Antifas, Black Blocs : les casseurs au service de Macron

Ojim : Le bal des faux derches. Diffusion d’images de policiers. Ils étaient nombreux, ce samedi 28 novembre 2020, à manifester sous le coup de l’émotion suscitée par les images de l’arrestation musclée de Zecler et de bousculades de clandestins illégaux place de la République à Paris.

Syndicats, associations droits-de-l’hommistes, partis politiques d’extrême Gauche, Black Blocs, tous affirmaient défendre la liberté de filmer et de diffuser les images de policiers en service et plus généralement la liberté d’expression. Et si toute cette agitation n’était qu’un bal de faux derches ? Une diversion sur toutes les télés collabos pro-Macron pour tenter de faire oublier l’attaque sauvage au couteau par un Pakistanais de deux personnes passant à proximité des anciens locaux de Charlie Hebdo, la décapitation de Samuel Paty, le professeur de Conflans-Sainte-Honorine qui voulait sensibiliser ses élèves à la liberté d’expression et l’agression mortelle au couteau par un clandestin tunisien de trois personnes dans une basilique à Nice.

Mais pour toutes les télés collabos pro-Macron, LCI et BFM-Macron, il faut faire croire aux Français qu’il y a des attentas islamistes auxquels ils doivent s’habituer, et d’autres non, comme les bousculades de gentils clandestins illégaux par la police. Pierre Sautarel le souligne sur Twitter : la notoriété sur Google de Zecler et celle de Vincent Loquès, le sacristain égorgé dans la basilique à Nice, sont sans commune mesure.

Malgré cela, c’est une émotion nationale manipulée par les médias collabos et les ONG anarcho-gauchistes pro-migrants qui a poussé des milliers de manifestants à défiler dans les villes de France. Leur motivation : dénoncer l’arrestation musclée d’un producteur de musique noir le 21 novembre à Paris !

La liberté d’expression à sens unique : les images d’un reporter d’images téméraire ont été diffusées dans les médias où un policier se fait très brutalement tabasser par des Black Blocs lors de la manifestation parisienne. Inutile de les chercher sur le compte Twitter de l’auteur : il les a supprimées après diffusion dans les médias collabos. Gilles-William Goldnadel s’interroge sur Twitter : « Pourrais-je connaître @TaoualitAmar l’impérieuse raison qui vous a fait supprimer la vidéo d’un policier lynché ? Un esprit chagrin penserait que c’est pour éviter des ennuis judiciaires aux Antifas, Black Blocs ou autres fascistes d’extrême-Gauche. »

France 3 de Gauche a le floutage sélectif : France 3 Aquitaine a filmé des exactions des Blacks Blocs à Bordeaux. Les journalistes floutent le visage d’émeutiers et participent à des manifs pour ne pas flouter les visages de flics, c’est bien à ça qu’on voit qu’on a atteint le bout du bout ! (Jean-Pierre Versini sur Twitter).

Les journalistes de Gauche de France 3 ont-ils fait le choix délibéré de ne pas faciliter les poursuites judiciaires contre certains manifestants ultra-violents ?

Christine Tasin, « Résistance républicaine » : « La Préfecture de police a les noms et adresses de 200 Black blocs… qu’elle protège ! Oui, les Black Blocs sont connus, identifiés, repérés… Non, le pouvoir ne veut pas mettre fin à leurs exactions. Oui, le pouvoir les protège« . Xavier Raufer : « Le problème des Blacks Blocs dans les manifestations peut être résolu à la minute. Je témoigne du fait que la Direction des renseignements de la Préfecture de Police dispose pour la région parisienne de la liste des 200 individus concernés« .

« Les Antifas et Black Blocs arrêtés sont aussitôt relâchés. L’impunité totale dont jouissent les milices gauchistes dure depuis des années, nous n’avons de cesse de les dénoncer… en vain ! On sait que les racailles gauchistes sont les enfants de militants gauchos protégés par Macron. Et à qui profite le crime ?

Antifas, milices de Mélenchon, Black Blocs, milices de Macron ?

