Afrique : ils repassent les seins des jeunes filles (vidéo)

Publié le 3 février 2019 - par - 110 commentaires - 4 949 vues
Share

Les femmes ne sont jamais des femmes libres en Afrique ! Elles sont des sortes de monnaie d’échange, des butins, des héritages, des biens appartenant aux hommes, aux pères, aux maris, aux frères. 

Dans tous les pays africains, nous pouvons constater que les femmes sont prises aux pièges de la tradition et de la religion ! Tout est fait pour les réduire, les mutiler sexuellement, appliquer une scarification aux visages, etc. Qui en parle ? Qui les défend ? Où sont nos féministes gauchistes, où sont les Obono, Diallo, et autres Bouteldja, etc.

Où est cette gauche bien-pensante, ces artistes, ces chanteurs, les « mee too », les Femen, les socialistes, et tous ces bienpensants qui militent pour faire venir des immigrés en France et qui apporteront avec eux une culture qui ne correspond pas à nos mœurs, nos coutumes et droits ! Sans compter les maladies éradiquées péniblement en Europe hier ! 

Cette gauche mondialiste qui nous fait des procès en inhumanité, donne des leçons de maintien, et qui est bien incapable de se mobiliser pour défendre, si ce n’est soutenir, les femmes africaines sous le joug des traditions et de la folie des hommes !

Dans cette vidéo, vous verrez comment on traite la femme camerounaise ! Comment elle est sujette à des blessures irréversibles ! Fort heureusement, il y a des hommes pour qui la priorité n’est pas d’aller faire la queue devant les aides sociales en France, de se gaver – pensent-ils – des trésors du monde occidental ! Il y a des Africains qui se battent sur place et ont bien plus de courage que ceux qui fuient, bien plus que ces bobos masochistes qui se donnent bonne conscience en déversant quelques euros à des ONG qui savent bien au fond, que leur premier intérêt est d’abord la subvention !

J’ai bien conscience que ce que je dénonce, ce relais d’informations que je donne, cet appel à ce que cesse cette horreur permanente en Afrique, y compris en Afrique du Nord et sur les terres arabes, a peu de chance de servir, mais je le fais pour qu’enfin nous cessions d’être, aux yeux des Français, de nos enfants et des salauds de gauchistes, des coupables permanents ! Les Africaines seraient certainement plus heureuses si elles pouvaient se débarrasser de ces tortionnaires qui sont des Africains, pas des Blancs !

Un homme, Kirk Bayama, lutte contre une vieille tradition du Cameroun : le repassage des seins des jeunes filles.

Gérard Brazon (Libre Expression)

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Abby

Je ne rejète pas la vérité de ce reportage mais la mauvaise fois de cette article qui stigmatisent pour des raisons idéologiques tout en se donnant l’air d’être objectif et compatissant envers ces pauvres femmes.

Abby

Le Cameroun ne représente pas toute l’Afrique.

africain

ceux qui s’adonnent à cette pratique ne représentent même pas tout le Cameroun

Spipou

Qui a dit ça ?

MAZET

Encore un mefait de cette saloperie d’islam ……..

Spipou

Vous croyez ? L’islam est peu répandu au Cameroun. J’ai plutôt l’impression qu’il s’agit d’une tradition régionale.

Vladimir

Hahaha ! pourquoi s’en étonner ? En tous cas c’est un sujet qui ne fait pas un pli.

Pierre

L arrivée de l Islam radical en Afrique noire n arrangera pas les choses pour la condition des femmes face a ces actes barbares.

Général putschiste non épistolaire

Enfer à repasser !

DUFAITREZ

Ayant connu le Cameroun, il y a longtemps, jamais entendu parler…
Depuis, l’islam a envahi, on connait son « amour » de la Femme !
Détruire la Féminité (seins et excision), mais en faire des « reproductrices » !
Que peut-on faire ? Sinon qu’ils restent chez eux et… nous regrettent !

Spipou

Je crois qu’il y a aussi un médecin au Congo (ex Zaïre) qui consacre sa vie à la réparation des mutilations génitales. J’ai oublié son nom.

En avez-vous entendu parler ?

