Afrique du Sud : qui osera dire que c’était mieux avant ?

Publié le 4 mars 2017 - par - 23 commentaires - 1 662 vues
Share

Il y a un quart de siècle, l’Afrique du Sud vivait un moment historique, aussi emblématique que la chute du mur de Berlin en Europe.

Nelson Mandela, le porte-drapeau de la lutte anti-apartheid, et le président Frédérik de Klerk, mettaient fin à plus de quarante années de ségrégation raciale.

Totalement isolée, mise à l’écart de toutes les manifestations internationales et victime d’un blocus économique de plus en plus pénalisant, l’Afrique du Sud décidait de briser cet isolement.

La sagesse de Nelson Mandela permit d’éviter la guerre civile réclamée par les revanchards. Ce grand saut dans l’inconnu, finalement vécu de façon pacifique, fut salué par toute la planète.

De Klerk et Mandela, reçurent peu après le prix Nobel de la Paix.

La nation “Arc – en Ciel”, selon le mot de l’évêque Desmond Tutu,  était née.

Mais une génération plus tard, le plus riche pays du continent africain est rongé par la corruption et l’insécurité, avec une société toujours dominée par des critères raciaux. Les 80% de Noirs votent systématiquement pour l’ANC.

Le président Jacob Zuma est corrompu jusqu’à la moelle, traînant des centaines de casseroles judiciaires avec 700 plaintes pour corruption et fraude.

Attirés par l’Eldorado sud-africain, tous les déshérités des pays voisins viennent s’entasser dans des centaines de bidonvilles, aggravant le chômage et faisant exploser l’insécurité.

A ce titre, le palmarès 2015-2016 des villes les plus dangereuses au monde est édifiant.

La ville la plus dangereuse n’est pas Ciudad Juarez, le coupe-gorge mexicain, ni Bogota, où les cartels de la drogue s’entretuent, ni Bagdad, terrain d’affrontements permanents entre chiites et sunnites.

Non, la médaille d’or revient à Capetown, où le fait de se promener dans la mauvaise rue au mauvais moment peut être fatal au touriste égaré.

En 2016, 18.673 meurtres et 54.895 viols ont été recensés dans le pays.

La pauvreté a frappé les petits Blancs non qualifiés. Sujet totalement occulté en Occident, où l’Afrique du Sud ne mérite que des louanges en souvenir de Nelson Mandela. La réalité quotidienne n’intéresse pas nos médias.

Pourtant, dans ce pays de 25 millions d’habitants, au sous-sol gorgé d’or, de diamants et de métaux rares, plus de 500.000 Blancs vivent dans une centaine de bidonvilles, sans eau ni électricité, victimes du “nettoyage ethnique” mis en œuvre dans les entreprises par l’ANC au pouvoir.

Mais le racisme anti-Blancs n’a jamais ému nos élites bien pensantes.

Sans accès aux soins, abandonnés de tous, ces petits Blancs crèvent dans l’indifférence  générale.

C’est la discrimination positive au profit des Noirs. La loi pénalise les entreprises qui n’embauchent pas assez de non-Blancs.

Même l’emblématique équipe de rugby doit se plier à la mixité raciale.

Les plus cyniques diront que ce n’est qu’un juste retour du boomerang après des décennies d’apartheid. Quand les Blancs s’appauvrissent, c’est le signe que la société sud-africaine devient de plus en plus égalitaire…

D’autres objecteront que la majorité des Blancs a un niveau de vie nettement supérieur à celui des Noirs. Il y a 2000 bidonvilles noirs, 20 fois plus que de ghettos blancs.

Mais le fait est que la ségrégation raciale est toujours là. Les ghettos noirs ne se mélangent pas avec les ghettos blancs.

“La morale en Afrique du Sud, c’est que les Blancs sont coupables et les Noirs victimes”, dit le secrétaire général de Solidarity. C’est maintenant le racisme inversé. Quand on est Blanc, mieux vaut avoir de solides diplômes !

Un autre sujet soigneusement occulté par le pouvoir et les médias occidentaux, est le massacre des fermiers blancs isolés.

Depuis l’arrivée de l’ANC au pouvoir, 4.000 fermiers blancs ont été assassinés.

En 2016, 345 fermes ont été attaquées et 70 exploitants tués.

En 2017, on recense déjà 19 meurtres.

Il faut dire que certains extrémistes noirs attisent la haine anti-Blancs avec des slogans criminels.

“Un fermier, une balle..”

“Tuez les Boers, tuez les fermiers”.

“Nous n’appelons pas au massacre des Blancs, du moins pour l’instant”.

Qu’en pensent nos associations anti-racistes ?

