Allemagne : 78% des contaminés Omicron sont minimum des « deux doses »

Le 6 janvier dernier, l’Institut Robert Koch publiait deux études sur le variant Omicron.

***

Selon la première, Omicron est responsable de 44% des nouvelles contaminations des personnes résidant en Allemagne. Compte tenu de la contagiosité du virus, les autorités allemandes s’attendent à ce que les chiffres du pays s’alignent sur ceux des pays environnants, notamment ceux de la France où plus de 70% des nouvelles contaminations sont dus à Omicron. « Omicron est partout, il représente entre 70 et 80 % de nos analyses », indiquait ainsi samedi 1er janvier au Parisien le président du Syndicat des laboratoires de biologie clinique, Thierry Bouchet.

***

La deuxième étude pose de sérieux problèmes de crédibilité au « vaccinolâtres », à tel point que l’Institut Robert Koch en a publié les résultats, en s’abstenant d’en tirer les conclusions…

L’Institut Koch a réalisé son étude à partir d’un échantillon de 12.185 personnes infectées par le virus Omicron. Sur ces 12.185 patients, seuls 2.693 (22,1%) étaient considérés comme « non vaccinées » (aucune injection ou une seule). Toutes les autres (soit 77,9% de l’échantillon) étaient bi- voire tri-injectées.

https://francais.rt.com/international/94527-allemagne-779-personnes-infectees-par-omicron-vaccinees-selon-institut-robert-koch  

Ainsi, près de 78% des personnes infectées par Omicron ont reçu deux voire trois doses de « vaccin » anticovid. Un chiffre qui pulvérise la doxa officielle sur la soi-disant efficacité des différents « vaccins » disponibles sur le marché dans la lutte contre la propagation du dernier né de la famille SARS-CoV-2.

***

Sur les 12.185 patients infectés par Omicron, l’Institut allemand a décliné les résultats selon leur âge :

Chez les patients de plus de 60 ans, on compte :

  • 41,1% de tri-injectées
  • 45,7% de bi-injectés
  • 13,2% de «non injectés» (0 ou 1 dose)

Pour les 18-59 ans :

  • 19,5% tri-injectés
  • 65,9% bi-injectés
  • 14,6% «non injectés»

Enfin pour les 12-17 ans :

  • 1,2% tri-injectés
  • 54,7% bi-injectés
  • 44,1% «non injectés»

A part pour la tranche des 12-17 ans, le nombre de patients poly-injectés dépasse allègrement les 85%.

Des résultats que l’Institut Koch a préféré commenter de manière fort sibylline : «L’efficacité du vaccin ne peut pas être calculée à partir de ces chiffres. Pour cela, il faut prendre en compte le nombre de vaccinés dans la population totale». Un argument qui met à mal le principe même des statistiques qui consiste précisément à travailler sur des échantillons de taille plus ou moins grande. Les résultats obtenus à partir d’un échantillon de 12.185 patients peuvent être considérés comme significatifs. La plupart des études portent sur des échantillons de taille inférieure.

***

Le rapide déclin de l’efficacité des vaccins, même après la troisième dose, soulève par ailleurs des inquiétudes grandissantes dans le petit monde du sanitairement correct.

Ainsi le 20 décembre dernier, le quotidien Le Monde, qui n’est pas spécialement connu pour relayer des thèses complotistes, relevait dans son entretien avec le PDG du laboratoire allemand BioNTech (à l’origine du vaccin à ARNm produit avec Pfizer) qu’ « une équipe allemande a fait récemment état d’une baisse très rapide de l’efficacité, même après trois doses. Après trois mois, celle-ci retombait à 25 % ».

Quid, dans ces conditions, de l’efficacité d’une quatrième, cinquième, énième dose ?…

***

Dès le 7 décembre dernier, le Jean-François Delfraissy, président du conseil «scientifique» Covid-19, évoquait, navigant manifestement à vue, l’éventuelle nécessité d’une quatrième dose… 

Le 27 décembre, le «docteur» Olivier Véran (qui, fort occupé par le syndicalisme et la politique, n’a pas dû voir un seul patient depuis une bonne quinzaine d’années) lui emboîtait le pas, faisant valoir un «manque de recul» sur la durée après laquelle l’efficacité de la troisième dose chute.