« Ils tiennent la rue et y font régner la terreur. Ce sont des milices islamo-fascistes travaillant main dans la main avec Macron pour terroriser les Français tentés de se raccrocher au pouvoir comme planche de salut, sans jamais comprendre ce qui se trame. Il faut faire peur aux patriotes populistes et les dissuader de descendre dans la rue face aux racailles islamisées renforcées des racailles gauchistes ».

« Ça rappelle les SA : « Sturm Abteilungen », « Sections d’assaut ». Les SA faisaient le service d’ordre assurant l’éviction des opposants lors des rassemblements du parti nazi. Ils prirent une importance de plus en plus grande dans l’organisation du pouvoir nazi. Les SA furent à l’origine de nombreux actes de violence dans les années 1920, principalement lors de combats de rue, surtout contre des racailles communistes. »

  1. Valmy dénonce dans son livre : « De la force du droit et du droit de la force », « le prétendu droit d’abolition de la famille et de la propriété des racailles communistes. Ils ont voulu démontrer, à ceux qui ne possédaient rien, que leur bien-être « solidaire » était lié à la fin du bien-être de ceux qui possédaient beaucoup.

« Il y a une vérité reconnue par les socialistes de tous les camps et par les conservateurs de toutes les nuances, par le pauvre et par le riche, par le savant et par l’ignorant. Cette vérité, c’est que la société est atteinte d’un mal profond, tellement profond, qu’on désespère de la sauver, si le mal n’est pas bientôt vaincu.

« Mais quel est ce mal ? Ici commencent les plus profonds dissentiments et les profondes divisions de la société française. Le mal est dans l’organisation socialiste elle-même, dans la négation de la religion, de la famille et de la propriété. Les racailles anarcho-communistes les plus barbares exigent avec une sauvage impatience que les principes vénérés par les générations les plus éclairées soient violemment détruits et foulés aux pieds » par une multitude de migrants illégaux. « Qui se lèvera pour sauver la société menacée et qui offrira sa vie pour la défendre ? Où sont ces nobles soldats, ces esprits patriotiques, ces cœurs éprouvés ?

« Qui exposera sa poitrine aux coups de l’ennemi pour défendre la famille et la propriété ? »

Et en même temps, on voit chaque jour Macron s’enfoncer plus profond dans sa gestion de plus en plus calamiteuse de la pandémie du coronavirus, de la Santé publique et de la Sécurité publique, avec une politique de Macron-l’incompétent, toujours plus incohérente et plus aberrante en France que jamais.

Et en même temps, l’ultra Gauche complice dénonce le tabassage de Zecler : « Combien de gens ont vécu de pareilles situations sans pouvoir faire valoir leurs droits, faute d’images ? »

« Télérama », de la propagande islamo-gauchiste post-catho-déglingo-immigrationniste : « David Perrotin est le journaliste qui a révélé le tabassage du producteur de musique Zecler par la police.

« La vidéo, mise en ligne a soulevé une vague d’indignation qui fragilise encore plus l’exécutif empêtré dans un virage sécuritaire et sa loi sur la sécurité globale qui a eu le don de fâcher tout le monde ou presque.

« En témoignent les milliers de manifestants samedi à travers la France. Pour le journaliste Perrotin, il faut mettre fin à l’impunité de la police ! Sur les quatre policiers mis en examen, deux ont été placés en détention. Rarissime, non ? Les faits sont très graves : on parle de violences volontaires et de faux en écriture publique. On a rarement vu autant de réactions politiques, au-delà de la gauche et de l’extrême gauche ».

« Le député de Macron LaREM, Jean-Michel Fauvergue, parle de « barbares revêtus d’uniformes« .

Et en même temps, le socialiste Castaner, a envoyé un tweet de soutien à Michel ! quand Darmanin n’a pas eu un mot pour Zecler, la victime (de la barbarie médiatique). Et de rappeler la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois en 2005, les émeutes anarcho-gauchistes qui ont suivi…

« Le Monde » de Gauche : « Mort de Zyed et Bouna : relaxe définitive des deux policiers. Dix ans après les faits, le tribunal n’a pas retenu les charges de non-assistance à personne en danger pour lesquelles les deux policiers étaient poursuivis. Il n’y aura pas de condamnation dans l’affaire de la mort de Zyed et Bouna morts après être entrés dans un site EDF à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) pour fuir un contrôle de police.

