Amazon, contraint de fermer par la justice, prépare sa riposte

On croit rêver. Alors que tous les jours, des publicités commerciales, ciblées ou non, incitent le chaland à commander et se faire livrer tout ce qu’il veut, notamment en matière d’ameublement, un collectif de syndicats et d’associations a assigné Amazon en référé pour réclamer la fermeture de ses six plateformes logistiques en France.

Protéger les employés est le motif invoqué de ce qui ressemble surtout à un coup médiatique, sur fond ancien de revendications salariales.

Là où le bât blesse, c’est que Amazon se défend ne pas avoir mis en œuvre les dispositions en vigueur actuellement dans des locaux professionnels, dans le cadre de la pandémie Coronavirus.

Là où le bât blesse encore, c’est qu’il est aisé au citoyen lambda d’observer le niveau d’incohérence de ces dispositions entre les entrepôts, resserres, hypermarchés, marchés, magasins, usines etc.  Et ce, d’une semaine à l’autre, dans certains hypermarchés et magasins d’enseigne où des gérants et franchisés font du zèle.

Telle enseigne est très à cheval sur un client à la fois, sauf pour certains avec leur tripotée de gosses, par exemple. J’arrête là les exemples car j’ai de quoi remplir la page entière.

Malgré les caresses d’encensement pour leurs personnels et les vagues promesses de primes de quelques grossiums de la distribution alimentaire, j’ai même constaté que certaines caissières avait le toupet de déplorer « qu’il y avait encore trop de clients ».

Que sous-entendent ces réflexions de plus en plus entendues, ainsi que ces comportements vexatoires sur des distanciations exagérées et propres à dissuader le client de revenir ?

J’avance deux explications : d’aucuns  et d’aucunes préféreraient rester chez soi et percevoir Pôle emploi, ce qui peut se comprendre. D’autant que tous ont été briefés pour inciter au drive.

Mais les injonctions aventureuses, imprudentes et déplaisantes Restez chez vous, des directions et des personnels envers leurs clients, risquent de rester dans les mémoires d’après-virus. De même que les norias de visites de policiers et de gendarmes auprès de ces directions zélées.

La direction d’un magasin de l’une des quatre premières enseignes des prix les plus bas ne se permettait-elle pas d’afficher sur ses portes d’entrée l’obligation de montrer son attestation ! Pour mémoire, ce magasin-là ne sera pas oublié dans les prochains mois.

Le drive, c’est justement ce qui nous ramène à la décision de justice qui entoure les griefs faits à Amazon. En quoi, un drive observe-t-il ce qui est, ou non, de première nécessité ? En quoi la logistique d’un drive est-elle l’assurance d’une anti-contamination ?

Nul doute donc que le géant américain, dont Michel-Édouard Leclerc ambitionne de devenir l’alter ego dans l’alimentation, tout en maintenant… des caissières, ne tardera pas à contester le jugement prononcé par le tribunal de Nanterre. Et de se pencher sur la définition très floue des produits essentiels.

Sollicité par Le Figaro, Amazon a fait part de son « désaccord avec la décision rendue aujourd’hui par le tribunal judiciaire de Nanterre » et indique son intention d’interjeter appel. Ce qui n’aura pas pour effet de suspendre la décision de justice. « Nous évaluons actuellement ses implications pour nos sites logistiques français, indique encore le groupe. Nous continuerons également à travailler avec toutes les parties prenantes et à apporter les éclaircissements nécessaires comme nous l’avons fait depuis le début de cette crise sans précédent » : https://www.lefigaro.fr/societes/la-justice-restreint-l-activite-d-amazon-en-attendant-une-evaluation-des-risques-lies-au-covid-19-20200414

Amazon France a par ailleurs détaillé les mesures sanitaires prises dans ses entrepôts : « distribution de 127 000 paquets de lingettes désinfectantes, de 27 000 litres de gel hydroalcoolique, de 1,5 million de masques. Des mesures de distanciation sociale et de contrôles de températures ont également été mises en place, sans oublier le triplement des équipes d’entretien. ».

« Nous avons aussi mis en place des contrôles de température quotidiens, des mesures de distanciation sociale de 2 m et triplé nos équipes d’entretien pour renforcer le nettoyage de 200 zones supplémentaires sur chaque site en France. », source https://www.macg.co/services/2020/04/amazon-france-somme-par-la-justice-de-limiter-temporairement-son-activite-113321?utm_source=macgnotifier&utm_medium=app-macos&utm_content=lien_article&utm_campaign=sitemacg

En attendant, le géant du e-commerce a immédiatement pris la décision de fermer purement et simplement ses entrepôts jusqu’au 21 avril, tout en contestant l’ordonnance rendue.

