Anne-Sophie Lapix : la propagande, jusqu’à l’abject

Publié le 9 décembre 2020 - par - 17 commentaires - 3 664 vues
Traduire la page en :

On le sait désormais : cette histoire de covid-19, avec ces mesures « sanitaires » contraires à ce qui fait l’humanité et contraire à sa santé, à son existence même, est la plus vaste et monstrueuse escroquerie de tous les temps et le prétexte à l’établissement d’une dictature mondiale, à l’instigation d’une poignée de milliardaires pervers se prenant pour des dieux. Nous ne reviendrons pas là-dessus, nombre de lanceurs d’alertes l’ont démontré, rejoints par des médecins qui ne sont pas pervertis par les conflits d’intérêts, contrairement à leurs homologues complices, et par un seul homme politique dans le paysage français.

Et pendant ce temps-là, la propagande se poursuit. Jusqu’à l’abject.

Trois exemples parlants, lors du journal du soir sur France 2, lundi 7 décembre, présenté par Anne-Sophie Lapix, trois reportages :

«  États-Unis, l’épidémie incontrôlable » ?

On connaît la réalité : un gonflement des « cas positifs », des morts attribuées faussement à la covid, et des chiffres qui démontrent une létalité comparable à celle d’une grippe, ni plus ni moins. Et pourtant, dans ce reportage, tous les ingrédients anxiogènes désormais habituels, mais ici poussés d’un cran : l’image d’un vieux couple décédé de la covid, avec le discours macabre qui convient en voix off. Et ce camp de toile comparable à un hôpital militaire. « Nous sommes en guerre » avait dit Macron. Illustration : un type, un vétéran de la guerre du Golfe « qui sait de quoi il parle », qui compare la crise covid à un état de guerre, dans le décor qui va bien. Et cette affirmation fallacieuse selon laquelle la covid est la première cause de mortalité aux États-Unis. Ils ne reculent devant rien, décidément. Mais à quoi s’attendre d’autre de la part de ceux qui sont les mêmes que ceux qui sont prêts à organiser la plus grande fraude électorale de tous les temps, cet État profond des Biden, Obama, Gates, Legault, Macron, et consorts ?

Deuxième reportage de la sélection.

«  Mexique, une journaliste contre les cartels »

Il est question ici de la « Chaparrita », surnom de la journaliste Regina Martinez, assassinée en 2012. Elle enquêtait sur les liens qui pouvaient exister entre les narcotrafiquants de l’État du Veracruz, au Mexique, leurs meurtres, les enlèvements dont ils sont coupables, et les gouverneurs de cet État. Si un reportage est présenté sur le sujet c’est parce qu’un collectif de journalistes a décidé de reprendre l’enquête de la journaliste, après que l’un de ses confrères, menacé, a renoncé à reprendre le flambeau.

Alors quel rapport avec les mensonges et la propagande covid ? On y vient. Il est question dans ce reportage de la complicité des autorité et de l’État. Oh certes, il s’agit de l’État du Veracruz, le Mexique étant une république fédérale composée de 32 États. Mais on entend bien « l’État », même si à la fin du reportage on nous dit que le Président mexicain a promis de tout faire pour favoriser la réouverture de l’enquête. Implicitement, on laisse le spectateur penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu et que l’État et son président seraient complices de la mafia des narcotrafiquants. Et ce n’est pas forcément faux, on sait bien que corruption et pouvoir font bon ménage. Mais ce qui est intéressant, c’est que ce reportage, que l’on aurait pu diffuser il y a des mois, ou beaucoup plus tard, nous est présenté alors que Manuel Lopez Obrador, le président du Mexique, est un des rares chefs d’État à mettre en doute la sainte parole officielle sur la covid et en particulier l’efficacité du masque. De plus il se déclare prêt à se faire injecter le vaccin russe plutôt que celui que l’oligarchie a choisi : les vaccins à ARN Moderna et autrtes Pfizer. Cela suffit pour en faire un dissident et pour que les médias aux ordres le désignent comme mal-pensant ; si vous savez additionner 1+1, vous aurez conclu de vous-mêmes. Allez savoir si Obrador a quelque chose à voir réellement avec les assassins de la journaliste. Peu importe, il s’agit de discréditer la parole de celui qui s’écarte de la doxa mainstream. Et pour cela, peu importe également que les États soient dirigés par leurs propres gouvernements, comme aux États-Unis. D’ailleurs n’a-t-on pas imputé à Trump la responsabilité de la gestion catastrophique de la crise sanitaire dans les États, plus particulièrement démocrates, où il n’avait pas la main sur cette gestion ? Ce sont les gouverneurs qui décident de la politique de santé dans chaque État, pas le président des États-Unis. Guy Millière nous en dirait plus long et avec plus de précision. Mais le message de la propagandastaffel passe : le méchant, c’est Trump, l’ordure c’est Obrador. Les gentils, ce sont les démocrates, Black Lives Matter, Clinton, Obama et les antifas.

«  Iceberg, la fonte de tous les dangers »

On admirera le titre au passage : tout dans la mesure et le raisonnable, n’est-ce pas ? Un petit reportage sur un immense iceberg qui dérive, histoire de nous en remettre une dose sur le réchauffement climatique et en douceur de nous amener vers l’intérêt des objectifs de développement durable de l’Onu. En vérité, des objectifs d’écolo-tyrannie mondialiste. Tout est lié, les amis, ne soyons pas naïfs.