S’en sont suivies, à l’automne 2005, trois semaines d’émeutes dans les banlieues françaises et la déclaration de l’état d’urgence. Bouna Traoré, 15 ans, et Zyed Benna, 17 ans, sont morts le 27 octobre 2005 par électrocution, alors qu’ils s’étaient réfugiés dans un local en béton abritant une réactance, dispositif très dangereux, situé sur le site EDF de Clichy-sous-Bois. Seul Muhittin Altun, 17 ans, en avait réchappé, brûlé sur 10 % du corps. La décision de justice a été accueillie par des cris de colère des familles ».

« Vous êtes responsables ! On ne pardonne pas ! C’est scandaleux ! » ont lancé des proches depuis l’assistance, selon des journalistes présents lors de l’audience. La relaxe écarte tout versement de dommages-intérêts aux familles. Le président du tribunal a estimé que leur requête était irrecevable.

Mohamed Mechmache, président du « Collectif AClefeu », né au lendemain des émeutes à Clichy-sous-Bois, a estimé qu’un fossé supplémentaire [allait] se creuser entre les habitants des quartiers et la justice !

« L’Express » : « À Clichy-sous-Bois, une stèle et une allée en hommage à Zyed et Bouna. Les familles des deux adolescents et des centaines d’anonymes se sont retrouvés à Clichy-sous-Bois pour commémorer l’anniversaire de la mort de Zyed et Bouna. Le ministre de la Ville, le socialiste Patrick Kanner, était présent. »

Et en même temps, le socialiste Manuel Valls a annoncé des mesures d’aide $$$ pour ces quartiers.

Stéphane Beaudet, maire de Courcouronnes, bébé Chirac devenu bébé Valls, réagit : 10 ans après les émeutes, « la situation des banlieues est encore plus mauvaise ! ». « Le Parisien » : Stéphane Beaudet (bien avant les socialistes opportunistes avec Macron), une figure qui divise la classe politique de l’Essonne : maire sans étiquette, mais transfuge du RPR, ex-LR, en passant par l’UMP ! C’est ça, les zélites UMPS !

Moralité : À l’automne 2005, la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois avait déclenché la vague de violences urbaines la plus grave de l’histoire des banlieues (communautarisées). Après le socialiste Valls et ses mesures d’aide $$$ pour ces quartiers, le constat dix ans plus tard est alarmant : Chômage, délinquance, communautarisme ! « Le Parisien » ! le destin tragique de Zyed et Bouna : l’indignation des banlieues !

30 novembre 2020 : Violences policières : les forces de l’ordre sont victimes des pièges de l’extrême Gauche ! Et c’est instrumentalisé par des associations qui sont pour l’accueil des migrants. (Alexis Brézet)

Le petit Samuel Gontier islamo-gauchiste de « Télérama », le déglingo-partisan de la gauchosphère en folie, pleurniche sur le profil des illégaux vu par Éric Zemmour : « Ces gens pour la plupart déboutés ou des clandestins, bref des gens qui ne devraient pas être là. Au moment de la dispersion à Saint-Denis, quand on les avait sous la main, au lieu de les mettre dans des avions pour les renvoyer chez eux, on les laisse libres.

À République, les forces de l’ordre les dispersent encore une fois, on n’en profite pas pour les mettre dans des avions. C’est une opération de mise en scène pour montrer la brutalité de la police avec le schéma « provocation, répression, compassion, indignation« . C’est un business victimaire. Ces gens-là ne sont pas les damnés de la terre. Sans-papiers pour donner l’idée qu’on devait leur en fournir, puis migrants pour donner l’idée les migrations existent de toute éternité et maintenant, on les appelle des exilés. C’est pas beau, ça ?

