Andréa Villechalane, la Vénus de Vienne

Publié le 27 mai 2021 - par - 7 commentaires - 1 095 vues
Traduire la page en :

Andréa VILLECHALANE n’a que 27 ans et déjà un CV bien rempli : étudiante en neuropsychologie à Montpellier, sa ville natale, elle décroche sa licence à l’université Lumière de Lyon et embraye dans la vie active, responsable du personnel dans une entreprise de mécanique automobile, ce qui lui permet d’appréhender les réalités du monde du travail. Cette première expérience lui donne envie de se remettre en question, de se doter de nouvelles compétences. Elle entreprend donc de décrocher un magistère en management des entreprises.

C’est son mariage qui la conduit à Vienne, charmante cité de 29 000 âmes, nichée au confluent du Rhône et de la Gère.

Coup de foudre pour cette cité de dimension humaine, harmonieuse conjugaison entre la ville et la nature, sur laquelle plane le souvenir de l’empereur Auguste et de Livie. Son cœur bat pour Vienne et ses habitants qui l’ont accueillie. Elle veut leur être utile et c’est lors de la campagne des municipales qu’elle découvre l’importance de l’engagement politique local.

Son père travaille dans un laboratoire d’agronomie et, naturellement, Andréa se prend de curiosité pour les cultures maraîchères, l’horticulture et les petits fruits produits autour de Vienne. Ainsi se révèle son attrait pour le monde rural et sa mobilisation pour préserver et développer le terroir de cette ruralité française qui a enduré tant de souffrances depuis tant d’années.

Andréa sait parfaitement que, pour permettre à notre agriculture de perdurer et de se développer, il faut favoriser le localisme, les circuits courts, s’émanciper des contraintes de la mondialisation.

Qui s’intéresse à l’agriculture, s’intéresse à l’écologie et notre belle viennoise découvre l’œdicnème criard, cet oiseau qu’il convient de protéger, qui apprécie les milieux ouverts et caillouteux au pied des collines environnantes.

Lorsque l’on demande à Andréa comment elle voit l’avenir, elle évoque ce dont elle rêve pour les enfants qu’elle mettra au monde : « J’aimerais les voir grandir dans cette France de mon enfance, pourtant pas si lointaine, où je pouvais jouer sans risque dans ma rue à Montpellier, où j’étais contente d’aller à l’école pour apprendre tant de choses passionnantes sur la vie, sur mon pays, sur le monde. À cette époque, nous étions fiers d’être français, fiers de nos traditions villageoises, lorsqu’existait cette harmonie entre la ville et la campagne. »

Sa mère, enseignante, est témoin de la dégradation de l’éducation de notre jeunesse, conséquence inéluctable de la déliquescence générale de nos institutions.

C’est pourquoi il lui paraît urgent de rebâtir l’école, de donner à nos enfants la joie d’apprendre l’histoire de France, leur inculquer l’amour de notre beau pays et de faire renaître la flamme du patriotisme. « Il nous faut connaître bien notre histoire pour pouvoir nous forger nos convictions » pense-t-elle.

Elle se souvient de ce professeur de musique qui avait su faire découvrir à sa classe les différentes facettes de la musique. Éclectique dans ses goûts, Andréa est passionnée de musique classique, d’opéra, de jazz New-Orleans et de rock’n roll. « Aujourd’hui, dit-elle attristée, les jeunes gens n’ont plus de bons souvenirs de l’école, comme j’ai la chance d’en avoir. »

C’est parce qu’elle s’est attachée à Vienne et par amour pour la France qu’Andréa Villechalane a décidé d’affronter l’épreuve du feu électoral. Elle se présente à l’élection départementale avec le tonique conseiller municipal Adrien Rubagotti, l’un des jeunes lions de la droite française.

Il faut souhaiter aux électeurs du canton de Vienne 1 de savoir faire le bon choix et de conduire Andréa et Adrien siéger au conseil départemental de l’Isère.

Jean-Yves Leandri

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Jean Yves LEANDRI

Si les jeux télévisés mettaient en scène des candidats de ce niveau, le QI moyen de la France en serait réhaussé. Mais on avait compris la teneur de votre commentaire, il n’était pas utile de le poster deux fois.

Eva

Si cette jeune femme veut faire une carrière politique, il est important qu’elle se trouve un bon coiffeur.
Sisi, les apparences, ça compte en politique.

gillic

La Vénus de Vienne et non de la Vienne !!! Bravo à elle et bon courage !!!

Jean Yves LEANDRI

A l’origine, j’avais bien titré “Vénus De Vienne”. Peut-être y a-t-il eu une erreur de transcription. Mais merci d’avoir souligné cette coquille.

Pyrrhon

Ne pas confondre “Vienne” ville du département de l’Isère (texte) et “la Vienne” (titre), rivière ou département.

Jean Yves LEANDRI

A l’origine, j’avais bien titré “Vénus De Vienne”. Peut-être y a-t-il eu une erreur de transcription. Mais merci d’avoir souligné cette coquille.

a.hourquette d'arre

Merci Andréa Villechalane et Adrien Rubagotti, cela fait chaud au coeur de voir des jeunes s’engager.

Lire Aussi