Le 5 janvier, le professeur Didier Raoult ironisait sur l’ «efficacité» des « vaccins » anti-Covid. Dans ce tweet :

l’infectiologue de réputation mondiale rappelait que le vaccin contre le pneumocoque (une bactérie affectant les voies respiratoires, qui fait actuellement sa réapparition en Europe) a une durée de… dix années ! A comparer aux quelques mois pour les produits que le «Guignol’s band» de la doxa officielle nous présente sans rire comme des vaccins…

Dans la vidéo ci-dessous, le Pr Raoult souligne le caractère évolutif du virus, qui rend totalement illusoire la recherche d’une efficacité vaccinale concernant les déclinaisons successives du SARS-CoV-2 :

Des propos qui corroborent ceux tenus le 22 décembre dernier par le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui avertissait qu’«aucun pays ne pourra se sortir de la pandémie à coups de doses de rappel»

Des propos de bon sens, manifestement inaudibles pour le Guignol’s band qui nous sert de Grand Timonier dans la gestion du «tsunami Omicron», à propos duquel même Pujadas commence à avoir des doutes. C’est dire…

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

image_pdfimage_print
19

32 Commentaires

  1. Le vaccin étant là pour limiter les formes graves et non les contaminations, tout va bien.
    Pour les vaccinés en tout cas.
    Moins pour la poignée de gaulois sans protections qui flippent de voir le virus circuler à mort
    Flippez flippez, vous nous faites bien rire

    • Je suis non-vaccinée, je n’ai pas eu un seul rhume depuis deux ans et je ne flippe pas du tout à cause des coronavirus, c’est le virus qui transforme les gens en moutons qui m’inquiète.

      • Quand vous dites « mouton » vous êtes gentil, moi je parlerais plutôt de cons !!!!

      • Moi pareil. Non vaccine et pas un rhume LOL.
        On revient a la médecine du Moyen-âge.

    • Mais bien sûr, AUCUN vacciné ne peut avoir une forme grave de covid, la preuve, il n’y en a aucun à l’hôpital ! Vous me feriez bien rire si vous n’étiez aussi consternant !

    • Si on flippait à mort il y a longtemps qu’on serait allés au vaccinodrome comme vous. D’autres vaccins conçus également pour limiter les formes graves et non les contaminations ont pourtant bel et bien fait les 2….le BCG par exemple. L’épidémie est bien massivement entretenue de même que la circulation du virus par les vaccinés, comme le démontrent d’ailleurs les taux d’incidence monstrueux depuis mi décembre dans la 2ème tranche d’âge la plus vaccinée de France, à savoir les 20-29 avec 94,5% de vaccinés. Taux d’incidence +3300 pour 100 000 la dernière semaine de déc, plus de 4600 début janvier. Quand je pense que cet été on avait le culot de nous dire que si les Antillais avaient des taux d’incidence de 1800 c’est parce qu’ils n’étaient pas vaccinés….

      • C’est faux. Ce sont les antivax qui ont peur du vaccin. Ceux qui se font vacciner suite aux annonces sur le pass sanitaire à l’été et sur le pass vaccinal maintenant n’ont peur ni du virus ni du vaccin. Ils le font surtout par commodité. N’inversez pas les rôles. Ce sont les antivax qui expliquent qu’on va mourrir d’effets secondaires et ont donc une trouille bleue du vaccin. A ne pas confondre avec les antipass. Cette triple vaccinée dont je vous parlais, voila ce qu’elle m’a dit hier : « Rien à carrer de me faire vacciner tous les 4 mois. On passe plus de temps à se compliquer la vie en s’opposant qu’autre chose ». C’est une jeune maman assez cash et très pragmatique.

        • Il y a en effet des vaccinés qui sont morts d’effets secondaires. Et c’est particulièrement stupide de se faire vacciner uniquement par commodité : quand on est pas malade on ne prend pas de médicaments, quand on n’est pas à risque de la covid nul besoin de se faire vacciner.
          Allez une bonne nouvelle pour vous et votre copine tripledosée : Israël suspend la 4ème dose de Pfizer – sauf pour les immunodéprimés – pour inefficacité , étude menée depuis 15 jours sur 150 personnels soignants de l’hôpital Sheba; bientôt le retour à la case départ pour les vaccinés ? Vu qu’ils n’ont rien d’autre je ne doute pas qu’ils vont peut-être la faire quand même, d’autant que les volontaires amateurs de commodité ne semblent pas manquer.
          https://www.lindependant.fr/2022/01/06/covid-deception-en-israel-la-4e-dose-moins-efficace-que-prevu-10030523.php

