Amiens-Mulhouse : face à des actes de guerre, l’épouvantable nullité des eunuques Valls-Hollande

Publié le 15 août 2012 - par - 4 867 vues
Share

Il faut être sot, ou aveugle, pour ne pas comprendre que depuis la victoire de Normal 1er, l’installation de Taubira à la Justice et celle de Valls à Beauvau, les racailles ont compris que la voie était libre pour imposer leur loi, et refuser celles de la République et de sa police. Dès le soir de la victoire de Hollande, ils fanfaronnaient, dans de nombreux endroits de France : « On a dégagé Sarkozy » et agressaient, en toute impunité, les forces de l’ordre.

Depuis cent jours qu’il est en place, tous les messages de ce gouvernement ont été dans le même sens :

– Discours de l’excuse de Taubira, qui supprime les tribunaux d’exception, les centres fermés, et veut diminuer les prisons,

– Valls refuse la présomption de légitime défense à ses hommes, et ne les défend jamais quand ils sont tirés comme des lapins, ou agressés en pleine rue par de véritables commandos, dont les membres, certains de bénéficier de la mansuétude des juges de Taubira, se montrent de plus en plus violents et agressifs. Le même Valls a prêté allégeance à l’islam, en inaugurant une mosquée à Cergy, en rompant le jeûne du ramadan avec Boubakeur, et en allant se prosterner avec eux à Montauban, suite à un acte de résistant anti-clérical (deux têtes de cochon devant la mosquée).

– Valls, toujours lui, a promis à l’Algérie et au Maroc davantage d’immigration, davantage de passeports, et a fait savoir qu’il allait accélérer les procédures de naturalisation, et faciliter l’accès à la nationalité française, en supprimant quelques contraintes comme la maîtrise de la langue et de notre histoire.

Rappelons-nous une évidence : ceux qui, depuis trois mois, multiplient agressions, pillages, saccages et parfois meurtres sont majoritairement des électeurs de François Hollande, il suffit de se rappeler que 93 % des musulmans ont voté pour lui, et que, dans les quartiers fortement islamisés, là où se déroulent majoritairement ce que les bobos appellent « les incivilités », partout le candidat socialiste a fait des scores de 70 à 80 %, notamment en Seine-Saint-Denis.

Il faut également se souvenir que, depuis des années, les socialistes, dans l’opposition, ont multiplié, prenant les patins de l’extrême gauche et des associations dites anti-racistes, les prises de position les plus démagogique, sur la délinquance, l’expulsion des clandestins, la police, l’immigration, les roms, etc.

Aujourd’hui, une fois arrivés au pouvoir, ils sont donc confrontés à un dilemme :

– Faire respecter l’ordre républicain, et donc trahir tous les propos passés tenus, et les électeurs qui leur ont permis d’arriver au pouvoir,

– Abandonner des pans de la France aux islamo-racailles, et devoir rendre des comptes à l’ensemble des Français, qui ne supportera pas longtemps d’être dirigés par des incompétents incapables de les protéger.

En ce sens, le cinéma programmé par les duettistes Hollande-Valls, qui avaient prévu d’aller faire un numéro de claquettes à Grenoble et de rendre hommage, deux mois plus tard, aux deux gendarmes tuées à Collibrièes, a fait un flop retentissant, à cause des événements d’Amiens, qui ont effacé ceux, pourtant tout aussi inquiétants, de Mulhouse ou de Toulouse.

Remarquons d’abord qu’une famille de gendarmes a refusé de causer avec le Président de la République, et que l’autre famille a exprimé son scepticisme, n’y voyant qu’une opération de communication. Constatons surtout l’incroyable platitude du discours de Normal 1er, son incapacité à montrer la moindre conviction, la moindre force de caractère, sa consternante élocution, son style d’énarque enchaînant des phrases creuses qui ne veulent rien dire.

[youtube Bbx3reglZEI]

http://www.youtube.com/watch?v=Bbx3reglZEI

Mais c’est surtout Valls qui, dans cette journée, montrera ses vrais limites. Confronté à un accueil musclé de la part des « jeunes », dont certains faisaient sans doute partie des émeutiers de la veille, il n’a eu que faux volontarisme et discours incantatoire impuissant à opposer à une situation où le non-droit fait la loi, comme l’affirme cette enseignante qui décrit la réalité quotidienne de sa vie. Elle décrit, sur RMC, la catastrophe du changement de municipalités, la démission des parents, et surtout les conséquences de la politique judiciaire laxiste menée depuis des années.

http://www.youtube.com/watch?v=Rqg5Xv9tjP4

A Amiens, donc, on a constaté que, dans notre pays, 16 policiers pouvaient être blessés, tirés comme des sangliers à la chevrotine, une école incendiée, un commissariat dévasté, une salle des fêtes brûlée, des habitants virés physiquement de leur voiture, incendiée dans la minute qui suit, des agriculteurs menacés, à 1 km des émeutes, sans qu’aucune arrestation ne soit opérée. La police du cinquième pays du monde n’aurait donc pas les moyens d’arrêter cinquante fascistes cagoulés, assassins dans l’âme, qui pourraient, sans problème, après trois heures d’affrontement, s’évanouir dans la nature !

