Angleterre : Alain Bauer, le criminologue patenté de Sarkozy, se fourre le doigt dans l'oeil !

Alain Bauer, dans un interview sur le site Figaro.fr, se fourre le doigt dans l’œil et profond, en qualifiant les émeutes en Angleterre de « forme moderne de jacquerie »
Historiquement, les jacqueries sont des soulèvements paysans harassés par le travail des champs et écrasés d’impôts par l’église et la noblesse, rien à voir du tout avec ce qui se passe en Angleterre presque sous nos yeux.
Dans le langage de ce pontife de la criminologie, surtout ne pas prononcer les gros mots de fatalité des mentalités ethniques extra-européennes (y’a qu’a voir ce qui se passe dans la majeure partie des pays d’Afrique) de culture de la violence importée de l’extérieur dans des sociétés européennes encore endeuillées dans leur mémoire par l’ampleur des massacres commis lors de deux guerres mondiales du XXème siècle.
Surtout ne pas faire de vagues en opposant la couleur de peau des assaillants à celles des assaillis, toujours rester dans le superficiel, le bien lisse, le politiquement correct, pour ne pas provoquer un éveil de la conscience à la fatalité des phénomènes sociétaux dans des nations devenues multiculturelles à force de vagues d’immigrations incontrôlées.
Pauvre Ernest Renan, qu’ont-ils fait de cette Nation fer de lance du patriotisme que tu célébrais si bien. C’est tout notre patrimoine intellectuel et culturel qui fout le camp.
Surtout ne pas attirer l’attention sur la volonté de détruire un pays à qui l’on ne s’identifie pas, de la part de ceux sans-racines qui ne cherchent plus qu’à haïr et piller les autres qui s’évertuent à travailler pour construire une société moderne et humaine.
Il y a du réflexe de cannibalisation des sociétés post-industrielles de la part de ceux qui volent et pillent tout ce qu’ils peuvent, surtout chez les blancs majoritairement qui auraient soi-disant mis l’Afrique à genoux.
Il y a du tribalisme dans la psychologie des auteurs de violences. Ce sont les archétypes culturels et les divisions de toute l’Afrique qui viennent se greffer sur l’Histoire de l’Europe. En Côte-d’Ivoire par exemple, avant d’être ivoirien, on est d’abord Bété comme Laurent Gbagbo, Dioula comme Alassane Ouattara, Baoulé comme Félix Houphouët-Boigny qui était contre la décolonisation, Malinké, Lobi, Kran, Abron, Agni, etc…. Vivement qu’un autre Claude Lévis-Strauss revienne pour tout nous expliquer.
HUINENG

image_pdfimage_print