Alain Soral, faux réac et faux patriote

Publié le 25 juin 2014 - par - 2 220 vues
Share

ramadan-dieudonné-SoralDans ce monde politico-intellectuel français en perpétuelle mutation, les partis et les organismes comptent autant, voire moins, que les personnalités individuelles-phares qui émergent. Aussi apparait-il nécessaire d’analyser et démythifier les principales. A tout seigneur, tout honneur,  attaquons-nous à Alain Soral. L’essayiste, pamphlétaire, réalisateur, écrivain, homme politique, sociologie (rayez la mention inutile) est devenu la coqueluche de l’ensemble du petit monde réac (ou prétendu tel) pour ses multiples interventions médiatiques télévisées, radiophoniques et sur le net depuis le début des années 2000, en parallèle d’une action plus strictement militante via son think-tank Egalité et Réconciliation créé en 2007.

Portant ses diatribes contre ce qu’il considère comme des dérives du monde moderne libéralo-capitaliste et de la mode communautariste anti-républicaine, il s’est surtout affiché avec des personnalités aussi diverses que le pseudo-humoriste et pseudo-acteur raciste antiblanc Dieudonné, l’ancien militant gay et gauchiste Thierry Messan également propagateur de la théorie du complot sur le 11 septembre 2001, le militant pro-arabe et islamophile Paul-Eric Blanrue (paraît-il historien), le militant nationaliste révolutionnaire antisémite et antichrétien Serge Ayoub. Bref, que du beau monde. Rien que cela devrait suffire à le déconsidérer auprès de toute personne patriote et/ou conservatrice honnête et équilibré (en plus de son apologie de personnalités comme Robespierre, Lénine, Staline, Ben Laden, voire Hitler), mais le monde étant ce qu’il est, il se trouve encore aujourd’hui suffisamment de gogos pour croire en lui. Aussi mettons bien les choses au point.

Alain Soral n’a jamais cessé de se présenter comme l’incarnation de la vraie France profonde et de ses valeurs, mais se voit systématiquement démenti par les faits qu’il provoque d’ailleurs souvent lui-même. Il se dit proche du peuple et des ouvriers ? Lui-même est d’origine bourgeoise et a longtemps fréquenté les milieux bobo-branchouilles de Paris (du temps où il s’intéressait surtout à la mode et à la publicité). Il se pose en exemple d’une morale traditionnelle ? Il fut pendant un temps un libertin sexuel et un gigolo assumé tout en faisant l’apologie de l’écrivain Gabriel Matzneff, pédophile notoire et assumé. Il se dit viril et courageux ? Il n’a fait que frapper des gens plus faibles que lui (Frédéric Beigbeder, Alain Finkielkraut) et s’est toujours écrasé lorsqu’il avait affaire à des adversaires plus sérieux comme ce fut le cas lors d’une dédicace au Théâtre de la main d’Or, voire même s’est carrément enfui lors de l’arrivée de membres du Bétar dans une librairie où il se trouvait, arrivée qu’il avait lui-même provoqué en annonçant publiquement les coordonnées, laissant ses partisans seuls. Il se prétend opprimé par le système (lequel ?) ? Il passa pendant des années dans des émissions de grande écoute animées par Evelyne Thomas, Thierry Ardisson, Franz-Olivier Giesbert et, très récemment encore, passait chez Frédéric Taddei et à la radio, notamment sur RFI. Ses seules condamnations en justice furent de simples amendes (qu’il n’aura sans doute pas de mal à payer avec l’argent iranien), comme nouveau Soljenitsine, on fait mieux. Surtout, il se dit patriote ? Il ne cesse de soutenir les pires ennemis de la France et de l’Europe, Etats ou organisations terroristes, et se vend (ou se loue selon les cas) effrontément à des acteurs aussi divers que le Hamas, le Hezbollah, le Venezuela d’Hugo Chavez, l’Iran d’Ahmadinejad ou la Syrie de Bachar El-Hassad, allant jusqu’à s’afficher publiquement et cyniquement comme un « agent de l’étranger ».

Du reste, son think tank Egalité et Réconciliation (dont le site illustre sa page d’accueil avec les photos de ces charmants personnages) ressemble d’avantage à un lobby tiermondiste d’extrême-gauche qui aurait pu être conçu par Olivier Besancenot qu’à une association patriotique. Bref, inutile d’aller plus loin pour se rendre compte qu’Alain Soral est une complète imposture et même le prototype le plus achevé dans un monde et une époque qui n’en manquent pourtant pas. Autant de contradictions et de mensonges qui sont très facilement démontrables par un simple énoncé des faits. Ce fut d’ailleurs fait par le site Enquête et débat de Jean Robin.

François Préval

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.