Alerte aux « modérés »

Dans son copieux ouvrage « The God delusion » le biologiste anglais Richard DAWKINS attire notre attention sur le côté « extravagant » des religions, la bizarrerie et l’étrangeté des textes fondateurs des trois monothéismes. Face aux religieux fanatiques qui défraient si souvent nos médias, Richard Dawkins nous met aussi en garde contre les « croyants modérés » qui sont, à leur corps défendant, l’humus, le composte idéologique, le terreau nourrissant des extrémistes de tout poil. Il souligne combien la modération en religion engendre, de fait, le fanatisme des extrémistes.
Comment ? en prenant en compte l’absolu du divin, c’est à dire de l’Immodéré, du totalitère aliter des Latins. Ce faisant dans la plus pure innocence. Les « modérés » ne dénoncent pas l’Absolu, ils le respectent. Les « modérés » continuent de croire en Dieu, ne serait-ce que plus ou moins.
Ils se satisfont de ne pas comprendre les mystères de la foi considérée comme une vertu au mépris des faits contraires. Avec les extrémistes, les croyants demeurent d’une connivence toute involontaire. J’ajouterai qu’il en est de même avec les prétendus athées silencieux.Pour l’auteur anglais, même la religion tempérée et modérée participe au climat religieux dans lequel s’épanouit naturellement l’extrémisme. « Le respect de la foi » par les non religieux facilite le fanatisme. Il est déroutant de constater le privilège disproportionné dont jouit la religion dans nos sociétés laïques. Richard Dawkins dénonce le mythe d’une foi modérée qui ne tolère aucune discussion. Les religions sont toujours des constructions culturelles qui souvent produisent des arts merveilleux sans que l’on soit tenu de s’y soumettre.
Dawkins conclut en affirmant qu’on peut très bien quitter sereinement toute religion, qu’on peut porter fièrement son athéisme . « On ne perd pas la foi », comme on dit parfois, on se libère simplement du poids de ses contingences.
René Cruse

image_pdf
0
0