1

Amazonie : Macron n’a aucune légitimité pour critiquer Bolsonaro

 

Oui, s’il avait été reconnu, ses critiques à l’égard de la politique dévastatrice des oligarques brésiliens protégés par Bolsonaro auraient certainement eu un impact international. Car qu’en est-il de cette affaire ?

On ne présentera plus la forêt amazonienne, tous savent que c’est l’un des poumons de notre terre commune, qu’elle est immense avec ses près de  8 millions de km2 (environ 14 fois la France) et son bassin hydrographique de plus de 6 millions de km2,  principale réserve d’eau de la planète ; qu’elle abrite quelques 40 000 espèces végétales,  14 000 espèces animales, 23 écosystèmes,   près de 30 % de l’ensemble des espèces connues  dont 3 000 dans ses fleuves et ses lacs, et la plus grande concentration d’organismes biologiques de la planète, et que sa survie est indispensable pour l’ensemble de l’humanité. Tous savent aussi à présent, car cela est largement renseigné, que les oligarques, ces pourris et ces pourrisseurs de l’humanité ont jeté leur dévolu sur cette richesse incommensurable, déforestant à tout va et sacrifiant au dieu dollar les populations originelles de ces lieux qui en sont les seules propriétaires légitimes. Le génocide des Indiens de la forêt amazonienne n’est d’ailleurs pas nouveau, il a commencé il y a plus de cent ans et n’a jamais cessé de se poursuivre. Qu’on se souvienne des chemises infestées de choléra et autres maladies mortelles qu’on leur parachutait pour les éliminer en masse, sans même les regarder, comme on le ferait de la vermine. Une honte. Mais aujourd’hui, la forêt et ses habitant souffrent comme jamais, car les oligarques sont plus dangereux, plus rapaces, plus nocifs que leurs prédécesseurs.

Et Bolsonaro est, comme la plupart des dirigeants du monde – pas tous fort heureusement – leur laquais, prêt à toutes les compromissions pour leur donner satisfaction et renforcer l’agrobusiness, cette folie qui, selon Greenpeace, a abattu  1 185 milliards d’arbres :  1 185 000 000 000   !!!

Que Macron aille critiquer une telle destruction, c’est bien. Très bien. Mais lui aussi est une  marionnette des oligarques. Et compte tenu de sa personnalité pathétique, personne ne l’écoute plus, d’où ces ridicules échanges de mots au niveau d’une cour de récréation entre lui et le Brésilien.

Un homme politique qui en aurait, lui, tiendrait le discours suivant : « Vous dites que ce territoire vous appartient, mais vous n’êtes que les descendants d’envahisseurs et ce territoire appartient aux Indiens. Mieux, il est la propriété de  toute l’humanité. Nous décidons de le rendre zone internationale, comme nous l’avons fait du pôle sud. Territoire international dont la protection relève de tous. Partez, Bolsonaro, vous n’y êtes plus chez vous ».

Celui qui tiendrait un tel discours serait applaudi par toute la communauté internationale. Mais je ne vois pas le petit Macron capable de tenir un tel discours.

Louise Guersan