Après avoir qualifié Sarkozy de « voyou de la République », Marianne reparle de l’apéro géant…

Publié le 17 août 2010 - par
Share

A notre grande surprise, le journal en ligne « Marianne » reparle, dans son numéro de lundi, de l’épisode de l’apéro géant.

http://www.marianne2.fr/Apero-geant-saucisson-pinard-a-la-Goutte-d-Or-le-verre-de-trop_a196018.html?preaction=nl&id=2952704&idnl=26047&

Le journal ne publie que ses propres articles, qui sont très majoritairement à charge contre Riposte Laïque, et son initiative. Aussi, pour compléter l’information, je me permets de faire suivre à nos lecteurs ces quelques liens, qui donneront une vision plus complète de l’événement.

http://www.ripostelaique.com/Marianne-va-t-il-rejoindre-la.html

http://www.ripostelaique.com/M-Jack-Dion-de-Marianne-comment.html

http://www.ripostelaique.com/Selon-Marianne-Taslima-Nasreen-est.html

http://www.ripostelaique.com/Le-reveil-de-la-France-enfin.html

Je souhaitais commenter le titre, très tapageur, de Marianne, la semaine dernière : Sarkozy, le voyou de la République. Ce titre a été mis en évidence sur tous les kiosques de journaux. Je n’ai aucune sympathie particulière pour le Président de la République. Pourtant, dans une période où les Français ont de plus en plus peur, à juste titre, de la violence, de plus en plus meurtrière, de jeunes psychopathes, j’ai trouvé ce titre digne d’une revue d’extrême gauche, et absolument pas du journal républicain que prétend être Marianne. Certes, Sarkozy a bien souvent désacralisé la fonction de président de la République, par des attitudes qui étaient fort éloignées de ce qu’on attend du premier personnage de l’Etat.

Certes, Marianne, dès sa création, a su expliquer à ses lecteurs que la sécurité était aussi une valeur de gauche, prenant le contre-pied des discours du Monde, du Nouvel Obs, de Libération et de toute la gauche de l’époque, qu’on n’appelait pas encore bobo, mais caviar. Pour autant, quand, dans une période où la violence prend de telles proportions, et que, après trois années d’inaction, le gouvernement paraît enfin prendre quelques mesures, n’est-ce pas une façon de minimiser la gravité de la situation que de renvoyer dos-à-dos les racailles de Grenoble et Sarkozy, faisant un relativisme à la Besancenot ?

Il est de notoriété que Jean-François Kahn a une haine de Sarkozy qui l’a amené à le qualifier carrément de « fou », avant l’élection de 2007. Cette haine avait tellement monté à la tête de Jean-François Kahn qu’il avait vu dans le vote des Suisses contre les minarets – qui, manifestement, n’avait pas plu à ce démocrate qui se réclame du peuple contre les élites – la responsabilité des duettistes Sarkozy-Besson.
Jean-François Kahn n’a jamais proposé un titre « Chirac, le voyou de la République », alors que la matière ne manquait pas, contre l’ancien maire de Paris.

http://www.ripostelaique.com/L-incroyable-naufrage-suisse-de.html

Pourtant, le même Jean-François Kahn est capable de taper juste contre le Président de la République, quand il met en avant la question de l’immigration, et remarque que jamais, depuis trois ans, notre pays n’a été aussi laxiste sur une telle question, centrale dans la politique française.

jean-francois-kahn-immigration-la-gauche-ment-la-droite-ne-dit-pas-la-verite

Nous préférons, de beaucoup, ce discours du fondateur de Marianne, dans lequel nous retrouvons l’esprit qui était celui de cet hebdomadaire, lors de sa création, que sa dérive bobo-gauchiste (influence d’anciens de Libé ?), souvent anti-sarkozyste primaire, dans laquelle il est trop souvent tombé, ces derniers temps, notamment lors de l' »affaire » de l’apéro saucisson-pinard.

Martine Chapouton

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.