Américains, ça suffit ! Go home !

Macron essayant de parler à
Vous êtes en retard de plus de 30 ans ! L’Union Soviétique n’existe plus et depuis lors, la Russie n’est pas l’Union Soviétique. En s’effondrant, elle a choisi votre voie, celle de la démocratie et du capitalisme. Elle est donc devenue une nation qui vous ressemble, une nation qui ressemble à presque toutes les nations du monde bref, une nation normale. Oui ! C’est vrai, parce qu’auparavant, elle était marxiste et aspirait à la domination mondiale, elle était donc totalitaire et à ce titre, elle était condamnable et vous étiez fondés à lui casser les reins et faire en sorte qu’elle disparaisse. Vous avez fini par gagner. Et vous auriez dû de la sorte l’accueillir comme nation-soeur. Or, c’est dans la voie contraire que vous vous êtes engagés la considérant encore comme ennemie.
Vous n’avez pas tenu vos promesses. Souvenez-vous, avant même l’effondrement de l’Union Soviétique, vous aviez fait un deal comme vous dites concernant la réunification allemande, impossible de jure sans ladite Union Soviétique, à savoir que l’OTAN ne se rapproche pas des frontières russes. Votre Secrétaire d’Etat, James Baker n’avait-il pas dit à Moscou le 9 septembre 1990 devant Edouard Chevardnadze, le Ministre soviétique des Affaires étrangères : « La juridiction militaire actuelle de l’OTAN ne s’étendra pas d’un pouce vers l’Est ». Or, toute l’Europe de l’Est est aujourd’hui intégrée à l’OTAN ! 6 mois après la suppression du Pacte de Varsovie, le 25 février 1991, vous avez fait en sorte que l’OTAN soit inscrit dans le traité de Maestricht du 7 février 1992, poursuivant, de votre seule initiative et en entraînant la Communauté européenne, la guerre froide. Et puis, il y a ce communiqué commun renversant du 23 septembre 2008 entre les secrétaires généraux de l’OTAN et de l’ONU déclarant qu’ils étaient complémentaires et qu’ils allaient échanger des informations, confirmant de la sorte une marginalisation du Conseil de Sécurité puisqu’elle faisait fi des membres russes et chinois.
Le problème voyez-vous, c’est que vous avez l’obsession de la domination du monde. Le mot n’est pas trop fort croyez-moi. Or un monde démocratique est un monde nécessairement multipolaire où pas un seul ne cherche à s’imposer aux autres. Vous avez beau jeu d’employer la formule : « Nous sommes pour le multiralisme vertébré ». Personne n’est dupe et comprend que la colonne vertébrale c’est vous et vos petits copains européens. Tous vos Secrétaires d’Etat ont suivi les consignes de Zbigniew Brzezinski dans son livre publié en 1997 « Le grand échiquier : l’Amérique et le reste du monde » dans lequel on peut lire notamment : « Le maintien de la primauté des Etats-Unis est essentiel non seulement pour le niveau de vie et la sécurité des Américains mais aussi pour l’avenir de la liberté, de la démocratie, des économies ouvertes et de l’ordre international ». Oh ! la belle hypocrisie que voilà, si bien enrubannée ! J’aurais pu citer également le penseur George Friedman : « Pour les Etats-Unis, la peur primordiale est la technologie allemande et le capital allemand avec les ressources naturelles russes ». Vous voyez bien qu’il s’agit d’obsession de votre part, je ne fabule pas.
 
Bien sûr, le maintien de votre domination mondiale ne saurait souffrir des relations naturelles entre l’Europe et la Russie car l’ensemble par sa puissance économique évidente, aurait fini très vite par vous surpasser. Cette Europe, il vous fallait donc la briser, la casser, la détruire. Il vous fallait couper le cordon ombilical qui aurait pu la lier à la Russie. Alors, vous avez joué sur son talon d’Achille, l’Ukraine. Vous y avez fomenté deux révolutions. Vous avez préparé le pays à la guerre en y envoyant des formateurs militaires comme ce général Ben Hodges qui a remis des médailles aux combattants ukrainiens. Vous vous êtes appuyés sur les formations nazies malheureusement encore bien vivantes et vous avez bien sûr utilisé l’OTAN pour former un front anti-russe. Et à ce titre, vous avez installé des missiles à têtes nucléaires soi-disant contre l’Iran, en Belgique, en Italie, en Allemagne, aux Pays-bas et en Turquie mais qui avaient, de toute évidence, la Russie comme destination bien sûr ! Et vous avez à force, – c’est évidemment ce que vous recherchiez – fini par pousser à bout Poutine, ce Poutine qui a dit le 10 février 2007 à la 43ème édition de la conférence de Munich sur la sécurité : « Qu’est-ce qu’un monde unipolaire ? C’est un seul centre de pouvoir, un seul centre de force, un seul centre de décision. C’est le monde d’un unique maître, d’un unique souverain … Il me semble évident que l’élargissement de l’OTAN n’a rien à voir avec la modernisation de l’alliance ni avec la sécurité en Europe. Au contraire, c’est une provocation qui sape la confiance mutuelle et nous pouvons légitimement nous demander contre qui cet élargissement est dirigé ». 
 