Ivan Greindl

@Spipou – Il s’agit du merveilleux Dr. Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix 2018. Il « répare » les déchirures volontaires, faites à des fillettes et des femmes, par des militaires munis de machettes, haches, baïonnettes, etc., dans le but avoué de les empêcher d’être mères. (Il ne s’agit pas de ‘simples’ viols et certaines fillettes n’avaient pas 18 mois…)

Spipou

Merci.

Bénezet Ncole

Il s »agit du docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix. Un médecin gynécologue congolais d’un dévouement extraordinaire !

PANDRE

Leurs us et coutumes ne me gênent pas du tout chez eux. A condition que celà reste bien chez eux et ne soit pas importé chez nous. Quand on a voulu leur donner nos coutumes et notre mode de vie dans leurs pays, ils nous ont traités de colonialistes. Donc, comme ils importent leur coutumes chez nous, ce sont aussi des colonialistes, mais en plus profiteurs.

Ivan Greindl

@PANDRE – Déclarer que « ça ne vous gêne pas », c’est renoncer à toute forme d’empathie (« se mettre à la place de ») et de sensibilité.
On ne peut qu’être révoltés, au contraire, par ces « traditions », issues de la désinformation et de la soumission totale aux potentielles exactions masculines !
Imaginez un instant la vie quotidienne de ces pauvres enfants : déjà excisées vers 5-7 ans (cause d’une douleur insoutenable et prolongée, sans parler des effets secondaires), puis *torturées* quotidiennement, dès les premiers signes de puberté… Une telle enfance détruit toute une vie !

Vladimir

Au contraire, c’est la dynamique de l’expiation via la justice immanente du saint Karma.

limone

qu’ils restent chez eux , ok mais cela ne signifie pas qu’il ne faille pas se pencher sur ce qui se passe ailleurs et lutter pour que cela ne continue pas ! c’est un crime comme l’excision, et je n’ai jamais compris que ceux qui le font y compris les chefs d’Etat ne soient pas traduits en justice internationale

garay

oui, mais il faut mettre tout le monde sur le même pied d’abord. La femme doit prendre la place qui lui revient. Sinon, nous devenons comme ceux qui veulent nous imposer leurs traditions venues d’ailleurs ; d’Afrique dans ce cas précis. Je ne pense qu’à faire avancer cette idée bienfaitrice en parlant comme çà et je n’ignore pas les terribles souffrances des femmes qui subissent ces traditions.

Jill

Et on évoque les nuisances de la colonisation …En fait,il a manqué un siècle au moins de colonisation à ces demeurés .Au lieu de donner des leçons les andouilles bien-pensantes
feraient mieux d’aller sur le terrain mettre leurs belles paroles en action .

Dominique Duru

Je suis née au Cameroun, mon père y était cheminot, il y a passé 35 ans de sa vie, moi 10, nous y étions heureux, les plus belles années de ma vie, ça n’existait pas, les femmes n’étaient pas voilées!

Brazon gerard

Contactez l’association et l’homme qui a fait le reportage ainsi que les femmes qui ont subi ce « repassage ». Vous avez les liens sur la vidéo. En même temps, ce ne sont pas des femmes blanches qui sont concernées.

garay

Dominique Duru parle des femmes voilées.

Ivan Greindl

@Dominique Duru – Comment pouvez-vous affirmer que « ça n’existait pas » ?
J’ai passé 10 ans au Congo, en ignorant tout de l’excision : on n’en parlait pas dans la population blanche. Surtout aux enfants…

HELLENE

Les femmes subissent les lois et coutumes établies par des hommes, mais ce sont bien ELLES qui les appliquent à leurs filles, petites-filles, nièces, cousines…que ce soit la pierre ou la lame de rasoir.

Paskal

Et ?

Ivan Greindl

@HELLENE – C’est bien ça, l’horreur : elles ont enduré ces monstruosités ; donc, leurs filles « doivent » les subir à leur tour !…
Cette réaction incompréhensible doit relever de troubles psychiatriques collectifs.

garay

Non Ivan, une différence de culture simplement, ce que des millions de Français ne veulent pas comprendre.

Joël

Le problème n’est pas tant que leurs us et coutumes soient dignes de « la guerre du feu ».
Non, le vrai problème c’est qu’ils importent leurs mœurs barbares avec eux et qu’ils veulent les imposer à notre civilisation.
http://www.fdesouche.com/1151491-royaume-uni-premiere-condamnation-pour-une-excision
1ère condamnation pour combien de milliers ou dizaines de milliers de cas qui passent à côté dans toute l’Europe.

Fefe

C’est bien ça le problème. Ils importent leurs moeurs barbares chez nous. Désolée mais j’ai presque épuisé mon compte d’empathie, le peu qu’il me reste je le garde pour mes enfants et mes petits-enfants.

limacebourgeoise

avec un QI moyen de 60, on ne peut pas attendre grand chose de l’Afrique noire, et c’est avec ça que des immigrés criminels infiltrés veulent nous métisser, le génocide des FDS est largement entamé, on nous avait pourtant prévenu des les années 30!

Fifi de Saint-Martin

Mais qu’est-ce qu’on en a à foutre des seins des femmes africaines ! Non, en France, pour faire plaisir à des féministes mal baisées, on féminise des termes comme professeur, procureur, auteur etc. Maintenant on parle de cheffe et j’ai même entendu parler d’une femme pédégère on va encore aller loin dans la connerie comme ça ? Et Dieu sait que je ne suis pas machiste mais cette féminisation à outrance de la langue française ne sert pas la cause des femmes, on ferait mieux de lutter contre toutes les souffrances endurées par les africaines ou les musulmanes.

Aux Armes Citoyens

Tout à fait d’accord, ces féministes mal dans leur peau qui veulent à tout prix féminiser le vocabulaire jusqu’au ridicule, feraient mieux de s’occuper des seins des femmes hors France.
Quand j’écris au maire de ma commune, je lui dis : « Madame LE maire ».
Et quand elle est venue pour une inauguration, je lui ai dis : « Bonjour, Mme LE maire ».
Elle n’a pas relevé…

Joël

« pédégère » qui est d’ailleurs un terme totalement erroné puisque même au féminin : Présidente Directrice Générale, ben ça reste PDG.
Ça doit être un aspirant-académicien recalé qui a pondu ça. MDR

HELLENE

Je vous approuve à 100%!!!

Lucie

Fifi, c’est contradictoire, non? Vous dites « Quest-ce qu’on en a à foutre » puis « on ferait mieux… »
Quant à la féminisation à outrance, bien d’accord avec vous. A mon avis, le but n’est pas un bien-être accru pour les femmes. C’est déjà d’amuser la galerie pour faire croire qu’ils font « des réformes » (ce sont des diversions) mais aussi, et c’est plus sournois, de diviser la société française. Nous n’avons plus ‘le peuple’, mais des ‘communautés’: la communauté LGBT, etc…
Diviser pour régner.

wika

Les mouvements féministes, que ce soit au début du siècle avec les suffragettes ou dans les années 70, défendaient les droits des femmes en réclamant le droit de vote, l’indépendance financière, le droit à la préférence sexuelle, le droit à l’avortement etc.. Les femmes luttaient pour elles-mêmes. De nos jours, le mouvement est complètement dévoyé par des gourdes qui considèrent l’homme comme un ennemi. Il faut combattre tout ce qui paraît masculin, dans l’orthographe, la pensée, le comportement. Le féminisme est devenu une lutte contre l’homme qu’on essaie de réduire à l’état de fiotte pour avoir le dernier mot. Les… lire la suite

Ivan Greindl

@Fifi – Ne mélangeons pas les sujets : la souffrance de ces fillettes est un crime contre l’enfance ; la féminisation de la langue française est une mode !

limacebourgeoise

@Fifi de Saint-Martin c’est pas « de la connerie » c’est le projet de génocide des FDS en marche, c’est très sérieux au contraire, on appelle ça de « l’ingénierie sociale », volet dictature des minorités et écrasement des hommes blancs qu’on veut transformer en fiottes, apparut aux USA au début des années 60 et dont on va vu l’éclosion du bubon purulent en 1968, si vous vous en rendez compte et que cela vous scandalise, c’est bon signe car ça veut dire que vous n’êtes pas complètement lobotomisé

Gyl

Gérard qui commence à s’intéresser et à s’émouvoir du sort des femmes africaines…

patphil

et bien il a raison!
ne pas oublier que la couleur de la peau et la couleur de l’ame ne sont pas identiques!

