Allah dénoncé par les siens : 4. Ahmad Daoud et la poupée Allah akbar

Publié le 7 janvier 2015 - par - 1 734 vues

coranSuite aux témoignages précédents, voici aujourd’hui celui du journaliste soudanais Ahmad Daoud  qui ne voit en Allah akbar, le dieu du coran, qu’une poupée entre les mains de ses adeptes.

https://ripostelaique.com/le-dieu-allah-denonce-par-les-siens-1-mohamed-rahouma.html

https://ripostelaique.com/le-dieu-allah-denonce-par-les-siens-2-taleb-ben-abdel-mottalib.html

https://ripostelaique.com/le-dieu-allah-denonce-par-les-siens-3-ahmad-afifi-et-limposture-de-allah-akbar.html

Depuis 2012, Ahmad Daoud publie en arabe sur le site ahewar.org des articles qui démasquent la doctrine totalitaire de cette croyance, l’utopie  de son dieu Allah, son faux prophète, le caractère purement humain de son coran. Plus de cent articles de sa plume sont disponibles sur son blog : http://www.ahewar.org/m/asp?i=5666

La révolte d’Ahmad Daoud contre l’islam débute le jour où on a cherché à lui imposer, en dépit de sa volonté, le culte et la charia d’Allah akbar. Il refuse catégoriquement l’idée que ce dieu aurait chargé ses adeptes de convertir les gens à l’islam sous prétexte de les faire sortir de l’obscurité.

Ahmad Daoud n’accorde aucune considération au mythe d’Allah akbar, ni à ses préceptes qui constituent la source de tous les fléaux dont pâtit l’humanité. Comme être humain, doué de bon sens et d’une faculté de discernement, il s’incombe le devoir de contribuer à dénoncer l’aberration et la barbarie des enseignements de cette prétendue divinité.

Si un musulman ne partage pas ses points de vue, il ne s’en inquiète pas. Par contre, il ne tolère point qu’on incrimine ses convictions ni sa liberté de penser. Il condamne avec force l’utilisation de la croyance en cet Allah akbar, afin d’humilier les autres et les obliger à agir contrairement à leur conviction.

« Si Allah akbar était vraiment juste, clément et miséricordieux, écrit-il, il devrait impérativement respecter mon choix et celui de tout être humain. »

Comme cet Allah akbar ne le fait pas et ne l’enseigne pas, il devient une imposture. Ses adeptes de tous poils en profitent en permanence, l’utilisent comme une poupée et s’en servent, sans foi ni pudeur, à toutes les sauces. Ahmad Daoud en donne quelques détails:

« Lorsque les politiciens et les dignitaires religieux musulmans volent les biens du peuple et l’appauvrissent, ils considèrent que c’est purement et simplement la volonté d’Allah akbar. 

« Lorsqu’ils provoquent les guerres et la sédition religieuse et poussent les jeunes à se sacrifier sous la bannière d’Allah akbar et sous prétexte de défendre sa parole, ils prétendent que c’est sa volonté aussi. Aux parents des victimes endeuillés par la disparition de leurs enfants dans les combats, ils les incitent à solliciter la clémence d’Allah akbar à leur égard, car il est, à leurs yeux, le conquérant, le subjugueur, le despote, qui se délecte en suçant le sang des autres. Ils les consolent avec les houris qui les attendent avec impatience dans le paradis de cet Allah akbar.

« Tout se produit en toute impunité. Ainsi parviennent-ils légalement à réaliser des profits matériels, appliquer leur agenda politique et acquérir le prestige mondain escompté.

« Si on observe ce qui se passe dans un État à obédience islamique, on trouve que tous les délits et les crimes y sont commis au nom d’Allah akbar. Le voleur vole en son nom. Le dictateur opprime en son nom. Le criminel tue en son nom. L’obsédé sexuel viole en son nom. La volonté des peuples et le destin des pays sont bafoués en son nom. Toute épreuve, fût-elle grave ou minime, ne se produit qu’avec sa volonté. Pire encore, si un individu perd la vie dans un accident ou par manque de médicaments, ou à cause de la carence des structures socio-médicales adéquates, les politiciens et les dignitaires religieux musulmans n’hésitent pas à confirmer que c’est Allah akbar qui a voulu qu’il soit tué et non pas l’insouciance ni la négligence des autorités concernées.

