Algérie : les archives s’ouvrent, exigeons la vérité sur les crimes du FLN

Puisque les archives d’une certaine période de la guerre d’Algérie s’ouvrent actuellement aux « spécialistes », mais sur une certaine période seulement (1954/1957), celle concernant plus particulièrement « La bataille d’Alger », dans l’objectif, bien entendu, de signaler uniquement les « tortures » et les « exécutions » subies par les valeureux combattants du FLN et les traîtres français qui leur ont prêté aide et assistance, physique et financière, par les « paras » du général Massu, sur ordre du gouvernement de l’époque, et que les soi-disant historiens, à l’exemple d’un Benjamin Stora, puisse poursuivre leur désinformation en toute liberté, nous exigeons que toutes les archives soient, enfin, portées à la connaissance de toute la population française afin qu’elle prenne conscience de la lâcheté et du déshonneur d’un chef de l’État, d’un gouvernement et d’une armée qui n’était plus française, puisqu’aux ordres d’un gouvernement et non plus de la République.

Nous exigeons toute la vérité sur les près de 3 000 disparus, civils et militaires, entre le 18 mars et fin 1962, en Algérie. (Nous tenons la longue liste nominative à votre disposition.)

Nous exigeons toute la vérité sur le massacre des harkis, dont il est impossible d’établir un compte exact, entre 60 000 et plus de 100 000, véritable « crime contre l’humanité », dont les coupables n’ont jamais été jugés et condamnés.

Nous exigeons de l’Algérie une repentance et des excuses pour ses crimes contre l’humanité.

Les accords secrets passés entre Louis Joxe et les envoyés du FLN concernant le sort des harkis, lors des accords d’Évian, le 18 mars 1962, sont volontairement passés sous silence par les gouvernements français et surtout par les Algériens qui ont commis ce crime contre l’humanité.

Pour confirmation de ces accords secrets, les télégrammes adressés par Pierre Messmer et Louis Joxe à tous les officiers français de désarmer les harkis et « surtout » de ne participer en aucune sorte à leur rapatriement.

Les rares officiers qui ont désobéi ont été sanctionnés.

Des dizaines de milliers de harkis, leurs enfants et leurs femmes, volontairement abandonnés, ont été livrés totalement désarmés, dans l’impossibilité de défendre leur vie et celle des leurs, aux assassins de l’ALN et du FLN.

Crime contre l’humanité !

Si ce qualificatif veut bien dire quelque chose d’horrible, c’est bien contre le gouvernement algérien et contre de Gaulle, et son gouvernement, qu’il doit être appliqué.

Comme nous venons de le lire, lors des accords d’Évian, des accords secrets avaient été passés afin de livrer les supplétifs de l’armée française totalement désarmés à la fureur bestiale des vainqueurs.

(Plus de détails dans mon livre J’accuse de Gaulle : Édition 2016*)

Dès le 25 janvier 1962, alors que le flux de rapatriés européens grossit, de Gaulle donne ses instructions au Conseil des ministres :

« On ne peut pas accepter de recevoir tous les musulmans qui viendraient à déclarer qu’ils ne s’entendront pas avec leur gouvernement ! Le terme de rapatriés ne s’applique évidemment pas aux musulmans ; ils ne retournent pas dans la terre de leurs pères ! »

Le 3 avril 1962, il lance à cette même table du Conseil : « Les harkis… ce magma qui n’a servi à rien et dont il faut se débarrasser sans délai. »

« Le magma », ce mot terrible prononcé devant les ministres au garde-à-vous – on ne plaisante pas sous de Gaulle – vaudra consigne. Ils ont non seulement laissé faire mais donné des ordres pour que cela se fasse.

Dès les premiers massacres de harkis de mars et avril 1962, les ministres français furent tenus informés.

Pierre Messmer n’hésite pas à rejeter toute la responsabilité du drame des harkis sur le FLN, bien sûr, et… sur Louis Joxe.