Lucie

Gyl, moi je ne trouve pas ça bizarre.

Vincent L.

Je préfère un Africain heureux dans son pays qu’un Africain qui m’impose ses us et coutumes dans mon pays.

Henri

OK

Parlervrai

Je préfère un africain dans son pays. Peu m’importe qu’il soit heureux.

La_Soupape

On s’croirait chez unifesses avec ce genre d’article…

Mimile

Encore un qui a tout compris…

cadichon

Conseil de rédacteur: évitez de terminer chacune de vos phrases par un point d’exclamation. L’usage de ce dernier se doit d’être rare.

SBOUB

Exact !

Morrigan

Cadicon a parlé ! On devrait lui repasser le pénis ainsi que ses coucougnettes !!!!!!!!

Aux Armes Citoyens

Arrêtez de me faire rire !!!!!
Ah ah ah ah !!!!!!!
Moi qui adore les points d’exclamation !!!!….

greg

Merci de dire la vérité même si peu l’ecoute ma femme est d’origine camerounaise chrétienne et consciente de la chance d être dans le pays des blancs comme il dise au pays,elle me dis qu’il ne faut pas que les africains devienne majoritaire car aprés c’est le bordel car 90% n’ont aucun civisme et sont des predateurs jaloux du bien d’autruis je pense que l’on ne peut pas la taxé de racisme et que les blanche bobo si prompte a parler de métisage commence a appliqué a elle même ce qu’elle veulent imposer a d’autres echangons nos blanche feministe contre… lire la suite

Vincent L.

Oui je suis d’accord avec votre femme. La fermeture des frontières serait également bénéfique aux ex-immigrés. Car, un jour, il faudra bien les fermer les frontières sauf à devenir Africain avec tous les problèmes qui vont avec.

africain

Quels tissus de contrevérités, de caricatures, de préjugés sur les africains! Vous devriez vraiment avoir honte!Lorsque des femmes dirigeaient des royaumes en Afrique, elles n’avaient aucune voix au chapitre en France, où l’existence d’un ministre de l’égalité des genres renseigne encore sur les gros efforts à faire sur ce plan. Et je ne parle même pas de la secrétaire d’état chargée de l’égalité entre hommes et femmes (ce qui signifie que ce n’est pas un acquis en France) qui est presque quotidiennement insultée sur ce site juste parce qu’elle est femme et féministe. Cet article est d’une grossièreté et d’une… lire la suite

Aux Armes Citoyens

Il n’y a que la vérité qui blesse.
Et puis, pourquoi les africaines qui dirigeaient leurs tribus devaient faire la même chose en France ?
La France n’est pas un pays de tribus.
On a dépassé ce stade depuis longtemps…
Et que faites-vous en France si c’est pour vous offusquer des vérités sur votre pays ?
Vous bavez sur la France mais vous êtes bien content de ce qu’elle vous apporte, non ?
Crétin !

Abby

Il vient de vous dire qu’il est chez lui en Afrique, il me semble!
Répondez de manière argumenté et sans insulte, s.v.p!

Lucie

Africain,
« Ce qui signifie que ce n’est pas un acquis en France »
Ça signifie surtout qu’on nous amuse avec des secrétariats à ceci ou à cela, bref du sociétal, du genre ‘grammaire inclusive pour chacun-e des Français-es’ pendant qu’ils continuent à démanteler la France.
S’il vous plaît, donnez-nous des exemples des dirigeantes africaines dont vous parlez.
Quant aux coutumes telles que repassage de seins ou excision de clitoris, on ne sait plus si l’horreur dépasse la connerie ou l’inverse. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ça nous débecte! Point d’exclamation.

Ivan Greindl

@Lucie,- Bravo, Madame : vous avez cerné la question avec objectivité et courtoisie.

africain

le mariage entre individus de même sexe, le nudisme, l’échangisme etc. sont aussi des coutumes occidentales qui nous débecte, nous autres africains. Montaigne ne disait-il pas que « chacun appelle barbare ce qui n’est pas de son usage. »?

