Albert Uderzo, un vrai Gaulois venu de l’autre côté des Alpes

Publié le 24 mars 2020 - par - 35 commentaires - 772 vues
Share

Uderzo est mort…

Le petit lapin va pleurer encore, une dernière fois…

Le petit lapin, pour ceux qui ne connaissent pas bien les aventures de notre plus fameux Gaulois – plus encore sans doute que Brennus ou Vercingétorix –, c’est celui que l’on voit dans la dernière case de l’album Astérix chez les Belges, et qui tourne le dos, en pleurant, à l’incontournable banquet final.
C’est un hommage d’Uderzo à Goscinny, décédé d’une crise cardiaque pendant l’élaboration de l’album. Goscinny – qui vient d’ouvrir les bras à son ami au Paradis – avait coutume d’appeler sa femme « mon lapin ».

Uderzo avait commencé à dessiner très tôt – quatorze ans. Un jour, il rencontre un autre dessinateur : René Goscinny. Tous les deux entendent redynamiser la bande dessinée. Goscinny préfère dès lors le scénario et laisser le dessin. Il collaborera notamment avec le dessinateur Morris, pour Lucky Luke, et Jean Tabary, pour Iznogoud.
Après avoir travaillé dans une revue féminine, Goscinny et Uderzo créent les Aventures d’Oumpah-Pah, un jeune peau-rouge, qui seront publiées dans le Journal de Tintin.
Dans le journal Pilote – vivier de talents où sont passés, entre autres, Hugo Pratt, Jacques Tardi, Moebius –, Uderzo travaille avec Jean-Michel Charlier sur la série Tanguy et Laverdure.
Puis, ce seront les Aventures d’Astérix le Gaulois

Chaque album des Aventures d’Astérix est un voyage, qu’il soit proche – La Serpe d’or – ou lointain – La Grande Traversée et ses glouglous ! Nos héros gaulois parcourent aussi toute l’Europe, la vraie ! C’est surtout l’esprit français – euh, pardon : gaulois ! –qui raconte nos qualités et nos travers avec une finesse et une tendresse irrésistibles.
Mais toujours, nos Gaulois reviennent au bercail, dans ce village d’Armorique où il fait si bon vivre et où le progrès acharné ne fait que semer La Zizanie lorsqu’on veut, par exemple, y imposer sournoisement la loi du marché – Obélix et Compagnie – où un urbanisme débridé – Le Domaine des dieux.

Si on peut les lire jeune, comme pour celles de Tintin, les Aventures d’Astérix contiennent cependant plusieurs niveaux de lecture. Ce n’est pas à huit ans qu’on peut comprendre ça : « Waterzooie ! Waterzooie ! Waterzooie ! Morne plat ! » (Astérix chez les Belges). Idem pour les quatre bardes dans le vent, rappelant furieusement quatre autres petits gars de Liverpool, dans Astérix chez les Bretons.

Quoique dévasté par la mort de Goscinny, Uderzo reprendra seul les Aventures d’Astérix. D’accord, des albums comme Le Grand Fossé ou L’Odyssée d’Astérix – avec une exquise caricature de Sean Connery – n’atteindront jamais le niveau d’excellence d’Astérix en Corse ou du Devin – le plus sombre des albums d’Astérix –, mais ils contiennent un certain charme qui finira, il faut l’avouer par s’étioler dans les aventures suivantes, jusqu’à ce que Uderzo, parce que sa main ne suivait plus, décide de déposer les crayons, comme Vercingétorix aux pieds de César, en lui faisant très mal, au passage ! Finalement, d’autres reprendront le flambeau. C’était là un premier au revoir…

Et lorsque le, certes, talentueux, mais non moins dérangé à souhait – voir son très sordide Garage à vélos – Philippe Druillet, passé tout de même par Pilote, déclarait d’Uderzo ceci, c’était écœurant de jalousie et d’injustice : « Aujourd’hui, pour lui, il n’y a plus que le fric, le fric. Uderzo n’a pas d’amis, c’est Citizen Kane sans le talent d’Orson Welles » (Le Point). Notons qu’Uderzo n’a jamais été célébré comme il se doit par le monde de la bande dessinée.

