Après avoir descendu Michel Houellebecq, le bigot Ben Jelloun s'en prend au progrès technique

S’il y a quelque chose qui ne passe pas chez certains musulmans, leur laissant un arrière-goût amer au fond de la gorge, à vous donner la goutte au nez toute l’année et des sinusites à répétition, c’est l’essor exponentiel et irrémédiable des progrès technologiques dans le monde occidental depuis une cinquantaine d’années.
Devant ce phénomène qui concourt à l’ accélération de l’histoire avec un grand H, ils ont beau ressasser les sourates du CORAN dans tous les sens, rien que dalle, y’a pas un seul verset qui l’avait prévu.
Il fallait bien que les intellectuels musulmans réagissent.
Dans un article d’une rare platitude, enfilant les poncifs et les coassements (Le Monde – Dimanche 10 octobre ), l’écrivain musulman d’origine marocaine et juré Goncourt, Tahar Ben Jelloun, spécialiste de la génuflexion devant sa Majesté le Roi, Commandeur des croyants, nous ressort la litanie d’une France acculée à la morosité face au désenchantement causé par un progrès technique froid et inhumain.
Pour nous montrer qu’il maîtrise bien la double-culture, le camarade Ben Jelloun cite, il faut le reconnaître avec beaucoup d’à-propos, le constat visionnaire émis par Guy Debord dans un succès de librairie paru il y a plus de quarante ans, « la société du spectacle ».
Avec Guy Debord, le spectacle est analysé comme le stade achevé du capitalisme et un pendant concret de l’organisation de la marchandise. A terme, le spectacle deviendrait support d’une idéologie économique, la société contemporaine légitimant l’universalité d’une vision unique de la vie, en l’imposant aux sens et à la conscience de tous, via une sphère de manifestations audio-visuelles, bureaucratiques, politiques et économiques solidaires.
On ne peut que saluer la hauteur de vue de Guy Debord pour l’époque, mais là où Tahar Ben Jelloun, sans doute confit dans la prière cinq fois par jour et le relents gastriques du ramadan, va trop loin, c’est quand il en profite pour tout mettre dans le même panier : capitalisme, système démocratique, parodie de justice, informatique, standards téléphoniques.
La ficelle est tellement grosse, qu’il n’est pas utile de sortir de Science-Po, pour flairer le stratagème qui se trame derrière la rouerie de Ben Jelloun, certainement très représentatif d’une 5ème colonne d’ intellectuels musulmans vivant sur notre territoire : une seule solution pour redonner une âme et un chemin juste à une société française qui s’égare, c’est l’Islam !!.
Et comme çà, le tour est joué, on recolle aux prophéties du Coran.
Mais objection votre honneur, quand Michel Houellebecq, a été attaqué par des organisations musulmanes pour avoir déclaré « l’Islam, c’est la bien la religion la plus con » la justice de notre pays l’a disculpé.
Et cela Ben Jelloun ne l’a certainement toujours pas digéré !!
Aussi, avec le temps les aigreurs d’estomac s’aggravant, il nous a pondu une interview dans un journal suisse (La Repubblica 19 août) vengeresse et pleine de fiel contre le dernier ouvrage de l’un de nos talents français parmi les plus féconds, Michel Houellebecq.
Point à la ligne.
Huineng
A lire également ces quatre articles de Jean Pavée sur Tahar Ben Jelloun :
http://www.ripostelaique.com/Le-catechisme-de-Tahar-Ben-Jelloun.html
http://www.ripostelaique.com/Le-catechisme-de-Tahar-Ben-Jelloun,4059.html
http://www.ripostelaique.com/Le-catechisme-de-Tahar-Ben-Jelloun,4098.html
http://www.ripostelaique.com/Le-catechisme-de-Tahar-Ben-Jelloun,4099.html

image_pdf
0
0