          • Vous ne m’apprenez rien. J’ai même approuvé cette stratégie qui vaut surtout parce qu’Omicron est très contagieux et peu virulent. Par ailleurs, j’ai toujours dit qu’il fallait cibler la vaccination. Donc vous êtes d’accord qu’il faut vacciner les vieux ? Parce qu’à chaque fois, on a droit aux mêmes incohérences de la part des antivax. « J’ai pas peur contrairement aux vaccinés mais je passe mon temps à évoquer les effets secondaires des vaccins ». Il y a des effets secondaires graves pour nombre de médocs, y compris qui conduisent au décès. Mais on considère sa fréquence. « Je n’ai pas besoin d’être vacciné. » Et évidemment il y en a qui sont dans la cible qui le disent. Mais quand ils développent une forme grave, ils ne restent pas à fanfaronner chez eux mais se retrouvent à l’hosto. Bref plus de trouille avec l’irrationalité qui va avec que de courage.

            • Les personnes à risques oui , à 30 ans on peut évidemment l’être mais alors il faut vraiment être en très mauvais état.
              Comme à 117 ans on peut ne pas l’être : voir Soeur André qui va fêter ses 118 ans toujours pas vaccinées et déjà covidée asymptomatique. Les facteurs aggravants de la covid sont connus depuis mi 2020 et n’ont pas varié avec les variants. Maintenant comme pour la grippe si certains ne veulent pas du vaccin c’est eux que cela regarde.

              • On a déjà eu cette discussion. C’est faux. Pas besoin de comorbidité pour mourir du Covid. Le premier facteur de risque est l’âge. Une épidémie comme celle-là qui désorganise le système de santé regarde tout le monde. Qu’il faille le restaurer ne change rien à l’affaire.

        • Heraclite le caca qui sort des chiottes.
          Ducon la joie la bitte en fleur.
          Un non vaccine.

    • Entre le 8 novembre et le 6 décembre 2021 :
      Sur les près de 5000 morts du covid enregistrés :
      39.8% NON vaccinés
      2.98% Vaccinés UNE dose
      48.8% Vaccinés 2 doses
      8.46% Vaccinés 3 doses !!! Alors que la vaccination de trois doses n’a été décrété que le 25 Novembre…
      SOURCE DREES c’est à dire le site de l’État Français … libre à vous de prétendre que les chiffres donnés par l’état sont frauduleux , je vous en laisse l’entière responsabilité mais ce serait du …complotisme 🙂

      • La vaccination a 3 doses a commencé fin août début septembre, mais au 8 nov le taux de rappels était de 5,6% et 15,4% le 6 décembre cela fait dont beaucoup en effet en taux de décès. Par ailleurs si on rapporte les décès aux pourcentages d’hospitalisation il apparaît clairement que si vous vous retrouvez en soins critiques pour cause de covid vous avez beaucoup plus de chances qu’un vacciné d’en ressortir vivant.

      • Oups je corrige en tant que non vacciné en réa vous mourez beaucoup moins que les vaccinés.

      • Et quand toute la population française sera vaccinée il y aura 100% de décès chez les vaccinés, curieux non???

        • Va le dire a Heraclite le troll de service.
          Il a la vérité du vaccine Ha ha ha.

    • Mais si on flippait, il y a longtemps qu’on aurait rejoint la cohorte des moutons apeurés prêt à vivoter sous perf jusqu’à la fin de leur pauvre petite « vie »‘, mdrrr!
      Premier cas avéré de Covid dans mon patelin (2500 habitants) depuis deux ans: c’est une tri-injectée. Je me MARRE !!!
      Et moi, à zéro dose de merde, zéro respect de rien, jamais un test, qui fait tout, absolument tout pour le choper, je n’y arrive pas!
      Et je ne suis pas la seule dans ce cas chez moi d’ailleurs.
      Pour ce qui de flipper hein…

    • « protéger des formes graves »!! comme le député Evrard, DCD covid aprés sa 3e dose,
      Donc je conclus que la mort n’est pas une forme grave, avec cette certitude je me sens invincible

