Albin Freychet, le Cincinnatus du Limousin

Publié le 6 juin 2021 - par - 6 commentaires - 930 vues
Traduire la page en :


Albin FREYCHET est un jeune homme au physique élancé de basketteur. Âgé de 29 ans, il est ingénieur, bardé de diplômes, et travaille à l’Insee dans le secteur rural dépendant du ministère de l’Agriculture.
Originaire de Châteauroux, son père est un chef cuisinier accaparé par son métier et sa mère, institutrice, est marquée par Mai 68. Il a grandi dans une fratrie de quatre enfants élevés dans un climat plutôt baba cool, mais poussés aux études « pour être libres » leur répètera leur mère.
Il a 23 ans lorsque se produisent les attentats islamistes de janvier 2015 et il prend conscience de ce danger qui menace la France. Déjà alerté par le changement de physionomie de villes moyennes, métamorphosées par le phénomène de l’immigration massive, il pressentait que le pire était prévisible. Les tueries de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher déclenchent sa décision de s’engager politiquement.
L’attentat du 14 juillet 2016 à Nice le bouleverse. Inspiré par la demande de Marion Maréchal à rejoindre la réserve militaire, Albin rejoint la réserve de la Gendarmerie  nationale. « Ce fut pour moi un honneur que de servir sous l’uniforme bleu » déclare-t-il lorsqu’il évoque cet épisode au service de la France.
Il est rapidement nommé responsable du FNJ, puis candidat aux régionales de 2015 et même aux sénatoriales de 2020 !
Albin démontre que l’on peut être à la fois un intellectuel et un homme d’action. C’est un bosseur, qui se lève tôt parce qu’il aime travailler dans le calme. Il dévore des quantités d’ouvrages : essais politiques, romans de SF, études historiques ; mais il s’impose de compenser son activité sédentaire en consacrant une heure en salle de sport. Il a aussi la main verte et adore jardiner : « le contact avec la terre, c’est perpétuer notre tradition paysanne qui est l’âme de la France ».
Une telle personnalité ne pouvait échapper à la perspicacité d’Edwige Diaz, l’étoile montante du RN. Dès 2020, il est ainsi nommé responsable de la fédération de la Haute-Vienne du Rassemblement National. Le voici aujourd’hui désigné chef de file pour les élections régionales et départementales des 20 et 27 juin prochains :
« Après un score de 30 000 voix aux européennes, nous pouvons de nouveau réaliser une belle performance lors de ce scrutin. Depuis le début de la campagne, nous avons pu contacter 15 000 personnes à Limoges, Bellac, Saint-Léonard-de-Noblat qui nous ont réservé un très bon accueil. Mieux vaut faire de bons marchés que de bons sondages ».
Pour son département, Albin Freychet se mobilisera sur trois axes : sécurité, économie, identité culturelle.
Pour la sécurité des communes, il compte proposer des mesures très concrètes telles que le financement du matériel des polices municipales, de la vidéoprotection qui permet d’identifier les délinquants et de tracer le trafic de drogue.
Constatant la diminution de la population rurale et la raréfaction des services publics, il imagine la possibilité d’acquisitions immobilières pour y installer des commerces ; il voudrait que les commandes publiques du département privilégient les entrepreneurs locaux ; il envisage de créer un partenariat avec les agriculteurs, notamment de la filière élevage, pour leur permettre de créer en commun de grandes surfaces de vente, ce qui favoriserait autant les agriculteurs que les consommateurs ; et, bien sûr, il souhaite que les cantines scolaires soient approvisionnées par les producteurs locaux.
Pour Albin, la culture est l’expression même de l’identité d’une nation : « La machine culturelle française est cassée. Il nous faut promouvoir la culture française qui permet à chaque citoyen de vivre ce sentiment d’appartenance à la communauté nationale.  Par son grandiose, la France exerce un pouvoir d’attractivité à tout esprit s’intéressant à elle, que ce soit un esprit d’Inuit, de Japonais ou de petit Berrichon. ».
Au conseil régional, Albin Freychet devrait notamment s’emparer de dossiers agricoles et ruraux. « Les leviers sont nombreux pour que l’agriculture française soit florissante. Hélas, le nombre d’exploitations agricoles ne cesse de baisser. Ce sont autant d’emplois perdus dans nos campagnes. La forêt est également d’un grand intérêt pour l’économie régionale. La Région doit investir dans ce domaine, mais elle n’est pas à la hauteur. »
Avec la rationalité d’un ingénieur, Albin Freychet veut nous alerter sur le danger des lubies des Verts qui, par aversion idéologique du nucléaire, promeuvent des inepties, telles les éoliennes, « une pompe à fric qui ne sert pas les intérêts locaux. Pourquoi investir dans cette énergie inefficace qui détruit nos paysages alors que les méthaniseurs sont plus efficaces et apportent moins de nuisance ? »
Fidèle à ses racines rurales, Albin Freychet sera également candidat à l’élection départementale sur le canton d’Ambazac où sont implantées harmonieusement forêts, petits villages et terres agricoles. Dans leur intérêt, les électeurs seraient bien avisés de confier leurs votes à ce jeune et moderne épigone de Cincinnatus.

Jean-Yves Léandri

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Daniel

Rien à dire sinon : Bravo et bonne chance !

la méthode de Duterte est la meilleure

Ce Cincinnatus sait qu’ Islam est plus in muris Franciae qu’ ad portas !

LIONEL

Les méthaniseurs sont autant un non sens que les éoliennes et je sais de quoi je parle .
Je travaille avec le monde agricole depuis 43 ans .
La seule solution pour produire de l’électricité , ce sont les centrales de 4 ème génération dont les réacteurs fonctionneraient avec les déchets nucléaires que l’on va enfouir à BURE ( 60 km de chez moi ) .
Renseignez vous auprès de Claude Brasseur le mathématicien qui au passage n’écrit plus sur RP ou BD Voltaire . Pourquoi ?
Tout est non sens dans ce pauvre pays France qui est en train de devenir 1/4 monde .

Jeanlg75

Albin Freychet c’est l’espoir pour les francais du Limousins d’un avenir meilleurs…

patphil

panégyrique plutot rasoir à lire
bon vent et surtout bonne chance quand même

Heraklite

Profil très intéressant.

Lire Aussi