Afghanistan 2018 : Mais que fait donc Trump dans une telle galère ?

Publié le 9 juillet 2017 - par - 9 commentaires - 876 vues
Traduire la page en :

Il semblerait que le président Trump soit décidé à engager des troupes supplémentaires en Afghanistan. Quel peut-être l’intérêt économique et stratégique de Washington à se maintenir dans ce pays, pourtant si hostile à l’envahisseur ?
Ce n’est pas l’agriculture qui intéresse Washington, même si l’Afghanistan, avant l’intervention soviétique de 1979, était réputé pour ses raisins, ses pastèques, ses cerises, abricots et melons. Ce ne sont pas, non plus, les rubis, les saphirs et les lapis-lazuli renommés de l’Afghanistan qui attirent tant Washington, bien que le commerce de l’émeraude et des lapis-lazuli ait permis au commandant Massoud de payer son armée contre les talibans. Ce ne sont pas, encore, les superbes tapis afghans, produit d’exportation le plus important du pays, qui hypnotisent Donald Trump. Bien que leur arrivée dans le pays coïncide avec l’explosion de la Narco-économie afghane, les gens de Washington ne sauraient officiellement justifier leur présence par le contrôle d’un pays devenu premier fournisseur mondial d’opium. D’après les enquêteurs de l’ONUDC, la culture du pavot se développe essentiellement là où la présence des talibans est très importante, dans le sud, soit à 80 % dans quelques provinces le long de la frontière avec le Pakistan.

Non, c’est l’immense potentiel du sous-sol afghan qui motive les Etats-Unis à ne pas laisser trop vite le pays aux mains des Talibans. Il y a du plomb, du zinc, de l’aluminium, du molybdène, du tungstène, du chrome, du baryum, du lithium, de l’étain, du tantale, du fer et du cuivre qui n’attendent qu’à être exploités en Afghanistan. L’exploitation des minerais de fer n’a pas encore été entamée, mais représente un immense potentiel pour le pays. Des gisements d’or ont également été découverts. Au Badakhchan, une importante mine d’or existe, non encore exploitée. Plus récemment une autre mine d’or a été découverte en 2003 près d’Herat à l’Ouest de l’Afghanistan. Une entreprise britannique en a décroché l’exploitation. Pour les mines de charbon, on sait que l’exploitation rationalisée du charbon en Afghanistan pourrait rendre le pays autosuffisant. Mais l’Afghanistan est également riche d’importants gisements de gaz naturel. En 1980, les réserves étaient estimées, par la Banque mondiale, à 140 milliards de m3. On sait aujourd’hui que ces réserves dépassent les 2 520 milliards de m3, sans tenir compte des nouveaux gisements découverts dans le sud et l’est du pays.

Enfin, les réserves de pétrole seraient 90 fois plus grandes que ce que croyaient les Soviétiques dans les années 1980. Les compagnies pétrolières Unocal, Texaco, BP et Total se bousculent à Kaboul pour remporter les appels d’offres du gouvernement.

L’engagement, depuis 2007, de l’entreprise chinoise China Metallurgical Group Corporation dans l’exploitation de la mine de cuivre Ainak, avec un investissement initial de 3 milliards de dollars, la construction d’une centrale électrique de 400 MW, d’une ville pour les mineurs, d’un hôpital et de plusieurs écoles, donne un premier indice de l’importance stratégique de l’Afghanistan. La Chine a déjà promis la construction d’une ligne de chemin de fer, stratégique pour le développement de l’Afghanistan, reliant le port d’Hairatan sur le fleuve Amou-Daria dans le nord, jusqu’à la frontière pakistanaise à Turkham d’une valeur totale de 10 milliards de dollars US. La Chine est en train de mettre en place la nouvelle route de la soie, « One Belt, One Road » (OBOR), qui va transformer complètement les pays traversés.

(Http://williamkergroach.blogspot.fr/2017/05/china-is-ready-to-govern-world.html)

L’Amérique ne souhaite pas, après avoir tant souffert en Afghanistan, voir le magot lui échapper, au profit de la Chine ou de la Russie. Voici pourquoi, en mars 2015 déjà, le président américain Barack Obama annonçait que son pays retardait le retrait de ses troupes d’Afghanistan, officiellement à la demande du président Ashraf Ghani… Les proches de Trump, dont son conseiller Steve Bannon, s’opposaient à ce que l’armée américaine reste en Afghanistan, arguant que ce n’était pas le rôle des Etats-Unis de « reconstruire l’État afghan ». Donald Trump, qui ne semblait pas comprendre grand chose aux intérêts internationaux de son pays avant d’en devenir le président, est en train d’ouvrir les dossiers et de comprendre l’importance énergétique du bourbier afghan.