Ordonnance téléchargeable ici : https://www.nextinpact.com/news/108894-telecharger-ordonnance-restreignant-activite-damazon-aux-seuls-produits-essentiels.htm

D’après le toujours très informé site Mac Génération : « Amazon se garde la possibilité de prolonger la suspension de ses activités. Pour ce qui concerne les salariés qui ne pourront pas travailler pendant la période d’évaluation sanitaire, l’entreprise envisage de demander à bénéficier du dispositif de chômage partiel : autrement dit, c’est l’État qui remboursera à hauteur de 70 % les rémunérations versées aux employés. » : https://www.macg.co/ailleurs/2020/04/amazon-suspend-lactivite-de-ses-entrepots-en-france-jusquau-21-avril-113343?utm_source=macgnotifier&utm_medium=app-macos&utm_content=lien_article&utm_campaign=sitemacg

Jacques CHASSAING

IMPORTANT : Tous les liens et renvois mentionnés dans cet article constituent des éléments factuels corroborés, à l’appui des opinions et des faits exprimés par l’auteur Jacques Chassaing, ici, ainsi que dans tous les articles qu’il signe.

 

 

image_pdf
0
0

14 Commentaires

  1. j aime pas amazon tout va trop vite la dedant ils font courir leurs employés

    • j aime bien amazon, y’a tout, c’est pratique, pas cher, frais de port gratuit, rapide, on peut retourner la commande, rembourse en cas de contestation…

    • Dupont c’est pour ça que vous n’y travaillez pas et d’ailleurs y avez-vous jamais travaillé ?

  2. Un match Amazon-Macron ? Pffftt, on sait déjà qui sera le gagnant.

  3. Les syndicats français? Grands pourvoyeurs de chômeurs non partiellement mais définitivement !

  4. Ce qui va se passer grâce aux leaders du racket, les syndicats :
    Délocalisation des 6 entrepôts d’Amazon vers les pays limitrophes, des milliers d’emplois à la poubelle (c’est ce que savent faire de mieux les syndicats) et pour les clients, triplement des frais de port.
    A quand une police des caddies pour contrôler qu’on n’a pas pris un CD ou un livre en faisant ses courses ?

    • a chalon sur saone une dame a pris 135€ pour avoir acheter un pot de peinture a carrefour !! pas une 1ère nécessité !! je pense a tout les connards qui se moquaient de nous quand on parlait de dictature !! on est dans quel modele ??

  5. Monsieur Chassaing, allez donc bosser chez Amazon. Après, on en reparlera.

    • Parce que vous y travaillez ou bien que vous y avez travaillé Gommette ! Alors expliquez nous comment cela se passe.

    • amazon 9500 emplois !! demandez donc a ces nouveaux chômeurs ce qu’ils pensent de ce jugement !! surtout qu’amazon envisage de tout delocaliser aux frontières limitrophes !!

    • à Gommette
      Et vous allez bosser dans le bâtiment ou aux abattoirs ou dans tous les métiers dits en tension au lieu de donner des conseils.

  6. ces juges ont raison !

    les gaulois réfractaires doivent s’informer sur bfm tv , ça ne leur suffit pas ?

  7. Je suis convaincu que l’explication « pôle emploi » est la bonne. Difficile en effet de bosser alors que son voisin reste tranquillement chez lui en touchant 84% de son salaire nette.. évidemment ça crée des jalousie et certains aimeraient bien en être !.. surtout dans une boîte ou le Cancer Généralisé ou Sud fait la loi.
    Je n’ai aucune inquiétude pour Amazon..
    Quant à la justice Française, on sait ce qu’elle vaut : pourquoi emballer des produits de première nécessité serait-il moins dangereux que d’emballer des bouquins ou des fringues, that is the question à laquelle le Tribunal n’a pas répondu.
    Ça serait aussi marrant qu’Amazon arrive à approvisionner des masques et disent « on peut pas les livrer, la justice nous a obligé à fermer, car on ne sait pas gérer ce qui est ou non indispensable »

    • On trouve des masques de tous genres sur Amazon, le problème c’est comment les avoir puisqu’il n’y a pas de livraisons ou les délais sont très longs. Retraitée j’ai un potager qui me permet de survivre, cette année pas moyen de m’approvisionner en plants de pommes de terre et autres graines a semer tous les sites de vente sont fermés. J’en avais trouvé sur Amazon j’ai été informé que ma commande ne sera pas livré. Carrefour veux soit disant faire une bonne action en livrant gratuitement des paniers pour TROIS JOURS (50€ et 30€) mais décide de la contenance des paniers. 1)On risque d’avoir des produits qui ne sont pas dans nos habitudes alimentaires ET DONT ON EN A PAS BESOIN, 2)un petit enfant de cm1 est capable de calculer le montant mensuel de cette ARNAQUE. Dictature ou infantilisation

Les commentaires sont fermés.