Allemagne de l’Est : la trahison de Merkel, la nostalgie d’un État fort

Publié le 9 novembre 2019 - par - 12 commentaires - 872 vues
Share

Il est assez étonnant de lire  la presse retraçant les heures historiques de la chute du mur de Berlin. Nulle part  il n’est fait  référence à l’immense effort consacré par les États-Unis pour combattre le communisme à travers le monde.

Or, si l’empire soviétique a fini par imploser, c’est avant tout parce que le leader du monde libre a mené une phénoménale course aux armements et une guerre souterraine sans précédent contre l’empire du Mal.

Sans cet effort colossal mené depuis 1945, et qui a mis l’URSS à genoux, la France et toute l’Europe de l’Ouest seraient devenues des satellites soviétiques, des colonies russes sous le joug communiste. Le coup de grâce fut porté par Ronald Reagan.

https://ripostelaique.com/il-y-a-30-ans-la-chute-du-mur-de-berlin-fut-possible-grace-a-reagan.html

Trente ans après la chute du « mur de la honte », événement qui a changé la face du monde, c’est évidemment l’Allemagne de l’Est qui a connu les plus grands bouleversements.

À peine sortis de deux dictatures, nazie puis communiste, les 17 millions d’Allemands de l’Est ont subi de plein fouet  le choc culturel et économique avec le monde libre.

Passés les cris de joie et les heures d’euphorie qui saluaient  la victoire de la liberté et de la démocratie sur les ténèbres du bloc soviétique, le désenchantement n’a pas tardé.

En deux ans, les vieilles entreprises peu compétitives ont été démantelées. La production a chuté de 73 % et seuls 18 % des salariés ont conservé leur ancien emploi (chiffres Figaro).

L’ex-RFA a investi en trente ans 2 000 milliards d’euros pour sortir la RDA du communisme et la propulser dans le monde du libéralisme économique. Une somme qui peut paraître importante, mais qui reste inférieure à la dette publique de la France qui est de 2 500 milliards…

Le niveau de vie de l’ex-RDA est passé de 43 % à 75 % de celui de l’Allemagne de l’Ouest. Les salaires de l’Est atteignent 85 % de ceux de l’Ouest. Le taux de chômage est retombé à 6 % après avoir atteint 20 %, suite à la destruction de l’outil industriel Est-allemand, totalement obsolète. Le rattrapage économique est donc indéniable. Mais socialement, le compte n’y est pas.

En effet, 57 % des Allemands de l’Est estiment qu’ils sont des citoyens de deuxième zone et seulement 38 % d’entre eux jugent que la réunification fut une bonne chose.

Ils ont le sentiment que leur ancien pays a disparu, sans pour autant se sentir acceptés dans ce nouveau monde du libéralisme économique.

Certes, il n’y a plus la peur de la Stasi, la police secrète de la RDA, il n’y a plus cette surveillance et ces mensonges propres aux dictatures, mais le complexe d’infériorité demeure.

Le tsunami migratoire imposé par Merkel n’a rien arrangé et il ne faut pas chercher ailleurs l’explosion des scores de l’AfD dans les Länders de l’Est, qui dépassent 20 %.

Il faut dire que les Allemands de l’Est sont passés brutalement d’une société blanche et  homogène à 100 %, à une société multiraciale et multiconfessionnelle qui ne va pas sans violences.

Avec 17 millions d’habitants sur 83, les cinq Länders de l’Est représentent 20 % de la population. Pourtant, ils ne représentent que 4 % des élites allemandes !

80 % des postes de direction sont occupés par des cadres venus de l’Ouest. Et dans cette riche et puissante Allemagne, championne du monde des exportations, il n’existe aucune entreprise à l’Est qui soit cotée au Dax, à la  bourse de Francfort. C’est dire l’ampleur du fossé qui reste à combler.

Sur les 500 plus grosses entreprises allemandes, seulement 33 d’entre elles ont des filiales à l’Est. D’où ce sentiment de frustration ressenti par la population, qui estime avoir été pillée par la puissante industrie de l’Ouest.

Déçus par cette réunification qui n’a pas tenu ses promesses, blessés dans leur amour-propre, nombreux sont les Allemands de l’Est qui estiment qu’Angela Merkel, la fille de l’Est devenue chancelière, a trahi les siens. Beaucoup sont nostalgiques d’un État fort. Il faudra donc encore des décennies pour refermer les blessures. Sans doute une génération de plus.

Quant au monde libre, qui a cru ce soir de novembre 1989 avoir triomphé durablement  du monstre communiste, il découvre aujourd’hui que la guerre froide entre les deux blocs a cédé la place à des menaces  bien pires.

Car si l’équilibre de la terreur a permis de faire régner la paix dans le monde depuis 1945, il est clair que la menace islamiste, la fulgurante montée en puissance de la Chine et la démographie galopante du tiers-monde, sont des défis à relever bien plus dangereux que l’idéologie communiste.

En serons-nous capables ? En aurons-nous le courage et la volonté ? À en juger par la faiblesse et la niaiserie des dirigeants européens, il est permis d’en douter.

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
POLYEUCTE

Passer du joug communiste « protecteur » au libéralisme occidental responsable, a un prix.
Comme plonger dans le Grand Bain !
Ils en sont encore aux cours de natation, mais la RFA offre les brassières !