Uderzo avait des amis, à commencer par Pierre Tchernia, caricaturé dans cinq albums différents en légionnaire. Ce dernier n’en a pas tenu rancune à Goscinny et Uderzo, en participant aux adaptations des aventures du fameux Gaulois, dont deux sont des perles de l’animation : Astérix et Cléopâtre et Les Douze Travaux d’Astérix, réalisés par les deux compères.

Voilà, Albert, fils d’immigrés italiens – qui dessinait des Gaulois filant des baffes à ses ancêtres Romains, quel bel exemple d’assimilation ! –, je ne sais pas quoi dire à part que je me suis encore fait avoir par la Faucheuse, moi qui croyais que les rêveurs qui font rêver les autres étaient immortels.
Qu’à cela ne tienne, je pense que tu te marres bien là où tu es, autour d’un banquet avec tes copains partis avant toi, tandis que coule la cervoise et que le sanglier rôti ne manque pas, avec un barde attaché à un arbre…

Il n’empêche, la potion magique a un goût amer ce soir…

Charles Demassieux

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Richard Mil

Grand supporteur du BoRussia Dortmund, je me suis même inspiré de mes héros de jeunesse pour créer la mascotte Borussix (sous forme d’ours de Berlix) en remplacement d’Emma (mascotte officielle BVB09), rien à voir avec Macronix ! Thx à Charlix Demassix de cet hommage.

SLOBODA

Italie mon Italie
Toi qui es le plus beau pays
Italie ou le soleil brille
Toi mon pays d’origine
Je ne t’ai jamais connu
Mais mon regard est rempli de ta beauté
Tout à toi est en moi
Le bien comme le mal
Mais surtout Italie ne te perd pas
Ne devient pas barbare comme ces autres pays
Ou seule la dictature existe
Règne toi-même, et fait ce qui est juste
Je garde confiance
Oh Italie je t’aime tant
FORZA ITALIA RIP UDERZO

POLYEUCTE

Petit souvenir personnel….
Dans les années 64/65 se tenait Av V. Hugo, la réunion hebdomadaire du joyeux Comité de rédaction de Pilote. Derrière ma cloison de travail !!
Un concentré de BD… Bande de Défunts maintenant…
Le Ciel est en Joie !

Peg

Merci pour cet hommage à monsieur Uderzo. J’ai grandit avec Astérix dont je relis régulièrement les aventures avec plaisir, savourant l’humour fin et le dessin soigné. Il fait partie de notre patrimoine :-)!

jeannot

Il parait que des divinités : èm-bappé, pogba, zidane, neymar, zlatan j’en passe….nous font rêver. Rien de moins ! Moi, ils ne m’ont jamais fait rêver. J’en ai rien à foutre de leur jeu de baballe à tous ces foireux qui drainent tout l’argent gagné par les français qui travaillent. Je n’ai jamais pleuré de joie comme tous ces merdeux de suppôts-rteurs lorsqu’un de leurs dieux vivants marque un but accidentellement ou pas. Moi, ceux qui m’ont fait rêver, pour rester dans la BD, ce sont Gosciny, Uderzo, Hergé, Disney, et tant d’autres ! des blancs quoi ! Ben oui, et je vous emmerde : vous, les musulmans, les noirs, les gauchos, et les fausses femmes qui couchent avec d’autres fausses femmes. Je répète, je vous emmerde ! de la merde bien molle et bien grasse !

Johanna

J’ajoute que l’Italie du Nord était appelée par César Gaule citérieure, – nous disons plutôt Gaule cisalpine – et la Gaule de l’autre côté des Alpes, Gaule ultérieure ou chevelue – nous disons transalpine.
Car les Gaulois étaient des Celtes dont les différentes tribus peuplaient presque toute l’Europe depuis la Mer Noire jusqu’à l’Atlantique. Ils sont à l’origine des civilisations de la Tène et de Hallstatt.
Donc un Italien du Nord est un Gaulois.
Et même, le Morbihan a été peuplé par des Vénètes, venus de Vénétie, qui ont fondé la ville de Vannes… et qui se sont révoltés contre César, qui les a battus.

