Alerte rouge : les mécréants se mettent à lire le Coran, ils vont tout comprendre !

Publié le 1 février 2015 - par
Share

10novembretasinroudierL’explosion signalée des ventes de Corans consécutive aux attentats de Janvier 2015  me laisse à penser que les bains de sang répandus au nom du Prophète sont la meilleure campagne de promotion possible. Un peu coûteuse en vies humaines, certes, mais gratifiante pour les éditeurs, tous comptes faits.

Mais voilà qu’un bémol gâte un peu le plaisir de la bonne nouvelle.

http://droite.tv/explosion-des-ventes-de-corans-dans-les-librairies-des-imams-alertent-il-y-a-des-textes-violents-qui-peuvent-etre-mal-interpretes-et-conduire-a-des-derives/

Textes violents…. dérives…. mauvaises interprétations… contexte…. La mine franche et ouverte de l’avocat du jour tentant de rassurer les populations nous annonce l’imminence de grandes contorsions. Et, c’est vrai, il va falloir quelque souplesse vertébrale à nos imams et associés pour nous faire croire qu’ils demeurent tous collés au texte droits dans leurs bottes, raides du cou, le regard serein vers la ligne jaunâtre de la dune saoudienne.

C’est que par une vieille habitude de koufars cartésiens, nous avons soudain besoin de comprendre. Nous passons couramment, aux yeux des « sachants », pour des ignares parlant (mal) d’un bouquin d’amour, de tolérance et de paix que nous n’avons même pas lu. Piqués au vif comme de vulgaires otages par des pointes de couteaux, nous nous jetons, affamés, sur l’ouvrage et aussitôt, l’on nous prévient de sa violence intrinsèque imposant aux Vrais Croyants de dominer tout en méprisant les non-musulmans, de les soumettre à l’impôt, de les mettre en esclavage tout en « butinant » leurs femmes et leurs filles, enfin de les raccourcir d’une tête en cas de rébellion contre ce mode de vivre-ensemble par avance accepté.

Dérives…. mauvaises interprétations… Bref, il apparait, de la bouche même de leurs défenseurs, que la violence des textes sacrés peut entraîner des conduites déviantes. Nous nous en doutions un peu ici même. De Boko Haram aux frères Kouachi en passant par les décapitations publiques chez notre allié d’Arabie, du Califat de Mésopotamie aux hystéries de foules du Pakistan, il nous semblait bien que ces textes pouvaient provoquer ici et là des engouements préjudiciables à l’existence des gens. 25.000 « Charlie » en moins de quatorze ans, dans cinquante pays et au nom de ces bontés du Ciel, fichtre, on ne se mouche pas de la cothurne aux Editions du Sabre !

Problème : le texte étant sacré, dicté d’En-Haut, on n’a pas le droit d’en toucher un mot, une virgule, un point, et cela fait 14 siècles que cela dure. Quatorze siècles, donc, que les musulmans, qui tuent au nom de la paix et de l’amour, interprètent mal le Coran. Un peu embêtant, non ? Puis-je alors poser une question, double ? Cette masse énorme d’un millard et plus d’êtres humains est-elle maintenue dans l’hébétude par la force d’un texte qui en vérité la terrorise ? Et en nous présentant cette terreur comme l’aboutissement d’une félicité à laquelle nous avons le devoir d’avoir droit à notre tour, nous prend-t-on, tout aussi massivement, pour des cons ?

L’embarras des petits soldats du Prophète, leur pensée du moment, sont la réponse : « qui va lire va savoir. Et comprendre. On n’avait vraiment pas besoin d’aller jusque là ». Bien raisonné, les gars. Dommage pour vous. Ca aurait pu marcher.

Conclusion : en abrogeant les pacifiques sourates de La Mecque pour en faire un manuel de conquête absolue, le Prophète ne s’est pas gêné pour trafiquer à son seul bénéfice la parole soi-disant intangible de Dieu. Je ne verrai aucun inconvénient à ce que ses prêtres aujourd’hui confrontés à la découverte par les mécréants de ce qui est contenu dans son brûlot trouvent, toute terreur abolie par décret, le courage d’amender, et pas qu’un peu, la plus évidente des déclarations de guerre au reste du monde.

Jean Sobieski

PS : le texte vendu aux impies sera-t-il discrètement amputé de quelques pages  (M.Onfray comptabilise plus de 250 contraintes, oh pardon, je voulais dire invitations, formelles, à la violence) ? Un début de Réforme à la Malek Chebel ? Chiche !

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.