« Aime ton prochain comme toi-même »

Les Dix Commandements”, sur Arte : dix chiffres capitaux sur le film de Cecil B. DeMille

C’est une des lois principales des Dix Commandements. Elle n’est littéralement pas reportée de cette façon, mais elle découle de certains commandements dont :

  • Tu ne tueras point
  • Tu ne déroberas point
  • Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain, tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain…

C’est beau, c’est sublime, c’est merveilleux… mais c’est aussi le slogan des gauchistes et des trop compatissants.

Qui d’entre nous n’aimerait pas au moins tenter d’aider son prochain, lui tendre la main, lui offrir une place en notre sein ?

Mais il y a un problème dans ces lois qui auraient dû inclure aussi cette clause vitale : la réciprocité obligatoire.

Que faire si MOI, je ne tue pas, je ne dérobe pas, je ne convoite pas, mais mon prochain, mon semblable fait fi de ces commandements, ces lois divines et humanitaires, et cherche à me tuer, à me dérober, à convoiter ma demeure, mon toit, ma patrie, mes biens ?

Ce prochain ou semblable, après tout, n’est pas tellement mon semblable, ni mon prochain. Il aurait fallu pour cela qu’il suive ma foi, mes aspirations et mes voies. Il ne possède en fait qu’une façade qui le rapproche de moi. Mais derrière cette façade humaine se cache une autre catégorie d’humain : violent, envieux, méchant, vindicatif, haineux, ambitieux, qui veut tout pour lui et tant pis s’il faut tuer son prochain, son « semblable », parfois même son frère, pour s’approprier ses biens.

Voyez-vous, en nos temps, comme dans le passé d’ailleurs, ces lois divines ont mené des peuples à leur perte.

Il n’y a qu’à observer ces pays qui ont durant l’ère actuelle, bénévolement accordé l’asile à d’autres peuples et qui se voient aujourd’hui envahis et dépossédés, destitués de tous leurs biens… même de leur culture, de leur foi, de leur toit et de leur patrie.

Israël suit les traces de ces pays à l’heure actuelle. Je viens à peine d’entendre un des membres du Parlement répondre à son voisin… « Je veux appliquer la loi : « aime ton prochain comme toi-même ».

Il ne me reste plus qu’à lui souffler à l’oreille :

Pauvre ami, est-ce que ton prochain, ton semblable, ou du moins celui en qui tu vois ton semblable, adoptera cette loi, vis-à-vis de toi et de tes concitoyens ? Ou alors, fera-t-il usage de ta stupidité, de ta candeur, de ta désinvolture, pour te remplacer ?…

Car c’est bien ce qui va t’arriver si tu tombes bêtement dans ce piège béant à tes pieds.

Thérèse Zrihen-Dvir

image_pdfimage_print
10
1

17 Commentaires

  1. Cet article oublie un petit détail. Si les commandements nous interdisent de tuer notre prochain, la Parole a aussi prévu la sanction pour celui qui voudrait l’enfreindre: « Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé » Genèse 9:6. Ainsi, la peine capitale est bel et bien prévue dans le texte biblique et dès le début pour celui qui commet un crime en enfreignant la Loi divine.

    • Bonjour à tous – à gigobleu – Il existe en effet dans la bible, dans la genèse notamment, la peine capitale pour celui qui assassine, aucun de vous n’a intercepté la subtilité de ce commandement dans mon article. Tu as reçu dans tes lois la défense d’assassiner, alors que quelques-uns de tes semblables ont adopté une autre foi qui les exhorte à assassiner tous ceux qui ne suivent pas les lois de sa foi… celle qui ne possède la restriction d’assassiner son semblable… Bonne journée à tous

      • Cet autre qui n’est mon semblable que physiquement, mais pas mentalement

  2. Aime ton prochain comme toi-même? Vu que je ne m’aime pas, j’adhère volontiers à ce commandement!

    • Non, Jésus était déjà un bon psy : il faut d’abord s’aimer soi-même pour aimer les autres !

  3. soit macron ne s’aime pas, ce dont je doute, soit il méprise tous ceux qui ne le vénèrent pas; un nombriliste !

  4. Affirmer « Tu ne tueras point » est une erreur de traduction. Du temps de Josy Eisenberg à l’émission juive du dimanche matin, celui-ci prenait un malin plaisir à faire dire au rabbin invité (souvent prestigieux) comment il fallait comprendre ce commandement. Et tous répondaient que la bonne traduction était: « Tu n’assassineras pas », ce qui change beaucoup l’interprétation habituelle. Assassiner, c’est tuer dans un but intéressé personnel. Mais il est permis de tuer pour se défendre ou défendre ses proches.

    • C’est le point de départ qui nous fait défaut… Je pars du principe de ne pas tuer/assassiner mon semblable, alors que ce semblable part de son point de départ qui est d’assassiner…

    • Dans la religion catholique un des commandements stipule : « Homicide point ne seras, de fait ni volontairement ». J’ai peur… car mon instinct de survie me pousse à défendre ma propre vie et je pense que si c’est lui ou moi et que par hasard je suis la plus forte ce sera lui (l’autre).

  5. La loi de Dieu, le Dieu de la Bible, Yahweh, pas halla de la secte islamique, était uniquement pour la nation d’Israël que ce Dieu était en train de concevoir. Observez bien, ce Dieu s’occupait des Nations environnante que quand ces Nations avaient des comportement bé lli qu’eux, et ce jusqu’à aujourd’hui, le peuple juif n’est plus un peuple élue, regardez donc dans les Évangiles, le principe fondamental est rappelé par Jésus, mais les Apôtres, inspirés par l’Edprit Saint, disent bien qu’il nous faut nous entraider entre nous, mais, d’abord envers ceux qui sont nos frères ( et soeurs évidemment) dans la foi. Ce qui n’a rien à voir avec des comportements stupides de bizounours. Il y ai quand-même recommandé de ne pas fréquenter les gens qui pratiquent des choses que Dieu détestes. Tout en ayant un profond respect pour tous,le jugement ainsi que la vengeance appartient au Créateur. C’est quand-même plus classe, noble même..

  6. Alors pourquoi , un homme parfait, Jésus, a été crucifié sur l’ordre des « Grands Prêtres » ???????

  7. Un très bon article à mon avis, et plein de bon sens.
    C’est vrai qu’il faut » aimer son prochain comme soi-même ». C’est ça qui fait de nous des humans évolués et civilisés. Mais il ne faut pas confondre son prochain et son « lointain », comme aime à le rappeler le Père Egyptien Henri Boulad.
    Le prochain est celui qui est proche de nous par sa culture, son degré d’évolution. Le lointain est celui qui justement vient de loin avec des moeurs et des comportements hostiles et dangereux. Ce sont ces prédateurs que les dirigeants occidentaux criminels laissent entrer chez nous par millions. Pour eux le précepte biblique et chrétien ne doit pas ‘appliquer. Contre eux, il faut au contraire se défendre. Il y va de notre survie.

  8. Les dix commandements sont incompatibles avec les écrits du Talmud de Babylone et de Jérusalem…
    Thérèze il y a bien longtemps que le peuple juif est en hérésie donc ses souffrances sont inévitables.
    Tel est la volonté de Yavhé le dieu de la vengeance qui ne pardonne rien à son peuple et exige obéissance et soumission.

Les commentaires sont fermés.