Charles Demassieux

Vous avez très bien compris ce que je voulais illustrer. Vanité des vanités… Vous connaissez la suite ! Par ailleurs, je fréquente des historiens qui, eux, savent distinguer une image symbolique de la vérité historique… Au fait, et tout en admirant Rome, César a fait exterminer des centaines de milliers de Gaulois réfractaires…

Johanna

Oui, je fais la différence entre un symbole et la vérité historique, mais tous les gens qui regardent Astérix ne la font pas. Autrefois, le latin et l’histoire romaine étaient étudiés en classe, ce n’est plus le cas. Et les BD d’Astérix peuvent être les seules images qu’en ont les jeunes aujourd’hui. Or les derniers épisodes sont archi nullissimes et grotesques. Ils doivent avoir été scénarisés grâce à des logiciels visant à faire du commercial.
Que le but de ces derniers épisodes soit précisément de flatter des « Gaulois réfractaires » en leur donnant un exemple de personnage fictif valorisant, pour leur faire croire qu’ils sont en capacité de résister à des contraintes de plus en plus insupportables, ne serait pas étonnant. Seront-ils à la hauteur de l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes ?

Johanna

Oui, César a réduit en esclavage 1 million de Gaulois. Il aurait fait un butin de 4 millions de sesterces selon Suétone (de mémoire). Et lorsqu’il a vaincu les Nerviens, sans doute à Namur, il écrit : « (6) Le lendemain, César fit rompre les portes laissées sans défenseurs, entra dans la ville avec ses troupes, et fit vendre à l’encan tout ce qu’elle renfermait. (7) Il apprit des acheteurs que le nombre des têtes était de cinquante-trois mille. »
Mais Vercingétorix faisait mutiler les récalcitrants….
Les moeurs de l’époque n’étaient pas bisounours – bougies….

theodore

« Donc un Italien du Nord est un Gaulois. » dixit

Etait ( a l’imparfait ) un celte de la péninsule italique plutôt ! ( l’intitulé « gaulois » ne me semble pas vraiment approprié ) CELTE ok !
car ce sont surtout les invasions au IV siècle avant JC qui permirent aux Celtes d’entrer dans l’Histoire et de dominer la plaine du Pô : une partie de ces celtes assiégea notamment Rome vers 390 av. JC..

Gaulois et Celtes sont donc issus de la même civilisation, mais les Gaulois désignent plus précisément le peuple français de l’époque. ( ne dites pas
a un italien qu’il est gaulois ! rires ) c’est pour cette raison, que beaucoup
de lombards ( comme uderzo il me semble ? ) sont blonds avec le teint clair

Johanna

1) « l’intitulé « gaulois » ne me semble pas vraiment approprié ) CELTE ok ! » eh bien, qu’il vous semble ou pas, c’est le terme employé par César, mais vous en savez sûrement plus que lui. et lorsqu’il dit qu’il se rend « en GAULE CITERIEURE  » par ex, entre moult autres, Livre I chap 54 http://bcs.fltr.ucl.ac.be/CAES/BGI.html il va bien dans un pays habité par des Gaulois. Et puisqu’il faut vous mettre les points sur les i, Gaulois vient de Galates, un peuple des bords de la Mer noire, où le nom subsiste, et c’est même celui d’un club de foot, Galata saray. Le nom Galates a été transformé en Galli, homonyme du mot latin signifiant coqs.
Le sac de Rome est attribué aux Gaulois, conduits par Brennus.

