Agression musulmane contre les policiers : les juges dhimmis de Marseille préparent la charia

Publié le 29 juillet 2012 - par - 5 167 vues
Share

Dans un précédent article, j’ai évoqué sous forme de billet d’humeur l’émeute marseillaise provoquée par un banal contrôle d’identité sur une femme portant un voile intégral.

Ce fait divers, outre qu’il montre que la société française se montre incapable de gérer convenablement les problèmes liés à l’introduction de la charia sur certaines parties de notre territoire, est révélateur de l’absurdité de la politique de nos gouvernements en ce qui concerne l’islam, et ce, depuis des dizaines d’années.

Mais comment en est-on arrivé là ?

La France c’est le pays de l’amour courtois, de la chevalerie, de l’élégance féminine, de la culture, des philosophes, de l’abolition de l’esclavage, des droits de l’Homme, de la Liberté. Comment un tel pays, qui a subi et s’est libéré de la botte totalitaire des Nazis, se retrouve t-il incapable de réagir quand il voit ses rues insultées par des voiles intégraux ? Des voiles intégraux en France !

 Voile, niqab, burqa, la marque de l’esclavage féminin codifié par la charia, la marque qui fait de la femme une possession de l’homme et dont le port fait promotion d’une telle soumission… en France !

La demi-mesure timorée de l’interdiction de voiles dissimulant la face est régulièrement violée par les fidèles musulmanes qui se moquent allègrement des lois françaises, soutenues en cela par de nombreux dévots islamiques prêts à faire le coup de poing contre quiconque tentera de les empêcher de vivre selon la seule loi qu’ils reconnaissent : la charia.

L’épisode de Marseille est archétypal de ces défis à la République : Un niqab, un contrôle d’identité, une émeute, des policiers blessés, quatre interpellations, et puis… et puis rien.

Les interpellés sont libérés sur un appel du Parquet et « on précise que les quatre interpellés pourront d’ailleurs être convoqués plus tard pour s’expliquer. »(1)

3 policiers blessés et peut-être seront-ils invités à donner leurs explications !

Expliquer pourquoi un Musulman peut se rebeller contre les lois et les forces de l’ordre du pays dans lequel il vit ?

Pourquoi un Musulman se rebellerait-il contre les lois de son pays ?

Tout simplement parce que c’est sa religion qui lui dicte une telle conduite ! Selon la doctrine islamique la seule source du droit est la loi divine, la charia. Un Musulman qui veut vivre selon les règles de la charia n’a à suivre les lois du pays dans lequel il vit que dans la mesure où elles ne rentrent pas en conflit avec les règles de la charia, dans le cas inverse il se considère opprimé et tente de la manière qu’il peut de rester fidèle à ce que lui commande de faire la charia, ce qui peut aller de la fausse acceptation et la résistance passive jusqu’à la rébellion avec violence contre les forces de l’ordre, etc… Tout dépend du rapport de force Musulmans/non-Musulmans au moment du conflit.

Tout cela est basé sur plusieurs commandements coraniques tels que « Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. (Coran 3.104) ces commandements arrogent aux Musulmans le droit d’ordonner et d’interdire selon les règles de la charia où qu’ils soient sur la planète. C’est pour cela que les musulmans qui veulent appliquer les règles de la charia tentent inlassablement et par tous les moyens de transformer les sociétés qui les accueillent.

Des policiers sont-ils perçus comme tentant une action « blâmable » ? Des Musulmans s’arrogent le droit de leur interdire d’agir, fidèles en cela à la formule « l’islam domine et n’est pas dominé. » Les agressions de femmes qui portent des tenues « islamiquement indécentes », des apostats ou des bouchers vendant du porc ou de la viande non halal répondent exactement à la même motivation : le droit des Musulmans donné par la charia à imposer à tous les règles de la charia.

Il faut oublier les fadaises des « experts de l’islam » à propos de « Nulle contrainte en religion », ce verset coranique ne fait référence qu’au droit des non-Musulmans de se convertir à l’islam. S’il n’y avait aucune contrainte en islam, le porc ne serait pas interdit il n’y aurait pas de voile islamique ni de circoncision et les notions de Halal et de Haram (licite et illicite) n’existeraient même pas.

L’attitude de rébellion violente de Marseille, qui fait écho aux évènements similaires de Belgique et à d’autres incidents en France ne doit rien au hasard. Quand dans des centaines, et maintenant des milliers, de mosquées sont construites et entrent en activité sans aucun contrôle préalable des contenus pédagogiques ; quand des imams, des prêcheurs et des organisations enseignent en France les règles de la charia sans être le moins du monde inquiétés ; quand des bâtiments dont l’unique vocation est la diffusion sociétale de la charia sont construits avec l’aval et bien souvent le financement de l’Etat, comment s’étonner du résultat ? Les protestations d’étonnement ou les indignations républicaines ne sont le signe que d’une abyssale hypocrisie ou d’une non moins abyssale stupidité, on ne récolte que ce que l’on sème, le hasard n’a rien à voir dans cette affaire.

Aucun hasard dans une immigration massive venant de pays de culture musulmane, les lois et les accords qui la permettent ne sont pas apparus spontanément.

Aucun hasard dans l’abandon de la politique d’assimilation qui faisait d’un étranger vivant ici un français au profit du projet multiculturel qui fait d’un français un étranger comme les autres dans son propre pays.

Aucun hasard dans cette promotion systématique des usages de la charia à tous les niveaux de la société et de l’Etat. D’un Delanoë qui fête le ramadan à la Mairie de Paris et construit des mosquées avec l’argent du contribuable à un Fillon qui inaugure une méga mosquée à Argenteuil en passant par tous ces maires qui pour racoler la voix musulmane promettent mosquées et subventions avant les élections et suppriment le porc dans les cantines scolaires « parce que c’est plus simple. »

Aucun hasard dans l’invention de l’islam de France et de l’islam modéré dont nul ne sait en quoi il diffère de l’islam avec charia enseigné partout dans le monde y compris chez nous.

Aucun hasard dans le déni de réalité systématique sur la nature intrinsèquement politique incompatible avec les droits de l’Homme de la doctrine islamique.

Aucun hasard quand l’Etat introduit la finance islamique issue des règles de la charia dans notre pays.

Aucun hasard dans l’inertie volontairement complice de l’Etat face à l’apparition de comportements sociétaux caractéristiques de la mise en application de la charia.

 

Qu’y a-t-il à expliquer à propos de Marseille? Tout ce qui est arrivé était prévisible, la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui et de ce qui va se passer dans les années à venir est et sera le résultat logique de ce qui a été voulu et fait ces quelques dizaines d’années passées. Sans une modification radicale de l’attitude et de l’action de nos gouvernements, comme par exemple d’adhérer au Processus de Bruxelles (2), la situation ne fera que se dégrader

Alain Wagner 

(1)    Source : http://www.europe1.fr/Faits-divers/Burqa-le-controle-vire-a-l-emeute-1183197/

Source : International Civil Liberties Alliance (ICLA) et http://www.libertiesalliance.org/brusselsconference/2012-brussels-declaration/declaration-de-bruxelles/

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.