Alerte : nous avons 25.000 ponts en très mauvais état

Dans la série la France s’écroule et Macron ne fait rien: voici les ponts !

Trois ans après un précédent rapport, le sénateur Bruno Belin (LR) revient sur l’urgence de dresser un inventaire des ponts, et de réparer au plus vite ceux en mauvais état. Il en va de la sécurité des usagers, tant l’état général s’est encore dégradé.

 

En juin 2019, une mission d’information sénatoriale remettait un rapport alarmant quant à l’état et l’entretien des ponts français. Un travail d’enquête de plusieurs mois, après l’onde de choc provoquée par l’effondrement du pont Morandi à Gênes, le 14 août 2018.

Cette mission avait notamment plaidé pour un « plan Marshall » pour l’entretien des ponts, un meilleur recensement, une surveillance exhaustive de ces ouvrages d’art, mais aussi la mise en place d’un véritable réseau d’ingénieurs pour les petites communes.

En 2019, la commission sénatoriale estimait à plus de 25 000 le nombre de ponts en mauvais état structurel, posant des problèmes de disponibilité, voire de sécurité. Trois ans plus tard, ce chiffre doit être réévalué à la hausse. Sur les 14 000 premiers ponts visités, 23 % présentent des défauts significatifs voire majeurs.

Le Sénat n’est d’ailleurs pas le seul à faire ce constat: «L’État du patrimoine de ponts est globalement moins bon en 2020 que les années précédentes, pour l’État ou pour les départements », soulignait l’Observatoire national de la route en 2021.

 

La France ignore combien elle possède de ponts !

80 % des propositions formulées par la commission en 2019 ont été déclinées par le gouvernement, dans les lois de finance ou encore le Programme national des ponts lancé en 2021.

Cependant, lorsque le Sénat étudie dans le détail cette mise en œuvre, elle est  plus qu’insuffisante. Comme en 2019, il est toujours impossible de connaître le nombre précis de ponts au niveau national : entre 200 à 250 000 de ponts routiers….

 

Pour le Sénat, il faut « amplifier » les progrès dans la gestion patrimoniale des ponts. Selon les données du rapport, 30 % des ponts sont ou seront référencés dans une base de données, avec des données GPS, et le système d’information géographique unique souhaité en 2019 n’existe pas encore.

On a plusieurs milliers d’ouvrages orphelins, on ne sait pas à qui ils appartiennent…

Il faudrait que chaque pont dispose d’un « carnet de santé », permettant de suivre l’évolution de son état et de programmer les actions de surveillance et d’entretien. À ce jour, seulement 55 % des ponts en ont bénéficié.

 

Le retard de financement accumulé depuis 2020 se chiffre à 350 millions d’euros pour les ponts gérés par les communes et les départements…

En lieu et place du « plan Marshall », voulu par le Sénat, la période a plutôt été marquée par des « moyens insuffisants, dispersés et peu lisibles ». L’enveloppe dédiée à l’entretien et à la réparation de ponts du réseau national public (6 % des ponts environ) est passée de 45 millions d’euros par an à 120 millions en 2022… Toutefois, les parlementaires estiment que ce niveau aurait dû être atteint dès 2020, et maintenu durant dix ans.

 

Le Sénat se montre très critique sur les moyens accordés aux collectivités locales qui, gèrent le plus grand nombre de ponts, lesquels ne sont pas à la hauteur des enjeux pour enrayer la spirale des dégradations.

 

On ne parle ici que d’une phase d’expertise, puisque les travaux préparatoires et de réparations nécessiteront des moyens bien plus conséquents. Seuls 300 à 500 ouvrages parmi les plus sensibles devraient pouvoir bénéficier d’une étude approfondie, soit seulement 3 % des ouvrages les plus dégradés …

 

Les sénateurs appellent aussi le gouvernement à créer un fonds annuel doté de 350 millions d’euros dès l’an prochain, pour rattraper le retard et faire face à l’ampleur du chantier.

Pour obtenir gain de cause, le Sénat va prochainement légiférer sur le sujet. Cette loi devrait également définir un cadre juridique pour faire face à ce chantier du siècle et planifier l’entretien et la réparation des ouvrages d’art dans la durée. Le texte posera enfin aussi le principe d’une obligation de déclaration de la propriété d’un pont public, sur une plateforme dédiée.

En attendant, mieux vaut savoir que dormir sous un pont français est devenu très périlleux.

Daphné Rigobert 

image_pdfimage_print
10

17 Commentaires

  1. Et lorsqu’on se décidera enfin à faire les travaux nécessaires, la moitié sera déjà interdit de circulation…

  2. Si la France ignore son nombre ponts, elle connaît parfaitement son nombre de cons.
    Très exactement 18.768.639 soit tous ceux qui ont voté macron. 🙂

  3. Nos élus n’en ont rien à f… ils voyagent par les airs…

  4. des ponts mais c’est le pape qui en redemande ! déchristianisation de la fille ainée de l’église ! je ricane

  5. Bonjour , comme tout , rien n’est entretenu en France , tout va à vau l’eau regarder l’état des routes , l’entretien des ruisseaux ( après on s’étonne des inondations ) . en France on construit et ensuite adviennent que pourra (Le gouvernement s’en fiche il voyage en Avion , et la pollution ? c’est pas eux se sont les autres ) sans oublier la propreté des villes , vous avez vu à Paris comme elle propre la CAPITALE FRANCAISE ? c’est une honte .

  6. « Le Sénat se montre très critique sur les moyens accordés aux collectivités locales qui, gèrent le plus grand nombre de ponts »
    Si certaines communautés de communes , agglos,départements, à la gestion opaque et mafieuse ne détournaient pas , ne gaspillaient pas en pure gabegie les deniers publics , frais de fonctionnement , en fêtes ,clientélisme,assoces parasites, acceuil et hébergement des « gens venus de loin »,elles pourraient consacrer leur efforts financiers sur l’entretien de la voierie.Attendez septembre octobre pour connaitre « l’état » de nos finances publiques.

  7. Effondrement du Pont de Gênes en Italie … qui a été dynamité en vérité. Silence radio depuis…

  8. Même chose que l’état des routes. On inaugure, puis plus rien, pas d’entretien.
    Ce mot est inconnu des élus, tout comme long terme.
    Normal pour des gens dont la voiture de fonction est renouvelée tous les 2 ans et l’entretien assuré par des domestiques.

  9. c’est pourquoi il y a urgence a interdire voitures et camions, n’est ce pas les pastèques

  10. Sarkozy a désintégré les DDE, Macron lui a massacré polytechnique…….et les français les soutiennent !!! vivement qu’un pont s’écroule avec des cons dessus et dessous !

  11. bah, ils s’en occuperont dès lors que l’un d’entre eux s’effondrera avec 2-3 types dessus, d’ailleurs…. « on vous l’a signalé officiellement = c’est pas d’not’faute. »

  12. Si les ponts menacent de s’effondrer au passage des gros camions, il faut réserver la profession de chauffeur routier à l’élite de nos cités.

  13. Ben on ne peut pas entretenir les infrastructures routières et donner le pognon ou plutôt nos impôts aux racailles allogènes clandestines .Comme toujours les 18 ou 20% qui ont revotés pour le foutriquet assassin et de là pour les saloperies de députailles pro immigration n’ont toujours rien compris , le réveil sera très douloureux advienne que pourra!

  14. Les ponts eux n’y passent pas souvent ils se baladent en hélico !

1 Rétrolien / Ping

  1. Alerte : nous avons 25.000 ponts en très mauvais état | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.