Johanna

2) (1) «  » »Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l’une est habitée par les Belges, l’autre par les Aquitains, la troisième par ceux qui, dans leur langue, se nomment Celtes, et dans la nôtre, Gaulois. » » César Guerre des Gaules Livre1, chap 1. Mais les Belges et les Aquitains sont aussi des Gaulois.
Vos ricanements montrent une prétention outrecuidante et des connaissances superficielles, qui aboutissent à une réécriture de l’Histoire.
Comme nous n’avons pas de problèmes de réécriture par ailleurs, votre contribution est utile. Mais on s’en contentera, et vous pouvez aller vous promener.

theodore

@JOHANA / vous ne savez malheureusement pas lire… au lieu
de vous enerver vous devriez relire mon texte avec attention…

Etait ( a l’imparfait ) un celte de la péninsule italique plutôt ! ( l’intitulé « gaulois » ne me semble pas vraiment approprié ) CELTE ok !, je reitere mon message precedent.

le terme « gaulois » employé par César, ne concerne bien evidemment
que les autochtones qu’il rencontre en territoire de Gaule, certainement pas de l’autre coté des Alpes…d’autres tribus celtes donc !

Gaulois et Celtes sont donc issus de la même civilisation, mais les Gaulois désignent plus précisément le peuple français de l’époque.

Alea jacta est !!!!

theodore

Le sac de Rome est attribué aux Gaulois, conduits par Brennus, est tout a fait exact par contre…! vers 387 av. J.-C

mais Brennus etait un chef Sénon, ( gaulois de de Seine-et-Marne, Loiret et Yonne… origine ), nullement originaire d’ialie
du nord

rien a voir donc ! avec les tribus celtes du nord de l’italie.

c’est un peu comme si vous disiez qu’un Ambivarète ou un Catalaune ( celtes belge ) etait un gaulois… idem betise

Nadia Furlan

J’ai parfaitement lu, et je maintiens que votre assertion n’est pas valide. Visiblement, vous survolez les pages de wikipédia pour étaler votre confiture. Les Celtes sont venus en Pannonie et en Padanie au 4ème s. Brennus était un Senon, mais des Senons s’étaient établis dans le nord de l’Italie, jusqu’en Etrurie. Mais aux siècles suivants, Rome a battu les Senons alliés de Carthage. Donc vous essayez de prouver que le nord de l’Italie s’appelait la Gaule citérieure, mais n’était pas peuplé de Gaulois citérieurs.
Tout ça pour ne pas admettre que le nom de « Gaulois » ait pu être porté par d’autres que les habitants de la Gaule dite ultérieure, chevelue ou transalpine. Et que les Italiens du nord sont des Celtes ET des Gaulois.

theodore

« Brennus était un Senon, mais des Senons s’étaient établis dans le nord de l’Italie, jusqu’en Etrurie.  » dixit

Nadia, merci de bien vouloir me fournir vos « geniales » sources cela m’interesse…
selon les miennes, les Senons : À l’époque romaine en Gaule, il s’étendait essentiellement sur l’Yonne, et la moitié sud de la Seine-et-Marne. Il couvrait également une partie du Loiret, de l’Essonne, de la Marne et de l’Aube. En italie present en Lazio ( roma ) en campanie ( napoli) et dans la province italienne des Marches, (Ancona..)

« Et que les Italiens du nord sont des Celtes ET des Gaulois. »

nullement des « Gaulois » puis ce que le territoire n’etait pas en Gaule ( separé par les alpes ) des Celtes bien evidemment, mais non present ( archeo) dans le nord de l’italie comme vous l’affirmez…

Emmanuel Albach

Merci Johanna d’avoir rappelé cette identité historique commune. Et si le latin nous fut si facile, à nous Gaulois, c’est qu’il était largement imprégné de langue celtique…
Uderzo, là-haut doit bien rigoler maintenant avec Goscinny qui lui manquait beaucoup. Hommage à deux génies!