« Si quelqu’un se trouve atteint d’une déficience mentale ou psychique d’origine  héréditaire, familiale, sociale ou autre, son handicap est toujours attribué à la volonté d’Allah akbar.  Avec son omnipuissance, celui-ci a tout prévu pour l’être humain. Il a même minutieusement configuré sa destinée depuis sa conception dans la matrice de sa mère jusqu’à sa mort et même après.

« Si les gens sont victimes de pauvreté ou de famine, ils ne doivent jamais s’en offusquer. C’est toujours le décret d’Allah akbar qui autorise ces souffrances. C’est lui qui distingue entre les fidèles et les infidèles et qui éprouve ses créatures. Pour cette raison, il ne faut jamais mettre en cause la mauvaise distribution des richesses, ni l’absence de toute justice sociale, ni la faillite des services publics.

« Même lorsque les gouverneurs politiques musulmans (monarques, présidents, sultans, vizirs, dictateurs militaires, etc.) oppriment leurs sujets et s’ingénient dans leur torture, ces derniers n’ont pas droit à la révolte. C’est Allah akbar lui-même qui avait choisi et intronisé les oppresseurs. Celui qui ose s’insurger, doit tenir compte d’avance de la sanction périlleuse qui l’attend et de la colère d’Allah akbar.

« Le recours à cette poupée dite Allah akbar atteint son apogée chez les dignitaires religieux. Allah akbar est pour eux – le pourvoyeur – (الرازق، الرزّاق). Ils exploitent son nom pour acquérir des privilèges économiques, financiers et politiques. Le commerce de la viande hallal en fait partie. Dès qu’un religieux annonce quelque chose au nom d’Allah akbar, aussitôt une organisation structurelle se met en place et les bénédictions, les biens et les privilèges affluent sur lui de tout bord.

« Les religieux en islam rivalisent avec les plus grands fortunés du monde. Ils résident dans des demeures luxueuses. Ils se délectent des plats les plus délicieux. Ils épousent, au nom d’Allah akbar, deux, trois ou quatre femmes. Ils pratiquent le mariage de jouissance – nikah al-mutéa – (la prostitution halal en islam), ou le mariage de la main droite – nikah al-yamin (la fornication en en toute légalité coranique avec les femmes que leur main droite peut acquérir, telles les esclaves, les servantes ou les captives de guerre).

« Toutefois, si on les interroge quant à la source de cette opulence, ils répondent aussitôt que « Allah akbar est généreux » (الله كريم). Et si on leur demande : « Mais comment ? », ils récidivent : « Allah akbar est généreux, et ça suffit ».

« Cet abus perpétré au nom d’Allah akbar, notamment de la part de ceux qui prétendent le représenter, le défendre ou appliquer sa charia, réveille et secoue partout de nombreux adeptes de l’islam. Bravant l’apostasie dégainée au-dessus de leur tête, ils affichent leur athéisme et leur écœurement  de cette croyance. Ils ne croient plus en cette poupée Allah akbar, ni en son prophète, ni en son coran. Par contre, d’autres adeptes – et sont encore légions – exploitent cette poupée comme une monture ou un tremplin pour parvenir à leurs fins. Celui qui ne clame pas Allah akbar, haut et fort, sera privé de ses droits, – même les droits garantis dans la constitution -, et sera traité de mécréance et d’athéisme.

« Au lieu que cet Allah akbar soit un symbole du bien, d’amour et de paix, les dignitaires religieux musulmans l’imposent en islam comme le plus astucieux  propagandiste de violence, de discrimination et de racisme. C’est leur poupée la plus ensorcelante autour de laquelle pivote toute la galaxie de l’islam.  Ils la flattent à volonté, la manipulent à outrance et s’ingénient à s’en servir à toutes les sauces. »

Malek Sibali

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi