Annie Cordy est morte, le clown est vraiment triste…

Publié le 5 septembre 2020 - par - 21 commentaires - 1 711 vues

Léonie Cooreman, alias Annie Cordy, était belge, là où il fait bon rire – mais dont on rit, hélas, souvent avec une lourdeur pesante et ignorante de l’incommensurable richesse de ce pays né dans le tumulte du XIXe siècle. La Belgique, cette terre où il pousse des génies : Émile Verhaeren ; Georges Rodenbach ; René Magritte ; Georges Remi (Hergé) ; Jacques Brel, etc.

Au cours de sa carrière, Annie Cordy « a enregistré plus de 700 chansons au style enjoué et festif, participé à une vingtaine de comédies musicales et d’opérettes, à une quarantaine de films de cinéma, une trentaine de séries et téléfilms, une dizaine de pièces de théâtre, et surtout, donné près de 10 000 galas à travers l’Europe ».
https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/mort-dannie-cordy-qui-%C3%A9tait-fran%C3%A7ois-henri-bruno-lhomme-de-sa-vie/ar-BB18IAlr?li=AAaCKnE

Pour le bientôt cinquantenaire que je suis, Annie Cordy – « Mademoiselle 100 000 Volts », comme en écho à Gilbert Bécaud, « Monsieur 100 000 Volts » – était la femme lumineuse des plateaux de télévision de Michel Drucker et surtout de Maritie et Gilbert Carpentier, ce couple qui demandait à ses invités d’être habillés en tenue de soirée parce qu’ils entraient symboliquement chez les gens et qu’ils leur devaient ça. Autre époque…

100 000 Volts, ça lui va si bien, à Annie Cordy, lorsqu’on voit comment elle occupait la scène, sur laquelle elle donnait tout, comme pour remercier le public d’être là :


https://www.dailymotion.com/video/x1qwl5m

Je me souviens d’un sketch mettant en scène Annie Cordy et Alain Delon, extrait du Bel indifférent, de Jean Cocteau : l’une suppliait l’autre de ne pas la quitter. C’était court mais puissant et cela montrait qu’elle n’était pas que la rigolote interprète de « Tata Yoyo » ou de « La Bonne du curé », même si ces chansons illustraient si bien sa joie de vivre, elle qui avait compris que face à la route cahoteuse – et chaotique – de la vie, pour tenir le coup : « Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer » (Beaumarchais).

https://duckduckgo.com/?t=ffab&q=la+bonne+du+cur%C3%A9&atb=v216-1&iax=videos&ia=videos&iai=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DvgrR39Z6ihU

La petite Annie, alors âgée de seize ans, fut un jour remarquée par un certain Maurice Chevalier – excusez du peu ! -, qui lui prédit alors une grande carrière. Effectivement, ce serait une carrière florissante de soixante-dix ans, qui lui ferait rencontrer ce qu’on peut appeler sans exagérer des légendes de la chanson et du cinéma, dont André Raimbourg, alias Bourvil ; le « dynamisme endiablé » de l’une se mêlant à « la malice souriante » de l’autre…


https://www.youtube.com/watch?v=nWrIHZaKco8

Ces deux-là, on les retrouve en 1956 dans un film qui fera date : Le Chanteur de Mexico, de Richard Pottier, avec l’inoubliable Luis Mariano, le « Loulou » d’Annie, avec qui elle chantait ça :


https://www.youtube.com/watch?v=E4QRRGsapAo


Sans jamais sombrer dans l’autosatisfaction délirante ou le nombrilisme bouffi – elle qui se revendiquait chanteuse populaire et sans ostentation particulière –, Annie Cordy pouvait tout de même s’enorgueillir d’avoir été dirigée et d’avoir joué aux côtés de monuments du 7e Art : Sacha Guitry, René Clément, Claude Chabrol, Jean Gabin, Simone Signoret, Michel Serrault, Charles Bronson, etc. Précisons que, dans la plupart des films auxquels elle a participé, Annie Cordy ne faisait pas précisément rire, ce qui démontre son talent protéiforme. « Les gens vous cataloguent. Ce n’est pas parce qu’on fait rire qu’on ne peut pas pleurer », déplorait-elle avec raison. Dans Le Cercle rouge, de Jean-Pierre Melville, Bourvil – encore lui – ne fait pas rire, mais pas du tout, et il est prodigieux.

Touche-à-tout, Annie Cordy créera, en 1972, la version française de la comédie musicale de Michael Stewart et Jerry Herman, Hello Dolly ! – immortalisée au cinéma par Barbara Streisand, sous la direction de Gene Kelly. Eh bien, là encore, elle rencontrera le succès, recevant même le « Award de la meilleure showwoman européenne » (Le Figaro).


https://youtu.be/ieXrI-XasrE

Annie Cordy – Madame la Baronne, je vous prie, depuis qu’elle avait été anoblie en 2004 par le roi de Belgique – est donc partie rejoindre ses amis qui l’ont précédée et particulièrement son mari, François-Henri Bruno, qui l’attend depuis 1989… son plus grand amour, confiait-elle.