« L’exil, ça a un côté romantique. On dit qu’ils errent dans les rues. Errant, ça remonte à la mythologie du Juif errant. En fait, ils sont très malins. Leur voyage est organisé, il y a la famille, le village qui se cotisent pour payer le passeur. Et ensuite ils vont là où il y a le plus d’allocations sociales et le plus de laxisme. »

Ils n’ont pas le droit de venir chez nous ! Dans toutes catégories (avec Macron), on est les meilleurs. (Ils vont là où) ils se rencontrent, parce que vous parlez des migrants, mais il y aussi les associations ! On a une idéologie d’extrême gauche (les No Border) sans-frontiéristes. « Derrière l’idéologie, il y a le business.

Les dirigeants de ces associations, ils sont payés par nous, par les subventions, avec nos impôts ! » Certaines associations sont financées par des milliardaires comme George Soros. Et puis, il y a les avocats.

« Eux aussi, ils vivent de notre argent. C’est avec notre argent qu’on finance cette invasion. Est-ce que ce sont les policiers qui sont violents ou est-ce que ce sont les associations qui utilisent les migrants. On voit que cette masse migratoire permettra l’islamisation de l’Europe ».

Jean-Frédéric Poisson a publié un livre où il cite une « Conférence des pays islamiques » qui organisait cette islamisation. C’est faux ou c’est vrai ?

Après Zemmour, « Le Parisien » note la supercherie des mensonges des victimes, ces gentils clandestins illégaux brutalisés par la police, quand il interroge un clandestin le 24 novembre : « La vérité est qu’il s’agit d’un Afghan qui a séjourné plusieurs années en Suède, un pays qui n’a pas renouvelé son titre de séjour ! »

À droite fièrement : Guillaume Bigot ne pourrait s’exprimer sur aucune autre chaîne d’infos (LCI pro-Macron et BFM-Macron) que sur CNews, le refuge de tous ceux qui ne supportent plus le politiquement correct et la voix du pouvoir progressiste (de tous les commentateurs encartés collabos socialo-LaREM).

« Mal à leur France ? » par Guillaume Bigot (« Le Club de Valeurs actuelles »). Après le passage à tabac d’un producteur de musique par des policiers, l’indignation des (millionnaires du) football et Macron-la honte font encore monter la pression d’un cran, comme le souligne notre chroniqueur Guillaume Bigot. Entraînés par un irrépressible besoin d’exhiber notre George Floyd à nous, des associations et des collectifs se sont abandonnés à un double amalgame entre le comportement des policiers et des policiers de toute la police. »

Subventionnés par nos impôts, ces figurants du politiquement correct se sont empressés d’utiliser ces images pour en tirer des généralités. Dans un contexte où le tissu social est inflammable, cette récupération est irresponsable. Au vu des images, Macron a tenu à partager sa honte (d’être président) sur Facebook.

Les footeux Griezmann et Mbappé n’ont pu s’empêcher de tweeter pour accabler la France dont ils portent les couleurs ! Au lendemain du triple massacre dans la basilique de Nice, le sang des victimes n’avait pas encore séché, que plusieurs joueurs de l’équipe de France de football likaient un tweet appelant Allah à écraser la France. On n’a pas entendu, ni Griezmann, ni Mbappé, dire qu’ils avaient mal à « leur » France.

« Valeurs actuelles » : « Un individu aux antécédents judiciaires très lourds. Quatre policiers ont été placés en garde à vue ». Ils assurent que l’interpellation de Zecler était légitime. Avant qu’on connaisse le fin mot de l’histoire, une large partie de l’opinion publique avait déjà condamné les policiers dans une vidéo, après l’interpellation violente d’un producteur de musique. Quelques jours plus tard, la vérité semble plus nuancée.

« Les policiers disent que leur seul objectif, c’était de l’interpeller, car ils pensaient que c’était à cause des stupéfiants qu’il voulait se soustraire au contrôle. Les agents assurent que Zecler refusait d’être arrêté et faisait de la résistance ». Un jeune gardien de la paix évoque une rébellion caractérisée de Zecler puisque ce dernier a résisté à son interpellation. Un responsable syndical dit que Zecler a tenté de rentrer chez lui pour échapper (aux policiers) ce qui provoque la suite. Zecler a frappé les policiers. Un des policiers est blessé, poursuit le syndicaliste, ajoutant que « Zecler est connu pour vol à main armée, association de malfaiteurs. Il a déjà fait de la prison et il a des antécédents judiciaires de stupéfiants, de vols et d’outrages très lourds ».