Johanna

Je ne crois pas que le latin fut si facile à apprendre par les Gaulois. Il reste très peu de mots gaulois en français,une centaine. Même les toponymes seraient souvent préceltiques. Mais il y a peu de sources, car les Gaulois ne produisaient pour ainsi dire pas d’écrits, leur enseignement était oral. Le latin étant la langue de communication administrative et la langue d’enseignement des élites, les langues celtiques ont disparu, sauf le breton.

marcorix

Hé oui, vous faites bien de le rappeler, un très bel exemple d’assimilation (typique chez 99% des fils d’Italiens partis chercher une meilleure vie ailleurs toujours avec le profil bas de celui qui vient s’ajouter aux autochtones)… Allez l’expliquer aux ennemis de la France ancrés dans le territoire de Gaule grâce à la folie des gouvernants; mais aussi à tous ceux qui, sans se rendre compte peut-être du mal qu’ils faisaient à l’époque, montraient du doigt ces fils d’Italiens en leur disant : « Oh les macaronis ! » ::: et bien qu’ils mangent du couscous maintenant.

theodore

mais aussi à tous ceux qui, sans se rendre compte peut-être du mal qu’ils faisaient à l’époque, montraient du doigt ces fils d’Italiens en leur disant : « Oh les macaronis ! » ::: et bien qu’ils mangent du couscous maintenant./ dixit

oui ! oui ! j’ai connu ça…:) rires ( c’est un peu passé de mode de nos jours )

Johanna

Désolée d’apporter une note discordante. J’aime bien les Astérix des débuts, mais le filon vite épuisé, les stéréotypes sont devenus lourdingues et stupides.
Non, ce n’est pas Astérix qui représente le mieux l’esprit français, parce qu’à ridiculiser César il contribue à occulter les guerres incessantes que se faisaient les Gaulois entre eux, et surtout à ridiculiser l’essentiel des apports de la civilisation romaine.
Je relis la Guerre des Gaules, et je trouve incroyable l’inventivité, la capacité d’observation et l’efficacité de César et des légions. Il a besoin de centaines de bateaux pour aller en GB ? de fabriquer un pont pour traverser le Rhin ? d’entourer Alésia de fossés et talus ? Les légions le font, en 10, 15jours. On dit « travail de Romain », pas de Gaulois. Juste montasega.

theodore

Non, ce n’est pas Astérix qui représente le mieux l’esprit français, parce qu’à ridiculiser César il contribue à occulter les guerres incessantes que se faisaient les Gaulois entre eux, et surtout à ridiculiser l’essentiel des apports de la civilisation romaine./ dixit

détrompez vous johanna, les italiens adorent enormement ASTERIX…. ( ils ne se sentent nullement ridiculisés de prendre des baffes !!! de voir cesar en rigolo… )

GOSCINNY + UDERZO ont au contraire mis en avant les apports de la civilisation romaine sur l’europe + l’egypte … ( asterix legionnaire + asterix et cleopatre notamment )

kalidas

Albert Uderzo avait des origines italiennes. Et René Goscinny lui, descendait d’une famille de jufs polonais. Et tous deux ont su mieux que personne sublimer l’esprit français avec ce qu’il a de meilleur. C’était cela le miracle de l’assimilation. Cette assimilation aujourd’hui dénigrée par une classe poltico-médiatique minable qui ne leur arrive pas à la cheville. Mais tout n’est pas perdu. Des personnalités comme Eric Zemmour et Jean Messiha nous le rappellent tous les jours.

Spipou

« Notons qu’Uderzo n’a jamais été célébré comme il se doit par le monde de la bande dessinée. »

Ah si, quand même, et heureusement ! Le monde de la bande dessinée ne se compose pas que de Druillet !

Spipou

Et d’après tous ceux qui l’ont raconté, le monde de la bande dessinée, dans la génération d’Uderzo et de Goscinny, connaissait une bonne ambiance, bon enfant et… gauloise !

Charles Demassieux

Il a été beaucoup méprisé tout de même. Maintenant, il est vrai que de nombreux auteurs l’ont reconnu comme une influence majeure…

Méprisé pour ce qu’il représentait, pour cette idée du gaulois réfractaire, éternel râleur, bagarreur au grand coeur qui refuse l’occupation de son village ! Le Pro consul Macron fait partie de ces envahisseurs, de ces collabos habituels qui ont choisit Jupiter (Allah), pour détruire Toutatis (la Liberté)!