40 ans de 93

Si tous le pognon dépensé pendant la guerre froide avait été utilisé à améliorer la condition humaine, tu irait bossé deux heures par semaine et encore, … si tu veut ! Ont est « dirigés » par des dingues ! je ne vois pas quelle gloire peut en tirer le monde libre . À la meilleure époque, l’arsenal des forces en présence était capable de détruire 33 fois la planète, des fois qu’une fois ne suffisent pas ! On est du bétail élevé pour le plus grand profit de « dirigeants » , dont les actes, sont une insulte à l’intelligence humaine ! Exemple non exhaustif… (sic) : l’enrichissement du pays depuis 40 ans, décidé par ces bons apôtres , Non , vraiment rien de transcendant pour les gheux autochtones.

Marnie

L’Allemagne et son hégémonie toujours aussi présente sont un facteur de désordre et de guerre. Son alliance avec l’ennemi turc, donc musulmane, va nous amener au chaos.

Christine B

Si 39-45 telle que nous la connaissons n’avait pas eu lieu,si la Chine et l’URSS n’avaient pas dû lutter contre les japonais et les allemands c’est une autre guerre qui aurait eu lieu, ou plutôt une déferlante qui aurait tout emporté sur son passage – malgré l’aide des Etats-Unis . Ce sont les troupes de Staline qui ont planté le drapeau de l’URSS sur le Bundestag ce qui explique sans doute le ressentiment persistant de l’Allemagne envers la Russie, cependant je ne suis pas sûre que les « principes démocratiques » aient eu grand chose à voir dans l’affaire,qui a surtout permis à l’Allemagne de s’assurer la prédominance au sein de l’UE-avec les résultats que l’ont sait…Sans la réunification la Merkel serait peut-être toujours à l’est et ne nous aurait pas pourri l’existence ni l’Europe!

Pseudo

Son nom d’origine n’est pas Merkel,mais Kasner..! Cette femme aime t’elle réellement le peuple Allemand,pour le détruire.?

Antikon

L’empire du Mal fut peut-etre l’URSS, mais aujourd’hui c’est le salafisme satanique. Il n’y a pas besoin de guerre souterraine pour s’en debarrasser. Simplement se souvenir, comme disait la Fontaine, que la raison du plus fort est toujours la meilleure.
Soit tu éradiques la peste, et on en a largement les moyens, soit elle t’enverra à trépas. Aussi simple que ça .

Ph.West

La chute du mur et le démantèlement du « bloc de l’est » ont été vues comme un succès, la chute du communisme. Ces pays auraient du former un marché économique entre eux (comme cela existait du temps de l’URSS, le Comecom) plutôt que de se laisser capturer par l’UE.

patphil

ils font payer cher aux est-allemands qui doivent en plus de lutter contre la vie chère et le chomage maintenant contre l’immigration forcée !
en france même chose entre les mondialistes et les gueux gaulois

La_Soupape

Ils ont aussi fait l’amère découverte que pour devenir un pays performant comme la RFA eh ben il fallait bosser dur or dans tous ces pays de l’est, le chômage n’existait pas mais ils étaient dix pour mal faire en une journée un truc qu’un seul d’entre nous fait en 5 mn et ça, c’est pas bien passé.

Aller dans les usines de ces pays était comique tellement ça dépassait tout ce qu’on pouvait concevoir. Alors forcément, quand les quelques-uns qui se sont pas fait lourder ont dû se mettre au taf ben ça a grincé dans les chaumières…

Dorylée

« …si l’empire soviétique a fini par imploser, c’est avant tout parce que le leader du monde libre a mené une phénoménale course aux armements et une guerre souterraine sans précédent contre l’empire du Mal… » Non ! Si l’empire communiste a sombré c’est juste parce que son pseudo principe égalitariste est strictement contraire au principe de l’égalité. C’est parce que le communisme est intrinsèquement non viable. C’est une illusion qui ne peut durer que le temps où elle est soutenue artificiellement, comme une marionnette ne vit que le temps où une main l’anime. Les sociétés communistes ne sont que des phalanstères voués tôt ou tard à disparaître avec la dislocation des dictatures qui les entretiennent. Il en sera de la Chine comme de l’URSS. Tôt ou tard. Inévitablement.

J-C Jourdan

Tu as raison sur le fait que le systeme communiste a la sovietique n´etait
pas viable a long terme. Et pourtant sans le contradicteur americain, les chars russes seraient tres facilement arrives jusqu´a Brest. C´est d´ailleurs
ce que prevoyait le PCF en 1946 et sur ordre de Mokba s´y preparait.
Mes amis finlandais m´ont raconte l´histoire de la Carelie.
Le communisme en Chine et au VN n´a plus rien a voir avec le communisme de Mao ou Ho Chi Minh. Ca evolue vers une democratie
deguisee parce que le niveau de vie augmente sans cesse. Et celui
de l´Europe et USA diminue sans cesse. D´ou les reactions protectionistes
en Occident. Trump a compris tout ca.
Bonne journee J-C Jourdan Helsingborg Suède

Philippe DRU

On ne peut pas nier que la chute du Mur était nécessaire. Mais pour autant, la réunification a été précipitée, imposant à l’ex RDA une marche forcée vers le libéralisme économique alors qu’elle n’était pas prête. Il aurait été plus sage de faire cohabiter les deux Allemagne quelque temps pour une transition en douceur. La réunification se serait faite de toute façon.