Son télégramme du 12 mai 1962 :

« Il me revient que plusieurs groupes d’anciens harkis seraient récemment arrivés en métropole. Je vous communiquerai dès qu’ils seront en ma possession les renseignements précis sur l’importance et l’origine de ces groupes ainsi que, si possible, sur responsables de leur mise en route. Dès maintenant toutefois je vous prie : primo d’effectuer sans délai enquête en vue déterminer conditions départ d’Algérie de ces groupes incontrôlés et sanctionner officiers qui pourraient en être à l’origine. »

Télégramme du 16 mai 1962 de Louis Joxe :

« Ministre d’État demande à Haut-commissaire de rappeler que toutes les initiatives individuelles tendant à installer métropole français musulmans sont strictement interdites. En aviser d’urgence tous chefs de SAS et commandants d’unités. »

Toujours de Louis Joxe le 15 juillet 1962 :

« Vous voudrez bien faire rechercher tant dans l’armée que dans l’administration les promoteurs et les complices de ces entreprises de rapatriements et faire prendre les sanctions appropriées. Les supplétifs débarqués en métropole en dehors du plan général (totalement inexistant) seront renvoyés en Algérie. Je n’ignore pas que ce renvoi peut être interprété par les propagandistes de l’OAS comme un refus d’assurer l’avenir de ceux qui nous sont restés fidèles. Il conviendra donc d’éviter de donner la moindre publicité à cette mesure. »

Les harkis du Commando Georges ont été bouillis vivants dans des marmites.

D’autres, sous les ordres de M. Soisson, député-maire de Sens, ont subi un sort analogue.

Pierre Messmer, totalement responsable des ordres de renvoi en Algérie des harkis arrivés en métropole, avouera sur Le Figaro du 23 mai 1962 : « Je les ai renvoyés dans leur pays car leurs papiers n’étaient pas en règle ».

Tous ces harkis ont été assassinés par le FLN, dès leur arrivée à destination, sur les quais d’Alger et d’Oran, « dans leur pays ».

Voici quelques déclarations de personnalités dont on ne peut contester l’objectivité :

Maurice Allais : « Une des plus grandes ignominies, une des plus grandes hontes de toute l’Histoire de France. »

Raymond Aron : « Les harkis pour la plupart livrés à la vengeance des vainqueurs sur l’ordre du général de Gaulle lui-même qui, par le verbe, transfigura la défaite et camoufla les horreurs ».

Georges-Marc Benamou : « La France a jeté les harkis dans les basses fosses de l’histoire. Il y a eu plus de 80 000 morts. Paris a systématiquement entravé leur sauvetage. De Gaulle est bel et bien complice d’un crime contre l’humanité. » Paris-Match le 30.10.2003.

Jean Daniel : « De Gaulle a abandonné les harkis : c’est son crime, et le nôtre ». Nouvel Observateur le 15.09.2009.

10 septembre 2001, dans le quotidien « Libération », Michel Tubiana, président de la Ligue des Droits de l’homme, écrivait :

« La République a commis en 1962, en Algérie, UN CRIME D’ÉTAT. En laissant les supplétifs algériens qu’il avait employés, le gouvernement français les a sciemment exposés aux massacres qui ont été commis. Harkis, mokhaznis, membres des groupes d’autodéfense ou des groupes mobiles de sécurité, notables musulmans, sont massacrés dans des conditions effroyables, aux portes mêmes des casernes où l’armée française reste l’arme au pied. Conformément à certaines clauses contenues dans les « accords d’Évian », la plupart d’entre eux ont été désarmés, par ordre du gouvernement, comme les 150 harkis d’Edgar Quinet ou ceux de Bou-Hamama, assassinés à Kenchela avec leurs femmes et leurs enfants. Les familles, en effet, n’échappent pas à la vindicte : les bourreaux du FLN valent ceux du FIS aujourd’hui. Des villages entiers subissent aussi la loi du vainqueur ».

Et l’aveu même du Président du gouvernement Algérien, M. Bouteflika, sur le journal La Croix du 17 juin 2000 : « Nous ne ferons pas les mêmes erreurs qu’en 1962 où, pour un harki, on a éliminé des familles et parfois des villages entiers ».

À part les quelques milliers qui ont pu être sauvés, avec leurs familles, par des officiers ou des administrateurs enfreignant les ordres du gouvernement, les quelques dizaines de milliers (comme toujours le chiffre exact est impossible à déterminer, il se situe entre 60 000 et plus de 100 000) de supplétifs, militaires ou appelés FSNA, élus, fonctionnaires, engagés, appelés, anciens combattants, et parfois leurs familles, ont été l’objet de massacres, de mutilations, d’exactions et d’emprisonnements.

Les archives militaires françaises notent des massacres jusqu’à la fin de l’année 1964.

Personne ne sera condamné pour ces crimes contre l’humanité.