François Jay, « Résistance républicaine » : « Qui va désormais aller manifester, avec la certitude de la récupération gauchiste et de la violence qui va avec ? » À Bordeaux les Antifas et les Black-Blocs ont profité de l’occasion pour casser des vitrines et affronter la police. La fête du dé-confinement s’est changée en guérilla urbaine. Ce qui surprend, ce n’est pas la persistance de ces milices fascisantes qui réapparaissent à chaque manifestation, ni leur impunité, c’est l’impressionnante mobilisation des organisations gauchistes.

Les organisateurs de Gauche étaient nombreux, on y a vu « Greenpeace », des syndicats de journalistes, le NPA, MSF… Cette mobilisation montre les capacités de la galaxie gauchiste à récupérer les mouvements sociaux, et surtout, elle met en lumière l’impact de la récente affaire Zecler. « Ce dernier épisode du spectacle médiatique (était destiné à) effacer la décapitation du Professeur Samuel Paty » (et pas seulement !).

Si les images de cette décapitation, qui existent réellement, ont été scrupuleusement censurées, les images des violences policières sont largement diffusées. En même temps, on cache les milliers d’agressions que subissent les Français et les policiers. Sur les agressions au couteau que subissent les Bordelais, les vols à l’arraché, les cambriolages – Silence ! Pas d’amalgame ! L’émotion suite à l’interpellation de Zecler n’est que le résultat d’une manipulation. Derrière Pierre Hurmic, mêlés au cortège contre les violences policières, les casseurs. Les émeutes (contre les policiers, les commerçants, les gens, le mobilier public…) ont contribué à briser toute volonté de protestation. Qui dans ce contexte de violences osera protester contre Macron ?

Moralité : Zecler n’est pas le petit saint innocent que les médias et les gauchistes nous vendent !

Donc #MichelZecler aurait été condamné pour vol à main armée et association de malfaiteurs ? Pourquoi vos martyrs ne sont jamais propres ? Vous vous souvenez de Adama le violeur ? #Violences Policieres pic.twitter.com/B8Kl5RR2oI — Damien Rieu (@DamienRieu) November 28, 2020

#MichelZecler a produit en 2016 le concert retour du group de rap « ministère amer » et sa fameuse chanson « Sacrifice de poulet » et « Pas de paix sans que le poulet ne repose en paix« . #Violencepolicieres — Damien Rieu (@DamienRieu) November 28, 2020

Que peut-on attendre de ces gens-là, tous ces clowns islamo-fascistes partisans de Zecler, ces alliés objectifs de Macron gay-friendly socialiste, opportuniste, incompétent, mystificateur, lâche et manipulateur ?

Comme le dit si bien h16 : Ce pays est foutu !

Assurément, tout ça va mal finir !

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print

10 Commentaires

  1. ces casseurs ont de tout temps été manipulés et protégés par le pouvoir pour foutre la trouille au bourgeois
    aujourd’hui c’est tellement évident que plus personne ne le nie

  2. Merci à RL et aux auteurs de tous leurs articles. Cette lecture quotidienne est indispensable pour tous les patriotes mais devient difficile moralement. Il est temps de passer à l’action!

  3. Il serait bien de connaître l’origine des abrutis qui sont allés mettre le feu aux antennes relais de télévision et de téléphonie au massif de l’Etoile à Marseille. Qu’ils soient de gauche ou de droite, cela nous prouve le niveau de débilité mentale et d’inconscience, qui gouverne le mental de la masse de ces militants endoctrinés depuis leur adolescence. Les casseurs sont à la fois des jeunes « délinquants » issus des milieux populaires souvent d’origines africaine et maghrébine, mais aussi de centaines d’étudiants et enfants de bourgeois, de fonctionnaires, et des milieux syndicaux et militants, qui se défoulent de leurs pulsions violentes et destructrices qu’ils ne savent psychiquement pas gérer autrement.

  4. Quand les loups gris turcs marchent et gueulent dans les rues françaises , les antifas se cloîtrent chez eux.
    Bande de c.nnards.

Les commentaires sont fermés.