Antisémitisme : Cukierman désigne les musulmans, Boubakeur boude

Publié le 24 février 2015 - par - 2 003 vues
Share

Ri7Boubakeur-pinocchioCela faisait longtemps que les positions « officielles » du président du CRIF sur les agressions dont étaient victimes les français de confession juive étaient contestées plus ou moins ouvertement, non seulement à l’extérieur mais au sein même de la communauté juive.

Il faut dire que depuis l’affaire du Gang des Barbares emmené par l’épouvantable Fofana, l’affaire Mohamed Merah et tout dernièrement le meurtre de Français juifs au supermarché kasher de la Porte de Vincennes par Amedy Coulibaly, il devenait de plus en plus difficile de nier ce qui était devenu désormais une évidence aux yeux de l’homme de la rue : les antisémites qui passent à l’acte ne sont plus, et depuis longtemps, des nostalgiques du IIIème Reich…

Que Roger Cukierman en convienne aujourd’hui publiquement est un progrès extraordinaire dans la lutte contre le Mal car, comme l’a écrit le grand Albert Camus, « ne pas nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». Et le déni a longtemps été une façon commode de se défausser et d’éviter de regarder la réalité en face, aussi bien de la part des médias et de la classe politique que des victimes pour qui, bien sûr, « il ne faut pas faire le jeu du Front National ».

Nous y voilà ! Comment dire la vérité sans continuer à ostraciser le Front National et tout en essayant d’éviter le procès en diffamation… Roger Cukierman a eu l’adresse d’exprimer une sorte d’avis « objectif » sur Marine Le Pen tout en la condamnant pour ses « mauvaises fréquentations » (son père Jean-Marie et les différents courants de pensée pouvant éventuellement subsister chez les militants de la première heure). Il pensait sans doute s’en tirer à bon compte…

Mais voilà-t-il pas que Dalil Boubakeur, l’actuel Président du Conseil Français du Culte musulman, a très mal pris les déclarations du Président du CRIF, considérant qu’il s’agissait d’une agression caractérisée de la communauté musulmane et, horreur, du fameux vivre-ensemble auquel essaient de nous convertir Hollande, Valls et toute la clique gaucho-socialo-coco-verdâtre.

Il a donc déclaré tout de go que le CFCM ne serait pas représenté ès qualité au fameux dîner annuel du CRIF auquel se bousculent tous les politocards en vue de la Vème, même si Roger Cukierman a pourtant exprimé fort et clair qu’il n’y inviterait jamais Marine Le Pen qu’il juge malgré tout infréquentable.

Gageons qu’il y aura de l’ambiance à ce fameux dîner et que Roger Cukierman n’a pas fini d’entendre parler de ses prises de position pour le moins décoiffantes, bien qu’il ait déjà tenté plus ou moins adroitement de les amoindrir au micro de RTL et d’autres médias.

Bernard Campan

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.