Allemagne : les méthodes de Staline pour criminaliser les patriotes

Hier, sous la menace de les dénoncer, la Stasi recrutait d’anciens nazis pour en faire des informateurs-espions au service de la dictature communiste. Aujourd’hui, le ministère de la Justice fédérale allemande, par le truchement de Heiko Maas, recrute un ancien membre de la Stasi pour traquer sur internet « les discours de haine », autrement dit, tout propos s’opposant à l’immigration. 

Elle s’appelle Anetta Kahane, en 1998 a fondé Amadeu Antonion, organisation jamais à cours de financements, en charge de promouvoir l’antisémitisme, l’antiracisme itou itou, en collaboration pleine et entière avec des journaux tels que Stern ou Die Welt, bien connus pour leur neutralité politique… 

Elle s’occupe également de son Réseau Netz gegen Nazis. Ces derniers ayant décrété la supériorité de la race blanche, il s’agit, pour cette anti-nazi autoproclamée de « changer la politique d’immigration en Europe. De changer le système éducatif et la façon dont les différents pays se perçoivent. Ce ne sont pas seulement des pays blancs, ou portugais, allemands ou suédois. Ce sont des territoires multiculturels de la terre ». La charmante dame rêve d’éradiquer le blanc… 

Bien sûr, madame Kahane est l’une des chouchoutes des médias de son pays. Ils l’invitent souvent, ils sollicitent son opinion qu’elle se fait un plaisir de donner. Mais il y a un point qu’ils n’aborderont désormais plus jamais : son passé. 

Née en 1954 en Allemagne de l’Est, dès l’âge de 20 ans, Anetta Kahane travaillera huit ans pour le ministère de la Sûreté de l’Etat – de 1974 à 1982 -, c’est-à-dire la Stasi, sous le nom de code Victoria. Et Victoria donnera entière satisfaction : « informateur enthousiaste » d’après le Inoffiziel Arbeiter, « zélée et fiable » selon son superviseur, elle consacrera des années à évaluer- espionner la fiabilité politique de dizaines de camarades étudiants, des journalistes, des acteurs, des écrivains, qui feront l’objet de rapports mensuels secrets qu’elle remettait à l’appareil d’Etat. Interrogée sur le sujet, en 2002 seulement, elle se défendra d’avoir jamais « voulu dire du mal des gens » ! D’ailleurs, elle n’a pas travaillé pour la Stasi de son plein gré, c’est la Stasi qui a exercé des pressions sur elle. Les archives n’abondent pourtant pas dans ce sens… 

C’est donc de mauvais gré qu’elle accepta un travail de traductrice à l’ambassade de la RDA au Mozambique et de plus mauvais gré encore, qu’elle reçut argent et cadeaux en échange de bons et loyaux services. Ne parlons même pas de sa mission de surveiller, aussi, ses collègues, ceux-là mêmes qui envoyaient toute personne ayant prononcé un mot mal à propos des années en prison ou en camp de travaux forcés. 

Bref, pour criminaliser toute opposition à l’invasion migratoire , il faut donc mettre en place un flicage de type communiste où tout le monde se méfie de tout le monde, où chacun en arrivera à s’autocensurer ou à dénoncer son voisin : Anetta Kahane a donc le pedigree idéal. Elle adoptera, à n’en pas douter, pour le ministère de la Justice allemande « l’attitude très positive » qu’elle avait démontrée « envers les organes de la sécurité » du temps du communisme en RDA, sigle signifiant, bien entendu, République démocratique allemande.  

Les temps et les idéologies changent, les hommes et leurs méthodes restent. Pire, d’une idéologie à l’autre, d’un totalitarisme à l’autre, on retrouve les mêmes hommes : des nazis faisant d’excellents communistes et des communistes faisant d’excellents nazis (Hitler à Hermann Rauschning, 1934). Et désormais, des communistes et des socialistes font d’excellents antiracistes… 

En Allemagne de l’Est, on comptait 1 informateur pour surveiller 6,5 citoyens – chiffre comparable à l’actuelle Corée du Nord : combien de Anetta Kahane, bientôt, dans l’Europe entière, pour surveiller les honnêtes patriotes ?

Caroline Artus 

 http://lesobservateurs.ch/tag/anetta-kahane/

 http://www.theoccidentalobserver.net/2015/10/la-stasi-a-lorigine-de-la-gauche-anti-raciste-germano-juive/

image_pdf
0
0

9 Commentaires

  1. Kurt Waldheim, Secrétaire des Nations Unies, en dépit d’un passé nazi des plus sulfureux, passé qui a fini par être mis au grand jour.

  2. C’est triste à dire mais en Allemagne, comme en France il y a une résurgence des méthodes nazies. Cette UE nous tue un peu plus chaque jour.

  3. TOUJOURS LES MEMES PARTOUT ! leur haine des européens n’ a donc aucune limite ?

  4. Et quand on pense que les pères fondateurs de l’Europe et leurs « enfants » (c’est a dire les politiciens qui nous enfoncent), ont voulu faire notre »bonheur » avec ca!!!!!!! Faire une grande Europe pour ne plus faire la guerre. L’Europe prend l’eau de toute part, certains pays n’y sont qu’a moitié et d’autres veulent la quitter quand c’est pas déjà fait. Avec une « democratie » pareille, on a pas besoin de dictature!!!!!!

  5. Et qu’en pensent les chefs des partis politiques allemands, qu’ils soient pro Merkel ou de l’opposition ?

    Ils ne sont au courant de rien ou ils ont peur que les murs aient des oreilles ?

    C’est la lâcheté des hommes, ou leur indifférence, qu’il faudrait montrer du doigt, quand ils ne défendent pas, bec et ongles, LEURS LIBERTÉS INDIVIDUELLES ET LES DROITS DES CITOYENS quand ces droits fondamentaux sont menacés de disparaître.

  6. BRAVO A CETTE DAME D ETRE POUR LA COLONISATION DE L AFRIQUE PAR LES CHINOIS HINDOUS ISRAELIENS SAOUDIENS TERRES MULTICULTURELLES ET BLANCS BIEN SUR

Les commentaires sont fermés.