Anne Hidalgo fait tout pour qu’on l’appelle la Dingo

 

Invitée du «Grand Jury» RTL-Le Figaro-LCI,  Anadingo était aussi agitée du ciboulot que des patoches, jusqu’à fracasser le verre d’eau posé sur son pupitre…

Son début de campagne fleurait bon le bricolage. Désormais, la maire PS de Paris se situe entre 4% et 6% des intentions de vote. Elle confirme sa candidature, excluant de se ranger derrière qui que ce soit, y compris Jadot :  «Oui, il y aura un bulletin Anne Hidalgo dans l’urne le 10 avril», «je vais gagner»,  «personne d’autre ne porte» le «courant et social-démocrate».

Celui qui a déclenché sa fureur et décuplé sa nervosité, c’est évidemment Zemmour!

«Réveillez-vous !, a-t-elle lancé aux journalistes présents sur le plateau,  «Cette candidature de guignol… C’est un guignol ! […] Et on est là à s’arrêter tous de vivre, de respirer ?», a-t-elle ensuite éructé, évoquant un «danger» pour la France. «Y a pas une manif de… Au moins… 10.000… ou 200.000 personnes dans les rues de nos villes ? […] Moi je ne débats pas avec un négationniste, je ne débats pas avec un raciste, et je ne débats pas avec cette personne-là».

Pour la forme, elle a réservé quelques flèches à Macron: «Cinq ans de plus d’Emmanuel Macron, c’est la déstabilisation assurée. Ça veut dire à nouveau du conflit social. Ça veut dire à nouveau cinq ans de gilets jaunes ou d’une autre forme de contestation sociale», a-t-elle martelé. Anadingo lui reproche de «taper sur les plus faibles», et «d’être très très dur avec les classes moyennes et les catégories populaires», tout en étant «extrêmement ouvert et insistant» avec les favorisés, «parce qu’il a cru à cette théorie du ruissellement à laquelle personne ne croit parce qu’elle n’existe pas».

Interrogée sur le fond de son projet, elle a répété à plusieurs reprises qu’elle n’avait pas encore terminé son programme et  revendiquait de prendre le temps de travailler sérieusement ses dossiers. La candidate a refusé de livrer  la moindre proposition concrète.

Qu’il s’agisse de la police de proximité ou du nombre de fonctionnaires, elle s’est dite favorable à ce que davantage de moyens humains soient déployés… Sans jamais donner le moindre chiffre. Pas plus qu’elle n’a été capable d’avoir une position claire sur la question du cannabis, ni de chiffrer les besoins d’immigration économique qu’elle juge nécessaire…

Et pour mieux éviter les questions qui fâchent, Anadingo a attaqué ceux qui les posaient: «Vos questions sont assez débiles».

Juste assorties à ce qu’elle a raconté pendant plus de 45 minutes… 

 

Des espaces funéraires écologiques…

Cette fois, c’est dans la presse que l’on a pu découvrir son dernier bobodélirium pour lutter contre la pollution et dans le détail.

« Selon une charte relativement contraignante, la ville de Paris a imaginé des “espaces funéraires écologiques” dédiés, dans  « trois cimetières situés dans la petite couronne », nous apprend  Le Parisien.

Anadingo a donc décidé de créer des « espaces funéraires écologiques », dans lesquels n’auront droit de cité que des « cercueils non-polluants . C’est dans trois cimetières  appartenant à la capitale,  Ivry-sur-Seine, Thiais et Pantin, qu’elle compte inaugurer son concept novateur.

A cette fin, les cercueils devront être fabriqués à partir d’un bois non-polluant,  de « matériaux biodégradables, en carton ou bois écocertifié, non traité [et] non verni ».  Les  stèles devront être« bois naturel, d’essence française ou issue de forêts franciliennes, non traité chimiquement et non verni ». Concernant la terre, il s’agira d’une « prairie naturelle qui inclut des espèces de plantes indigènes et naturalisées d’Île-de-France ». Mais la municipalité « innove » aussi dans la façon creuser les tombes : celles-ci le seront « à la force des bras et pas par des pelleteuses mécaniques ».  Quant aux  défunts, il leur faudra s’habiller de vêtements « en fibre naturelle »…

 Les Parisiens ayant opté pour l’embaumement seront interdits des ces cimetières, car les soins « comportent l’injection de produit biocide ». Quant aux défunts ayant « subi un traitement par curiethérapie », il faudra vérifier que le corps  ne porte plus aucun stigmate des « applicateurs, cathéters et autres sources radioactives »,  « C’est une offre qui ne contraint personne, une évolution sociétale, une possibilité intéressante et différente d’inhumation »,  « Ça répond à des demandes » venant de bon nombre de familles, en fonction du rapport qu’elles entretiennent avec « la mort et la nature ».

En bref, elle ne s’arrange pas, et tout ceci confirme qu’Anadingo est de plus en plus dingo!

Daphné Rigobert

Anadingo se déchaîne contre Zemmour: à 37’.

https://www.youtube.com/watch?v=fbIqcFcom7E

image_pdfimage_print
13

9 Commentaires

  1. Pas de problème pour les vêtements en ce qui me concerne, je souhaite partir comme je suis arrivé : nu comme un ver, de toutes façons à quoi servent les fringues quand on est dans la boîte ?

  2. Le refus de débattre et discuter n’est que l’aveu de la faiblesse et du manque d’arguments.

  3. Suggestion: Annie Dingo serait plus percutant. Go, Go, Annie Dingo, Annie be good, be good…

  4. « Réveillez-vous », qu’elle a dit aux journalistes.
    Et elle, c’est pour quand ?
    Financièrement et économiquement, la ville de Paris est exsangue, mais comme elle ne sait pas compter comme tous les socialos, la seule chose qui l’intéresse est de caresser les bobos parisiens dans le sens du poil.
    Dans moins de trois ans, il y aura les jeux olympiques à Paris, est-ce qu’elle s’en souvient ?

    • « Reveillez-vous les journalistes », attaquez-vous à la peau de Zemmour……ainsi les rats et les fumeurs de crack seront tranquilles!

  5. GRANDIOSE… ça c’est de l’écologie, de la vraie ! Il faudrait quand même préciser que seuls les vaccinés avec un pass sanitaire auront droit à tout cette nécrécologie d’avenir. C’est la Greta qui va être ravie.

Les commentaires sont fermés.