  2. « Cette protection offerte par la vaccination s’explique par la présence d’une excellente immunité cellulaire (médiée par les lymphocytes T) qui élimine les cellules infectées par le virus : pour faire une analogie simple, notre immunité peut être comparée à une forteresse contenant des troupes de soldats d’élite (les lymphocytes T) et entourée d’une palissade (les anticorps). Le variant Omicron est capable de trouver une faille dans la protection offerte par le mur et d’éviter la neutralisation par les anticorps, mais demeure néanmoins incapable de vaincre les soldats d’élite de l’immunité cellulaire présents à l’intérieur de la forteresse. L’infection a donc bel et bien lieu, mais demeure bénigne dans la majorité des cas. »
    https://www.journaldemontreal.com/2022/01/10/vaincre-le-variant-omicron

    • C’est quoi au juste votre problème pour que vous estimiez ne pas pouvoir survivre sans une injection tous les 4/3 mois? Même sans vaccin l’infection est bénigne dans la quasi totalité des cas : il suffit de faire le pourcentage des hospitalisations covid ou des décès par rapport aux cas détectés, en tenant compte de plus qu’en mars 2021 Pasteur estimait à 17% la population qui avait attrapé le virus , soit beaucoup plus de la moitié des contaminations réelles concernaient des personnes qui ne sont même pas passées par le système de santé : 7 millions de personnes n’avaient pas pour autant fini au cimetière à fin mars 2021. Par ailleurs c’est également le cas pour l’immunité naturelle qui fait intervenir la mémoire cellulaire, et qui contrairement à l’effet vaccin qui ne dure qu’à coups d’injections répétées , se comptera possiblement elle en années voire en décennies comme pour le MERS et le SRAS, et en tout cas autrement plus que 4 mois….

  3. Laurence Saillet, chroniqueuse sur Cnews (de plus en plus odieuse et malhonnête chaque jour) a hurlé au mensonge à l’évocation de cette plus grande contamination des vaccinés.
    Les chroniqueurs et journalistes ont endossé le rôle de commissaire politique en charge de traquer et dénoncer la moindre velléité de s’éloigner du discours officiel, de façon violente comme Laurence Saillet, plus policée mais aussi vigilante comme Pujadas par exemple.

  4. Clive Dix, l’ancien responsable des vaccins du gouvernement de Boris Johnson, a appelé à un revirement total de la stratégie contre le Covid. Selon lui, il est temps de traiter le virus comme endémique, de la même manière qu’une grippe.

  5. Mdr, le PDG de Pfizer vient d’annoncer que le vaccin Omicron serai prêt en Mars, allo les piqueurs fous, à quoi sert la merde que vous voulez à tout prix nous injecter?

    • Omicron arrive en décembre. Et youpi déjà un vaccin. Sur qui a été testée la phase 1/2/3? Mystère et boule de gomme. Cela ne devrait pas poser de problème puisque herr doktor Marty nous dit que nous avons suffisement de recul

    • Personnellement je me suis piqué avec des omega, je pense qu’ils vont bouffer les omicrons

  6. Bonjour tout le monde !
    J´ai 75 ans et non vacciné. J´habite en Suède où il n´y a ni confinement, ni masque. Je vis normalement. Je vois nos enfants, petits enfants et
    amis. Ma femme travaille en Ehpad où, depuis 1 semaine, le personnel re-utilisent le masque et visir de protection. Nous allons au restaurant et faisons nos achats en super marchè. Sous la pression de groupe et de l´employeur elle est vaccinée avec 3 doses. Toute l´année je prends des multivitamines en cachets qui comprennent entre autres du zinc, vitamine D,
    vitamine C. Depuis le début du virus je prends du supplément de zinc, D et C et tout va bien. Je touche du bois. Bonne journée. Suédois des cévennes

    • Sauf que l’on ne peut rien déduire des chiffres de Dubost. Il faut déjà raisonner par classe d’âge. Bati a déjà évoqué le paradoxe de Simpson. Par ailleurs Dubost parle d’infections. Ce qui importe c’est le nombre de cas graves et mortels puisqu’on sait que le vaccin n’empêche pas la contamination et qu’Omicron est très contagieux. Néanmoins il est pertinent de s’interroger sur l’efficacité d’un vaccin qui n’a jamais été mis à jour face aux variants actuels. Et il est évident que la stratégie du tout vaccinal à l’échelle de la planète est irréaliste.

  7. On s’en fiche un peu de la proportion de vaccinés ou de non-vaccinés parmi les contaminés. Ce qui est intéressant, c’est le nombre de décès. Or là pour le coup les non-vaccinés sont 4 à 5 fois plus nombreux.

Les commentaires sont fermés.