Antisémitisme normal, dans la France de Normal 1er

Quelques réflexions sur le traitement d’un banal fait d’actualité. Ici, il ne s’agit pas de l’antisémitisme meurtrier de Mohamed Merah, ou de cris de mort aux juifs, bref de l’antisémitisme qui dit son nom, mais de cet antisémitisme que l’on ressent sans toujours pouvoir l’expliquer, si insaisissable et si présent a la fois que certains finissent par l’accepter comme ambient, normal.

Lisez bien ces articles

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/09/24/97001-20120924FILWWW00446-yom-kippour-le-conseil-de-paris-reporte.php

http://www.leparisien.fr/paris-75/delanoe-ecourte-le-conseil-de-paris-pour-cause-de-yom-kippour-25-09-2012-2180818.php

A présent, quelques remarques:

– le titre de l’article de l’AFP relayé par Le Figaro prétend que le Conseil de Paris est reporté. C’est faux, il est écourté, passant de 3 a 2 jours, ce qui n’est clairement mentionné nulle part dans l’article. Certains sites s’en sont donc donné à cœur joie, et prétendant que le conseil avait été annule.

– on peut s’interroger sur la naïveté de Delanoë, lorsqu’il déclare « S’il y a des choses qui ne sont pas urgentes pour les Parisiens, on les repoussera au Conseil du 15 octobre ». A-t-il réfléchi aux conséquences de cette phrase? La réaction du lecteur non-juif peut-elle être autre qu’hostile, comme les nombreux commentaires ne manquent pas de le montrer?

– l’inénarrable réaction d’Alexis Corbière (FdG), selon lequel le kippour est un faux débat, car le vrai débat sur la laïcité porte évidemment sur… les subventions aux 15 crèches confessionnelles juives! Cette légende urbaine a un fond de vérité. Il s’agit de crèches tenues par des juifs, avec une majorité d’enfants juifs, qui obtiennent des subventions. Une poignée de ces crèches est très pratiquantes il est vrai. Reproche-t-on à l’état de sponsoriser une école musulmane quand dans l’école il y a 80% de musulmans? Aussi, ce n’est pas un argument, mais en ces temps, on peut comprendre que des parents juifs préfèrent laisser leurs petits dans un environnement forcément libre du soupçon d’antisémitisme…

– le débat sur la laïcité ne serait-il pas plutôt que cette même mairie de Paris fête Les Nuits du Ramadan, construit une mosquée pour 22 millions d’Euros (Institut des Cultures de l’Islam), et a donné des bâtiments de l’Etat aux fideles prieurs de rue de la rue Myrha?

– Notons en outre qu’ici ce ne sont pas des organisations juives qui ont demandé a déplacé le conseil.

Contrairement à la fois ou une polémique a été suscitée par des étudiants juifs pratiquants qui, en 2011, voyant que des concours tombaient le jour du shabbat, ont demandé s’ils pouvaient rester 24 heures sous surveillance dans une salle pour les passer après; dans le cas contraire ils précisaient bien qu’ils n’envisageaient aucune action légale ou illégale et que e la seule conséquence serait qu’ils ne passeraient pas ces concours. La demande sera refusée (contrairement à ce que prétend encore la légende urbaine). Une anecdote en somme. Néanmoins la nouvelle sera étrangement fuitée dans la presse et fera les gros titres.

http://www.leparisien.fr/societe/pas-d-exception-pour-les-etudiants-juifs-tres-religieux-14-04-2011-1406992.php

– la savoureuse réaction des principaux sites musulmans, défenseurs incontestés de la laïcité comme chacun le sait, alors qu’ils ont plus que profite des largesses de Delanoë

http://www.saphirnews.com/Yom-Kippour-a-la-mairie-de-Paris-laicite-a-deux-vitesses_a15340.html
http://oumma.com/14215/conseil-de-paris-annule-cause-de-yom-kippour

-Enfin, il est toujours confortable de judaïser le débat sur la laïcité, de lancer une fausse polémique, de sur-réagir a une demande de changement de date, émanant de groupes représentatifs ou non, juifs ou non, et puis de fantasmer, de condamner le « 2 poids 2 mesures », de s’insurger collectivement en se répétant les uns aux autres que personne ne s’insurge. A l’époque ou le débat sur la laïcité était moins houleux, on faisait, oui, une entorse discrète a la christo-laïcité pour éviter qu’un évènement officiel important ne tombe le jour de Kippour.

Aujourd’hui les juifs de France sont piégés. Ils peuvent au choix:

– défendre avec force l’identité christo-laïque de la France, accepter leur rôle de second, et se plier sans condition aux coutumes françaises sans espérer un traitement différent de celui réservé a l’islam, cela au risque de perdre leur identité juive, et en nourrissant l’espoir de s’allier avec une extrême droite qui de toutes façons ne sera jamais au pouvoir et ne peut se débarrasser de sa base d’antisémites;

– rallier des mouvements de droite dure du type Parti de la Liberté en Hollande, qui revendiquent un héritage judéo-chrétien, mais ces mouvements sont quasi inexistants en France;

– jouer le jeu hypocrite de la laïcité absolue, qui prétend que toutes les religions se valent, et qui fait à terme le jeu de l’Islam

– exiger des entorses à la laïcité au même titre que les musulmans, s’allier aux musulmans, en espérant devenir dans la France musulmane de demain des dhimmis privilégiés comme ils ont pu l’être au Maghreb

– se voiler la face et se dire que tout est « normal »

– aller vivre en Israël, perdre leur identité française, mais vivre leur judaïsme comme ils l’entendent, qu’il soit religieux ou séculier, tout en sachant que le risque de conflit ouvert à court terme est grand.

Amy Grant

image_pdf
0
0