Bon voyage au Paradis, Annie et si « Le clown est triste », nous aussi…


https://www.youtube.com/watch?v=z-5Zh53hQVU

Charles Demassieux

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Josiane Filio

Merci Charles pour ce beau portrait ;merci pour elle qui le mérite, merci pour nous qui avec les vidéos et les liens, nous ramènent, du moins ceux de ma génération, au temps d’une époque où le respect d’autrui avait encore du sens ; y compris chez les gens du showbizz, quand ceux de maintenant se posent en infects donneurs de leçons, pleins de morgue et de mépris pour le peuple… qui est pourtant leur public et leur permet de gagner bien trop parfois, eut égard à leur modeste talent

Amandinelonchamp

🟣 Ce sont des gens comme elle qui ont participé à la culpabilisation des Européens de l’ouest pour une période de l’Histoire à partir de 1945 .
Si elle devait ranimer la ▫ flamme du mauvais souvenir▫ pour réussir socialement , eh bien elle l’a fait , elle n’est pas la seule dans le monde du spectacle , d’ailleurs
. La rancune est l’anti-paix par excellence.😒

Vivenini

Bon t’as fini de degueuler sur une grande dame dont tu n’as pas le 1000ème du talent? @amende longchamp

Une patriote

ARTISTE magnifique avec tellement de cordes à son arc, si talentueuse dans tout les domaines où l’ont entraînés sa longue et belle carrière. Annie est parti rejoindre son copain Charles tout aussi talentueux qu’elle. Tout une époque et tout des artistes qui disparaissent et ne seront jamais remplacés car qui aujourd’hui arrive à la cheville d’un Johnny, Aznavour, Brel et quelques autres PERSONNE.

Amandinelonchamp

🟣 Une Patriote , Bonsoir , Brel était un grand artiste aussi , mais tout de même , quand dans sa chanson ▫ Les Flamingants ▫ il accuse ses frères Belges d’être ▫ nazis durant LES guerres ▫ ,
je le trouve injuste , car le nazisme a sévi pendant la seconde guerre mondiale , pas en 14-18 ..
Personne n’est parfait mais je n’aime pas ceux qui mettent de l’huile sur le feu et consolident ainsi la rancune éternelle, c’est un sale boulot .😒

Amandinelonchamp

🟣 Anoblie en 2004 par le Roi des Belges Albert II , elle devient baronne . Tribune Juive du 6 Septembre 2020 / La rafle du Vel’d’Hiv par Annie Cordy .

poiropardix

Je rejoins Mantalo;Paix à son âme elle n’a tué personne.
Mais pour gonfler chapeau!

POLYEUCTE

Pas la Gaité Lyrique, mais la Gaité Populaire !
Nouvelle Madame sans Gène, sans prétentions…
Adieu Annie, je t’aimais bien !

wika

Une sacrée dame d’une autre époque sans vulgarité et sans chochotteries vivrensemblistes

Charles DALGER

Très bel hommage à cette si charmante propagatrice de la bonne humeur !

john

…cinquantenaire ?L’année prochaine…
Et à l’aube de juin !

Mantalo

M’ouais, bon, elle savait tout faire mais elle m’agaçait. Elle en faisait trop mais c’est ce qui lui était demandé….
Respect quand même, elle n’a fait de mal à personne.

Antécumé

Non seulement elle n’a fait de mal à personne mais elle a fait du bien à beaucoup de monde!

jeannot lapin

Annie Cordy est morte : je chiale, je chiale, je chiale, je n’arrête pas de chialer !

BERNARD

Pourquoi on ne parle pas de sa plus belle chanson..

“Cho Ka Ka O”

Dont voici le clip manifestement wassist.avec caricature de la race dominante en lumière noire !.
-https://www.youtube.com/watch?v=dESPCqIkcrw&list=RDdESPCqIkcrw&start_radio=1&t=54-

Sans compter ça :
Si tu me donnes des noix de coco
Moi je te donne mes ananas
Cho Ka Ka O
Cho cho cho chocolat
Rikiki tes petits kiwis
Les babas de mes baobabs
Cho Ka Ka O

Elle doit bien se marrer d’où elle se trouve.

Maxime

c’était avant tout une artiste populaire. L’article passe avec un certain snobisme sur ses grands succès. Elle faisait revivre une tradition rabelaisienne et paillarde.
Son talent était unique dans ce domaine, les honnêtes gens aiment Annie Cordy, sa légèreté et sa bonne humeur indispensable pour vivre en bonne compagnie et trouver une ressource pour sourire même face à l’adversité.
Annie Cordy incarnait une femme libre aux antipodes de la conception islamique de la femme.

marcoterix

Merci …. toujours à propos comme d’hab !

Choucroute

Certains artistes sont comme des étoiles filantes dans cette vie. En pleine nuit ils éclairent durant leur bref passage les régions qu’ils traversent puis s’éteignent . Ils apportent avec eux la joie, le rire et l’oubli de tous les soucis. Ce sont des âmes bien nées qui adoucissent les bleus de l’âme et qui consolent les coeurs meurtris le temps d’une chanson.La plupart du temps tout le monde les aime et les réclame.
.

Amandinelonchamp

Choucroute, Une étoile dont le passage aura duré 92 ans , quand même .🌠⭐. ce n’est pas donné à tout le monde , je suis réaliste .

nicolas bouchet

Annie Cordy faisait partie de cette bonne vieille France ou il faisait bon vivre et ou l’on pouvait dire ce que l’on veut, de plus elle n’aura pas touché à la télé réalité cette sous merde dont TOUTS les artistes français sont atteints.
On se souviendra d’elle dans le film Le Chat avec Simone Signoret et Jean GABIN. Une bonne âme.

Amandinelonchamp

Elle était Belge , d’origine .

Lire Aussi