Et puis enfin, dernier de ma sélection, last but not the least : Macron reçoit Sissi, le dictateur égyptien, pour le remercier de son soutien lors des menées antifrançaises dans les pays musulmans. La porte-parole de l’Élysée Lapix commente «  le Président n’a pas occulté les droits de l’homme, mais selon lui, cela ne conditionne pas notre coopération avec l’Égypte ». C’est beau comme l’antique, non ? Traduit en bon français ça donne : « les droits de l’homme ? Mais qu’est-ce qu’on en a à foutre, des droits de l’homme ! » C’est vrai ça. Le bellâtre nous l’avait dit « essayez la dictature, vous verrez ». Ben oui. On voit. On voit très bien, même.

Et son discours où il dit « « Peut-être que je ne pourrai pas être candidat. Peut-être que je devrai faire des choses dans la dernière année, dans les derniers mois, dures parce que les circonstances l’exigeront et qui rendront impossible le fait que je puisse être candidat. »

On peut le lire en utilisant le grand bout de la lorgnette, et envisager qu’il nous parle là de sa future impopularité, qui le conduirait à ne pouvoir être élu. Mais souvenons-nous de son hypocrite « nous sommes en guerre » où il ne disait pas bien entendu que « nous », c’est l’oligarchie mondialiste, et que cette guerre, c’est en fait une guerre contre les peuples. Alors on peut très bien analyser ces paroles comme le font Philippot sur sa chaîne YouTube et Martin Moisan sur Riposte Laïque, comme la manifestation de sa volonté d’arriver à un coup d’État qui achèverait définitivement la démocratie désormais réduite à quelques cendres fumantes.

Ces gens sont dangereux. Le gauchisme est dangereux. Nos gouvernements et Deep State sont dangereux. Les journalistes mainstream sont dangereux. Ce complot contre les peuples est un véritable génocide et si le Rwanda avait Radio Mille Collines, nous avons BFM TV, TF1, France 2, la BBC et CNN.

Résistance !

Jean-Paul Bourdin

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
eusebe

les merdias rasent le sol et font meme parfois dans le sous sol , si vous marchez accidentellement sur la pix essuyez vous bien les pieds sur sa G non pas son point G sur sa G !

emile 2

les médias , premier pouvoir.
tous aux mains de l’oligarchie qui a mis le pantin macron où il est
pouah !!!! cette journalope de Lapix

NOEL

Quand on veut être désinformé , manipulé , il suffit de regarder Rance télé et consort pour se rendre compte du bourrage de crâne de la part de ces baveux qui ne sont que des militants propagandistes bien pensants de gauche forcément , faisant la part belle à toutes ces minorités agissantes extrêmement dangereuses pour le pays .

eusebe

pas du bourrage mais du fourrage de crane et a sec en plus !

POLYEUCTE

Qu’attendez-vous de France Télévision, de Radio France ? Pires que l’ORTF de sinistre mémoire !
La richissime Lapix (par son mari) est aux ordres de Gvt, comme Ruth le fut des Financiers….
“One ? Two, Two !”

Martelentete

Le nom de cette journapute se prononce comment ? lapiX, la pie, la pisse ou la merde ?

GSXR

Non non, de la merde c’est l’autre cruche, Apolline, mais faite dans le même moule.

Franquie

Excellent article. Oui, les journaux ont accablé Sissi, alors qu’il empêche l’Egypte de tomber aux mains des fondamentalistes, dans un contexte frontalier très tendu (Libye, Soudan…).

Filouthai

Elle porte bien son n9m, La pisse !

patphil

j’admire les journalistes qui se forcent , par conscience professionnelle pour nous informer, à regarder ces zozos de la léchosphère à la télé

Révolutionem

Non mais quand même, vous ne pensez pas qu’une telle interview allai être faite par “n’importe qui” ?!
Elle a été choisie sciemment…

Jean-Paul Bourdin

Petit P.S. de l’auteur : Rien de particulier contre Lapix, elle ou les autres méritent la corde de toute façon…Je précise que je n’ai plus la télé depuis plus de dix ans, c’est un choix, et je ne m’en porte que mieux. Vivre sans télé booste votre immunité. Spéciale dédicace à ceux qui foutent leur télé à la décharge, aux éveillés, aux résistants, à toutes celles et tous ceux qui restent des humains envers et contre tout.

Joël

Certes, mais on peut la regarder raisonnablement et de manière sensée.
Jeter sa télé ou la mettre au grenier revient quelque part à détruire les preuves de certains délits idéologiques.
Après, à nous de savoir faire le tri.

Paoli

Elle le regarde avec les yeux d,un crapaud mort d’amour !!! C,etait indecent ,tant de “leche” .

R2D25

Très bien vu

Michel

La pétasse immonde ne sait pas comment sont traités celles et ceux qui trahissent. Elle le saura au bon moment et ça se rapproche. Tant pis pour elle. Elle aurait dû choisir mieux son camp. Elle a choisi la trahison et ça, ça se paie fatalement.

nicolas bouchet

Et pourtant elle était une bonne journaliste à ses débuts, maintenant elle est finie triplement dommage.

Lire Aussi