1

Anne Hidalgo se fâche tout rouge : les Parisiens sont sales !

Le journal anglais de gauche The Guardian, l’équivalent anglais de L’Aberration et de L’Immonde, accuse Paris d’être devenu une ville sale. Voici la traduction de l’article.

Paris, ville romantique, véhicule une nouvelle image d’homme sale de l’Europe

La capitale française, malgré les efforts déployés pour lutter contre les détritus, les graffitis et les déjections canines, est plus crasseuse que jamais.

Amoncellement de détritus devant les Deux Magots, l’un des célèbres cafés parisiens de la Rive gauche.

Les Parisiens du boulevard Saint-Martin, axe principal est-ouest au nord de la Seine, ont constaté la semaine dernière que les platanes de leur rue avaient été « tagués » de graffitis. Mais ce n’est pas nouveau. Les portes d’appartements, les façades de magasins, les jardinières, les bancs et les lampadaires sont couverts de tags depuis des semaines. Des mois, même.

Le long du boulevard qui mène à la célèbre Place de la République, – qui paraît miteuse malgré un lifting de 25 millions d’euros il y a six ans -, les sans-abri somnolent devant les entrées des immeubles ou sur des bancs, les sacs de couchage couvrant leur tête. Les trottoirs sont jonchés de scooters et de vélos électriques abandonnés et ponctués d’excréments de chien et de mégots de cigarettes. Un homme marchant vers l’ouest ouvre un nouveau paquet de cigarettes et jette le cellophane et le papier argenté par terre.

La ville de la lumière et du romantisme est devenue une vieille ville sale, ou comme les habitants l’ont surnommée, Paris poubelle.

Samedi, Journée mondiale du nettoyage, les Parisiens ont été invités à ramasser le désordre qu’eux-mêmes et les visiteurs ont fait. « Paris devient de plus en plus sale. C’est sale partout. La ville a besoin d’une politique agressive pour rendre les rues plus propres et plus sûres « , a déclaré Matthew Fraser, professeur de communication à l’Université américaine de Paris, qui vit dans la ville depuis plus de 30 ans.

« Paris se nourrit de son propre chaos moral. Rien n’est organisé, tout est anarchie urbaine. Je ne pense pas que les Parisiens le remarquent, parce que c’est leur énergie chaotique. Mais si vous venez de l’extérieur, ou d’une autre culture, la ville est un désastre. »

Les Parisiens n’aiment rien de mieux que de se plaindre et aujourd’hui, l’état de la ville est la plainte n°1. En mars prochain, ils voteront pour un nouveau maire et la propreté sera en tête de leur agenda alors que la ville se prépare pour les Jeux olympiques d’été de 2024.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, au centre, a fait des efforts pour assainir l’image de la ville, mais elle est toujours critiquée.

L’actuelle mairesse, la socialiste Anne Hidalgo, est favorite dans les sondages, mais six mois, c’est long en politique. Ses rivaux sont Benjamin Griveaux, ancien porte-parole du parti centriste LREM d’Emmanuel Macron et le mathématicien Cédric Villani, également député du gouvernement actuel, qui a lancé sa campagne jeudi dernier.

Hidalgo, également présidente du groupe des 40 villes pour le climat, est populaire auprès de nombreux Parisiens – en particulier ceux qui n’ont pas de voiture – pour ses grands projets visant à décourager l’utilisation des véhicules et à lutter contre la pollution en piétonnisant de grandes portions de Paris et en creusant des rues pour créer des voies cyclables. Mais même ses fans admettent que les déchets sont un problème croissant.

La mairie dépense 550 millions d’euros par an pour se débarrasser des 16 tonnes de saletés canines produites chaque jour par les 200 000 animaux domestiques, les 350 tonnes de mégots de cigarettes et les 30 000 bacs vides de la ville. Et le surnom de Paris poubelle reste toujours d’actualité. En 2016, les voyagistes japonais et Japan Airlines se sont tellement inquiétés de la déception de leurs compatriotes qu’ils ont commencé à passer leurs week-ends à nettoyer les fameux jardins du Trocadéro des mégots de cigarettes, des cannettes de bière et autres détritus.

Ruth Grosrichard, professeur de langues et civilisation arabes, vit au nord du boulevard Saint-Martin, dans le 10e arrondissement, près de la Gare du Nord, l’une des gares les plus fréquentées de la ville et siège du terminus Eurostar.