William Kergroach

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Clamp

Oui, c’est très important d’y rester et de ne pas laisser la Chine, dont la politique militaire se fait de plus en plus outrageusement impérialiste, emporter la mise. Pour ma part, je considère que l’occupation de n’importe quel pays musulman est légitime, tant qu’on n’a pas éradiqué ce cancer complètement et définitivement de toute la surface de la terre, et qu’elle est une mesure de protection et de garantie de développement pour toutes les populations occupées, donc zéro problème de conscience à ce niveau là.

Si on ne se décide pas à faire barrage à la Chine, toute l’économie mondiale va s’écrouler, sans parler du désastre écologique.

dufaitrez

Ces richesses sont tentantes, certes. Comment les acquérir ?
Laminer les Talibans, et négocier avec les successeurs ? Concurrence forte !
Occuper le Pays ? Guerre continentale !
Dans deux cas, guerres interminables! Les opinions publiques ?

sleazy

Que fait Trump dans cette galère et ailleurs ? En tout cas, il marque des points sur le climat, le commerce et l’Europe a du mal à l’enrayer surtout Macron
http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
2017/07/what-do-you-want-shorty.html

frantz

L’Afghanistan est le premier producteur d’opium, donc d’héroïne, du monde !
La C.I.A en a besoin, de ces fortunes, pour les opérations “secrètes” de déstabilisation à un endroit ou à un autre !
Ils ont fait ça pendant des décennies en Amérique du Sud avec la cocaïne,
aidés par divers dictateurs aux ordres ! Rien ne change, seul le nom des pantins change!

pierre estrelka

.Ce qui motive les uessas n’est rien d’autre que la situation géographique de l’Afghanistan. Je le répète depuis 1980 et aucun fait ne m’a démenti jusqu’à ce jour. Par ce que “la géographie, ça sert à faire la guerre” (Napoléon Bonaparte).

Pierre B.

Selon le site INFOWARS , le sous-sol afghan recèle la plus grande concentration de lithium au monde, le lithium des nouvelles techno et les Chinois le veulent .

trump4ever

… je vous invite à lire ce qu’a dit trump à propos de l’intervention américaine en IRak https://www.youtube.com/watch?v=LxE_AcX1ga0 il clame haut et fort qu’on a perdu des trillions de dollars ricains pour peanuts ! https://www.youtube.com/watch?v=T2tbpUqNwRU https://www.youtube.com/watch?v=LgQw8EhPJWw les américains ont les ressources nécessaires en matière de pétrole, la preuve en 2011 obama a fait la bêtise (que trump a prédit) de partir d’iraq etc sans protéger les puits de pétrole ce qui contribuera à créer l’état islamique qui est financé grâce à ses puits, ce n’est pas le pétrole qui l’intéresse mais juste la sécurité de ses concitoyens, il y a d’autres façons d’avoir du pétrole pour moins cher en terme électoral (bush n’a pas été élu à cause de l’iraq) financier et sécuritaire

jan le Connaissant

Mince, beaucoup pensaient qu’avec la fin du pétrole – supposé – ( chose qu'(on nous promet régulièrement et toujours repoussé… ) en Arabie saoudite et autres pays du golfe, on en finirait avec l’islam, puisqu’il ne posséderait plus ce moyen de financement et de pression sur nous…
Eh bien, patatras !, pas de bol, avec cet article on voit que la relève est assurée !!
Rires !! ( ironique… )

Spipou

Dans votre article, vous dites “A well-nourished people, according to Beijing, doesn’t pay attention to political or religious ideals.”

Vous croyez vraiment que les chinois sont si naïfs ? Je pense qu’ils savent ce que c’est que l’islam, et que s’ils mettent la main sur l’Afghanistan, ce ne sera pas sans une présence militaire conséquente. Il faut d’ailleurs remarquer que l’armée chinoise représente le plus gros effectif militaire du monde, et que seule la Chine a les moyens de mettre un soldat derrière chaque afghan.

Ceci étant, il n’est pas sûr qu’ils ne s’y brûlent pas les doigts, comme tous ceux qui s’y sont essayés avant eux…

Lire Aussi