tragiques , de tout ces morts , et de toutes les victimes .
    et en plus non seulement d’avoir du sang sur leurs mains , ils paradent en se donnant bonne conscience .
    je ne participerai pas non plus à cette mascarade nauséabonde !

    mon drapeau reprendra sa place dans quelques jours , et on verra après… qui sont les vrais patriotes !

    j’adresse mes sincères Condoléances aux familles des victimes , et j’ai une pensée pour tout ces morts .

  8. JOTO dit :

    Comment cautionner cette décision, prônée par ceux-là mêmes qui dénonçaient avant les attentats, un nationalisme nauséabond, dès lors que les 3 couleurs étaient montrées ?

  9. Aziliz dit :

    Hier soir, vers 20 h, armée d’une lampe de poing, je suis allée chercher mon drapeau, qui est par tout temps, déployé dans mon jardin. Je ne participerai pas à cette mascarade. Mais dès Samedi, il reprendra sa place.

  10. jan dit :

    Ben moi, en guise de drapeau, je vais vous dire ce que je fais depuis le 14 novembre, au lendemain des massacres d’innocents perpétrés par des musulmans djihadistes

    Quand je sors, pour mes emplettes par exemple, j’enfile, depuis le 14 novembre, un petit brassard noir sur ma manche gauche…

    C’est en signe de deuil.
    Le deuil pour les victimes de la barbarie musulmane. Victime de djihadiste musulmans.
    Mais aussi un deuil anticipé, mais que je ne souhaite pas, pour la France, notre Nation, notre Mère Patrie, que ses ennemis veulent tuer. Veulent détruire.

    la France attaquée, détruite peu à peu, par la mondialisation capitaliste et banquière, par l’Union Européenne, par l’Immigration sauvage ( dans tout les sens du terme !…) et surtout par l’islam. l’islam conquérant, qui n’aura de cesse de dominer le monde – et donc d’attaquer l’humanité, tant qu il vivra et n’ atteindra pas son but.
    Pour toutes ces raisons je porte ce brassard noir.
    Et je le porterai jusqu’à ce que toutes ces raisons aient disparues de France
    Ce sera comme un signe.

    les adeptes de l’islam ont ils peurs, quelque soient les circonstances, de s’exhiber avec les signes provocateurs et ostentatoires de leur idéologie ? Leur foulard, leur niqab, leur kami ?
    Le drapeau européen flotte sur toute la France. On nous l’impose aussi sur les plaques numérologique de nos voitures !

    Alors moi maintenant , j’ai mon signe-symbole. Mon signe de refus
    Mon petit brassard noir. Et il a un nom ! Je l’ai baptisé  » Jean Charles  »
    C’est le brassard Jean Charles. Et j’y tiens ! C’est son NOM !

    Si on me demande pourquoi j’ai ce petit bout de tissu . Je lui donnerai son nom d’abord, et puis je repondrai.
    Je vais même préparais quelque petits tracts explicatifs bien concis, pour en donner ,le cas échéant.

    Voilà, chers compatriotes, c’etait l’histoire du petit brassard patriote…