Un fermier a plus de chance de se faire tuer qu’un policier !

Le problème de l’Afrique du Sud, c’est que l’échec de la politique menée par l’ANC a totalement brisé le rêve d’une société multiculturelle harmonieuse.

Chômage, corruption, immigration incontrôlée, insécurité, pauvreté, entretiennent un climat anti-Blancs de plus en plus dévastateur.

Certains craignent une guerre civile et envisagent une expatriation, comme il y a 25 ans. A l’époque, le million de Blancs exilés n’avaient pas pu s’adapter ailleurs. Ils étaient revenus dans leur pays, celui qu’ils avaient construit pendant 300 ans.

L’échec de l’Afrique du Sud, en définitive, c’est la preuve qu’une société multiraciale est une grande illusion. Avec sa politique d’immigration démentielle, l’Europe se prépare des lendemains douloureux.

Même Thomas Piketty, la rock-star de l’économie, marquée très à gauche, reconnaît que tout empire : “Dans un certain sens, il y a plus d’inégalités en Afrique du Sud aujourd’hui que pendant l’apartheid”.

C’est tout dire !

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Guillemain

la population de l’AFS n’est pas de 25 mais de 52 mls
sorry pour cette inversion

Turgot

Il ne reste que l’île Maurice er la Réunion, mais elles sont tout de même loin du continent.

Paolo

Et les métis dans toit ça, ils doivent avoir mal aux fesses de s’asseoir entre deux chaises.

Respectvaleurs

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce problème de société multiculturelle qui amènerait le chaos et le sous-développement. Il y a surtout des sociétés sous-développées à un instant T qui ne peuvent cohabiter avec des sociétés plus développées. L’Afrique demeure sous-développée malgré la décolonisation et beaucoup de richesses en sous-sol. Elle n’a pas la même évaluation du degré de violence. Si nous cohabitions avec de nombreux japonais, je ne crois pas que nos rues seraient sales ni qu’elles seraient insécures….

keltoy

Je reste frileux sur ce genre de déduction: prenons les allemands qui dans leurs frontières avaient jusqu’a ce jour, une réputation de bonne tenue civique, eh bien hors de leurs frontières , ils se lâchent et se comportent souvent mal à l’étranger, et les turcs allemands malgré la proximité teutone sont ils plus corrects pour autant, donc des japonais coupés de l’ordre moral et de leur population d’origine finiraient par édulcorer et devier de leurs fondamentaux: n’y étant plus contraints. Nous avons la preuve au quotidien,que certaines populations sont plus réfractaires et inaptes à l’assimilation pour des raisons multiples ou parfois adoptent uniquement les travers de l’autre!

vvince

Et oui on voit où le Zimbabwe en est aujourd’hui ainsi que d’autres « pays » dont la démocratie n’est que l’ ombre d’elle même… Les populations qui sortent souvent d’une brousse ou d’une savane avec des traditions tenaces et des niveaux d’études catastrophiques… On serait encore au néolithique sans les colon… 3 pierres pour faire un feu dans une case digne de l’époque de Charlemagne… Il faut savoir que c’est la population qui fait la richesse d’un pays et non pas son sous sol ! Sic la Suisse, le Japon, etc… Les Bantous étaient des peuples de pasteurs semi nomades avec un niveau d’agriculture très basic (Manioc, etc..)
Ils sont dans une civilisation de cueilleurs chasseurs… Prédateurs donc… avec une vie au jour le jour ! Comment franchir dix ou vingt siècles de technologie?

Paskal

C’est un peu hors sujet mais au moins 20% des Noirs regrettent l’apartheid.
Connaissant un peu l’Afrique du Sud, je pense que la médaille d’or reviendrait plutôt à Durban, Johannesburg ou Pretoria. Capetown est relativement calme pour l’instant.

Pivoine

Le problème a commencé avec l’arrivée des Blancs. Même s’il n’y avait pas de tribus africaines qui vivaient en Afrique du Sud, il y avait une nature foisonnante. Mais les Européens ont rasé les forêts, exterminé les animaux, ils ont tout détruit.
Car la nature se portait bcp mieux sans les hommes.
Le mieux serait que toute cette humanité dégage, pour rendre cette terre à ses véritables propriétaires, les animaux !

vvince

oui donnons le pouvoir aux animaux !!! Ils seront moins corrompus !