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

46 Commentaires

  1. Les français s en foutent vous n avez pas encore compris 60 ans après le je vous ai compris …Tu n as pas encore compris Gomez?…..ou sont les résistants aujourd hui ? À RL et à RR…?il vous l à répété 7 fois nous sommes en guerre … Mde
    C est pire qu en 1938 à Munich

    • Les jeunes générations aurions aimé écouter et lire votre vécu …pour comprendre comment il a pu abandonner pas seulement les pieds noirs comme toi mais surtout les harkis….C est fou

  2. Et les descendants des assassins de 1962, se trouvent actuellement dans les grandes villes françaises avec une double nationalité dont une qui ne sert qu’à piller l’ex-colonisateur.
    Et les gilets jaunes, fils et petits-fils des troufions envoyés en Algérie se font tabasser par les CRS et se laissent manipuler par les gauchistes, soutiens fidèles des assassins du FLN !!
    Les Français ne comprennent rien à la politique !!

  3. Merci Mr. Gomez pour vos temoignages, il est en effet tres important, dans le monde d’aujourdhui , de maintenir, grace aux temoins, une juste verité sur les cotés sombres de certains hauts personnages de l’Etat, De Gaulle en est un. Et j’espere que Mr. Onfray en sera egalement le rapporteur dans son livre a venir sur le General , mais ça, c est moins sur….

  4. personnellement je souhaite plutôt que toutes les archives soient rendues publiques pour que nous puissions s’informer utilement; j’entends bien toutes les archives y compris celles qui sont secrètes. Il n’y a plus de raison secret défense depuis le temps.
    Ce serait une véritable recueil sur cette période entre 1954 et 1963, concernant les évènements d’Algérie, Tunisie et Maroc, et bien entendu en France. Informations très enrichissantes pour l’historien que nous sommes tous.

  5. Oui De Gaule a été une ordure et aujourd’hui nous payons ses fautes ! le jour où il a crevé, j’ai bu de nombreuses pintes de bière (en Angleterre) ça a été la joie !!!

  6. degaulle avait interdit,fin juin a deux navires espagnols d’evacuer des pieds noirs d’oran,il a fallut quw franco se fache pour l’accepter

    • @meulien
      Exact !

      Effectivement face a la détermination du général Franco et craignant un conflit armé, De Gaulle céda et le samedi 30 juin 1962 à 13 h, deux ferrys espagnols accostèrent et embarquèrent 2200
      passagers hagards, 85 voitures et un camion…

      Il faut savoir que l espagne a offert un soutien important aux pieds noirs. ( pendant cette guerre avec des refuges pour l OAS, et ensuite avec beaucoup d accueils de pieds noirs d oran ou d alger.. region d alicante ou de valencia )
      Donc bravo a l espagne !

  7. Pour planquer les données sensibles de l’état, la France est dans le peloton de tête. Faut bien être bon, (pire), quelque part !

  8. Lire également  » Le silence d’État  » de Jean Jacques Jordi

  9. il serait intéressant de consulter aussi les archives des alliés du FLN à Moscou (ce qui va être difficile ) et , plus facile car le régime – et m^me le pays hélas- a changé : à Belgrade

  10. Si c’est comme pour les archives de Vichy, extraites au compte-goutte et soigneusement sélectionnées par des « experts » accrédités par les politiques, on n’est pas près de connaître la vérité.

  11. tout se sait mais encore faut il ne pas se voiler la face et prétendre que rien ne s’est passé.
    d’ailleurs qui fait remarquer que les pleins pouvoirs (comme avec pétain) ont été votés par une assemblée de gauche , mitterrand et guy mollet en tête .

  12. L’abandon des Harkis, voués à être massacrés d’horribles façons, est là le seul crime commis par le gouvernement français d’alors. Tout ce fut le même cas avec les indochinois qui voulaient partir avec les soldats français pour fuir les Viets. Là aussi, ils furent abandonnés.
    Quant aux horreurs de la guerre d’Algérie, il serait bon que les français voient la vérité de ce que fut le FLN et mesurent la réelle notion de crime contre l’humanité prononcé par Micron Le Grand, en accusant la France de ce fait.
    Pour ceux désirant connaître comment s’employait le FLN en matière de tortures, je vous invite à une recherche sur le net sur la base de cet intitulé: Atrocités FLN Algérie.( et ce n’est qu’une mini partie)
    Ames sensibles s’abstenir !

    • n’oublions pas en juillet 62, la tuerie d’oran,3000pieds noirs femmes et enfants,sont sortis de leurs maisons,regroupees dans la rue,lynches par la foule et emmener a une destination inconnue et tuer,les femmes ont ete emener dans les bordel pour servir les soldats du FLN,quand l’algerie feront ils repentance pour tout ses crimes contre l’humanite,

      • Je m’en souviens ! Pas de la tuerie car j’étais alors encore enfant et ne mesurais pas ce qui se passait en extérieur mais je me souviens que des militaires français nous avaient interdit de sortir de là où nous étions confinés ( eh oui, déjà !) en attente d’une possibilité d’évacuation vers la France. Je me souviens d’avoir constaté une angoisse parmi les gens autour de moi.
        Ce fut presque un  » sauve-qui-peut »!
        Ce n’est que plus tard, beaucoup plus tard ( années), que nous apprîmes ce qui s’était produit. Ce fut une horrible tuerie et ce, après les accords d’Evian donc, fin des hostilités ! Du genre de ce que montre le lien que je cite ci-dessus. De la tuerie gratuite sadique !

        • Comme quoi Daech n’a rien inventé… Pourquoi ces gens sont-ils enfermés, siècle après siècle, dans la haine et la violence, parfois gratuite, en tout cas sanguinaire, sadique et totalement déshumanisée ?

          Réponse: cherchez dans le Coran

  13. Le colonel Gardes avait hélas raison les pieds noirs dans leur majorité étaient des braillards sans courage et il disait hélas nous n’en ferons pas des israéliens (1962)

    • @beretvert

      INVENTION et mensonge…( vos sources ? merci de me les communiquer )

      Jean Gardes n’a jamais ( en France comme en Argentine ) émis ce type
      de calomnies sur les pieds noirs…( a savoir qu’en 1960/62 israel n’avait
      pas encore le statut international d’après 1967 avec la guerre des 6 jours… donc idiotie votre comparatif ! )

      il était par contre chargé de la section Organisation des Masses au sein de l’OAS…

  14. Excellent article Monsieur Gomez à communiquer largement.
    Rien oublié ni rien pardonné par un ancien de la 10eDP.

  15. merci pour votre travail mr Gomez, la plupart de nos compatriotes ignorent encore la felonie de de Gaulle et de ses laquais, il faudra un jour juger leurs crimes contre les harkis et pieds noirs

  16. Vous revez M. Gomez…!
    Avec un guignol du type macron au pouvoir, je n attends strictement rien de ce pays…( souvenez vous de ces infectes propos chez ses copains du fln en 2017…)
    « La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie », dit-il et ça fait partie de
    « ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes »./ dixit ce con

    Moi, je me fouette tous les jours…;)bonne repentance non ? , en attendant d avoir un veritable etat qui represente mes idees et mon passe.
    http://etat-pied-noir.eu ( a suivre pour les reveurs.)

  17. On peut toujours rêver. Et exiger de connaître les assassins de Maurice Audin. Mais il y a des gens qui préfèrent avoir l’indignation à géométrie variable.

    • Audin fût un traître et un collabo ;c’est à ce titre qu’il est honoré par le FLN.

      • On a les mêmes collabos puissance 1000 maintenant chez nous à l’intérieur de la Nation française !

      • 👍👏
        Les cocos sont des collabos dans l’âme.
        L’idéologie avant tout

      • Les algériens pensent la même chose de ceux qui ont éliminées les harkis

    • iswt (en arabe اسوة ça signifie modèle) modèle de la technique islamogauchiste : botter en touche pour noyer le poisson, attirer l’autre sur un autre sujet pour éviter de discuter sur le sujet

    • Non, ils y en a qui préfèrent tout simplement les Français qui se battent pour leur pays, pas les traîtres de ton espèce et cette raclure d’Audin.

    • une ordure qui meritait cela,pour haute trahison,un tribunal gauchiste l’aurait blanchi, boudarel lui a echapper a la justice,planquer par ses amis viet cong,ou il dirigeait un camp de reeducation

    • T’es pas encore crevé du virus, toi ? Audin, comme ta misérable carcasse pourrie de collabo, a mérité 1000 fois la mort pour sa traitrise vis à vis de la Patrie.

  18. Mon père a fait 28 mois de guerre en Algérie, il n’en parle jamais. Sûrement des souvenirs trop pénible.

    • moi également, mon père aussi, harki algérien blessé et arrivé en France sans papiers, on lui avait volé, je ne sais pas autre chose, car tabou, c’est moi qui est enquêté un peu, mais je l’ai fait il y a que quelques années car c’est dur, et avant j’écoutais la propagande du FLN, les criminels qui ont failli faire bouillir mon père dans des marmites vivant, c’est ce qu’ils ont fait avec les algériens harkis, scandaleux, c’est difficile de comprendre des années après que nos gouvernements et politiques sont avec nos ennemis, ma mère qui est française catholique ne sait rien du tout du FLN.

Les commentaires sont fermés.