Certes, il se trouve les habituels gauchistes, le sociologue Mucchielli et le journaleux Plenel, pour, comme en 2005, excuser ces émeutes, et y voir un cri de rage contre les injustices sociales… Discours de bobos parisianistes qui ne vivent pas à Amiens Nord, et ne sont pas confrontés aux conséquences de leurs discours irresponsables et démagogiques.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/amiens-les-emeutes-n-ont-rien-d-un-jeu-c-est-un-cri-de-rage_1149533.html

https://twitter.com/edwyplenel/status/235635467746426880

Mais contrairement à ce que laisse entendre le ministre de l’Intérieur, qui exige des interpellations, ce n’est pas à cause de nos policiers si ce scandale arrive, c’est de la faute des consignes des différents ministres de l’Intérieur, Valls compris, qui leur interdisent de répliquer, de se défendre, donc de tirer et de tuer. Il est inadmissible que nos policiers n’aient pas le droit de faire feu sur des crapules qui dévastent un quartier, et y imposent la terreur depuis des années. Valls préfère-t-il rendre hommage à des forces de l’ordre tuées dans l’exercice de leurs fonctions, que leur donner les moyens de rester en vie, et de capturer les délinquants puissamment armés ? Le fait que le Préfet ait osé demander une enquête sur un contrôle policier effectué montre l’esprit capitulard de nos dirigeants, qui ne savent plus faire respecter la République, et qui préfèrent s’en prendre aux défenseurs de l’ordre public qu’aux voyous. Il est d’ailleurs amusant de constater qu’un journaliste dhimmi a osé poser cette question au ministre de l’Intérieur : « Etait-il opportun d’envoyer d’importants effectifs de police en période de ramadan ? ». Cela n’empêchera pas, bien sûr, les mêmes journalistes de s’écrier, à l’unisson, que ces émeutes n’ont rien à voir avec l’islam !

A Mulhouse, la situation n’est guère plus reluisante. Voilà ce qu’en dit un dirigeant politique local :  « La nuit du 2 août a été particulièrement animée à Bourtzwiller, aux Coteaux, au Drouot et dans le quartier Wolf-Wagner. La guerre urbaine avec ses destructions quotidiennes ne cesse de s’amplifier, chaque jour des voitures brûlent à Mulhouse.

J’ai donc décidé de passer la nuit du 3 août au cœur des cités et de suivre le déplacement des forces de l’ordre et des pompiers sur le terrain. De 23H00 à 1H00 du matin, j’ai suivi les attroupements de « jeunes », ceux là même qui les nuits précédentes ont affronté les forces de l’ordre, vu les incendies de voitures comme dans le quartier Wolf-Wagner,…. Pas une minute de répit pour les pompiers et les policiers.

Les habitants des quartiers regardent effarés le spectacle consternant de leur ville qui sombre dans une violence inouïe. Ils se voient pris entre des élus incompétents et des voyous qui profitent de l’impunité judiciaire et de la mauvaise conscience de nos élites pour se comporter en pays conquis.

Des quartiers entiers de Mulhouse sont livrés aux racailles, aux casseurs, aux bandes armées. Nos rues sont le théâtre de véritables scènes de guerre. »

Le fait que ce responsable politique soit membre du Front national doit-il servir de prétexte à nos dirigeants pour nier ces réalités ?

On pourrait citer nombre d’autres anecdotes, qui, chaque jour, illustrent la nouvelle situation que connaît notre pays. Profitant de la faiblesse du nouveau gouvernement, et de sa démagogie, les islamo-racailles ont senti que le moment était venu d’accélérer l’offensive contre nos valeurs, notre police et notre République. Ils mènent un véritable jihad contre la France. Face à ce qui s’apparente de plus en plus à des opération de guerre, ils ont face à eux des eunuques, Hollande et Valls, qui gesticulent et parlent dans le vide. Ils ont face à eux des policiers qui n’ont que le droit de se faire canarder. Ils n’ont face à eux que des juges qui les grondent, leur disent qu’il ne faudra pas recommencer, et les remettre en liberté. Pourquoi se gêneraient-ils ? Puissamment armés, ils font de plus en plus la loi sur leur territoire, au détriment de celle de la République, maltraitent de plus en plus ouvertement nos compatriotes, qui craignent de plus en plus, de finir assassinés pour ne pas avoir baissé les yeux assez vite. Que dire de la multiplication de violences et d’assassinats contre les personnes âgées, passées, elles aussi sous silence, comme cette femme, Arlette Kerber, poignardée à la gorgé à Mulhouse, ou cet octogénaire agressé par six voyous, de 12 à 16 ans, dont le journal ne nous pas s’ils s’appellent tous Vladimir.

http://www.laprovence.com/actu/faits-divers-en-direct/six-adolescents-interpelles-pour-vol-avec-violence-sur-un-octogenaire

Cela s’appelle une stratégie de guerre de conquête, c’est justement le nom de la mosquée, « El Feth » qui se construira dans le quartier nord d’Amiens, et qui, elle, contrairement à l’école maternelle, ne sera jamais incendiée par ceux que défendent les Plenel-Mucchielli-Taubira.

On ne doute pas que Valls, comme à Cergy, sera présent à l’inauguration… si par malheur il sévissait encore place Beauvau.

Lucette Jeanpierre

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.