Genevieve

L’Afrique du Sud, je ne l’ai jamais visitée, mais je me souviens qu’elle était outrageusement attaquée dans la presse « de gauche » à l’époque où mandela était ignoré de tous en prison. Apparemment les « indigènes doux et gentils » lol devaient être bien controlés et pour cause.
Un pays riche où, malgré la violence endémique que devaient affronter les Boers, il devait bon faire vivre.

zorglub

Ben tout simplement c’est devenu un pays africain comme TOUS les autres.Je dis bien TOUS, ou la corruption est reine , et la pauvreté inéluctable malgré les richesses du pays qu’ils ont même la flemme d’exploiter pour le bien de tous , mais pas pour certains, vous voyez qui je veux dire.Donc rien d’étonnant , les blancs partiront c’est obligé , et l’islam fera son apparition si ce n’est déjà fait. Et vous verrez même qu’un jour ils demanderont de l’aide à l’occident.Un comble.

gilbert

comme quoi Africains au sud ou au Nord, une fois la main mise sur le pays les vieilles habitudes et turpitudes reviennent, c’est ainsi, seul résistent certains pays bien encadrés et ils sont de moins en moins nombreux, le prochain risque d’être le Gabon!!!

jino

Il est intéressant d’observer que les deux seuls pays du continent africain qui avaient réussi à se développer et à se hisser au niveau des pays européens et des États-Unis ont été gouvernés tous les deux par des blancs pendant trois cents ans pour l’Afrique du Sud et pendant 150 ans pour l’algérie. Les blancs ont perdu le pouvoir, les pays coulent. Ce n’est pas du racisme, c’est une constatation.

White Skin

C’est toujours la même histoire, c’est pourquoi les gens de couleurs qui ne sont pas apte a s’identifier aux coutumes du pays d’acceuil dans lequel ils vivent doivent être re-expédié dans leurs bidonville d’origine. Et oui quand des blancs élèvent une poubelle au rang de palace une fois chassé ça redevient une poubelle. D’ailleurs il y a pas que l’euro qui est responsable de la ruine en France.

Drakkar

N’oubliez pas de rappeler que le prétendu « sage » mandela était avant tout une crapule communiste de la pire espèce.

Paskal

Ce n’était quand même pas Mugabe.

Drakkar

Pas si loin, mais personne en va enquêter sur mandela et sa bande.
Il me fait penser un peu au che gevara que les jeunes décervelés portent sur leur tee shirt. Le bon docteur qui achevait ses victimes au sclapel est resté comme un grand communiste sauveur de la liberté…
Les communistes ont été plus forts que les nazis en ce sens qu’ils ont réussi à intoxiquer les populations et des générations de citoyens.
Le fond était le même, l’horreur.

Stratix

Le modèle multiculturel ne marche pas… car certaines ethnies sont agressives et intolérantes. Les occidentaux avec des asiatiques malgré leurs différences pourraient fonctionner correctement. Le problème c’est l’agressivité ( génétique et culturelle) des noirs et arabes par ex.

kancau11

En FRANCE, dans certains quartiers, c’est déjà le cas, et çà s’étend, le seul pompier capable d’éteindre l’incendie, c’est MARINE, pour les autres, le seul problème, c’est le FN.

Bernard MARTIN

M Guillemain, je vous propose de revoir vos statistiques, car même s’il y a pas mal de vérité dans ce que vous dites il y a aussi malheureusement beaucoup trop de conneries… par exemple population de 25 Millions alors qu’elle est à 55 Millions et Cape Town capitale du crime !!! Avec ça, vous allez vraiment encourager le tourisme !
(et d’ailleurs dans toutes les villes au monde se ballader au mauvais endroit à la mauvaise heure est toujours dangereux)

Jean

LA société multi-confessionnelle, multi-ethnique, multi-raciale, multi ceci ou cela est une UTOPIE. Et la France ne fera pas exception à la règle.

La_Soupape

Je connais un couple de boers et leurs enfants qui sont partis de là bas il y a plus de 15 ans. Ils sont aisés car ils bossaient comme des fous, ils avaient une entreprise de BTP et ils avaient une trentaine de salariés, tous noirs.
Les pressions et les menaces de mort les ont obligés à mettre leur vie dans 5 containers et ils sont venus se « réfugier » en France dans une grande et belle maison. N’ayant aucune attache en Hollande (j’aime bien ce pays, mais son nom me hérisse désormais) ils ont préféré notre pays.
La dame m’a expliqué que lorsqu’ils sont partis sans avoir pu vendre leur château qui avait été saccagé et pillé par les milices de l’ANC, tous leurs employés sont venus avec femmes et enfants les saluer…en pleurant.
La plupart n’avait pas retrouvé de travail des années après.

Haggar Dunor

« Non, la médaille d’or revient à Capetown, où le fait de se promener dans la mauvaise rue au mauvais moment peut être fatal au touriste égaré. »
Et dire que c’était le seul pays d’Afrique que j’envisageais encore de visiter…