C’est l’un des quartiers les plus densément peuplés d’une ville déjà surpeuplée ; avec près de 54 400 habitants au mille carré, Paris est la ville la plus peuplée d’Europe. Manchester, qui est de taille comparable, a une moyenne de 12 200 par mille carré. Les problèmes du district nord sont aggravés par un afflux constant de migrants qui, faute de logements, ont installé des campements dans la région.

Grosrichard, un militant de deux groupes d’action communautaire, affirme que depuis des années, les autorités ont éloigné les problèmes de la ville – drogue, camps de migrants, sans-abri – des quartiers chics vers les quartiers pauvres du nord-est, créant une division nette des deux côtés de la Seine.

« Je prends le métro du district du nord où j’habite jusqu’au district du sud où je travaille et c’est comme deux pays différents « , dit-elle. « Il y a beaucoup d’indiscipline et d’incivilité et le problème est que la dégradation attire plus de dégradation, la saleté plus de saleté. Nous avons besoin de propositions pour briser le cercle vicieux. »

La ville a mis en place des « brigades d’incivilité », des personnels en uniforme ayant le pouvoir d’infliger des amendes aux personnes qui laissent des scooters ou des vélos électriques sur les trottoirs (ou qui y circulent), qui font tomber des déchets et qui ne parviennent pas à nettoyer le bordel canin. Mais un sondage effectué sur le boulevard Saint-Martin n’a révélé que personne n’a jamais vu ces brigades.

Gosrichard a dit : « Je n’ai jamais vu une seule brigade d’incivilité dans notre région. Pas une seule. On n’arrête pas de demander à la mairie où elles sont, mais on n’en a jamais vu. Ils dépensent des millions pour nettoyer la ville et c’est plus sale que jamais. On ne peut pas laisser les choses comme elles sont, c’est sûr. »

Elle a ajouté : « J’ai voyagé dans beaucoup d’autres villes d’Europe et d’ailleurs et Paris est certainement la ville la plus sale. »

Fraser croit que les problèmes proviennent plus de la culture que de la propreté, accusant les Parisiens de manquer de « responsabilité personnelle ». « Les Français sont habitués à ce que l’État s’occupe de tous leurs besoins, ils se sentent peu obligés d’assumer la responsabilité de leurs propres actes et de leurs conséquences « , a-t-il dit. « Essayez de ne pas ramasser les excréments de votre chien dans un parc à Londres ou à New York, vous vous ferez gronder par quelqu’un. À Paris, les gens ne bronchent même pas. »

Source : The Guardian, 22 septembre 2019.

Traduction : Julien Martel.

Dessin de Gad.

.

On voit que le Guardian ne met pas du tout en cause l’impact nocif de l’immigration plus ancienne. Il évoque seulement les migrants des derniers mois. Mais si ça va mal, c’est surtout de la faute des Parisiens.

Le Guardian ne traite pas de la politique calamiteuse d’Hidalgo, il aurait plutôt tendance à lui tresser des couronnes de laurier. Si Paris est devenue si sale, si criminogène, si polluée, ce n’est pas de sa faute. Elle a fait tout ce qu’elle pouvait, c’est de la faute des Parisiens.

Le Guardian ne parle pas non plus du seul candidat à la mairie – Serge Federbusch – capable de renverser la vapeur et de redonner à Paris son rang de plus belle ville du monde. Il ne mentionne que des incapables issus du même moule bobo-socialiste-immigrationniste : Griveaux, Villani, Hidalgo.

Il faut donc compléter l’article et rectifier chaque paragraphe.

Pour compléter l’information, lire : 

.

Résultat de recherche d'images pour "paris poubelle du monde"

Paris libéré, mais Paris islamisé, Paris colonisé, Paris tiers-mondisé…

Paris : 100 migrants par jour, et Hidalgo est en tête des sondages !

 

Paris n’est plus en France

Place de la Chapelle à Paris : terrifiant compte-rendu d’une association de riverains (Partie 2)

Hidalgo se fâche tout rouge contre les Parisiens : qu’est-ce qu’ils sont sales !

Place de la Chapelle à Paris : l’abominable évolution d’un square parisien (Partie 1)

 

Enrichissement culturel à Paris : une Africaine fait caca sur le trottoir

Enrichissement culturel à Paris : une Africaine fait caca sur le trottoir

.

Quand les maternités parisiennes deviennent aussi des dispensaires africains…

.

Le nord-est de Paris est devenu un vrai trou à merde : merci Macron et Hidalgo !