Alain Duhamel est de plus en plus puant et méprisant, il est temps qu’il prenne sa retraite

Publié le 23 mai 2011 - par
Share

Surréaliste ! Ce matin j’écoutais, indignée, ET par sa prétention (habituelle) ET son éternelle mauvaise foi de caste, Alain Duhamel, sur RTL.

La question portait sur la non information par les journalistes de la véritable personnalité de DSK, qui, d’après les réactions indignées de certains auditeurs, auraient été complices ainsi que les membres du PS et qui auraient pratiqué l’omerta afin que le GRAND DSK arrive sans encombres à la porte de l’Elysée.

Comme à son habitude, le sieur Duhamel, est monté sur ses grands chevaux, il a donné de la voix, en expliquant qu’il était hors de question que les journalistes français s’abaissent comme leur collègues anglos-saxons, que lui personnellement n’avait jamais entendu parler de l’affaire Tristane Banon, qu’il savait que DSK était « un chaud lapin » mais que bon ! Cela regardait Anne Sinclair et son mari mais pas les français ??? Et que ces polémiques mettant en cause la probité des journalistes était encore une fois la faute du populisme ambiant, ce populisme qui critique et ose remettre en cause les ELITES, (il n’a pas dit « ose » c’est moi qui le rajoute, mais il aurait pu le dire…). En gros il a terminé, toujours furax, en disant que « ce populisme », faisait qu’il était très à la mode de critiquer les élites et de remettre en cause l’honnêteté des journalistes… Mais que pour lui (Ô Jupiter) il n’était pas question de changer de comportement.

Duhamel, je ne donne que mon humble avis, est depuis trop longtemps à l’avant-scène, ce type est d’une prétention incroyable, il est devenu de plus en plus puant de prétention et de mépris des opinions des autres et particulièrement du peuple de France.

Lorsque l’on parle de vie privée de quoi parle-t-on ? Doit on évoquer la personnalité trouble d’un homme ou d’une femme politique, surtout si ils sont « présidentiables » ; haute fonction et, au risque de paraître, puritaine je considère que lorsque on vise cette haute responsabilité, on se doit de le faire en toute connaissance de cause et en intégrant le fait qu’en tant que représentant(te) de l’Etat Français, on se doit d’être le plus possible IRREPROCHABLE, on ne demande pas la sainteté, on demande de simplement se tenir correctement.

Donc, les « initiés » et visiblement dans l’affaire DSK, on s’aperçoit qu’ils étaient nombreux, devaient ils porter à la connaissance du PEUPLE SOUVERAIN, la sexualité « agressive » de DSK ? Pour moi la réponse est OUI !
– Pourquoi l’affaire Tristane Banon n’est jamais sortie ?

Je pense que si cette affaire (Sofitel New York) s’était déroulée en France, elle ne serait jamais sortie. Tout aurait été fait pour l’étouffer avec, et j’en suis presque certaine, la complicité des plus hauts membres de l’Etat, y compris hostiles à DSK.
Ils sont devenus une nouvelle caste intouchable, ils se soutiennent les uns et les autres. Il n’y a qu’à observer le silence, plus que prudent, de tous les membres du gouvernement actuel.
Ils ressemblent à des lapins pris dans les phares d’une voiture ! Ils doivent se dirent : « mais c’est dingue ! Il y a des trucs qu’on a pas le droit de faire ? »

Et c’est terrible à dire, mais je pense que de nombreux Français pensent comme moi. A 10 mn près, le temps pour lui de se faire arrêter avant le départ de l’avion, nous héritions d’un président de la République obsédé sexuel. Désolée, mais un type susceptible de sauter sur une femme n’est pas un Don Juan, c’est un obsédé sexuel. Certes, pour l’instant, il nie farouchement les faits, mais l’affaire Tristane Banon prouve qu’il était bel et bien capable de le faire.

Libre à Anne Sinclair d’accepter un mari libertin. C’est effectivement sa vie privée. Mais la France ne mérite pas un Président porté sur la chose qui, de surcroît est de notoriété publique nationale et, d’après les dernières informations, internationale.

Les élites de ce pays ont perdu tous leurs repères moraux. Et que dire de tous les membres du PS qui savaient parfaitement tout ça, mais qui étaient TOUS PRETS à le laisser passer pour LE POUVOIR, chacun pour son « maroquins », il n’y avait qu’à voir d’ailleurs la tronche à Cambadélis, on avait l’impression qu’il regardait avec tristesse s’envoler son portefeuille de premier ministre ! On en aurait pleurer avec lui…. pour un peu.

Quelqu’un a dit : « TOUS POURRIS », je crois que c’est tristement vrai. Que peut-on faire ?

Catherine Dumont

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.