Afghanistan : la destinée de cinq femmes qui portent la culotte

Publié le 10 octobre 2019 - par - 1 476 vues
Share

Khalila Popal
L’Afghanistan c’était le taliban au pieu, l’Europe c’est le ballon au pied

Amnesty International a placé l’Afghanistan en queue de peloton des droits de la femme dans le monde. Selon le bon vouloir de la génétique connu sous « fille ou garçon », vous y avez mathématiquement 50 % de malchance de naître future esclave voilée. On demande à Allah de joindre dès le premier souffle la burqa au miracle de la naissance, ce qui facilitera grandement le processus d’endoctrinement talibancal.

J’ai parcouru avec beaucoup d’intérêt l’article de Bernard Dick « L’athéisme : bombe à retardement des pays musulmans ? », un excellent sujet de réflexion annexé ici-bas. Mondialisation et globalisation sont la cible de pas mal de lecteurs RL et RR, même un aveugle s’en rendrait compte. Mais elles comportent également une facette positive et je suis convaincu que la polémique de Bernard Dick a ici du sens : le smartphone ludique, c’est la bête noire des régimes pourris du bloc arabo-musulman.

Je me suis presque instinctivement penché sur le sort de ces pauvres victimes du hasard géographique des naissances, me basant sur des sources polonaises peut-être inconnues des patriotes français. Au fond, nous devrions combattre l’islam aux quatre coins du monde mais il y a tant de boulot pour remettre la France en mode overdrive Trente Glorieuses (404, Lino Ventura et toute cette sorte de choses) qu’il vaut mieux se focaliser sur le sauvetage de la nation, tenant compte du fait qu’il y a un peu de Zemmour en chacun d’entre nous.

Cinq Afghanes victimes du logiciel islamique

Uno : Beheszta Ajubi, vivante
Elle dit : « Si les Américains n’avaient pas repris le pouvoir des mains des talibans, je n’aurais pu terminer mes études et je ne serais pas reporter ». Femme hyperaudacieuse puisque pour les talibans, la profession de journaliste est passible de peine de mort. En service, elle porte le voile, lui seul garantit protection et anonymat. Son rêve ? Faire du vélo sur la voie publique et jouir de la piscine en maillot non burkinisé. Beheszta Ajubi a félicité Donald Trump de n’avoir pas autorisé le retour politique des talibans à Kaboul, épargnant ainsi toute législation supplémentaire à l’encontre de la femme.

Due : Nadja Anjuman, assassinée
À 24 ans, elle édite un carnet de poésie dédié libération de la femme. Un an plus tard, battue à mort par un mari qui n’apprécia pas ce type d’initiative de la part de son esclave, tais-toi quand tu parles (Philippe Clair, 1981). Elle écrivit « Nulle part, personne ne se soucie de savoir si je pleure, si je ris, si je vis ou si je meurs ». Hélas pour elle, le dernier cas de figure s’est réalisé sans que le meurtrier n’en soit défiguré, l’islam permettant de conserver la face.

Tre : Fahrkunda Malikzada, massacrée
Femme savante lynchée après avoir été accusée à tort d’autodafé de Coran. Sa dépouille a ensuite été écrasée par les automobilistes devant la mosquée de Kaboul. C’est l’horreur absolue, Oradour-sur-Glane en version individualisée.

Quattro : Niloofar Rahmani, volante
La capitaine pilote. Sa combinaison, ses bottes militaires et ses lunettes Aviator ne correspondant nullement à la vision des tribus préhistoriques pourtant chassées de Kaboul en 2001, elle se retrouve rapidement sur la liste noire des talibans. Récompensée en 2015 du Women of Courage Award des mains de Michelle Obama. Kaboul ne fut qu’un Mirage, les States sont un Lockheed Martin•gale à forte probabilité de réussite.

Cinque : Khalila Popal, tackleuse
« Ciblée » par les talibans pour cause d’exposition de short sur pelouse publique afghane, gazon maudit ! Cette footballeuse installée actuellement au Danemark a eu le courage de dénoncer la clique des dirigeants du football afghan proposant un marché vieux comme le mondial : sexe en équipe contre sélection en équipe nationale. En juin 2019, la Fifa s’est séparée du sélectionneur national afghan condamné en outre à un million de francs suisses d’amende. Khalila Popal, une footballeuse qui va droit au but et non à la bite, c’est du footage de gueule talibane.

Nous avons également nos drames féminins, déconseillé aux ânes sensibles
Greta Thunberg • Comment osez-vous ? • Version dance, ça déchire !!!
https://www.youtube.com/watch?v=nUb4MovqcBY&list=RD23GtNKYQj7c&index=5

Richard Mil

Addendum

« L’athéisme : bombe à retardement des pays musulmans ? », Bernard Dick
https://ripostelaique.com/latheisme-bombe-a-retardement-des-pays-musulmans.html

Beheszta Ajubi, journaliste
Cou voilé de rage, courage au carré

Kaboul au quotidien
Femme audacieuse laissant entrevoir les doigts de la main, 2019

Maboul au quotidien
Ne rate pas ton virage, sinon tu seras suspecté d’attentat athéiste (France, 2019)

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.