Spipou

Je pense que la plupart des vrais auteurs l’ont admiré pour son immense talent. Tout de même !

Je pense que s’il a été méprisé, ce n’est certainement pas par les pairs de sa génération. Ni même des générations suivantes, à l’exception de deux ou trois cornichons comme Druillet.

Je crois que feue Claire Brétecher, qui nous a quittés il y a peu elle aussi, l’admirait beaucoup.

Il y avait à cette époque une facilité à se moquer de soi-même et des autres avec bonne humeur, et à se renvoyer la balle de la même façon, qui a complètement disparu dans la bande dessinée, surtout ces toutes dernières années avec l’avènement des bandes dessinées du style MademoiZelle.

Rappelez-vous le nombre de cases où l’on voit le héros d’un auteur visiter la BD d’un autre…

Spipou

Je cherchais son nom… Je vous invite, Charles, si vous en avez le courage, à lire une page ou deux de la dernière coqueluche d’Angoulème, Pénélope Bagieux.

Etre méprisé par des gens comme elle, je prendrais ça comme un honneur !

† RIP avec nos regrets éternels Albert Uderzo, René Goscinny, Claire Brétécher, André Franquin, Peyo, Berck, Pierre Brochard, Robert Rigot, Loÿs Pétillot, Marie-Mad, Noël Gloesner, Guy Hempay et la famille Pélaprat, Henriette Robitaillie, Tove Jansson, Hergé, Alexis, Alain d’Orange, Maurice Tillieux, Greg, et tant, et tant d’autres…

Et longue vie à ceux qui sont encore avec nous !

Spipou

Saint Jijé, que tous ceux que j’ai oubliés me pardonnent !

Dada-Dirladada

Uderzo a affiné son dessin à partir du deuxième album d’Astérix. Toutefois, après le décès du grand, de l’immense et talentueux René Goscinny, les albums ont perdu tout leur attrait. Scénario désuet, humour bancal, références quasi absentes. Et, le pire dans la BD, c’est toujours de passer la main à un autre dessinateur. A l’inverse d’un écrivain comme sir Arthur Conan Doyle qui, ayant décidé de faire mourir son héros Sherlock Holmes, a été contraint de le ressusciter en trouvant une explication plausible, sous la pression des lecteurs.

kalidas

Vous avez raison, les albums écrits après la mort de Goscinny sont fades et insipides. On ne remplace pas un tel talent au pied levé.

theodore

Et, le pire dans la BD, c’est toujours de passer la main à un autre dessinateur. A l’inverse d’un écrivain comme sir Arthur Conan Doyle qui, ayant décidé de faire mourir son héros Sherlock Holmes, a été contraint de le ressusciter en trouvant une explication plausible, sous la pression des lecteurs./ dixit

pas d’accord ! il y a eu des exemples : TARZAN notamment !
Burne Hogarth le successeur (01/09/1947-03/01/1948) est superieur comme dessinateur a Harold Foster (07/01/1929-16/03/1929)

c’est vrai par contre que le deces de goscinny, a franchement compliqué
la tache a uderzo… ( pour moi les albums apres sa mort ne sont pas du même niveau )

La_Soupape

Quand j’ai appris ça en début d’aprèm, je me suis dit que l’hommage de Charles allait être aussi monstrueux que le fût Uderzo et je me suis pas gouré.

J’ai grandi avec Asterix et je les lis toujours régulièrement en me fendant de plus en plus la poire. Ce Monsieur avait un talent d’observation et de transcription proprement hallucinant, avec son pote ils avaient un humour céleste et ont fait à eux deux infiniment plus pour la France que tous les guignols de politicards réunis.

J’ai sur une étagère une figurine d’Asterix et une d’Obelix avec Idéfix, ils sont bien malheureux ce soir, mais nous aussi.

Merci Messieurs, merci Charles et si un dieu existe, qu’il nous envoie de la potion magique pour baffer tous ces pourris qui déshonorent la Gaulle…

PAF !!!
QUI EST GROS ?!!

Charles Demassieux

Merci…