1

Alice Coffin veut supprimer les hommes

On est habitués à voir sur tous les plateaux de télévision ou presque Alice Coffin et son absence de coiffure à la garçonne. D’ailleurs elle revendique haut et fort de ne pas être élégante, obligation fort contraignante et désagréable mise par les hommes sur les épaules des femmes, sans aucune autre raison que celle de les soumettre.

Alice Coffin est militante LGBTQIIA + azertuiyop. cofondatrice de la Conférence européenne lesbienne et de l’ association des journalistes LGBTQII etc. Elle est membre du collectif des Dégommeuses (ça vous a un air de Pétroleuses, ces femmes qui mettaient le feu partout lors de la Commune) et des « Lesbiennes d’intérêt général ». Ce qui est certainement d’un intérêt capital.

Elle est l’auteure en 2020 (remarquez le « e ») du Génie Lesbien, livre dans lequel elle dit tout le bien qu’elle pense des femmes et surtout des lesbiennes, et symétriquement tout le mal qu’elle pense des hommes. Ce livre a eu une réception mitigée. Les lesbiennes lui reprochent d’être binaire. Personne n’a oublié Arnaud Gauthier-Fawas, qui se présente comme non binaire, c’est à dire ni homme ni femme.

Elle vient d’être expulsée de l’institut catholique de Paris où elle enseignait, en raison de ses positions militantes.

Elle est surtout membre du Conseil de Paris, présidé par Anne Hidalgo. Mais depuis son intervention condamnant Christophe Girard, qui soutenait le pédophile Gabriel Maztneff, elle y est mal vue.

Alice Coffin vient de récidiver. Elle est vraiment contre les hommes, bien que pas tout contre, si on peut se permettre cette allusion graveleuse. 

Déjà en 2018 elle avait affirmé ceci :

« Moi, en tant que femme, ne pas avoir un mari, ça m’expose plutôt à ne pas être violée, ne pas être tuée, ne pas être tabassée. Et cela évite que mes enfants le soient aussi. »

Certains lui ont fait remarquer timidement que tous les hommes ne sont pas des violeurs, des tabasseurs, des tueurs de femmes impénitents et récidivistes, des croqueurs d’enfants. Mais cela ne fait rien, elle persiste dans cette idée et rien ne peut la faire changer d’avis.

Aujourd’hui, Alice Coffin trouve qu’il y a trop d’hommes dans l’espace public.

https://www.fdesouche.com/2021/02/11/la-concentration-dhommes-dans-un-meme-lieu-de-pouvoir-induit-un-climat-propice-aux-agressions/

C’est vrai, elle a raison. Il y a trop d’hommes dans l’espace public, trop de députés, trop de ministres, trop de conducteurs de bus, trop de conducteurs de travaux, trop d’hommes pour goudronner l’asphalte, trop de bûcherons.

En fait, il faudrait les supprimer presque tous. Et les remplacer par des femmes. Nous voudrons toutes être ministres. Mais bûcheronnes ?

Je suppose qu’elle ne parle pas de l’Eglise Catholique, parce que l’Eglise sans hommes serait très mal barrée puisque les femmes n’ont toujours pas accès à la prêtrise.

Elle ne semble pas parler non plus des amas de migrants Porte de la Chapelle. Cela ne la dérange pas, à moins que ce soit trop dangereux pour elle d’en parler, car ses petits camarades écolos en font leur fonds de commerce. Non, elle parle juste des fonctions qui sont toujours majoritairement, qu’on le veuille ou non, dévolues aux hommes.

Elle a fait partie du collectif La Barbe, qui se fait une règle d’intervenir partout où il n’y a pas assez de femmes donc trop d’hommes, selon elles. Par exemple, ce collectif est intervenu le 3 Octobre 2015 à Sciences Po où il a surpris Fabius, en compagnie de Laurent Mouchard dit Joffrin. Fabius est coupable d’avoir dit « mais qui va garder les enfants ?» lors de la candidature de Ségolène Royal à la présidentielle. La honte soit sur Fabius d’avoir fait une remarque aussi ringarde, aussi bassement terre à terre, aussi misogyne.

La raison de cette intervention était de montrer le déficit d’ambassadrices dans la diplomatie française. Si Alice Coffin veut devenir ambassadrice, libre à elle, mais il faudra qu’elle se coiffe, car les préjugés sont encore très forts dans les ambassades en cette matière.

Donc, pour Alice Coffin, plus il y a d’hommes quelque part, plus on risque d’être agressé(es) car les hommes ont la culture du viol. Ce sont tous des violeurs en puissance.

Bon, alors supprimons les hommes. Fort bien. Raisonnement implacable.

Mais…après tout, la présence d’un homme dans une famille, c’est bien pratique, et pas seulement pour fabriquer les bébés. Mais aussi pour porter les courses, pour tondre la pelouse, ou réparer le frigidaire. Et pour tenir délicatement la main de leur épouse ou compagne lorsque celle-ci est malade.

Et puis, globalement, sans hommes, on s’ennuierait mortellement, nous les femmes. Qui nous ferait la cour, sans eux ? Avec qui argumenterions-nous sans fin et jusqu’à plus soif sur la politique ou les petites misères de l’existence ? Avec qui ferions-nous la fête ? La vie deviendrait un très morne sentier, bordé d’épines.

Et la vie d’Alice Coffin doit finalement être très triste et très compliquée.

Sophie Durand