Ivan Greindl

@africain – Ce n’est pas faux — et bien observé. ;-))
Mais, comme le souligne M. Brazon, ces dérogations ne sont pas des coutumes *imposées* à des victimes, mais le reflet d’une tolérance toujours plus étendue envers les idées d’une partie de la population.
Les personnes qui pensent « autrement » n’ont-elles pas, elles aussi, le droit d’être heureuses et de s’épanouir ? Ce ne sont pas du tout mes idées, je peux cependant les *comprendre*.

africain

Nous parlons ici de barbarie. Moi je dis qu’une pratique, pour être barbare, n’a pas besoin d’être imposée. S’il suffisait qu’une pratique soit volontaire pour ne plus être barbare, pourquoi l’interdiction de la burqa, de la polygamie, du burkini chez vous en France alors que les concernés ont volontairement adopté ces choses?Cela dit, je ne suis pas pour le « repassage » des seins que j’ai découvert pour la première fois avec cet article.

Ivan Greindl

@africain – Je crois, Monsieur, que l’esprit dans lequel a été écrit l’article de M. Brazon vous a échappé : il reflète une horreur légitime, face à ces « coutumes » sans fondement, et une vraie empathie pour ces malheureuses enfants. Pourquoi devrait-il en avoir honte ?

africain

Il devrait avoir honte de généraliser à tous les africains une coutume d’une seule ethnie , parmi les milliers qui existent en Afrique. Moi c’est avec son article que j’ai pris connaissance pour la première fois de cette coutume alors que je suis africain, né et ayant toujours vécu en Afrique.

Ivan Greindl

@ africain – Là, vous marquez un point ,Monsieur. Mais je ne crois pas que cette ‘généralisation’ était voulue. En outre, comment savoir si cette ‘coutume’ se limite à une seule ethnie ? Le réalisateur du film parle d’un million de victimes chaque année…

africain

le réalisateur a peut-être exagéré. Et de toute façon, une ethnie peut bien comporter des dizaines de millions d’individus. En tout état de cause, moi, c’est la première fois que je découvre cette pratique.

Spipou

Des dizaines de millions ? Quelle est la population totale du Cameroun ?

Abby

Laissez tomber,@africain. Ils sont tellement persuadé de mieux connaitre l’Afrique toute entière mieux que les africains eux-mêmes. Oui il y a du machisme comme partout ailleurs (y compris dans les pays occidentaux), mais cela ne signifie pas que les femmes n’ont pas de droits. Sur quelles preuves vous base-vous pour affirmer que les femmes africaines n’ont aucune liberté? Cessez de parlez à à place des africaines! Le Rwanda représente 62% de femmes au parlement, elles peuvent créer une entreprise, exercer les métier qu’elles veulent. Si certaines ne pouvaient avoir accès à l’éducation c’est uniquement à cause du manque de moyen… lire la suite

Abby

Alors oui certaines traditions perdurent et sont des plaies mais elles n’ont aucun pouvoir politique, les africains peuvent les rejeter sans avoir de problèmes avec la justice. Ceux qui se soumettent ce n’est que par pression familiale et la peur du rejet des leurs. Dans les villes vous verrez des femmes dans la vie publique tenir des commerces, des entreprises, enseigner dans des écoles,etc… Vous ne vous contentez malheureusement que de regarder les journaux qui vous montrent comme d’habitude, la misère, la guerre et les moeurs qui oppriment une partie de la population. Aucune communauté dans ce monde n’est parfaite… lire la suite

Ivan Greindl

@Abby – Vous exprimez plusieurs vérités évidentes, Madame, tout en sous-estimant la puissance (tragique) de certaines ‘traditions’ et ‘coutumes’ africaines. Par manque d’information ? Par inertie des autorités ? Et, en effet, par un machisme sournois et généralisé ?
D’autre part, votre dernière phrase peut faire sourire : seuls des Occidentaux ‘bas du front’, tout à fait abrutis, oseraient affirmer sans rire, que leur « communauté » (??) est parfaite. :-)
Mais à vrai dire, qu’appellerait-on une « communauté » occidentale ?
Il n’en existe pas…