Vous avez beau jeu aujourd’hui, avec vos complices européens, de crier haut et fort que le régime russe est un régime autoritaire. Si vous aviez laissé la Russie en paix, bien sûr qu’elle se serait développée, et harmonieusement ! sur le fondement des principes démocratiques. Quand on est en état de guerre, comment ne pas être dirigiste ? Clémenceau ne l’avait-il pas été lors de la Première guerre mondiale ? De jeunes hommes n’avaient-ils pas été fusillés pour désertion face à l’ennemi ?  Poutine lui, n’a fusillé aucun de ses soldats à ce que je sache !Enfin, puisque vous n’étiez pas partie prenante et selon évidemment votre logique de déstabilisation de l’Ukraine, vous avez manoeuvré par derrière la France et l’Allemagne qui étaient garantes des accords de Minsk 1 et Minsk 2, accords ayant fait l’objet d’une résolution au Conseil de Sécurité des Nations-Unies et y ayant été entérinés par les 5 membres. Notre ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, a eu raison de dire : « Le Poutine de 2022, c’est nous qui l’avons fait ».
 
Messieurs les Américains, l’Europe n’est pas votre propriété ! Laissez-là tranquille. Observez les principes fondamentaux de la démocratie. « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » est-il écrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Or, cela vaut tout aussi bien pour les nations. L’homme ne doit pas être l’esclave de l’homme et les nations, esclaves d’une nation, aussi forte soit-elle, sinon, elle impose son impérialisme. C’est ce que vous pratiquez dans le monde. Occupez-vous de vos affaires et de vos problèmes intérieurs – je crois pouvoir dire qu’ils sont nombreux – et nous saurons nous occuper des nôtres. Supprimez l’OTAN qui n’est pas un moyen de défense mais une machine de guerre qui a causé près de 6 millions de morts depuis la fin de la guerre froide. Et vous verrez alors, la guerre en Ukraine cessera sur le champ. Je sais, vous vous nourrissez de son sang et bien, vous vous en porterez mieux, devenant moraux et honnêtes. Vous avez fait trop de mal dans cette partie du monde (sans compter les autres). La haine existait entre l’Europe de l’Est et la Russie du fait de l’impérialisme auparavant de l’Union Soviétique. Vous avez jeté de l’huile sur ce feu malheureux. Il y en a désormais pour un siècle avant que des relations harmonieuses puissent enfin fleurir de ce côté de l’Europe ! Bien sûr, allez-vous m’objecter : « que nous importent à nous ces gens qui sont au-delà de l’Atlantique ! ».
Et puis, n’avez-vous donc pas honte d’utiliser les Ukrainiens comme des pantins pour satisfaire votre obsession de domination sans bien sûr vous mouiller vous-mêmes ? Sans compter en outre que vous faites croire aux nations de l’Est que si elles subissaient une agression de la Russie, vous interviendriez pour leur venir en aide selon le si fameux article 5 de la Charte. Permettez-moi d’en douter, parce que pardonnez-moi, mais après notamment vos interventions – et je ne parle que d’elles – au Vietnam et en Afghanistan, vous vous êtes retirés plus que piteusement pour un pays si riche et avec l’armée dit-on la plus puissante du monde. Je m’étonne d’ailleurs que les nations de l’Est, qui ont intégré l’OTAN, ne s’en effraient pas. Il faudrait le leur dire.
Je n’ai pas de haine contre vous – je me contrôle – et c’est la raison pour laquelle j’ai foi en votre retour vers la démocratie et en votre renoncement à l’impérialisme.
Enfin, et plutôt que de continuer à nourrir votre haine envers la Russie, vous seriez bien inspirés de prendre conscience du seul vrai danger qui aujourd’hui menace le monde : l’ISLAM !!! Et là, avec nous et avec bien d’autres nations qui sont chaque jour plus menacées – oui, j’y inclus la Chine ! – il vous appartient – parce que vous restez encore forts – de retrouver d’abord votre lucidité et de vous acharner à mettre au plus vite un terme à ce fléau. Merci à vous.
Philippe Arnon
image_pdfimage_print
10

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.